Dragon Age : Les humains

De toutes les races de Thédas, les humains sont les plus nombreux. On raconte qu'ils seraient d'abord apparu dans le Nord et qu'à l'origine ils ne formaient qu'une seule tribu, les Neromenians. Ils entrèrent en contact avec les Elfes qui commencèrent alors à vieillir et à perdre leur immortalité. Pensant que les humains étaient responsables de ce fait, les elfes s'éloignèrent pour se protéger, abandonnant leurs terres. Cet exil permit aux humains d'exploiter ces nouveaux territoires et contribua à leur développement rapide.

Les Neromenians se divisèrent ensuite en différentes tribus pour devenir les ancêtres de plusieurs nations dans Thédas. L'une de ces tribus, Tevinter, est progressivement devenue le puissant Empire Tevintide, accroissant son pouvoir grâce au commerce lucratif avec les nains.
Le litige avec les elfes persista dans le temps et conduisit à la destruction de la première patrie des elfes, Arlathan, par Tévinter. Ce coup dur porté aux elfes permit aux humains de devenir la race la plus influente de Thédas.

Malgré leur développement et leur prospérité, les humains sont aussi les plus divisés. Ils ne se sont alliés que quatre fois au cours de leur histoire et cela remonte à plusieurs siècles.


La religion

La religion occupe une place centrale dans la société humaine.
Autrefois, les humains vénéraient les Anciens dieux, des dragons qui auraient régné sur Thédas et qui dormiraient maintenant sous terre.
Pendant longtemps, les hommes vécurent sous le joug de l'Empire tévintide et de ses seigneurs, des mages noirs appelés inquisiteurs. Ce règne de terreur prit fin lorsqu'une armée barbare venue du sud, menée par Maférath et sa femme, la prophétesse Andrasté, se dressa contre l'Empire.

Andrasté prêcha la parole d'un nouveau dieu unique, le Créateur. Le peuple opprimé finit par se soulever contre ses souverains et le sud de l'Empire tomba entre les mains des envahisseurs. Il fallut la trahison de son propre mari pour stopper Andrasté dans sa Marche exaltée : jaloux de son pouvoir, Maférath la livra au chef de l'Empire qui la condamna au bûcher.

Après la mort d'Andrasté, ses disciples reprirent ses préceptes et répandirent son dogme, jusqu'à donner naissance au Cantique de la lumière. Il est dit que le Créateur reviendra parmi les hommes lorsque cet évangile sera chanté depuis les quatre coins du monde - ce qui a valu au culte d'Andrasté le nom de Chantrie. Les Andrastéens furent persécutés jusqu'à la conversion de l'empereur Drakan d'Orlaïs, qui se lança dans sa guerre de conquête pour imposer sa nouvelle religion. Aujourd'hui, la Chantrie s'est propagée à l'ensemble des hommes sur le continent.


L'éducation

L'enseignement dispensé par la Chantrie est comparable à celui de la noblesse. Les recrues templiers apprennent la lecture et l'histoire. La Chantrie produit également un grand nombre d'érudits et de chercheurs, l'érudit le plus connu étant le frère Ferdinand Genitivi .

L'éducation d'un mage est aussi complète que celle d'un noble, si ce n'est plus. En plus d'apprendre à contrôler sa magie, un mage étudie les différentes écoles de magie ainsi que les langues, la lecture, l'écriture, la divination, etc. Tout comme la Chantrie, le Cercle des Mages encourage le savoir et publie les recherches effectuées.

Les Roturiers semblent recevoir peu d'éducation dans la plupart des pays de Thédas, beaucoup sont illettrés. Les Elfes citadins reçoivent encore moins d'éducation que les roturiers humaines.

Dans la noblesse Féreldenne, l'éducation est généralement dispensée par un précepteur, comme on peut le voir dans le prologue Noble humain de DA:O.
Les familles nobles Andrastéènnes peuvent accueillir une Mère Chantriste à domicile pour l'éducation religieuse des jeunes.


Les principales nations humaines de Thédas


- Les Anderfels
- Antiva
- Férelden
- Les Marches libres
- Le Névarra
- Orlaïs
- Riveïn
- L'Empire tévintide

Retour aux racesLes ElfesLes QunariLes Nains

Aucun commentaire: