Dragon Age: Asunder de David Gaider

dragon age litterature
dragon age the calling
Asunder est disponible en Anglais et en Allemand depuis peu. Prions pour une sortie française même si ce n'est toujours pas à l'ordre du jour pour Milady, réticent à l'idée d'éditer ce livre ainsi que The Calling depuis l'échec du Trône volé.
Le regretté Serial Loser, disparu de la blogosphère, avait réalisé une brillante critique du livre à sa sortie. Après avoir dynamité son blog, il a pu sauver cet écrit des restes fumants de son site, et nous le livre aujourd'hui dans son intégralité, merci à lui. Bonne lecture !

Asunder de David Gaider
par Serial Loser

Après The Stolen Throne et The Calling, les romans de Dragon Age poursuivent leur petit bonhomme de chemin avec Asunder, sorti en décembre dernier outre-Atlantique.
Rhys est un mage un peu particulier: il est le seul de son "cercle" à voir le dénommé Cole, un individu a priori dépourvu de tout autre pouvoir que celui d'être inexistant aux yeux de presque tous. Ou du moins, Rhys est le seul à avoir survécu à sa rencontre avec Cole, car ce dernier a une fâcheuse tendance à interpréter le fait de se faire remarquer comme une demande d'assassinat. Ce qui pose d'ailleurs quelques petits problèmes aux Templiers, un peu lassés de devoir ramasser des cadavres quotidiennement.
Mais il y a pire: suite aux événements de Dragon Age II, les "cercles" se soulèvent les uns après les autres, et celui de Val Royeaux, où se trouve Rhys, est en passe de suivre le même chemin. Il faut dire que l'attitude des Templiers n'arrange rien, tandis que les mages se divisent sur la question de savoir s'ils doivent rester dans la Chantrie ou faire sécession. Si on ajoute à cela qu'Orlais est aux prises avec une révolte nobiliaire, on comprendra que la situation est explosive.
Et l'arrivée d'une héroïne de Ferelden, Wynne, annonçant qu'un Tranquil nommé Pharamond s'est transformé en Abomination (chose a priori impossible), ne va rien arranger... Sentant que les problèmes ne font que commencer, la Divine Justinia V mandate Wynne, Rhys et l'une de ses amies pour "enquêter", tandis que le Lord Seeker Lambert, foncièrement hostile aux mages, leur impose la présence de la templière Evangeline.

Wynne a donc survécu et a officiellement combattu l'Archdemon aux côtés du Warden... autant pour ceux qui ont préféré s'allier aux Templiers dans Dragon Age: Origins, ou qui ont choisi de sacrifier l'Arlessa Isolde. En effet, si les deux premiers romans, en tant que préquelles, ne prenaient aucunement position sur les choix in-game, ce dernier implique un "canon" assez restrictif en choisissant de mettre en scène une Wynne victorieuse de l'Archdemon, qui plus est accompagnée de Shale.
Pourtant, malgré ce "défaut", le roman passe plutôt bien, et même mieux que les précédents. Peut-être est-ce lié au fait que l'on retrouve ici plusieurs personnages que l'on a bien connu in-game et dont on découvre le devenir après les événements de Dragon Age II. Peut-être est-ce lié également aux personnages secondaires, assez intéressants dans leur genre, même si Cole aurait certainement mérité un développement plus conséquent.
Cependant, pour ce qui est du déroulement de l'histoire en elle-même, on ne trouve au fond rien de très nouveau: toujours cette même querelle opposant les mages et les Templiers depuis Dragon Age II, à laquelle vient s'ajouter la question des relations "affectives" qui peuvent se tisser entre membres des deux camps et que l'on pouvait déjà trouver dans le comic (elle est ici simplement inversée).
Néanmoins, les conséquences des événements relatés, plus que les événements eux-mêmes, pèsent un poids très lourd dans la storyline, et je ne doute pas que ce roman constituera un trait d'union notable entre Dragon Age II et le futur Dragon Age III.

4 commentaires:

  1. J'ai envoyé un mail aux éditions Milady il y a quelques mois, pour savoir si ils prévoyaient de sortir les tomes 2 et 3 de DA. Et je n'ai eu droit qu'à un "pas pour le moment".
    Je me doute qu'ils ne puissent donner de réponse précise, mais il m'a fait comprendre que ce n'était pas un 'non' définitif...

    Las d'attendre, j'ai lu les suites en anglais, et même si je ne suis pas totalement bilingue, (j'ai un bon niveau, avec un dico ;) ) ces 2 tomes étaient excellents. Il y a une progression et une amélioration au niveau du dynamisme dans les intrigues, d'un volume à un autre. Ce qui est plutôt agréable, on sent bien l'évolution.

    Quoiqu'il en soit, les livres de David Gaider sont parmi mes préférés, et je regrette qu'en France, ils aient moins de succès qu'un "Buffy contre les vampires"... Ca en dit long sur les attentes du public par ici..

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton retour sur les 2 tomes, la prochaine critique (The Calling) paraitra d'ici peu, toujours par Serial Loser.

    J'ai eu la même réponse de Milady il y a quelques mois quant à la traduction du comic The Silent Groove et des deux derniers livres de David Gaider. J'ai laissé un message sur la page FB de Bragelonne hier, sans réponse encore. Je me demande si il prendrait un grand risque en ne proposant qu'une offre numérique des 2 tomes traduits à petit prix (5-6€).

    RépondreSupprimer
  3. "Regretté", faut ptêt pas exagérer, hein. XD Ceci dit, je suis content que tu aies réussi à exploiter sur ton site cette "brillante" critique (étrangement, je n'ai pas le sentiment que nous ayons la même définition du mot "brillante" X)).

    Pour ce qui est de la publication française, je pense que Milady, dans son activité éditoriale, a pris d'assez gros risques en adaptant déjà le premier roman de Gaider. Après tout, soyons honnêtes: les qualités littéraires dudit ouvrage sont quand même assez limitées même selon les standards de la littérature de fantasy actuelle (on n'est clairement pas au niveau de Salvatore, Weis & Hickman ou même Knight, pour ne parler que d'auteurs publiés chez Bragelonne). De fait, il n'y a quasiment aucune chance que ce type de livre intéresse d'autres personnes que les joueurs de DAO/DAII... et parmi ceux-ci, combien de lecteurs potentiels? Beaucoup de joueurs ne lisent pas, ou peu, ou ne sont pas intéressés par les approches "cross-media", ou vont tout simplement chercher leurs lectures dans d'autres univers de fantasy... ah, oui, et il y a aussi les gros fanboys tellement acharnés qu'ils se procurent le bouquin en VO la semaine de sa sortie aux USA(toute ressemblance avec l'auteur de ce commentaire serait purement fortuite); ceux-là sont autant de clients potentiels pour l'éditeur français qui n'achèteront pas sa traduction.
    Bref, autant dire que, comparé à une franchise au public beaucoup plus large, comme Buffy, Dragon Age version littéraire n'a que très peu de chances de s'imposer. Peut-être peut-on espérer, comme le suggère Stefan, une édition numérique (même s'il y a là aussi des frais incompressibles), ou à la limite une édition en très faible tirage.

    RépondreSupprimer
  4. Slt Serial :)

    Le blog est un peu mis de côté ces derniers temps. Sinon j'exagère à peine ! :D J'aimais/aime bien ton style décapant ! D'ailleurs si l'envie te dit un jour d'écrire quelques tests, avis ou autres en lien avec DA, il y aura de la place pour toi.
    Pour la sortie des bouquins , je crois effectivement que c'est mort en tous cas chez Bragelonne/Milady. Dommage, de plus le personnage Cole serait un des compagnons dans Dragon 3 d'après une enquête commerciale (que j'ai réalisé aussi).
    A bientôt !

    RépondreSupprimer