Dragon Age : Les Qunari

les qunaris

Qunari (littéralement "peuple du Qun") est le nom le plus connu dans Thédas pour décrire ces êtres grands et puissants, avec pour la plupart des cornes qui leur poussent sur leur tête.
Cependant, le terme Qunari décrit avant tout un disciple suivant un culte appelé le Qun, indépendamment de son origine. L'ancien nom pour décrire cette race à cornes est kossith, un mot archaïque utilisé il y a très longtemps, avant que la plupart d'entre eux se convertissent au Qun. Ce mot n'est plus guère utilisé de nos jours, pour tout le monde dans Thédas ils sont les Qunari ou les Tal-Vashoth.


Les Qunari


De tout Thédas, les fidèles du Qun sont probablement le groupe qui donne naissance au plus grand nombre de malentendus. Certes, les guerres qunari furent toujours brutales, mais pas plus que ne le fut le Schisme de la Chantrie. Ni la chute de l'empire, d'ailleurs. Certains de ces malentendus relèvent de leur nature même : la race que l'on nomme "qunari" est tout bonnement impressionnante. La nature en dota les individus de cornes menaçantes, plantant d'étranges yeux sur leur face, si bien que les ignorants ne voient en eux guère plus que des monstres.

D'autres malentendus résultent d'un problème de langue : parmi les adeptes du Qun, ils ne sont que peu à parler la langue commune, et encore moins à la parler correctement. Dans une culture qui prône la domination pour imposer le respect, il est peu dire que les connaissances bancales des Qunari ne les mettent pas à leur avantage. Parmi des étrangers, la plupart préfère garder le silence pour ne pas s'exposer à l'opprobre public.

Mais les principales incompréhensions résultent de leur culture en elle-même. Pour les Qunari, la société est un tout. Une entité vivante unique dont la santé et le bien-être relèvent de la responsabilité de chacun. Chaque individu qui la compose ne représente qu'une infime partie d'un tout, une goutte de sang dans une artère. Chaque individu n'est pas important en tant que tel, mais pour ce qu'il représente par rapport à la créature dans son ensemble. C'est en partie pour cela que la plupart des Qunari que l'on peut rencontrer sont engagés dans l'armée, considérée par le Qun comme l'incarnation physique du corps : des bras, des jambes, des yeux, et des oreilles... Tout ce dont une créature a besoin pour interagir avec le monde. Tout comme l'on ne peut apprendre à connaître autrui par le simple fait d'étudier un échantillon de lui, sa main ou son pied ; il est impossible de rencontrer "réellement" un Qunari tant qu'on n'a pas vu leurs cités. Car c'est là qu'évoluent l'esprit, l'âme de tout Qunari.

les qunaris

A Séhéron et Par Vollen, on peut observer les Qunari dans leur ensemble. Là, l'union des Qunari en tant qu'entité vivante unique, qu'être unique, saute aux yeux. Les travailleurs, que le Qun désigne comme l'esprit, produisent tout ce dont a besoin un Qunari. L'âme, sorte de clergé, est en perpétuelle recherche d'une meilleure compréhension de l'être, du monde, et exhorte le corps et l'esprit à lutter sans relâche pour atteindre la perfection. Chaque individu a une place, qui lui est attribuée par le Qun, une place à partir de laquelle il doit constamment oeuvrer pour le bien de la collectivité. Cette vie est une vie de certitudes, d'égalité, et non d'individualité.

- Extrait de A la recherche du savoir : carnets de voyage d'un érudit de la Chantrie de frère Génitivi.


Les Ben-Hassrath


"Les buffles ne tuent pas leurs prisonniers. Le Qun a horreur du gâchis, et une personne représente de la valeur. Au lieu d'être exécutés, nous nous sommes retrouvés placés dans un camp de travail dirigé par les Ben-Hassrath. Ils nous appelaient "kabethari", les simples. C'était là que nous devions être initiés au Qun.

L'hébergement n'était pas à la hauteur de la Taverne d'État de Minrathie, mais nous n'en demandions pas tant. Notre dortoir était très bien entretenu, et on nous donnait trois repas par jour, constitués de bouillie insipide mais nourrissante. De l'eau et une infusion forte et amère étaient également toujours à notre disposition."

"Les Ben-Hassrath comptent autant d'hommes que de femmes, ce qui m'a d'abord paru curieux. J'avais toujours entendu dire que les Qunari faisaient la distinction entre ce qu'ils considéraient être un travail pour les hommes et un travail pour les femmes. Mais en y repensant, il y a peut-être une certaine logique. Les Ben-Hassrath sont chargés de la "rééducation" et de l'assimilation des peuples conquis. D'après mon expérience, chacun comprend mieux les membres de son propre sexe. Il est donc sage de choisir des femmes pour la rééducation des femmes et des enfants, et des hommes pour celle des hommes.

À leur décharge, les Ben-Hassrath ne se sont jamais montrés cruels. Ils ont toujours été raisonnables. Fermes, mais raisonnables. J'ai joué le jeu. J'ai répété ce qu'ils m'ont appris, tout en gardant au plus profond de moi les vérités avec lesquelles j'ai grandi.

Certains n'ont pas été aussi malins. Des membres de ma section ont résisté à l'endoctrinement ; ils ne voulaient même pas faire semblant. Les Ben-Hassrath voient la rébellion et le mécontentement comme une maladie qui peut être guérie, aussi ont-ils emmené ces hommes aux "viddathlok", des temples consacrés à la guérison et à la convalescence. J'ignore ce qu'il s'est passé là-bas. Ceux qui en sont revenus avaient profondément changé.

Les autres, nous ne les avons jamais revus. Je suppose que le "remède" n'a pas fonctionné."

— Extrait des mémoires d'un soldat impérial capturé en mer.

les qunaris

Les Tal-Vashoth

Ceux qui abandonnent le Qun ne sont plus considérés comme des Qunari. Ils deviennent des Vashoth, "les gris", bien que ces parias préfèrent le nom de Tal-Vashoth, "les véritables gris". La plupart des Tal-Vashoth sont d'anciens soldats et deviennent des mercenaires. Ils sont méprisés par les Qunaris.

Les gris en question sont condamnés à l'exil, car ils n'ont pas leur place parmi les Qunari. Hélas, ils sont nombreux à se retourner contre la société qui les a bannis."
Ces parias s'autoproclament Tal-Vashoff, "les véritables gris". Bien souvent, il leur manque les compétences nécessaires pour gagner leur vie honnêtement, alors ils louent leurs services au plus offrant en tant que mercenaires. Chez les Qunari, même le guerrier le plus médiocre possède une taille prodigieuse et un visage peu amène.
Les Tal-Vashoff livrent une guerre sans merci au Qun, aux Qunari et parfois à l'ordre établi lui-même. Comme ils ne font pas le poids contre l'armée qunari, ils s'attaquent généralement aux fermes, aux voyageurs et aux imprudents qui s'éloignent un peu trop de la protection des Qunari.

-- Extrait de A la recherche du savoir : carnets de voyage d'un érudit de la Chantrie, par frère Génitivi


Chronologie

  • 785 TE ou -410 des anciens : On pense qu'un groupe de Kossith a débarqué au sud des terres sauvages de Korcari et a fondé une colonie. Ils ont probablement été tués lors du Premier Enclin, donnant naissance aux premiers ogres sur le continent.
  • 6:30 de l'acier : Les Qunari débarquent à Par Vollen, jusque là vaguement contrôlé par l'Empire Tévintide, et conquiert rapidement les lieux à l'insu du reste du continent.
  • 6:32 de l'acier :Les navires Qunari arrivent en masse sur les côtes de Seheron et au nord de Riveïn. La 1ère guerre Qunari commence.
  • 6:35 de l'acier : Trévise, une ville d'Antivan, est prise par les Qunari.
  • 6:42 de l'acier :Les Qunari conquièrent une grande partie de l'Empire Tévintide, Riveïn, Antiva et commencent l'assaut des Marches libres. Ils les obligent à se convertir au Qun. Minrathie, bien qu'assiégée, reste invaincue dans le nord.
  • 6:85 de l'acier : La résistance humaine parvient finalement à s'attaquer aux lignes Qunari à Tévinter.
  • 7:23 des tempêtes : les Qunari sont repoussés à Séhéron et à Riveïn, mais ils se sont bien retranchés. La bataille de la Mer de Nocen est la plus grande bataille navale de l'histoire et conduit à la destruction de la plupart des navires.
    Les deux partis opposants sont épuisés et le conflit tombe dans une impasse.
  • 7:54 des tempêtes : Les Qunari prennent Estwatch et l'utilise comme base de lancement pour leur flotte de cuirassés.
  • 7:56 des tempêtes : Les Qunari frappent durement les Marches Libres. Osterburg et Ostwick parviennent à les repousser, mais Kirkwall est envahie.
  • 7:84 des tempêtes : Une réunion entre les Qunari et les émissaires de toutes les régions de Thédas, à l'exception de Tévinter, est organisée à Llomerryn. Les Accords de Llomerryn sont signés, instaurant une paix fragile.
    La paix n'est pas établie entre l'Empire tévintide et les Qunari, mais les escarmouches sont rares, les Qunari retournent à Par Vollen pour reconstruire.
  • 8:10 des Bontés : Les Qunari de Par Vollen accueillent un groupe de diplomates Riveïns. La visite dissipe de nombreux mythes sur la société Qunari.
  • 8:55 des Bontés : Les Qunari reprennent Séheron. Tévinter se retrouve seul dans sa guerre avec les Qunari. Les quelques tentatives des Qunari pour envahir le continent et attaquer Tévinter échouent.
  • 9:31 du dragon : Les Qunari partent rencontrer des Orlesiens qui ont accepté de leur rendre les écrits de Koslun. Cependant, le livre est interceptée par une pirate Riveïnne.
    Suite à une tempête, un cuirassé Qunari fait naufrage au large de Kirkwall. L'Arishak et les survivants de son armée sont contraints de rester dans un camp Qunari jusqu'à ce qu'ils récupèrent les écrits de Koslun qui leur ont été volés.
  • 9:34 du dragon : L'Arishak décide d'attaquer la ville, déclenchant La Première Bataille de Kirkwall et la Seconde Invasion Qunari de Kirkwall. Le vicomte Marlowe Dumar est tué par les Qunari. Hawke réussit à mettre un terme à ce conflit et les Qunari quittent Kirkwall.

Retour aux racesLes ElfesLes NainsLes humains

Aucun commentaire: