DLC Les Crocs d'Hakkon : les codex

DLC Les Crocs d'Hakkon les codex

Voici la liste des codex du DLC ainsi que leur emplacement, j'ajouterai les textes qui manquent plus tard.

CatégorieEntréeDétails
Personnages29. L'éclaireuse Hardingen arrivant dans la zone
Personnages51. Storvakeren parlant avec Svarah Solmèche
Personnages52. Suzeraine Svarah Solmèchenote dans la maison de Svarah Solmèche à Rochours
Groupes1. De la cuisine alvarnote sur un étal dans la boucherie de Rochours
Groupes2. Extrait d'un journallivre à coté de la table des potions dans le campement de la gorge
Groupes35. Une tradition de renaissancereçu à la fin de la quête Ça reste à voir
Histoire10. Célébration des gardesen examinant un mur dans la grotte de Varsdotten au sud-ouest du campement de la gorge
Histoire20. Inquisiteur Améridanlivre sur un lit dans l'avant-poste d'étude du campement du fond du Cirque
Histoire99. A quel prixlivre dans la grotte au nord du campement de la rivière
Lettres et notes1. Anciennes écritures elfiquessur un des murs de la grotte de la quête Le mystère de l'hiver
Lettres et notes17. Fort sylvestreen réquisitionnant le site sur un arbre par le campement du sommet
Lettres et notes23. Journal de Gurd Harofsen-note près de la porte fermée à clé du sanctuaire intérieur du Vieux temple
-note sur un balcon au sud-est
-page arrachée Sur le corps de Gurd Harofsen
Lettres et notes33. Journal hakkonite à reliure de cuirlivre dans un petit camp près de l'ocularum à l'est
Lettres et notes38. L'entrée des échosréquisitionner le site
Lettres et notes41. La pointe de Nigelréquisitionner le site
Lettres et notes42. La Porte geléerevendiquer le site au nord-est de la zone
Lettres et notes43. La chuteen examinant la rune dans la grotte de Gida Mirdotten pendant la quête Ça reste à voir
Lettres et notes49. Le Deuilen examinant la rune dans la grotte de Gida Mirdotten pendant la quête Ça reste à voir
Lettres et notes55. Le retouren examinant la rune dans la grotte de Gida Mirdotten pendant la quête Ça reste à voir
Lettres et notes56. Le sanctuaire ensanglantéréquisitionner le site
Lettres et notes57. Les confins de Razikaalréquisitionner le site
Lettres et notes87. Mystères du Cirque des Dorsales-note dans la cellule verrouillée de la Prison abandonnée
-note sur une table au sommet de colline Langue rocheuse près d'un levier au sud-ouest du campement du flanc de la falaise
-note sur l'aqueduc au nord-ouest du campement du marais
-note sur la plateforme sud de la fortification avec une faille à l'ouest de la Porte gelée.
Lettres et notes90. Notes de Colettelivre près de Colette dans les ruines tevintides à la pointe de Nigel, quête Digne de publication
Lettres et notes107. Pages près d'un vieux feu de campnotes dans le grand hall du Vieux temple, quête "La fin d'Améridan"
Lettres et notes110. Questions de précisionnote sur le bureau du professeur Kenric dans l'avant-poste d'étude du campement du fond du Cirque
Lettres et notes119. Un mariage réussilivre dans la maison ou sont stockées les provisions dans le campement de la gorge
Lettres et notes121. Une bicoque résistantenote dans la cabane de l'île Repos de la Dame
Lettres et notes123. Une lettre manuscriterouleau au sol dans le campement du fond du Cirque
Lettres et notes124. Vieux document dans un tube à parchemintrouvé sur le squelette après avoir parlé à l'esprit dans la cabane de l'île Repos de la Dame
Lieux5. Cirque des Dorsales de givreen arrivant dans la zone
Récits12. Améridan et la magesur la table des réquisitions du campement du sommet
Récits25. Constellation: Bélénasrésoudre l'astrarium
Récits31. Constellation: Fulménosrésoudre l'astrarium
Récits41. Constellation: Visusrésoudre l'astrarium
Récits46. Deux légendes écrites au combatparler à Scalde Fullna dans la taverne de Rochours
Récits58. L'origine du nom de Rochoursexaminer la statuette d'ours dans la maison de Finn Cal à Rochours
Récits62. La ballade de l'or de l'assassinnote dans une cachette sur la rive au nord-est de l'ile du repos de la Dame
Récits63. La chasse au loup de la landenote près de Colette dans les ruines tevintides à la pointe de Nigel, quête Digne de publication
Récits77. Le conte d'Hryngnar, le troll de glaceréquisitionner les sites :
-près de l'arène de Rochours
-sur le pont au nord du campement du fond du Cirque
-sur l'ile du repos de la Dame
-à l'est du campement du fond du Cirque


Personnages

L'éclaireuse Harding

Un campement avancé a été établi dans les marches solitaires de Férelden et des emplacements adaptés à d'autres avant-postes ont été localisés. La progression dans la région a été plus rapide que prévu, grâce à l'aide d'une volontaire autochtone.

Pour plus de détails, veuillez lire la suite:

Sleiter était pris en embuscade par plusieurs bandits; il serait sans doute mort sans l'intervention de Dentelle Harding, qui est arrivée à point nommé et l'a sauvé grâce à deux tirs de lance-pierre bien envoyés. La mabari de sa famille a fait fuir les trois bandits restants. Harding et Contessa (la mabari) ont escorté Sleiter jusqu'au campement avancé, suivies de loin par un petit troupeau de moutons appartenant à un voisin de la famille Harding. à leur arrivée, elle a demandé une carte qu'elle s'est mise à remplir d'informations utiles, principalement des repaires de bandits et des lieux d'embuscades. Dentelle Harding a ensuite rassemblé ses moutons, puis elle est rentrée chez elle.

Nous ne nous attendions pas à la voir revenir le lendemain matin, alors vêtue d'un pourpoint de cuir et armée d'un petit arc, sans son chien ni son troupeau de moutons. "Les cartes, c'est bien, mais rien ne vaut une guide," a-t-elle déclaré.

C'était la semaine dernière. Elle est toujours là. Je me suis permis de lui proposer un poste d'éclaireur.

Bien à vous,
Charter

Haut de page

Storvaker

C'est la bête sacrée de Rochours. Tous les autres ours de la région ne sont que des imitations.

Storvacker. Par où commencer à parler de Storvacker ?

Storvacker est parfaite.

Elle fait ses griffes sur deux vieux arbres elfiques et possède une gamelle à miel en argent.

J'ai entendu dire qu'à Dénérim, on estime ses griffes à 10 000 souverains.

J'ai entendu dire qu'elle vend la fourrure de sa mue aux maîtres tisserands orlésiens de Val Royeaux.

Son livre préféré est Nuit torride dans la Hauteville.

Une fois, elle a rencontré Alistair Theirin, guerrier légendaire du cinquième enclin, et il lui a dit qu'elle était jolie.

Une fois, elle m'a griffé le visage. C'était incroyable.

- Extrait des Méditations sur les alvars et leurs coutumes de Réginald de Gorge.

Haut de page

Suzeraine Svarah Solmèche

À ceux qui souhaitent commercer avec Rochours, sachez que je suis la suzeraine Svarah Solmèche ...

Je suis la suzeraine Svarah Janesdotten, connue sous le nom de Solmèche. Ma lame a goûté à beaucoup de larmes versées au combat ...

Ma lame a goûté au sang de nombreuses ...

J'ai pris part à de nombreux combats, mais je n'ai aucune envie de conflit entre nous. Au contraire, je suis pour les échanges entre notre village et le vôtre. Nous avons des fourrures et du cuir à faire rougir de honte vos peaux basses-terriennes, et des armes qui ont connu l'hiver d'Hakkon ...

Nous avons des fourrures et du cuir qui donneront une apparence plus forte à vos guerriers et plus souple à vos amants, et des armes ...

Nous avons des fourrures et du cuir d'excellente qualité, et des armes jamais vues dans les basses-terres. Si vous commercez honnêtement, tout le monde y gagnera de l'argent. Si vous vous moquez de nous, votre sang ...

Si vous commercez honnêtement, tout le monde y gagnera de l'argent.

- Suzeraine Svarah Solmèche

C'est une mission idiote. Quel bas-terrien viendra jusqu'ici acheter des fourrures qu'il n'a jamais vues ?

Par Korth, j'ai écrit ça au lieu de le dire. Cette stupide écriture basse-terrienne m'agace.

La suite de la lettre est une série de croquis énervés de haches
Haut de page


GROUPES

De la cuisine alvar

Que trouve-t-on dans les chaudrons alvars ? Ou plutôt, que n'y trouve-t-on pas ! Bien loin des crèmes et sauces délicates de Val Royeaux ou des tourtes riches et des fromages vieillis dont les Féreldiens raffolent, les Alvars doivent subsister grâce à ce que leur offrent leurs vallées montagneuses. Rien n'est trop humble pour leur appétit, des petits escargots succulents trouvés sur les roches des coteaux aux pousses de fougères récoltées au printemps. Pour autant, il arrive aux Alvars de chasser des aliments plus dangereux (et plus nourrissants) : hahls, béliers, cabézards et rôdailleurs sont tous candidats à des dîners partagés autour du feu. Les épices "basses-terriennes" sont également utilisées, mais leur raffinement les réserve aux grandes occasions. (D'ailleurs, mon cadeau de départ au suzerain de Dent-de-fennec était, à sa demande, dix bocaux de chacune des denrées suivantes ; grains de poivre noir, moutarde en poudre et céréales antivanes.)

Les recettes de cuisine alvars privilégient l'aspect pratique. Les ragoûts sont fréquents, car ils peuvent mijoter jusqu'au soir sans demander trop d'attention. Les villages situés au bord des lacs ou des rivières enrobent le poisson dans de l'argile et des feuilles âcres, puis le laissent cuire toute la journée sur des charbons ardents. Cependant, la majorité des préparations culinaires alvars se concentrent sur l'hiver. Dés le dégel printanier, le village fourmille d'activités incessantes en préparation de la longue nuit qui les attend : la viande est fumée, les légumes sont mis en conserves et les fruits sont séchés et entassés dans des caves rudimentaires en terre battue.

Malgré cette course contre les saisons, les Alvars laissent généreusement de précieux morceaux de viande et des tas de baies fraîches sur des plaques de bois ou de pierre autour de leur village. ils pensent que ces "offrandes" apaisent un étrange groupe d'êtres qu'ils considèrent comme des "dieux" et qui habitent dans la forêt. Un voyageur averti essaie de ne pas juger, et j'ai été traité avec toute l'attention due à un hôte, mais je n'ai pas réussi à m'habituer à la vue de toute cette nourriture gâchée par un peuple aussi pragmatique.

- Extrait de La suite des voyages du marquis d'Lussard, avec une attention particulière portée sur la nourriture et la boisson, entièrement illustrée par l'auteur.

Haut de page

Extrait d'un journal

Je me suis disputée avec la mage alvar jusque tard dans la nuit. S'il n'y avait pas la trêve avec ces barbares pour combattre les engeances, nous en serions venues aux mains. Leur conception du Créateur est tellement puérile ! Ils s'imaginent que c'est un "esprit" et que nous Lui avons déplu parce qu'Il ne "répond à aucune de nos prières". Lorsque j'ai essayé de lui expliquer la doctrine du Cantique, la mage a persisté à me poser des questions idiotes telles que : "Andrasté n'avait-elle pas de dieux ?" ou "Pourquoi n'avez-vous pas chanté un autre Créateur ?"
Je lui ai demandé de quoi elle parlait, et ses réponses m'ont fait froid dans le dos.

Les Alvars prennent les esprits pour des dieux ; ils les traitent comme des maîtres qu'il faut apaiser et satisfaire. La mage a décrit, à mon grand effarement, la manière dont les Alvars invoquent délibérément des esprits censés "leur donner de la force au combat" ou leur demandent conseil. Elle m'a raconté que certains esprits "vivent" depuis des dizaines de générations aux côtés de son village, et qu'ils prennent parfois la forme d'un animal ou d'un parent décédé "quand ils transmettent leur sagesse".

Le plus étrange dans tout cela, c'est que si un "dieu" est détruit, les Alvars entament une année d'offrandes, de prières et de rituels sur lesquels je n'ai pas voulu en savoir plus. A la fin de cette année, un nouvel esprit prend le nom et le rôle de l'ancien. J'ai essayé de lui expliquer qu'il ne s'agissait pas d'un "dieu", mais d'un simple esprit attiré par leurs désirs. La mage alvar a déclaré, avec un air ridicule de supériorité, que c'était précisément le but.

Si elle ne m'avait pas sauvée hier des griffes d'un hurlock déchaîné, j'aurais tout raconté aux templiers.

- Extrait du journal intime d'Illna Allenish, une mage qui servait dans l'armée féreldienne pendant le cinquième Enclin.

Haut de page

Une tradition de renaissance

Certaines nations lointaines ont des conceptions divergentes de ce qu'il se passe après la mort. Les Alvars du Sud, par exemple, croient en un au-delà vaguement défini et gouverné par "la Dame des Cieux", où les morts retrouvent les leurs. Cette notion est rassurante, et quelque peu familière. L'idée de la Chantrie selon laquelle, à note mort, nous traversons l'Immatériel pour vivre aux côtés du Créateur est acceptée aussi bien par les brutes Féreldiennes que par les Tévintides décadents. Pourtant, les Alvars croient aussi que certains d'entre eux sont destinés à "renaître", un concept très difficile à comprendre pour les membres de la Chantrie. J'insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un esprit qui s'empare d'un corps. Hormis l'invocation des dieux, les esprits n'ont rien à voir avec ce processus. C'est l'essence de l'être, son âme, qui revient, vêtue d'une nouvelle chair.

La base de ce concept est la suivante : les âmes de quelques Alvars "privilégiés" par le destin "migrent" à leur mort pour habiter un nouveau corps qui leur est destiné, afin qu'ils reviennent accomplir des exploits pour le bien de leur village. Ces âmes ressuscitées ne sont pas censées avoir conscience de leur passé, mais on suppose qu'elles sont "guidées" de manière subtile par leurs expériences antérieures, notamment à l'aide de visions et de présages.

Cela élude de manière bien pratique le besoin de preuve que la personne a vécu une "renaissance" ou que de tels événements existent. Enfin, nous ne devrions pas leur jeter l'opprobre trop rapidement, car jusqu'à présent, aucun mort n'est revenu de l'autre côté de l'Immatériel pour décrire le paradis du Créateur.

- Extrait d'une monographie intitulée Visions formidables de la vie et de la mort, écrite par Roberto le Sceptique d'Antiva en 9:31 et interdite par la Chantrie en 9:32.
Haut de pageRetour au sommaire


Histoire

Célébration des Gardes

En dehors des périodes d'Enclin, les Gardes des Ombres enquêtent sur des apparitions supposées d'engeances. Ser Kiersten des Marches Libres mena une expédition au Cirque des Dorsales de Givre pour étudier un témoignage de ce type. Ses compagnons Gardes et elle s'allièrent à un village Alvar assiégé par des engeances après qu'un séisme dans les montagnes avait ouvert un nouveau passage vers la surface. Après dix jours de combat, les Gardes et les Alvars parvinrent à repousser les engeances et scellèrent l'entrée, empêchant ainsi d'autres invasions. Pour honorer son courage, les Alvars organisèrent un festin pour Ser Kiersten et ses Gardes des Ombres. La fête fut tellement bruyante que des peintures et des statues dédiées à cette alliance parsèment encore le Cirque.

- Extrait des Voyages des Gardes : histoire complète de Dame Locke.

Haut de page

Inquisiteur Améridan

Ce que nous savons sur l'Inquisiteur Améridan tiendrait à peine sur une page. C'était un ami de l'Empereur Drakan. Il était l'Inquisiteur lorsque les Chercheurs de la Vérité ont été intégrés à la Chantrie, conformément au Traité du Névarra, leur Ordre servant de précurseur à l'Ordre des templiers et aux Cercles des mages. Peu de temps après la signature du Traité, entre 1:22 et 1:24 des Divines, Améridan quitta son poste et partit pour ne plus jamais revenir.

Seuls ces faits ne sont pas remis en question. Tout le reste n'est que rumeurs infondées, spéculations douteuses et ragots salaces.

- Améridan n'a pas cédé son pouvoir de son plein gré. Drakan a forcé les Chercheurs de la Vérité à dissoudre leur organisation sous peine de mort, puis il a destitué l'Inquisiteur plutôt que de risquer de provoquer une rébellion dans les rangs de la nouvelle Chantrie.

- Améridan a été contraint de se retirer à cause des restrictions de la jeune Chantrie, notamment sur le célibat, parce qu'il entretenait une relation avec une mystérieuse "mage" que la Chantrie a effacé de l'Histoire.

- Améridan était un noble bagarreur qui s'intéressait plus aux loisirs tapageurs qu'aux Chercheurs. Il avait obtenu son poste uniquement parce que Drakan voulaitun ami loyal aux commandes de l'Ordre, et quand les Chercheurs entrèrent dans la Chantrie, Améridan fut libre de se retirer pour consacrer sa vie à chasser les dragons et la gueuse.

Il se peut que certaines de ces anecdotes soient vraies, et sans preuve supplémentaire, nous avons peu d'espoir de démêler avec certitude le vrai du faux. Néanmoins, je vais proposer quelques remarques qui sont souvent négligées, car les érudits s'immergent dans leurs propres spécialités historiques jusqu'à en perdre de vue le contexte principal :

Tout d'abord, l'Empereur Drakan, justement reconnu comme l'homme qui a façonné la Chantrie pour en faire l'Institution que nous connaissons aujourd'hui, était un homme pieux, engagé à répandre le Cantique de la Lumière et à façonner un monde où la magie et les hommes seraient gouvernés par les principes d'Andrasté. Toutes les sources s'accordent sur le fait qu'Améridan était un ami proche de Drakan et, même s'il est possible qu'Améridan ait été plus pragmatique que pieux, il est plus qu'improbable que Drakan soit devenu ami avec un opposant actif de la Chantrie, sans même parler de lui accorder un poste de pouvoir au sein de l'Empire Orlésien.

Deuxièmement, l'Inquisiteur Améridan était universellement renommé pour ses talents au combat, quelle que fût sa foi (ou son manque de foi). Les mauvaises langues qui suggèrent qu'Améridan a été exilé nous demandent de croire que l'Empereur Drakan n'aurait vu aucune utilité dans un guerrier puissant avec des années d'expérience du commandement. Compte tenu du fait que le deuxième Enclin existait depuis plus de 15 ans à l'époque de la disparition d'Améridan, avec des engeances qui se déversaient par vagues croissantes des Anderfels dans le nord d'Orlaïs. Il est franchement absurde de suggérer que Drakan se serait débarrassé purement et simplement d'un tel atout militaire.

Sans autre preuve, nous n'en saurons peut-être jamais plus sur le départ d'Améridan. Néanmoins, j'espère que nous pourrons faire taire le scepticisme actuel, au moins lorsque des preuves irréfutables sont présentées pour le contrer et montrer que sa disparition doit avoir une autre cause.

- Extrait de A la recherche d'Améridan du professeur Bram Kenric (Presses universitaires d'Osterburg).

Haut de page

A quel prix

Extrait d'un vieux journal trouvé dans le Cirque des Dorsales de Givre :

Ça a toujours un drôle de goût. Peu importe.

Le texte reprend après plusieurs pages tâchées par l'eau :

Avons-nous déjà voyagé dans des terres plus lointaines qu'ici ? Probablement. Pourtant, je ne me suis jamais senti aussi loin de chez moi.
_____________________________________________

T. ressasse encore et toujours les mêmes arguments, en insistant cette fois sur le manque de démons pour apporter de l'eau à son moulin. J'ai eu tôt fait d'indiquer qu'un manque n'est pas une absence. Elle a dit que j'étais trop concis. Il y a des démons ici, mais pas autant que ceux que nous avons affrontés lors de nos premières années ensemble. Les Alvars ont aussi leurs mages. Les derniers étaient mal préparés pour m'affronter. Je me demande si c'est ça qui la dérange.

Comme toujours, O. ne nous a pas aidés.
_____________________________________________

Nous poursuivons notre route. J'ai mal à la tête. Les autres chantent la chanson que nous avons apprise dans cette ville au bord du lac. J'ai oublié son nom. J'ai l'impression que mes yeux vont exploser. Évidemment, A. l'a remarqué et dit aux autres qu'il avait besoin de lire quelque chose. Tout est calme, maintenant. Le voyage jusqu'ici a été plus long que prévu. Je dois faire l'inventaire des rations. Quand j'aurais dormi.
_____________________________________________

Il y en avait plus que prévu. Tout dépasse ce qui était prévu. Á quelques instants près, nous aurions perdu O. J'ai réussi à maîtriser le mage avant que les choses n'empirent. T. n'en a pas parlé par la suite. Elle sait qu'O. serait morte.

"Á quel prix ?" T. m'a posé cette question, une fois. J'ai répondu que ça ne coûtait rien, mais à vrai dire, je l'ignore. J'ai rencontré un homme qui a combattu plus longtemps que moi, mais son esprit s'est embrumé avec l'âge, et il n'a pas pu répondre. Le fait est que je peux en faire plus. Je peux être plus efficace. Nous avons tous vu des démons, ce qu'ils ont fait. Nous savons ce que certains feraient avec du sang. La question est plutôt : qui paiera le prix si personne ne saisit cette occasion ?

Et personne n'a dit que ça devait durer pour toujours. Seulement jusqu'à ce que les choses soient réglées.
_____________________________________________

"Si tu comptes huit fois, est-ce que le nombre change ?" me demande O. Elle m'a observé ces derniers jours, même si elle affirme le contraire. Fichues bouteilles bleues. Je n'ai pas aussi bien préparé cette expédition que j'aurais dû.

Je suis allongé et j'essaie de trouver des constellations ente les feuilles. T. m'a apporté de l'eau. Elle a souri et il n'y avait aucun reproche derrière ce sourire; Ça m'a réconforté. Comme toujours. A. a cuisiné le dîner en raillant ma capacité à préparer quelque chose de comestible. O. essaie de faire des blagues. Par le Créateur, qu'elles sont mauvaises ! Pourquoi est-ce que je ris quand même ?

Les longues journées sont derrière nous. Je crains qu'il ne nous reste plus beaucoup. Quel que soit le prix que j'ai payé, ça en aura valu la peine. Peu importe. Cette nuit, à l'abri, à côté du feu, pendant que les trois autres chantent leur chanson idiote... Je suis satisfait.
Haut de pageRetour au sommaire


Lettres et notes

Anciennes écritures elfiques

L'écriture est un ancien dialecte elfique. A y regarder de plus près, elle se déforme et les mots apparaissent :

Il n'y a pas de dieux. Il n'y a que le sujet et l'objet, l'acteur et ce sur quoi il agit. Ceux qui ont la volonté de dominer les autres obtiennent leur titre non par la nature, mais par l'action.

Je suis Geldauran et je renie ceux veulent exercer leur volonté sur moi. Que l'arc d'Andruil se brise, que le feu de June se glace. Qu'ils construisent des temples et attirent les fidèles par des promesses. Leur fierté les engloutira et moi, l'oublié, je revendiquerai mon pouvoir, loin d'eux jusqu'à ce que je les frappe de toute ma compétence.

Haut de page

Fort sylvestre

Rapport de l'agent Charter reçu par les conseillers de l'Inquisition, accompagné des notes échangées sur le sujet :

Des falaises à Pic et des dénivelés abrupts ralentissent les déplacements dans le Cirque. L'éclaireuse Harding a commencé à fabriquer des échelles de corde et à les installer à des endroits stratégiques, mais ce ne sont que des mesures temporaires. Si nous voulons nous établir dans cette région, une solution permanente est nécessaire. Nous attendons vos instructions.

(Vous pouvez consultez les tableaux et les informations topographiques mis à votre disposition.)

- Charter

Plusieurs commentaires ont été ajoutés à la suite :

Aplanir la zone ? – Cullen

Évidemment, le commandant suggère d'écraser les montagnes jusqu'à ce qu'elles oublient ce qu'elles étaient. – L

Nous pourrions envisager d'ordonner aux soldats de tailler des marches dans les falaises ou de construire des structures verticales. Des échafaudages, peut-être ? – Joséphine

Je plaisantais. Et vous, avez-vous menacé quiconque de lui couper la langue, aujourd'hui ? – Cullen

J'étais justement en train d'y penser. – L

Le couvreur, Bérinole, discutait avec le contremaître de plans qu'il a dessinés pour agrandir Fort Céleste. Des plateformes couvertes reliées à des escaliers en colimaçon et à des passerelles suspendues. Nous pourrions appliquer cette idée au Cirque des Dorsales de Givre. – Joséphine

J'y étais. Bérinole était ivre, non ? - Cullen

Je doute qu'il ait dessiné les plans en état d'ivresse. Nous pourrions demander à un ingénieur ou à Dagna de les examiner, pour évaluer leur validité. - Joséphine

Un ingénieur, d'accord. Dagna, non. On n'a pas besoin d'avant-postes à moitié dans l'Immatériel, ou capables de chanter le Cantique de la Lumière ou je ne sais quoi. – L

Haut de page

Journal de Gurd Harofsen

Il s'agit apparemment de pages éparpillés tirées d'un vieux journal. L'écriture est à peine lisible et pleine de fautes d'orthographe:

Ils m'ont dit de ne pas y aller, mais j'y suis allé. Je n'aimais pas les montagnes. Lion-Rouge attaquait et volait des chèvres et des poulets. Les combats sont meilleurs dans les Basses-Terres. Je suis grand et fort, et on me voit comme un bon guerrier. Je séduis beaucoup de femmes avec mes histoires. Pourquoi devrais-je repartir ?

Plusieurs pages ont été arrachées ou barrées jusqu'au prochain paragraphe lisible :

Les engeances ont attaqué Lion-Rouge. J'ai appris la nouvelle dans une taverne de Golefalois. L'Enclin s'est emparé du pays. La Dame n'envoie aucun messager aux corps touchés par l'Enclin. Mon peuple ne connaitra pas la paix.

Je maudis la Dame. Je maudis Korth. Je maudis tous les dieux qui ont laissé tomber Lion-Rouge. Les gens ont accompli les rites, chanté les chants. Pourquoi les dieux ont-ils abandonné le village ?

J'ai quitté les mercenaires avec qui je voyageais. Ils ont compris. Beaucoup d'entre eux ont perdu les leurs à cause de l'Enclin.

Plusieurs pages soit illisibles, puis :

J'ai pris les survivants avec moi. J'ai plus l'habitude de voyager qu'eux. Le Suzerain est mort, mais de nombreux guerriers ont survécu. Beaucoup de gens sont morts de la maladie de l'Enclin, dont Harof le Conteur. Les survivants disent qu'ils ont demandé de l'aide aux bas-terriens, mais ils ont laissé mourir les gens de Lion-Rouge.

Nous devons trouver un chemin. Nous n'avons pas besoin de Korth ou de la Dame, pas s'ils abandonnent mon peuple comme l'ont fait les bas-terriens quand les Crocs d'Hakkon l'ont lié à un être vivant.

Le village de Lion-Rouge n'existe plus. Maintenant, nous sommes les Crocs d'Hakkon. Nous ne construirons pas de maisons, car les maisons disparaissent. Au lieu de ça, nous ferons revenir Hakkon et nous apprendrons aux bas-terriens à avoir peur des Alvars.

On dirait des pages assez récentes d'un journal :

Nous avons cherché pendant des mois et des mois, en vain. Les légendes parlent de cette région, mais Rochours, un village de pêcheurs et d'éleveurs de poules, est implanté ici depuis des générations et n'a vu aucun signe. Si nous ne trouvons rien, nous devons continuer. Je ne vais pas abandonner mon village. Nous devons continuer jusqu'à la mort.

Plusieurs pages ont été arrachées, jusqu'à un autre paragraphe lisible :

Nous l'avons trouvé. Hakkon nous a accueillis en personne. C'est une ancienne forteresse Tévintide, abritée par un mur de glace. Les bas-terriens l'ont laissée intacte, car ils n'ont pas trouvé comment franchir l'enceinte. Seuls nos mages, à qui Hakkon le Silencieux avait offert la glace, pouvaient ouvrir le mur quelques instants, le temps que notre peuple passe.

Le mur résiste au feu ordinaire et même les flammes de nos mages n'ont pas réussi à faire fondre la glace magique. Nous sommes en sécurité. Les balises du nord mènent à un sanctuaire qui, d'après nos mages, a des relents de magie. J'ai envoyé des guerriers le garder, de peur qu'il n'abrite un esprit qui pourrait fissurer ce mur avec de la magie basse-terrienne.

Nous avons trouvé Hakkon, réduit au silence, là où le guerrier bas-terrien l'avait piégé pendant d'innombrables siècles. Nos épreuves n'ont pas été vaines, elles nous ont testés.

Hakkon reviendra.

On dirait des pages très récentes tirées d'un journal :

Le guerrier bas-terrien a piégé notre dieu dans une magie étrange que nos mages ne comprennent pas. Ils disent que le temps est entortillé sur lui-même, un noeud dans un noeud. Ils disent que c'est peut-être l'ancienne magie Tévintide du lieu qui a rendu ça possible, que les esprits et l'ancienne puissance Tévintide sont comme le sang et le vin.

L'esprit d'Hakkon reste dans le dragon. Ça, au moins, nous en sommes sûrs. Dans les légendes, les Crocs d'Hakkon l'ont apprivoisé comme une bête sacrée, puis ils l'ont nourri d'herbes à démon et d'autres plantes utilisées par les guérisseurs pour attirer les esprits. Nous ne pouvons pas dénouer la magie qui lie le dragon, mais nous pourrions invoquer Hakkon en personne et le lier à une autre créature qui en serait digne.

La créature de Lion-Rouge est morte avec du sang de genlock sur la mâchoire. C'est une belle mort, mais une mort quand même. Nous, les Crocs d'Hakkon, nous n'avons pas de bête sacrée, mais ces couilles molles de Rochours en ont une déjà apprivoisée.

Les pages suivantes sont illisibles, jusqu'à :

Que l'hiver maudisse l'Inquisition ! Elle est venue, l'ours est libre et notre mur de glace est détruit par la magie Tévintide. Nous n'avons plus de temps, ni de bête.

Je vais manger les herbes moi-même. Les mages disent que je ne suis peut-être pas assez fort pour supporter un esprit aussi puissant que celui d'Hakkon. Je préfère mourir en essayant que ne rien faire. Je n'abandonnerai pas mon peuple. J'apporterai la mort sur les Basses-Terres.

Les Crocs d'Hakkon n'échoueront plus.

Haut de page

Journal hakkonite à reliure de cuir

Le Suzerain Harofsen pense que lui seul peut comprendre les paroles des bas-terriens, comme si les augures n'avaient pas appris les runes conteuses pour étudier la magie ancienne. Il est aveugle, mais sans lui, les Crocs d'Hakkon ne seraient pas là. Parfois, un village a besoin d'hommes aveugles dotés de grandes lames.

Autrefois, les premiers Crocs d'Hakkon parlaient avec le grand esprit en personne. Il leur ouvrit les yeux pour qu'ils voient les pierres d'elfes cachés dans le monde ; Ils entrèrent dans l'ancienne caverne et apprirent les mystères de l'hiver. Leur travail du froid leur permit de traverser le mur de glace qui protège la forteresse basse-terrienne, et nous devons en faire de même si nous voulons nous en emparer.

Hakkon a gardé le silence pendant toute notre vie. Il ne peut pas nous parler en rêve, ni nous ouvrir les yeux, et nous demeurons aveugles aux pierres d'elfes. Pourtant, les bas-terriens ont trouvé un nouveau moyen de les voir. Le crâne d'un sans-rêve, empreint de la bonne magie, peut nous faire voir les pierres d'elfes.

Nous connaîtrons à nouveau le mystère de l'hiver.

Haut de page

L'entrée des échos

Les sauvages parlent à leurs dieux dans la caverne. Ils l'appellent l'Entrée des échos. Ils allument des feux, qu'ils alimentent d'épicéa vert, et ils crient leurs questions vers les profondeurs de la grotte. Ils racontent que les réponses leur arrivent avec le dernier écho murmuré. Des superstitions ridicules, avons-nous pensé en riant. Et maintenant, Razikaal s'est tu et la folie s'est abattue. Je ne peux pas m'empêcher d'envisager cette possibilité : et s'il y avait des irrégularités dans le Voile, par ici ? Et si nous pouvions nous emparer de la caverne Alvar et nous en servir à nos propres fins ?

Les esclaves rassemblent des matériaux. Nous allons construire un sanctuaire dédié au dragon du mystère, insérer des objets de concentration dans les parois, graver des motifs sacrés dans la pierre, afin de mieux l'entendre. Nous entendrons à nouveau sa voix ou nous mourrons.

- Note griffonnée à l'encre rouge sang sur un parchemin trouvé dans l'Entrée des échos.

Haut de page

La pointe de Nigel

Je suis terriblement impatiente d'inspecter et d'explorer la Pointe de Nigel. C'est l'une des ruines que l'explorateur Ser Nigel a visitées en voyageant dans les Dorsales. La plupart de mes connaissances de cette région viennent de ses notes et de ses croquis. Je suis consternée par le peu de reconnaissance qu'il a reçue, par rapport à frère Génitivi ou même à ce colporteur de ragots, Philliam, barde de son état !

Je me demande si je pourrai découvrir le but original de la Pointe de Nigel. Bien sûr, son ancien nom
Tévintide a été perdu, mais je suis certaine qu'il a été construit en l'honneur d'un ancien dieu. Je me demande lequel. Si je pouvais le savoir... Évidemment, Harding me lance un regard noir chaque fois que je suggère d'aller m'y promener un matin. Elle dit que c'est trop dangereux, mais elle s'inquiète tout le temps.

- Extrait du carnet de recherche de Colette.

Haut de page

La Porte gelée

Cette porte est toujours gelée, même en plein été. Un morceau de glace taillé dans la masse n'a pas fondu dans un sceau d'eau chaude ; il a même résisté à la chaleur des braises. Je n'ai jamais vu une telle magie. Notre guide Alvar, Ragnarr, refuse de me parler de ce qui se trouve au-delà du mur gelé. J'ai épuisé toutes les possibilités et je dois me résoudre à l'idée de ne jamais franchir cette porte.

J'ai conservé le morceau de glace pour mon usage personnel. Ses propriétés le rendent idéal pour refroidir mon cidre par une chaude journée. Je dois me contenter de ces plaisirs-là et ne pas me laisser obséder par ma curiosité insatisfaite.

- Extrait des carnets de voyage de Ser Nigel, explorateur et chevalier.

Haut de page

La chute

Un groupe de glyphes de feu voilé sophistiqués apparaît sous la flamme vacillante. Ils laissent percevoir une grande bataille antique. Un esprit protecteur surveille les Alvars de Rochours qui acculent un groupe d'Alvars rivaux dans la forêt. Ils se lancent dans le combat, tandis que l'esprit détourne les lames pour protéger les guerriers de Rochours.

Les flèches et la magie s'abattent. Les Alvars rivaux tombent, mais l'esprit aussi. Les sensations se dissipent.


Haut de page

Le Deuil

Le feu voilé illumine un enchevêtrement de glyphes. Il s'en dégage une impression de deuil. Les Alvars de Rochours prient et offrent des sacrifices à l'esprit tombé dans le dernier combat. Puis l'on ressent les mois qui passent. Les prières ne sont pas oubliées. La vision disparaît.

Haut de page

Le retour

Tandis que les derniers glyphes s'illuminent à la lueur du feu voilé, un sentiment d'excitation et d'attente naît. Une fête nocturne se déroule dans un village Alvar, autour d'un autel où s'amoncellent nourriture et boissons. La Suzeraine entame un chant. Les autres habitants le reprennent en choeur. Ils chantent de plus en plus fort, de plus en plus vite, pendant des heures.

Tandis que le soleil se lève, un esprit embrasé apparaît au-dessus de l'autel. Il porte le nom de l'esprit mort au combat. C'est à la fois le même esprit et un autre.

Un rugissement assourdissant s'élève de la foule d'Alvars. Est-ce un triomphe ? Un accueil ? Autre chose ? L'apparition se dissipe.


Haut de page

Le sanctuaire ensanglanté

Nous avons pris des mesures pour éviter les Hakkonites et nous avons globalement réussi. Tout se serait passé sans encombre si Pryce, qui manque encore d'expérience, n'avait pas laissé des traces visibles dans la terre. Les Crocs d'Hakkon s'en sont servis pour nous suivre, et même Falker n'a pas réussi à nous débarrasser d'eux. Ces ordures sont coriaces. Nous avons fini par nous cacher parmi les cadavres en décomposition et les ossements blanchis par le soleil qui jonchaient le sol autour d'un étrange sanctuaire. Il était creusé dans la pierre et surmonté de ce qui ressemblait à un crâne de dragon. Heureusement, quand les Hakkonites sont arrivés au sanctuaire, ils se sont arrêtés net. Ils ont murmuré entre eux, puis leur chef s'est incliné devant le crâne, en signe probable de respect. Ensuite, ils ont cessé de nous suivre.

Nous ignorons toujours pourquoi ce sanctuaire a fait reculer les Hakkonites. D'ailleurs, il vaut peut-être mieux ne pas le savoir.

- Extrait des rapports envoyés à l'éclaireuse Harding

Haut de page

Les confins de Razikaal

Le brouillard est tombé rapidement, enveloppant le monde dans les ombres et rendant les pierres dangereusement glissantes sous nos pas. Je savais qu'il nous fallait trouver un abri avant de perdre cette dernière lueur. Nous avons continué notre route tant bien que mal en suivant le large dos peint de Ragnarr, pour finalement atteindre un ancien temple Tévintide au moment où la lumière du jour disparaissait. Ragnarr nous a dit d'installer nos abris dans l'entrée et nous a avisés de ne pas nous
aventurer trop loin dans la ruine. En l'entendant murmurer ainsi d'un ton inquiet, j'ai su immédiatement qu'il avait peur. Ne voulant pas alarmer le reste de la troupe, j'ai pris Ragnarr à part pour lui parler. Il m'a expliqué que certains Alvars croient ce temple hanté par de vieux esprits vengeurs. Les Tévintides sont venus ici il y a longtemps ; ils ont construit leurs grands temples puis, un jour, sans prévenir, ils les ont tous abandonnés. Ragnarr était convaincu qu'ils avaient fait quelque chose d'horrible ici, mais il n'a pas pu me dire de quoi il s'agissait. Qu'elle qu'en soit la raison, il était très perturbé par ce temple et ne nous y avait emmenés qu'en désespoir de cause.

Cette nuit-là, j'ai dormi par intermittence. Une fois, en ouvrant les yeux, j'ai vu une lumière ambrée clignoter au-delà d'une deuxième entrée. Quand j'ai cligné des yeux, elle a disparu. Au matin, le brouillard s'était levé, et je ne savais plus si j'avais vraiment vu la lumière ou si j'en avais seulement rêvé.

- Extrait des carnets de voyages de Ser Nigel, explorateur et chevalier.

Haut de page

Mystères du Cirque des Dorsales

Un énorme tas de notes et d'observations. Moitié journal, moitié notes de recherches, ces parchemins semblent ne jamais avoir suivi d'ordre quelconque. Au-dessus, on a écrit : "Observations des Mystères du Cirque des Dorsales de Givre et de leur Lien Caché avec les grands secrets enterrés au fil des Ères".

Le Mystère des Aqueducs

Après de nombreuses lectures, j'ai appris que les murs Tévintides à côté des lacs s'appellent des "Aqueducs". Il s'agit de Routes qui apportaient l'eau jusqu'à leurs Forts de Pierre. Ces aqueducs Puisaient l'eau des régions basses, mais ce n'est pas La Seule Raison pour laquelle les Tévintides changèrent le paysage. Des parties du Cirque ont été Modifiées par le passé, ce que l'on peut voir si l'on adopte le bon état d'esprit. Il y a une seule explication : des chemins de Résonance mystique, ou des Lignes mystiques, ou un "Alignement de sites" traversent la région !

Les mages du village nient l'existence de " l'Alignement de sites", mais ils protègent les Secrets de la Fraternité, ou ignorent les rites cachés des basses-terres. J'en veux pour preuve le tracé des Lignes de Pouvoir qui traversent le Cirque dans le livre du professeur Whalen Vankin : "Ode à l'Ordo Templis Royalis". Un simple lecteur ne le verra pas DIT explicitement dans l'ouvrage, mais certains signes secrets laissés par le professeur pour embrouiller ses Ennemis l'indiquent très Clairement, si on lit le texte huit fois.

Prisonniers secrets de Tévinter

Jadis, cela se trouvait sous l'eau, jusqu'à ce que les Tévintides assèchent une bonne partie du marais de Kuldsdotten pour construire cette prison. Pourquoi établir une prison aussi loin de tout ? Pour les Prisonniers qu'ils voulaient Cacher. Tévinter a mené de nombreuses Guerres contre Orlaïs, mais je crois maintenant qu'il y a également une Guerre Secrète entre eux, que les Gens du Peuple n'ont pas le droit de voir. Cette prison et un Vestige de cette Guerre Secrète qui se déroule encore aujourd'hui.

Je parle des tentatives d'Orlaïs pour lancer les Rois-Serpents de la Terre contre l'alliance des Tévintides avec les Hommes de la Lune.

Cela est expliqué dans les nombreux Tracts de Ser Yoke que j'ai lus, qui expliquent notamment la présence du serpent dans les dessins Tévintides et l'apparition des Rois-Serpents. (C.F. cristaux). Les Hommes de la Lune demandaient-ils à leurs Alliés Tévintides de garder ici les Reptiliens pour pouvoir les interroger à loisir ? Personne ne peut l'affirmer, mais je dirais quand même oui, car cela corrobore mes Théories.

Le Secret de la Langue rocheuse

La Langue rocheuse est une île qui a une Grande Importance. Ses rives sont escarpées, mais sur son sommet plat sont fièrement perchés des piliers et une statue de Dragon, pour que tout le monde puisse les voir. Les Tévintides les auraient-ils placés là sans raison ? Sûrement pas ! Je crois qu'ils devaient être visibles de très haut, car la rivière et l'île étaient faciles à repérer en vue aérienne. Cette île est évidemment l'endroit d'où les Tévintides ont Contacté les Hommes de la Lune pour la première fois.

Cela expliquerait pourquoi la Rivière a clairement été Déviée de son cours original par le passé, comme on peut le voir lorsque l'on suit ses anciennes rives ! Les Tévintides ont-ils utilisé l'Alignement de sites ? Les Hommes de la Lune volaient-ils ? Sont-ils comme nous, mais en plus gris ? Il reste encore beaucoup de choses à Découvrir !

Le Véritable But du Cratère

Le Seigneur l'Rouche de Montsimmard a jadis été Témoin de "secousses qui ont fait tomber une vieille Chantrie et une prairie dans un trou géant et profond". Il a accusé "la Couronne Féreldienne" d'utiliser "de la magie noire pour insulter la supériorité d'Orlaïs". L'Orlésien n'avait qu'à moitié raison, car je sais maintenant qu'en fait, c'était l'oeuvre du Peuple-Serpent.

Si l'on regarde Attentivement, on peut vois que le Cirque des Dorsales de Givre a dû être manipulé par la main d'un Grand Être. Le cratère de la Forteresse basse-terrienne n'était pas la disposition naturelle des montagnes, il est apparu après le déplacement de Quelque Chose Sous la Terre ! Les Rois-Serpents doivent être grands et leurs mouvements puissants pour que la Terre Tremble lorsqu'ils se déplacent. C'est Clair comme de l'eau de roche : les Tévintides antiques et les Hommes de la Lune sont venus ici pour Tenter de tuer un Roi-Serpent enterré sous le cratère ! Il y a trop de Signes et de Présages alignés pour envisager quoi que ce soit d'autre.

Quelqu'un a fait un croquis au verso de l'une des feuilles : un mur Tévintide en ruine dans un marais peu profond, une île au milieu d'une rivière, quelque chose qui ressemble à une prison Tévintide et un petit avant-poste Tévintide avec une terrasse d'un côté, et une sculpture en métal dans la cour.

Haut de page

Notes de Colette

Une série de dessins détaillés de l'inscription, des éclats de verre et des environs suivent une poignée de notes dans une écriture soignée :

"Deux vécurent. Soixante périrent. Un triomphe, notre triomphe.
Une trêve en plein combat en mémoire des bas-terriens, dignes de la faveur de
notre Dame."

Inscription découverte dans une ruine Tévintide du Cirque des Dorsales de Givre, mais pas d'origine Tévintide. Le style de l'écriture et le symbolisme environnant indiquent qu'elle est Alvar. L'écriture n'est pas répandue dans les villages : cet endroit était-il marqué par un chef ou un augure ? A priori, il y avait peu de bas-terriens dans la région à cette époque.

Le verre suggère une présence très ancienne de templiers. Échantillons préparés pour obtenir l'avis du professeur Kenric.

Haut de page

Pages près d'un vieux feu de camp

Il y a des pages d'un vieux livre déchirées près d'un feu de camp ; elles ont probablement servi à l'allumer. La glace a maintenu certaines d'entre elles en assez bon état pour qu'elles soient lisibles :

Haron et Orinna ont repoussé les Alvars, mais lorsque Télana et moi avons brisé la protection de givre Tévintide et sommes entrés dans la forteresse, nous avons découvert, à notre grande tristesse, qu'il s'agissait de leur base principale. Leur maîtrise de la magie de glace leur a permis de traverser la protection sans la faire fondre. Au lieu d'attirer le dragon dans notre piège, nous nous sommes battus violemment dans la demeure même de nos ennemis.

La puissance du dragon est inégalée. Possédé par ce dieu-esprit Alvar, il rivalise de fureur avec le légendaire Archidémon Dumat. Je prie pour que les légendes d'un autre Archidémon qui a mené l'Enclin dans les Anderfels soient juste des fables, mais si elles sont vraies, je comprends pourquoi l'Empereur Drakan m'a demandé de venir ici. Le nouvel "Orlaïs" de Drakan ne peut pas affronter deux dieux-dragons à la fois.

Télana a été blessée dans le dernier combat. Elle dit qu'elle peut encore se battre, mais elle boîte, même après avoir reçu notre magie curative. Lorsque nous serons réchauffés, je la renverrai à la surface. Le sort qui va enfermer le dragon ne nous laisse que peu de chances de nous échapper et, dans son état actuel, elle ne risque pas d'aller plus vite que la magie. Si tout va bien, elle retrouvera Orinna et Haron, ils retourneront à la civilisation et amèneront des renforts.

Je sens à nouveau mes doigts. Il est temps d'y aller.

Haut de page

Questions de précision

... qui se pressaient contre eux furent interrompus par la lumière qui émanait de ses mains confiantes. C'est alors qu'elle s'en tint à son propre conseil, d'une manière que nous ne détaillerons pas ici, et qu'elle mena l'expédition.

Les yeux d'Améridan cherchèrent-ils les siens dans l'assemblée pendant qu'il racontait les événements qui les avaient amenés ici ? Si elle se tenait parmi nous, je ne le sus pas. Pourtant, la main d'Améridan faisait ce geste que je fais lorsque ma femme se tient près de moi et que je cherche un réconfort muet en touchant ses doigts. Nous avions tous entendu les rumeurs.

A-t-il prononcé son nom en racontant l'histoire ? Aurait-il osé le faire ? C'était une autre époque, mais les choses ont-elles vraiment changé ?

- Extrait des textes du Seigneur Bescond, consignés pour la première fois par écrit en 1:48 des Divines.

Suivi d'une lettre :

Kenric,

Il s'agit d'une copie exacte. Les pages précédentes ont été perdues (ou supprimées) il y a des siècles. Bescond ne fait aucune autre référence à cette femme, mais Améridan apparaît plusieurs fois par la suite. Les écrits de Bescond ne sont pas inconnus, car ils traitent de l'Inquisiteur Améridan, mais vous êtes peu susceptible de les trouver dans les registres de la Chantrie. Leur validité est largement rejetée. Certains émettent l'hypothèse que la "lumière" et le "conseil" puissent être des allusions à la magie ou au divin. Évidemment, Bescond a écrit ses impressions plusieurs années après les faits. La femme de l'auteur elle-même a mis en doute la précision de ses écrits lorsqu'elle a admis que son mari se souvenait de sa jeunesse dans la capitale Orlésienne à travers le prisme de la nostalgie et des souvenirs déformés par l'âge. Je crois que cette déclaration est dans les rapports officiels de la Chantrie.

Bonne chance,
M.

Haut de page

Un mariage réussi

Dans un village au-delà du nôtre, un homme appelé Virmik Torsen devait épouser une femme appelée Sedora Yildsdotten. Ils étaient jeunes, amoureux et avaient fait beaucoup d'offrandes aux dieux en leur demandant de leur accorder le bonheur. La veille de leur mariage, Sedora fit un rêve : la Dame des cieux vint à elle et lui dit de faire des noeuds tellement serrés dans les liens du mariage que Torsen et elle ne resteraient mariés qu'une seule année. Elle se réveilla perturbée, mais fit ce que la Dame avait demandé. Virmik ne dénoua qu'un seul noeud, et ils se marièrent pour un an.

Cette année-là fut difficile. Les arcs manquèrent le gibier et les vents de l'hiver rugirent à travers leurs cabanes. Virmik et Sedora maigrirent. Quand leur mariage prit fin, ils firent de nombreuses offrandes aux dieux, cette fois pour implorer leur pitié. La veille de la fête, la Dame des cieux vint en rêve à Virmik et lui dit de dénouer un seul noeud, de sorte que Sedora et lui ne seraient mariés qu'une seule année. Virmik se réveilla chagriné, mais il fit ce que la Dame avait demandé. Sedora et lui se marièrent encore pour un an.

L'année fut longue. Le temps était mauvais et les récoltes furent mauvaises. Virmik et Sedora maigrirent encore. Lorsque le mariage toucha à sa fin, Sedora et Virmik rêvèrent tous les deux de la Dame des cieux. "Vous avez demandé le bonheur, dit-elle, mais je ne peux vous l'offrir. Vous avez demandé la pitié, mais la terre ne veut pas vous la donner. Réfléchissez bien à ce que vous demanderez demain."

Sedora et Virmik discutèrent longtemps cette nuit-là et, le matin, ils firent une offrande aux dieux. Ils demandèrent la force de chasser et de récolter lorsque la vie était bonne et la patience d'attendre quand elle ne l'était pas. L'année fut parfois bonne, parfois mauvaise, mais ils apprirent à se connaitre et à savoir ce qu'ils pouvaient supporter. Ils devinrent heureux, non par un cadeau des dieux, mais par leurs propres actions, et ils vécurent le reste de leur vie en ne faisant qu'un.

- Extrait des Récits du Sud sauvage : recueil de légendes sur les nations barbares de Férelden de Dame Susanna Ashwell d'Ansburg.

Des remarques ont été écrites en bas de cette page, de mains différentes :

Comment une corde peut déterminer la durée d'un mariage ?

Le marié Alvar dénoue les noeuds que sa femme a noués sur une corde. Il a jusqu'à la fin du chant du mariage. Le nombre de noeuds qu'il dénoue correspond au nombre d'années que durera le mariage.

C'est complétement idiot !

Ça me paraît raisonnable. Tu verras si tu veux toujours vivre avec ton beau mari ou ta belle femme quand il ou elle ne sera plus de première fraîcheur. Peut-être que si tu n'es pas sûr de ton coup, tu ne défais qu'un seul noeud ou tu les serres bien, comme dans cette histoire.

Je trouve ça stupide.

Moi je trouve que vous devriez arrêter d'écrire dans le livre que je dois rendre à la bibliothèque, nigauds !

Haut de page

Une bicoque résistante

De nombreux explorateurs des ruines antiques rapportent qu'ils ont découvert des maisons, des meubles, ou même des outils qui semblent vieux de quelques années tout au plus. Avant que les études plus poussées sur les esprits et l'Immatériel soient rendues publiques par les Cercles, les érudits supposaient souvent que de telles structures devaient avoir contaminé un site plus ancien, ce qui faussait les informations et causait des malentendus sur les déplacements des différents peuples de la Tévinter antique, et même avant.

Nos frères et soeurs des Cercles des Mages nous ont donné une réponse plus plausible. Dans les zones où le Voile est fin, les esprits captivés par un événement particulier peuvent oeuvrer pour préserver "l'atmosphère" de l'endroit, en conservant, de leur manière imparfaite, tout ou partie de la zone. La cabane d'un apostat légendaire peut sembler abandonnée depuis quelques décennies, avec de la poussière et des murs en ruines, alors qu'en fait, elle date d'une ou plusieurs ères. Les esprits qui grattent les contours du Voile effraient la vermine qui aurait rongé les poutres et les plantes dont les vrilles auraient serpenté sur les pierres, jusqu'à ce que la forêt les engloutisse.

Le comité recommande que toutes les expéditions historiques autorisées par l'Université incluent un mage, qui puisse être consulté sur de telles questions. C'est la seule manière d'éviter les erreurs embarrassantes de nos ancêtres et d'apporter à Orlaïs les vraies connaissances qu'il mérite.

- Lettre du comité historique de l'Université d'Orlaïs adressée à l'Impératrice Célène pour lui demander son soutien (demande ajournée après le début de la rébellion des mages).

Haut de page

Une lettre manuscrite

Ma chère Dentelle,

J'espère que cette lettre te trouvera heureuse et en bonne santé. La semaine dernière, j'ai réussi à convaincre Hugin de me troquer des cartes de Férelden et d'Orlaïs. Tu te souviens de lui ? C'est l'ancien soldat qui loue la maison à la ferme de Dame Johann. Un homme discret, qui fume toujours sa pipe assis sur une chaise, devant sa porte. Il n'avait plus besoin de ces cartes, alors je lui ai offert des bocaux de ma confiture et j'ai reprisé son manteau en échange. Maintenant, quand tu me parleras de tes voyages, je pourrai voir où tu es allée. Je suis abasourdie quand je regarde les lignes pointillées qui serpentent déjà sur mes cartes. Tous ces endroits où tu as mis les pieds !

Tu es partie si loin, ma petite Dentelle ! Je suis fière de toi. Quand j'avais ton âge, je n'étais jamais allée plus loin que Lothering. Ma mère n'a jamais quitté Golefalois : c'est là qu'elle a vécu et qu'elle est morte. Tandis que toi, tu voyages tellement loin, avec une telle détermination ! Mon esprit peut à peine le comprendre, mais mon coeur est empli de joie.

Je ne vais pas te faire perdre ton temps, je sais que tu es très occupée. Je regarde les Dorsales de Givre sur la carte tout en t'écrivant, car je sais que tu es probablement à Fort Céleste. Couvre-toi bien, s'il te plaît. Je te joins la recette de ton ragoût préféré à la chèvre et aux navets, un petit souvenir de la maison pour lutter contre le froid des montagnes.

Ton père et moi t'embrassons très fort,
Maman

Haut de page

Vieux document dans un tube à parchemin

A qui lira ce message,

Faites savoir que son porteur, l'Inquisiteur Améridan, commandant des Chercheurs de la Vérité, se rend au Cirque des Dorsales de Givre sur demande officielle de Sa Majesté divine Kordillus Drakan, Empereur d'Orlaïs, pour une affaire d'une importance vitale pour la sécurité de ce saint Empire, et que lui et ceux qui l'accompagnent doivent recevoir tout service, toute assistance et toute
courtoisie nécessaires pour appuyer leurs efforts visant à protéger les Orlésiens des menaces à la fois magiques et terrestres.

Que le Créateur le protège,
Kordillus Drakan I

Haut de pageRetour au sommaire


Lieux

Cirque des Dorsales de Givre

Halvor arrive souvent aux alentours de l'Hivernale, mais vu le temps qu'il fait, je ne l'avais pas cherché. C'est pour ça que quand sa voix a rugi dans le marché, j'ai été surpris :

"Bas-terrien ! Tu devais m'offrir un verre à ma prochaine visite. Et un dîner. Mais tu voulais peut-être éviter de payer ta dette ?"

J'avais peut-être essayé d'esquiver le paiement du pari, mais j'étais heureux de régler la note à la taverne ce soir-là. J'ai demandé à Halvor où l'avait emmené son dernier voyage, et il me répondit qu'il faisait commerce avec un village Alvar dans le Cirque des Dorsales de Givre. Puis il leva les sourcils en voyant mon expression. Alors je lui ai parlé des histoires que mon oncle nous racontait quand on était petits, où les expéditions courageuses se perdaient dans des endroits comme la Porte du Ponant, les Marais de Nalashin... et le Cirque des Dorsales de Givre. Il rit et reconnut que ce pouvait être un endroit cruel. Il décrivit des forêts denses (certainement plus grandes que celles que j'ai vues) et des marais sombres. Sa règle pendant ses voyages semblait se résumer à : "prend garde, car tout peut te tuer". Les animaux sont violents, les falaises sont abruptes et tu ne dois pas oublier la volonté des dieux (là il parle des dieux Alvars). Bien sûr, la chasse est bonne, le commerce est équitable et le village Alvar est impressionnant.

"Est-ce que les gens disparaissent vraiment dans la forêt ?" lui demandai-je.

"Il n'y a pas beaucoup de bas-terriens qui viennent. Et encore moins en repartent". Sa dernière phrase était une blague, mais je ne suis pas sûr de visiter ce village d'ici peu.

- Lettre écrite par un marchand Féreldien à son cousin, à Hautecime.
_________________________________________________

Ressources disponibles : Elfidée, Embrium, Champignon des Tréfonds, Felandaris, Grâce sylvestre, Éternalite, Argentite.
Haut de pageRetour au sommaire


Récits

Améridan et la mage

La lumière douce de l'Immatériel, en nuance rêveuses, s'éteint.
Chacun retrouve un souvenir, entre ses lèvres écartées.
Essaie de le formuler, mais se tait.
Elle glisse sous les doigts endormis avant la lueur du matin.
En plein jour, les regards détournés, les yeux baissés
Devant tout le monde sauf l'autre. Ils ont prêté serment.
A l'appel du Lion, mais c'est fini, maintenant.
La faux gibbeuse observe tous ces moments.
D'amour renié et de secrets bien gardés,
Alors que des lèvres écartées les paroles sont enfin prononcées.

- Extrait d'Améridan et la mage, auteur inconnu.

Ce portrait extrêmement romantique de rencontres illicites entre une mage et son amant a été écrit pendant l'Ère des Divines. Cette oeuvre a probablement été écrite après la disparition d'Améridan, mais on raconte qu'elle a été inspirée par des légendes et des rumeurs sur "la mage" de l'ancien Inquisiteur. Au moment de la Deuxième ère, les érudits de la Chantrie étaient tous arrivés à la conclusion qu'il ne s'agissait pas d'Améridan, mais d'un autre homme. Ces érudits prétendent que le titre du poème est un ajout tardif destiné à ternir la réputation du dernier Inquisiteur. Le poème a plus tard été qualifié de "problématique" et relégué à une liste d'oeuvres proscrites.

- Extraits d'Examen de textes interdits, auteur non révélé.

Haut de pageRetour au sommaire

Constellation: Bélénas

D'après la légende Alvar, Korth le Père des cimes avait installé son trône au sommet de la montagne Bélénas, qui se trouve au centre du monde et était si haute qu'il pouvait voir les quatre coins de la Terre et du ciel.

Au fil du temps, les jeunes Alvars téméraires se lancèrent le défi d'escalader la montagne des dieux. Au début, Korth trouva cela amusant et il se réjouissait de leur bravoure et de leurs tentatives ratées d'entrer dans son village. Ensuite, Sindri Briseciel, le plus audacieux de ces anciens héros, parvint au sommet de la montagne et se tint en chair et en os dans le hall du Père des cimes. Bon joueur, Korth l'accueillit en héros et le mortel retourna aux Dorsales de Givre pour raconter des récits de banquets des dieux et de cadeaux de Korth. Bientôt, de plus en plus de héros entrèrent dans le hall du Père des cimes et réclamèrent d'être couverts d'honneur. Korth en eut assez d'organiser des banquets et les autres dieux commencèrent à craindre une colère.

Korth parla alors à la Dame des cieux et éleva Bélénas de la Terre à son royaume à elle, qui ne pouvait être atteint, même pas l'alpiniste le plus intrépide, et c'est là qu'il vit désormais en paix.

- Extrait du Précis d'astronomie de Thédas de soeur Orane Pétrarque.

Haut de pageRetour au sommaire

Constellation: Fulménos

Communément appelé "l'Éclair", la constellation Fulménos forme un éclair lancé par un dieu en colère. La question de savoir lequel est encore débattue aujourd'hui. Chacun des anciens dieux de Tévinter a été considéré comme le lanceur, la cible allant de la cité perdue de Barindur à un bouffon ayant fait un jeu de mots particulièrement odieux.

- Extrait du Précis d'astronomie de Thédas de soeur Orane Pétrarque.

Haut de pageRetour au sommaire

Constellation: Visus

Connue sous le nom de "Vigilance" en langage ordinaire, cette constellation avait une signification importante pour les anciens peuples Alamarri et Cirianes du sud de Thédas. On raconte que la Dame des cieux ouvrit un oeil pour que la lumière de son regard dirige son peuple dans les Dorsales de Givre. Lorsque les armées d'Andrasté se dirigèrent au nord de leurs terres ancestrales pour faire la guerre à Tévinter, elles furent guidées par l'OEil, qui devint le regard du Créateur (et non celui de la Dame) qui les a menés à la victoire. L'épée fut ajoutée plus tard. On dit que l'étoile qui marque la pointe de sa lame est apparue seulement pendant la nuit qui a suivi la mort d'Andrasté. La première Inquisition a pris Visus comme symbole de son appel sacré lorsqu'elle a rejoint la foi andrastienne : l'OEil représentait à la fois la recherche de maléficiens et le jugement du Créateur sur ses actions. Lorsque l'Inquisition se sépara pour rejoindre les Chercheurs de la Vérité et l'Ordre des Templiers, ces derniers prirent l'épée alors que les Chercheurs gardèrent l'OEil.

- Extrait du Précis d'astronomie de Thédas de soeur Orane Pétrarque.

Haut de pageRetour au sommaire

Deux légendes écrites au combat

Dans un village au-delà du nôtre vivaient deux hommes. L'un s'appelait Ivatt Jovsen, l'autre Rekkas Hildsen. Lorsqu'Ivatt apprit que des bas-terriens s'approchaient de son village, il partit à leur rencontre. Il les trouva dans une vallée, et son coeur s'emplit de tristesse, car ils étaient venus en grand nombre, portaient des cottes de mailles et parlaient avec ferveurs de combattre les Alvars. Le malin Ivatt observa les rochers qui surplombaient les bas-terriens. Quand ils établirent leur campement pour la nuit, il escalada le pic le plus élevé et fit rouler un gros rocher jusqu'au bord d'une corniche, en visant la lumière de leurs feux. Le rocher déferla dans une vague dévastatrice de pierres et de poussière. Plus de la moitié d'entre eux furent écrasés, et les autres, terrifiés, partirent en courant rejoindre leurs basses-terres.

Le village d'Ivatt organisa un grand festin pour fêter sa victoire et déclara qu'il serait désormais nommé Ivatt Fracasse-Pierre dans leurs chants. Rekkas Hildsen était jaloux. Ne visait-il pas mieux qu'Ivatt ? Ne courait-il pas plus vite ? Un monstre redoutable vivait au sommet de la montagne près du village, une créature aux plumes d'or et aux serres tranchantes qui volait leur gibier dans la vallée. Jurant qu'il terrasserait le monstre pour obtenir sa propre marque de légende, Rekkas se mit en chasse.

La première nuit, Rekkas trouva et tua un bélier. La deuxième nuit, il trouva et tua un hahl. La troisième nuit, il trouva le nid du monstre à plumes, qui était vide. Le chasseur disposa le bélier et le hahl dans le nid, puis escalada la roche qui le surplombait. Aux premières lueurs de l'aube, le monstre revint et se jeta avidement sur la viande. Tandis qu'il était occupé, Rekkas bondit et lui plongea son épée dans le dos.

Le monstre hurla, mais son cuir était épais et l'épée resta coincée. Il prit son essor, un Rekkas terrifié toujours accroché à son dos. La créature vrilla et plongea pour se débarrasser de lui, et l'épée tomba dans la vallée profonde. Désespéré, Rekkas s'accrocha aux plumes de son cou. Il vit que la bête allait bientôt survoler sa maison, où tous ses amis et sa famille étaient rassemblés et regardaient la scène, éberlués. Rekkas s'appuya de tout son poids, tentant de forcer le monstre à s'approcher du sol. Cette technique fonctionna et quand la bête plana au-dessus du village, il se retourna et sauta. Les dieux lui furent cléments et, tandis que la créature repartait, il atterrit sur un tas de fumier, dans un nuage de plumes arrachées.

Depuis ce jour, Rekkas sut rester humble et ne se laissa plus jamais contrôler par la jalousie. En fin de compte, le chasseur savait que sa marque de légende aurait pu être bien pire que "Rekkas l'Emplumé".

- Extrait de Récits du Sud sauvage : recueil de légendes sur les nations barbares de Férelden par Dame Susanna Ashwell d'Ansburg.

Haut de pageRetour au sommaire

L'origine du nom de Rochours

Tout commença par un homme : Ivar Jerriksen.

Forcés par la guerre et l'infortune à quitter leur village après la mort de leur suzerain, les survivants du peuple d'Ivar le suivirent à travers les montagnes. L'hiver était rude. Les vents d'Hakkon résonnaient dans les pics. Les bêtes avaient fui et les chasseurs trouvaient peu de gibier. Le peuple d'Ivar perdait des forces. Ils se croyaient maudits. Lorsque le blizzard s'abattit sur eux, ils allumèrent un maigre feu et se blottirent les uns contre les autres pour se tenir chaud. Au bout de trois jours de tempête, ils comprirent qu'ils allaient mourir.

Le troisième soir, tandis qu'Ivar montait la garde, il aperçut un grand ours gris à travers la neige. La créature se tenait loin, mais Ivar sentit ses yeux sur lui et sut qu'il devait la suivre. Seul, il se mit en chemin, luttant contre le vent et la neige. Le grand ours marchait devant lui, toujours à distance, mais jamais hors de vue.

Enfin, l'ours s'arrêta. Ivar s'avança près de lui et vit un endroit abrité qui pourrait sauver son peuple. Il tendit la main vers son guide, mais au lieu de fourrure, il toucha de la pierre grise. Ivar s'agenouilla devant la pierre et remercia Korth, car il savait que le Père des cimes avait pris la forme d'un ours pour le guider.

Ivar retourna auprès de son peuple pour le conduire à l'endroit abrité. Il devint alors Ivar le Protégé des neiges, et son peuple jura de le respecter en tant que nouveau suzerain. Le village reçut le nom de Rochours en l'honneur de la vision d'Ivar et, ici, nous sommes devenus plus forts.

- Extrait de Récits du Sud sauvage : recueil de légendes sur les nations barbares de Férelden de Dame Susanna Ashwell d'Ansburg.

Haut de pageRetour au sommaire

La ballade de l'or de l'assassin

Au plus profond de l'hiver, nous quittâmes Tévinter,
La cale remplie de tout notre butin.
Le navire bravait les flots, sans espoir de sauver notre peau.
Sur un rivage où vivre avec l'or de l'assassin.

Puis nous vîmes la terre, une île fort salutaire,
Nous parvînmes sur sa rive et respirâmes alors.
Mais les esprits inquiétants, autour de nous, menaçants,
Nous accusèrent de porter l'or des morts.

Votre capitaine, ont-ils crié, a cruellement frappé
Un serviteur mort à la porte du trésor.
Sa vie s'est arrêtée, quand il glissa sur un rocher,
Se fracassa le crâne et perdit tout son or.

Le second se disputa, s'échappa et étrangla
Le vieux garde avant qu'il ne donne le signal.
Il glissa sur le pont de l'épave, et toucha le fond
Puis s'étouffa en regrettant d'avoir fait le mal.

La dame prenait son bain et lança un regard hautain
Quand je pris sa clé en lui transperçant le sein.
Si je dois me noyer, que les esprits soient fâchés,
Je serai sur la terre ferme avec l'or de l'assassin.

Haut de pageRetour au sommaire

La chasse au loup de la lande

La messagère courait sur la route sinueuse
Et atteignit, le souffle court,
Le bastion des chasseurs
A qui, désespérée, elle demanda secours.

Améridan, en peau de dragon,
Haron, en armure bénie d'acier,
S'approchèrent pour entendre
La messagère essoufflée.

"Sur la lande solitaire, pleura la messagère,
Une horrible créature demeure.
Quand le jour s'efface et que la nuit tombe,
Elle frappe, et tout le monde meurt."

Sur la lande assombrie,
Trois âmes courageuses les menèrent,
Mais ces guides s'enfuirent
Quand le soleil plongea sous la bruyère.

La lune rampait sur la lande
Lorsqu'un cri terrible retentit.
Dans la lumière d'argent, les chasseurs
Virent arriver l'être maudit.

Pareil à un loup,
De la taille du Tueur de bûcherons.
Dans ses yeux, une flamme mystique,
Et l'Immatériel à chaque expiration.

Vifs comme l'éclair, les chasseurs attaquèrent.
Le loup démon tomba,
Mais la force d'un mortel ne put
Parer le coup qu'il lança.

D'une patte énorme, le monstre
Frappa Améridan le Courageux
Qui s'envola à travers la lande
Dans un tombeau marécageux.

Sur la poitrine d'Haron
Sa mâchoire de dragon serrée,
Vers l'ouest, la créature s'enfuit,
Emportant le chevalier.

Nulle âme dans la lande ne vit
De la tourbe se lever
Améridan, qui se retrouva
Seul dans l'obscurité.

A terre, il découvrit
Le bouclier brisé d'Haron.
Fou de rage, il jura de venger
La mort de son compagnon.

Courant sur la lande, le loup
Emmenait Haron dans sa tanière :
Un labyrinthe de grottes sinueuses
Aussi sombres que l'enfer.

A la lueur des lucioles,
Haron se battit, plein d'espoir,
Pour se libérer des crocs de la mort
Avant qu'il ne soit trop tard.

Le chevalier planta son arme
En plein dans la prunelle
De la créature qui s'enfuit
En poussant un cri surnaturel.

Dans les ténèbres de la caverne,
Il y avait une idole en pierre
Provenant de l'Immatériel et marquant
Le destin funeste de son propriétaire.

Améridan trouva seul
La piste de son ennemi.
Il entra dans la grotte, fin prêt
A lui ôter la vie.

Dans la grotte sinueuse il chercha
La bête qui avait suscité sa haine,
Et à la lumière étrange des lucioles,
Il la trouva au fond de la caverne.

Le monstre retrouva Améridan
Brandissant sa lame telle un tison,
Alors qu'Haron, un peu plus loin,
Se battait contre des gardes démons.

Améridan visa juste,
Et la pierre démoniaque se brisa.
La bête et l'esprit moururent ensemble,
Mais les chasseurs ne le surent pas.

Blessés, au fond des ténèbres,
Les deux hommes se dirigèrent
A l'extérieur de la caverne,
Tous deux guidés par la lumière.

A l'aube, ils se retrouvèrent,
Tous deux emplis de joie.
Ils étaient chancelants et blessés,
Mais avaient échappé au trépas.

Quand la nuit fit place au jour,
Ils racontèrent leur récit.
Et chacun d'eux prétend toujours
Que c'est lui seul qui vainquit.

Haut de pageRetour au sommaire

Le conte d'Hryngnar, le troll de glace

Tremblez devant le troll de glace Hryngnar, que vos yeux se gardent de susciter son courroux,
Incapable de rêver, comme les nains en dessous de nous, pour lui barrer la route, il faudrait être fou.
Les armes en larmes, les guerriers Alvars voulurent graver leur marque de légende et devenir célèbres,
La chance leur échappa, mais la Dame des cieux les recueillit lorsqu'ils tombèrent dans les ténèbres,
Décimés par la rage glacée d'Hryngnar.

Les géants vinrent à la nage, pour chasser et tourmenter
Les Alvars qui craignaient leurs formes sur la rive et fuirent à leur arrivée.
Hryngnar, le troll des glaces, voyant ses frères, fit appel aux vents de l'hiver,
La peur cessa quand les géants givrés, subissant les vents glacés, s'immobilisèrent,
Incapables de menacer les foyers Alvars.

Les guerriers de Tévinter arrivèrent, leur armure éclatante, leur bouclier d'or,
Ils volèrent la terre des Alvars, les murs gravés, pour en faire leur fort.
La rage d'Hryngnar, le troll de glace, sur les guerriers bas-terriens s'abattit,
Il invoqua sa force de glacier et la muraille Tévintide se fendit,
C'est ainsi qu'il la reprit aux bas-terriens fuyards.

Échappez au regard d'Hryngnar, le géant à la force de glacier,
Seuls les imbéciles veulent affronter l'hiver, la tempête gelée.
Incapable de rêver, comme les nains en dessous de nous, le courroux givré et la mort hivernale,
Les lames s'émoussent et se brisent sur la peau de celui qui gèle tout de son souffle fatal,
Le maître de l'hiver, le troll de glace Hryngnar.
Haut de pageRetour au sommaire

Aucun commentaire: