La Forteresse des Gardes des Ombres : les codex


CatégorieEntréeDétails
Culture et histoireHistoire du Pic du soldat- chapitre premierExaminez la Statue au sud ouest dans la cour du pic du soldat
Culture et histoireHistoire du Pic du soldat- chapitre deuxièmeExaminez un livre dans la salle des officiers
Culture et histoireHistoire du Pic du soldat- chapitre troisièmeExaminez la confiture de framboises sur l'autel du sanctuaire
Culture et histoireHistoire du Pic du soldat- chapitre quatrièmeExaminez le cadavre au mur dans le sanctuaire d'Avernus
Culture et histoireL'histoire des DrydenObtenu après la discussion avec Levi Dryden au campement
Livres et ChansonsLe journal de Sophia Drydenun livre sur le bureau dans les quartiers du commandeur
NotesUne lettre du bann Mathuin Wulffune note dans la salle de repos
NotesLes notes d'Avernusnote dans l'étude de la tour d'Avernus
NotesLa supplique du commandant Athlarune note dans la caserne
PersonnagesSophia DrydenObtenu après la discussion avec Levi Dryden au campement

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Histoire du Pic du soldat - chapitre premier

Les Gardes des ombres érigèrent leur place-forte au Pic du soldat au creux de l’Ère des gloires, plusieurs décennies après l'éradication du second Enclin.
Jusqu'alors, les Gardes des ombres s'en remettaient à l'hospitalité des nobles seigneurs de Férelden. Le commandeur-garde Gaspar Asturian appelait de ses voeux la construction d'un bastion fortifié où ses troupes pourraient écouler leurs jours et parfaire leur entrainement. Le Pic du soldat serait cette cité-forteresse. La victoire sur l'engeance et sur l'archidémon Zazikel était encore fraîche dans les esprits féreldiens, et nombreux furent ceux qui s'empressèrent de concourir au projet du commandeur Asturian.

La forteresse fut achevée au bout de 10 années, et fut consacrée au Créateur en 9:34 des gloires.

-- Extrait de Histoire des Gardes des ombres en Férelden, de frère Genitivi, érudit de la Chantrie.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Histoire du Pic du soldat- chapitre deuxième

Alors que le commandeur-garde Asturian approchait de sa soixantième année, la rumeur circula que la souillurecourant dans ses veines commençait à prélever son tribut. Selon les écrits de l'époque, le commandeur souffrait de terribles rêves éveillés et prétendait entendre son nom murmuré depuis les ténèbres du Pic. Il est dut qu'Asturian s'isolait des heures durant, bredouillant des paroles inintelligibles. certains parmi les siens le soupçonnait d'ourdir en secret le projet d'agrandir sa forteresse, lui ajoutant passages secrets et alcôves dans le vain espoir d'échapper aux ombres qui le harcelaient.

Nul ne sait si Asturian réussit jamais à mener son projet à bien ; quiconque partageait sa compagnie pouvait constater à quel point son esprit était altéré. Il fut alors prestement remplacé par me commandeur-garde Frida Halwic. Asturian fut conduit à l'Appel, l'ultime rite des Gardes des ombres, et embrassa son trépas avec honneur.

-- Extrait de Histoire des Gardes des ombres en Férelden, de frère Genitivi, érudit de la Chantrie.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Histoire du Pic du soldat- chapitre troisième

A la mort d'Asturian, les rumeurs et hypothèses quant à son état touchèrent le comble du ridicule. L'une des rumeurs les plus grotesques prétendait Asturian entiché d'une princesse elfe de légende, qu'il s'évertuait à ressusciter au moyen d'un rituel secret employant la magie du sang et la sucrerie favorite de la princesse : la confiture de framboise.

Le commandeur-garde Frida Halwic entreprit d'élucider les rumeurs, mais ne découvrit aucune preuve attestant l'existence d'un quelconque "projet secret" d'Asturian. Les fables racoleuses à son sujet, véritables insultes à sa mémoire, furent aussitôt condamnées : quiconque s'ingéniait à les répandre encourait un sévère châtiment. Ainsi ces légendes furent-elles tues à jamais.

-- Extrait de Histoire des Gardes des ombres en Férelden, de frère Genitivi, érudit de la Chantrie.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Histoire du Pic du soldat- chapitre quatrième

Il est un mystère qui subsista malgré tout ; un mystère que le commandeur Halwic lui-même ne parvint jamais à percer. Lorsque le commandeur Asturian affronta l'Appel dans les Tréfonds, son illustre épée, le Croc d'Asturian, ne pendait pas à son coté. L'épée, forgée par les nains et offerte à lui après l'achèvement du Pic du soldat, avait disparu. Asturian ne l'avait nullement cédée à son successeur, ni à aucun Garde des ombres.

Certains soutinrent qu'Asturian avait détruit l'épée ; d'autres se persuadèrent qu'il l'avait dissimulée au Pic du soldat. Ainsi, un jeune Garde des ombres prétendit qu'Asturian l'avait jadis interpellé pour lui dire ceci : "L'épée te rappellera à tes devoirs. Jure-moi ton allégeance lorsque les ombres forciront. Prononce les mots."

La signification de ses paroles n'a jamais été élucidée.

-- Extrait de Histoire des Gardes des ombres en Férelden, de frère Genitivi, érudit de la Chantrie.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


L'histoire des Dryden

Dans les années qui suivirent la chute du Pic du soldat, les membres de la famille Dryden furent traqués par les troupes du roi Arland. Le noble nom des Dryden fut frappé d'opprobre, et les terres familiales saisies par la couronne. Le roi redoutait que les braises de la rébellion ne se ravivent. Parents, amis ou simples relations... tous souffrirent cruellement. Et bientôt, les rares alliés qui leur subsistaient se détournèrent d'eux.

Toben Dryden, le frère de Sophia et tuteur de son jeune fils, n'eut d'autre choix que de fuir Férelden. Lui et les siens embarquèrent sur un navire en partance pour Antiva et voyagèrent sous un nom d'emprunt. Une fois à destination, Toben, désormais Toben Derocher, n'aspirait qu'à une vie paisible : il démarra un commerce qui prospéra bientôt.

La famille marchande des DErocher s'enrichit rapidement, et le nom des Dryden fut bien vite oublié. Cependant, en 8:15 des bontés, Silvie Derocher retrouva d'anciennes archives appartenant à Toben et reconstitua l'histoire familiale. Dans son orgueil, ou dans sa naïveté, Silvie revendiqua le nom des Dryden et regagna Férelden.

Le roi Arland git dans sa tombe, et le nom des Dryden perdure. Notre famille a survécu, et même prospéré, depuis la triste fin de Sophia Dryden. Les nobles de Férelden peuvent vouer notre nom aux gémonies tant qu'ils le souhaitent, nous Dryden savons que Sophia Dryden leur était supérieure en valeur et en noblesse.

-- Extrait des archives personnelles de Levi Dryden, marchand.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Le journal de Sophia Dryden

21 Eluviesta :
C'en est fait. Les nobles se sont ralliés à Arland. Arland, ce monstre d'arrogance à peine sorti de l'enfance. Ce même Arland qui n'a marché qu'à l'issue de sa cinquième année et qu'on a du arracher au sein de sa nourrice il y a deux ans tout juste. Les tierns et les iarls le jugent simple d'esprit et aisément manipulable. Mais j'ai perçu un éclat dans son regard qui me glace d'effroi.

10 Molioris :
J'ai assisté aux parades des Chavandes depuis ma cellule à fort Drakan. Le régent m'a jetée aux fers sous le chef de trahison, mais je ne suis coupable que d'être loyale à ma patrie et à mon coeur. Le don de ma chevalière a sans difficulté délié la langue de mon geôlier, et j'apprends que les banns militent contre mon exécution. Je prie pour mon salut, mais la potence me parait désormais chose certaine.

2 Ferventis :
Ce breuvage avait l'amertume de l'enfer, mais j'y ai survécu. Que ne m'ont-ils pas donné une mort digne ! J'aurais péri en femme de la noblesse, en véritable Dryden, plutôt que de vivre cette existence dépouillée du moindre sens !

19 Matrinalis :
Il suffit. Le temps des lamentations est révolu. La mort aurait été une issue facile, mais le destin en a décidé autrement. Je suis en vie, et je me dois de saisir cette chance. Les Gardes des ombres sont une armée, et leur commandeur n'est plus que l'ombre de l'homme qu'il était. Je m'attacherai la loyauté des Gardes, et Arland maudira le jour où il m'a épargnée.

--Extraits choisis du journal du commandeur-garde Sophia Dryden

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Une lettre du bann Mathuin Wulff

Sophia,

Le iarl Ruahn et toute sa famille ont été massacrés, enfants compris. La lignée des Ruahn est éteinte et le comté est désormais annexé à la couronne.
Arland soupçonnait Ruahn de comploter contre lui. Tout juste Ruahn a-t-il dénoncé les somptuaires dépenses royales à l'Hivernale. Quelques mots, lancés en toute désinvolture, ont suffi à sceller sa perte. Le roi va trop loin. Dans sa démence, il se cramponne au pouvoir comme un naufragé à sa planche de salut.

Sophia, je t'en conjure, aide-nous. Si nous n'agissons pas, les souffrances ne connaitront pas de terme.

Ton humble serviteur,
--Wulf

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Les notes d'Avernus

La souillure nous permet de sentir la présence des engeances. Plus longtemps nous portons la souillure dans notre sang, plus elle gagne en force. Hélas, la corruption finit par submerger le Garde des ombres ; au fil du temps, elle ronge le corps et l'esprit, jusqu'à ce qu'il n'en reste rien. Mais si la progression de la souillure pouvait être ralentie, voire contenue de quelque manière ? Si le Garde des ombres pouvait croître en puissance sans que cette puissance ne vienne à le détruire ?

La Cérémonie de l'Union est obscène dans son exécution. nous absorbons l'ichor de l'engeance de la façon la plus évidente qui soit. La plupart des candidats trépassent aussitôt que la souillure se mêle à leur sang ; il s'agit d'un poison, après tout. Il doit exister un moyen d'expurger la cérémonie de l'Union, d'isoler de la corruption le véritable pouvoir que recèle le sang d'engeance.

Le peux sentir la corruption prélever son tribut sur mon corps. Je ne dois pas céder. Il reste encore tant à faire. Grâce à la magie, j'ai réussi à ralentir l'inéluctable progression de la souillure, sans pouvoir la contenir totalement. J'entends des murmures portés par les ombres, même lorsque je suis éveillé. Une voix, d'une splendeur à nulle autre pareille, qui m'appelle depuis l'abîme. Dans ms rêves, j'aperçois la Cité Noire, et je suis attiré à elle. Là réside la réponse à ma question. Qu'est donc cette souillure que nous partageons avec l'engeance ?

-- Extrait des notes d'Avernus

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


La supplique du commandant Athlar

Le Pic du soldat nous oppose une plus farouche résistance que nous ne l'escomptions. Une sinistre magie est à l'oeuvre ici. Mes hommes affrontent l'indescriptible ; les morts se relèvent et attaquent sans relâche... des créatures pareilles à nulle autre surgissent des ténèbres et nous harcèlent jusqu'au point du jour. Quiconque commande à ces atrocités doit vouloir notre perte à tous, troupes royales et Gardes des ombres confondus.

Envoyez des renforts ! Nous ne tiendrons guère plus longtemps.

-- Commandant Althlar

Haut de pageRetour au sommaire du DLC


Sophia Dryden

"Sophia Dryden est la lumière de Férelden et son plus étincelant joyau ; rien en ce monde ne pourra jamais altérer son éclat."

La iarles Sophia Dryden disputait le trône de Férelden au jeune Arland. Exceptionnellement charismatique, elle jouissait de l'indéfectible soutien des banns. Lorsque la couronne échut finalement à Arland, Dryden refusa de s'y résigner. Ses revendications redoublées lui valurent alors d'être accusée de trahison. Ses partisans persistèrent malgré tout à la soutenir. afin d'apaiser la révolte qui couvait, Dryden fut épargnée, puis contrainte de rallier la Garde des ombres.

Dryden survécut à l'Union et ses prodigieux talents ne laissèrent pas de stupéfier ses pairs Gardes des ombres. Elle gravit les échelons du pouvoir pour finalement accéder au rang de commandeur-garde des Férelden. Avant son investiture, les Gardes des ombres étaient perçus comme une relique d'un temps révolu, une dépense injustifiée pesant sur les coffres de la noblesse. Dryden, forte de des amitiés haut placées, y remédia habilement et les rangs de la Garde ne cessèrent plus de s'étoffer.

Quant au roi Arland, il se révéla un roi brutal et retors, toujours prompt à employer la force contre ses opposants. Le règne de terreur d'Arland gagnait en vilénie d'année en année, et certains banns, mus par le désespoir, exhortèrent le commandeur Dryden à prendre les armes. La rébellion était née.

Arland eut vent du complot et entreprit de l'étouffer. Il supprima la dîme dévolue aux Gardes des ombres et condamna leur ordre à l'exil. Certains Gardes des ombres, soucieux de respecter leur neutralité politique, reprochèrent à Dryden son ingérence dans la politique féreldienne et se détournèrent d'elle, alors même que les troupes royales dressaient le siège devant le Pic du soldat. le siège dura des mois et s'acheva à la mort de Sophia Dryden.

-- Extrait des archives personnelles de Levi Dryden, marchand.

Addendum : les Gardes des ombres furent chassés de Férelden par le roi Arland, et peu après le siège du Pic du soldat, la forteresse sombra dans l'oubli. Après des siècles d'abandon, l'on découvrit qu'un démon avait possédé Sophia Dryden.

Haut de pageRetour au sommaire du DLC

Aucun commentaire: