Dragon Age Inquisition : codex Personnages

Dragon Age Inquisition codex Personnages

Les personnages hauts en couleur qui habitent ce monde en font la richesse. Certains prêteront main-forte à l'Inquisition, d'autres s'efforceront de lui mettre des bâtons dans les roues.

1. Adaar, la/le Vashoff
2. Alistair
3. Blackwall
4. Briala
5. Cadash, la/le paria
6. Calpernia
7. Cassandra Pentaghast
8. Cole
9. Commandeur Garde Clarel
10. Corypheus
11. Cullen
12 DLC. Des nouvelles d'Iron Bull
13 DLC. Des nouvelles de "Blackwall"
14 DLC. Des nouvelles de Cassandra
15 DLC. Des nouvelles de Cole
16 DLC. Des nouvelles de Cullen
17 DLC. Des nouvelles de Dorian
18 DLC. Des nouvelles de Joséphine
19 DLC. Des nouvelles de Léliana
20 DLC. Des nouvelles de Varric
21 DLC. Des nouvelles de Vivienne
22 DLC. ou 12. Dorian Pavus
23 DLC. Façonneuse Valta
24 DLC. ou 13. Grand duc Gaspard de Chalons
25 DLC. ou 14. Grande duchesse Florianne de Chalons
26 DLC. ou 15. Impératrice Célène Valmont
27 DLC. ou 16. Iron Bull
28 DLC. ou 17. Joséphine Montilyet
29 DLC. L'éclaireuse Harding
30 DLC. ou 18. La Divine Justinia V
31 DLC. ou 19. La Grande enchanteresse Fiona
32 DLC. La Viddasala
33 DLC. ou 20. La reine Anora Mac Tir
34 DLC. ou 21. Lavellan, la/le dalatien(ne)
35 DLC. ou 22. Le Garde des ombres
36 DLC. ou 23. Le Héraut de Kirkwall
37 DLC. ou 24. Le grand-chancelier Roderick
38 DLC. ou 25. Le seigneur chercheur Lucius Corin
39 DLC. ou 26. Lieutenant Renn
40 DLC. Loghain Mac Tir
41 DLC. ou 27. Léliana
42 DLC. ou 28. Magister Géréon Alexius
43 DLC. ou 29. Magister Erimond
44 DLC. ou 30. Morrigan
45 DLC. ou 31. Professeur Frédéric de Sérault
46 DLC. Saarath
47 DLC. ou 32. Samson
48 DLC. ou 33. Sera
49 DLC. ou 34. Ser Stroud
50 DLC. ou 35. Solas
51 DLC. Storvaker
52 DLC. Suzeraine Svarah Solmèche
53 DLC. ou 36. Trevelyan, la maison marchéenne
54 DLC. ou 37. Varric Thétras
55 DLC. ou 38. Vivienne : Madame de Fer
56 DLC. Xénon l'Antiquaire


Adaar, la/le Vashoff

Les Qunari de Par Vollen vivent selon les principes du Qun, une doctrine à la fois religieuse et philosophique qui dicte chaque aspect de leur société. Les parents de (prénom du personnage) Adaar quittèrent cette vie de contraintes avant sa naissance, s'installèrent dans les marches libres et choisirent d'élever leur enfant en dehors du Qun. Même lorsqu'ils ont grandi hors de leur société, les Qunari sont toujours craints, évités ou incompris par la plupart des gens du sud. Les orlésiens et les féreldiens moyens les croient incapables de penser par eux-mêmes ou les prennent pour des bandits sournois.

si mage :

Face au regard critique de la société, les Qunari qui ne se soumettent pas au Qun profitent souvent de leur réputation pour devenir mercenaires. La/Le jeune Kaaras Adaar, elle/lui, rejoignit la compagnie des Valo-Kas et se forgea en quelques années une réputation de soldat compétent et plein de ressources. Elle/Il fut engagé pour assurer la protection du conclave. En tant que partie neutre entre les mages et les templiers.

Si guerrier ou voleur :

Quand (prénom du personnage) manifesta un don pour la magie, ses parents firent appel à un mage Tal-Vashoff pour lui apprendre à contrôler ses talents. Elle/il rejoignit rapidement la compagnie des Valo-Kas et se forgea en quelques années une réputation de mage compétent(e) et plein(e) de ressources. Elle/Il fut engagé(e) pour assurer la protection du Conclave. En tant que partie neutre entre les mages et les templiers.


Suite à l'explosion désastreuse du Saint temple cinéraire qui emporta la Divine, Adaar apparut comme la/le seul(e) survivant(e). Certains, qui prétendaient avoir vu la prophétesse Andrasté en personne conduire Adaar hors de l'Immatériel, commencèrent à raconter que la mystérieuse marque sur sa main était une preuve de la faveur divine.

Haut de page


Alistair

Si Alistair est roi et Anora reine :

Le roi Alistair Theirin a été couronné souverain de Férelden au lendemain du 5ème Enclin. Son peuple le considère comme un héros pour avoir combattu les engeances en tant que Garde des Ombres. Rares sont ceux qui, comme lui, ont quitté cet ordre empreint de secret, et il est le seul à l’avoir fait pour aller ensuite diriger une nation. La reine Anora, fille du légendaire Tiern Loghain, l’accompagne dans cette tâche. Bien que Férelden ait prospéré sous son règne, la cité s’est trouvée fort affaiblie par l’Enclin. Les relations avec la région voisine d’Orlaïs sont particulièrement tendues et beaucoup considèrent inévitable la renaissance de la rivalité qui a opposé les deux nations pendant des siècles.

Si Alistair est roi seul :

Le roi Alistair Theirin a été couronné souverain de Férelden au lendemain du 5E Enclin. Son peuple le considère comme un héros pour avoir combattu les engeances en tant que Garde des ombres. Rares sont ceux qui, comme lui, ont quitté cet ordre empreint de secret, qui plus est pour aller ensuite diriger une nation. Certains à Férelden prétendent que la lignée des Theirin prit fin avec la mort du roi Cailan et que l'existence d'un bâtard inconnu de tous n'était qu'une imposture visant à forcer Férelden à se débarrasser de la reine Anora. C'est pourquoi le règne d'Alistair est terni par de nombreuses périodes de trouble, aussi bien au sein du royaume qu'avec la région voisine d'Orlaïs. L'Enclin a grandement affaibli Férelden et beaucoup considèrent inévitable la renaissance de la rivalité qui a opposé les deux nations pendant des siècles.

Si Alistair est resté garde des Ombres :

Héros du récent 5e Enclin, Alistair, accompagné du Garde des Ombres, est célèbre pour avoir participé au combat contre l'Archidémon et permis à Thédas d'échapper aux ravages des engeances. On rapporte qu'il serait l'un des héritiers du trône de Férelden, mais qu'il aurait refusé cette charge par respect pour la reine Anora, fille du traître Tiern Loghain.

Si Alistair est parti en exil (Traduit de l'anglais par Camille) :

Rapporté pour être le fils bâtard du roi Maric de Férelden, Alistair aurait pu monter sur le trône au cours du récent cinquième Enclin. Au lieu de cela, le trône fut donné à la reine Anora, fille du Tiern Loghain, l'homme traître responsable de la mort de presque tous les Gardes des Ombres de Férelden, à la terrible bataille d'Ostagar. Dégoûté, Alistair abandonna lesGardes des Ombres et vécu pendant des années en exil et disgrâce dans les Marches Libres. Il y a plusieurs années, Alistair sorti de son exil, dégrisé, et fut finalement réadmis à l'ordre... mais il choisit d'exercer à Orlaïs plutôt que dans sa patrie.

Si le Héraut de Kirkwall est resté dans l'Immatériel :

Après le sacrifice du Héraut de Kirkwall dans l'Immatériel, qui lui permit de s'échapper aux côtés de l'Inquisitrice/eur, Alistair partit faire son rapport aux Gardes des Ombres à la forteresse de Weisshaupt dans les Anderfels.

Si Alistair est resté dans l'Immatériel :

Actuellement, Alistair est soit mort, soit perdu dans l'Immatériel après s'être sacrifié pour permettre à l'Inquisitrice/eur et au Héraut de Kirkwall de s'échapper.

Haut de page


Blackwall

Je n'ai pas grand-chose sur le Garde Blackwall. Nous savons qu'il est devenu prévôt des ombres à Val Chevin lorsque le Garde-prévôt Fontaine a remplacé son prédécesseur au poste de Commandeur-garde. Il porte les ailes de bravoure d'argentite, un honneur accordé aux Gardes orlésiens pour des actions nécessitant une grande audace. Par contre, les circonstances qui lui ont valu cette décoration restent floues. Les Gardes des ombres protègent bien leurs secrets. Cette médaille lui a probablement été remise pour une campagne visant à sécuriser les entrées des Tréfonds à Orlaïs, peu après le cinquième Enclin. Plusieurs Gardes des ombres y ont perdu la vie, et sans Blackwall, les victimes auraient peut-être été encore plus nombreuses.

D'après mes sources, cela fait maintenant plusieurs années que le Garde Blackwall voyage seul. On l'a vu pour la dernière fois au fort de Val Chevin en 9:37 du Dragon. Le fort a été complètement abandonné depuis, comme tous les autres avant-postes des Gardes. Je crois que les disparitions intriguent Blackwall autant que nous.

Peut-être que le temps nous apportera des réponses.

Léliana

Prévôt des ombres, ailes de bravoure d’argentite… Tout ça ne veut plus rien dire, maintenant. Ces exploits sont ceux du garde Blackwall, et l’homme que nous pensions connaitre est en fait quelqu’un d’autre. Cela explique pourquoi mes informations sur lui étaient si rares. Il a dû faire profil bas pendant des années.

J’ai compilé tout ce que j’avais sur Thomas Rainier. Bonne lecture.

Léliana

Ce qui suit est l’histoire de Thomas Rainier préparé par sœur Léliana pour distribution :

Rainier est né à Markham, une cité-Etat des Marches Livres. On ne sait pas grand-chose de son enfance, mais il montrait déjà des talents de guerrier à dix-huit ans. Dans l’espoir de faire fortune, il a participé au Grand Tournoi, la célèbre joute marchéenne. Il a remporté la mêlée, montrant ainsi sa force et remportant une importante somme d’or.

Qu’est-il advenu de l’argent que Rainier a gagné lors du tournoi ? Mystère. Deux ans plus tard, il a fait son apparition à Orlaïs, pas plus riche qu’à dix-huit ans. Ses compétences et ce qu’il restait de sa célébrité lui ont tout de même permis d’obtenir un poste dans l’armée orlésienne.

Rainier était un excellent soldat et il s’est rapidement élevé dans la hiérarchie pour devenir capitaine, à la tête de nombreux soldats d’une loyauté à toute épreuve. D’après nos sources, ils n’auraient pas hésité à défier un ordre supérieur si leur chef le leur avait demandé. En apparence, Rainier protégeait les intérêts de ses hommes, mais une enquête plus poussée a révélé qu’il se préoccupait surtout de son propre avancement et de ses profits personnels.

Cette cupidité explique probablement sa participation au massacre du seigneur Vincent Callier et de sa famille. Nos sources disent que Rainier a été contacté par ser Robert Chapuis, un berruier et partisan du grand du Gaspard qui voulait entrer dans ses bonnes grâces en éliminant l’un des plus fervents alliés de Célène. Chapuis a payé grassement Rainier pour assassiner Callier. Nous n’avons aucune raison de croire que ses actions avaient une quelconque motivation politique. Au printemps 9 :35, le seigneur Callier et sa famille se rendaient à leur résidence au lac Célestine lorsque leur caravane est tombée dans une embuscade. On ignore si Rainier savait que Callier serait accompagné de sa famille. Quoi qu’il en soit, lui et ses hommes ont massacré le Seigneur Callier et son entourage, sans même épargner les enfants qui étaient tous les quatre âgés de moins de treize ans.

Il semble qu’aucun des hommes de Rainier ne connaissait la raison du meurtre du seigneur, ils se sont contentés de suivre ses ordres. Des rumeurs liant Rainier aux meurtres ont commencé à se propager dans les hauts rangs de l’armée, ce qui a dû l’alerter : quand les gardes sont venus l’arrêter, il avait déjà pris la fuite. Par contre, ses hommes n’ont pas eu la même chance. La plupart d’entre eux ont été accusés de trahison, hormis quelques-uns qui ont réussi à s’échapper.

Catalogué comme un traître et un criminel, Thom Rainier est tout de même resté en fuite jusqu’à maintenant.

Haut de page


Briala

Méfiez-vous des elfes d’Halamshiral.

Ils passent presque toujours inaperçus. C’est un serviteur qui brosse un parquet, un jardinier qui taille une haie, un serviteur qui remplit un verre, des femmes de chambre et des valets qui habillent des nobles… Aucun salon, aucune alcôve, aucune ruelle n’est à l’abri de leurs oreilles indiscrètes. Ils observent. Ils sont organisés.

La rumeur qui prétend que les elfes seraient sous le commandement d’un « cerveau » n’en est pas une. Selon mes informations, cette « Briala », une barbe aux talents exceptionnels, était l’assassin et l’espionne personnelle de Célène. Nous ne pouvons affirmer avec certitude pour qui elle travaille actuellement.

Ne dites rien, où ils vous entendront.

- Extrait d’un communiqué intercepté par des agents de l’Inquisition, auteur inconnu.

Haut de page


Cadash, la/le paria

(Prénom du personnage) Cadash est un(e) nain(e) surfacien(ne) dont la famille fut exilée d'Orzammar il y a plusieurs générations, pour des crimes connus des seuls archivistes du Façonnat. Bannis de leurs villes souterraines et privés de tout statut dans la société traditionnelle, de nombreux surfaciens sont contraints d'entrer dans l'organisation criminelle connue sous le nom de Carta, ne serait-ce que pour survivre. (Prénom du personnage) grandit au sein de la famille Cadash, une branche du Carta spécialisée dans le trafic de ce minerai magique, le lyrium, à travers Thédas, elle/il voyagea de ville en ville dans les Marches libres, travaillant là où l'organisation pensait faire des bénéfices.

L'annonce du conclave ébranla les opérations habituelles du carta, car de sa réussite ou de son échec dépendait la demande de lyrium des années à venir. (Prénom du personnage) faisait partie d'une poignée de nains du carta envoyés à Darse en tant qu'espions. Elle/Il fut le/la seul(e) survivant(e) à l'explosion du Saint temple cinéraire. Certains, qui prétendaient avoir vu la prophétesse Andrasté en personne conduire Cadash hors de l'Immatériel, commencèrent à raconter que la mystérieuse marque sur sa main était une preuve de la faveur divine.

Haut de page


Calpernia

Je n'avais jamais entendu parler de Calpernia avant de rejoindre les Venatori. Comme les cercles tévintides ne mentionnent dans leurs archives aucun mage de ce nom, j'ai pensé qu'elle était peut-être une magister venue de l'une des maisons anciennes ayant pris un faux titre. Il semblerait toutefois que Calpernia n'a aucun passé et que rien ne permet de reconstituer son histoire. Elle est trop rusée pour se laisser flatter, bien qu'elle n'ait pas passé la moitié de ses heures à s'entraîner, comme devrait le faire l'élève favorite de son maître.

Je ne peux pas la provoquer ouvertement. Cette femme se montre juste envers ses partisans, et la passion avec laquelle elle cherche à restaurer la gloire de l'empire ne fait que renforcer leur enthousiasme et leur loyauté. En outre, ses sorts regorgent de puissance. Bien fou celui qui chercherait à vaincre Calpernia par la force. Il faudra faire preuve de subtilité.

- Note de Marconius Pellnix, agent Ben-Hassrath des Qunari, datant de quelques jours avant sa mystérieuse mort dans un incendie.

Haut de page


Cassandra Pentaghast

Seigneur Chercheur Lucius,

Je suis parfaitement consciente des intentions cachées derrière la déclaration de votre prédécesseur. Le Seigneur Chercheur Lambert a arraché les templiers au contrôle de la Chantrie et les a poussés à attaquer les mages, pour des raisons que vous trouvez tous deux justifiées. Je me demande, en revanche, à quel moment les Chercheurs de la Vérité ont cessé de combattre les injustices et ont commencé à semer le chaos. Croyez-vous vraiment que Thédas puisse s'en remettre, même si vous sortez victorieux ? Je vous le demande. Je resterai à la droite de la Divine Justinia, que vous m'accusiez de trahison ou non. Toutes mes excuses, mais les enjeux sont trop importants pour nous écarter du chemin tracé par les fondateurs de la Chantrie.

- Extrait d'une lettre de la Chercheuse Cassandra Pentaghast au Seigneur Chercheur Lucius Corin, en 9:40 du dragon.

Si Cassandra devient Divine :

Sa main s'élève,
Une épée brandie haut.
Elle s'en va défendre les fidèles,
Pourfendre le chaos.

- Psaume de Victoria, 1:3

Haut de page


Cole

Il s'appelle Cole.

Plutôt jeune, il ne doit pas avoir plus de vingt ans. il a des cheveux blonds qui lui tombent sur les yeux et il est vêtu de cuir crasseux, sûrement les seuls vêtements qu'il possède. il était là quand vous avez trouvé Rhys dans la crypte des templiers, mais vous ne pouviez pas le voir. Personne ne peut le voir, en fait, et les rares qui ont cette chance l'oublient systématiquement, comme vous en cet instant précis.

Souvenez-vous du rêve.

- Une lettre qui aurait été écrite par l'ancien chevalier-sous-capitaine Évangéline de Brassard, retrouvée dans la Flèche après la fin de la rébellion des mages.

Si Cole a été recruté :

Inquisitrice/eur,

Si vous pensez que ce Cole est digne de confiance et souhaite réellement aider l'Inquisition, je suis prête à lui donner une chance. A force de marteler qu'il s'agit d'un esprit s'étant manifesté physiquement sous la forme d'un jeune homme, et non d'un démon possédant une victime contre son gré, Solas m'a convaincue qu'il n'était peut-être pas dangereux.

Cependant, ses dons surnaturels m'inquiètent.
J'aimerais pouvoir demander à Léliana de le placer sous surveillance, mais la plupart des résidents de Fort Céleste semblent incapables de le voir ou de se souvenir de lui, même après avoir été informés, de son existence. Les serviteurs se sont plaints d'évènements étranges, comme des objets disparus ou déplacés mystérieusement, mais aucun n'a pu identifier le responsable ou se souvenir de lui. Tout ce qui a été signalé jusqu'à maintenant est sans gravité, mais je reste vigilante.

Cassandra

Cole apprécie que l'Inquisition vienne en aide aux gens qui souffrent et sont dans le besoin.

Si Cole n'a pas été recruté :

L'Inquisition ne connaît personne de ce nom.

Haut de page


Commandeur-Garde Clarel

A l’attention du iarl Teagan Guerrin,

Cela fait quelque temps que je demande à vous rencontrer en personne, mon seigneur, pour tenter de vous convaincre de nous laisser renouveler notre aide à Férelden, et de donner une chance aux Gardes des ombres de votre terre natale de se reconstruire. J’espère que cette lettre trouvera la réponse favorable que mes demandes d’audience n’ont pas reçue.

Je comprends le ressentiment des Féreldiens à l’égard des Gardes des ombres ; les actes de Sophia Dryden étaient regrettables et répréhensibles. Il nous est interdit d’interférer dans les affaires d’état, sauf si cela est vital dans notre lutte contre l’Enclin. Cependant, vous ne pouvez nier l’importance de mon ordre après que les engeances ont ravagé votre patrie. Sans les Gardes des ombres, Férelden ne serait qu’un vaste désert peuplé de créatures corrompues.

Je comprends également vos réticences à mon encontre ; je suis une mage opérant hors du cadre du Cercle, et je sais que vous avez vu de vos yeux les ravages causés par les apostats à Golefalois. Je peux vous offrir ma compassion pour ces événements tragiques, mais pas mes excuses. Le Créateur a jugé bon de m’octroyer le don de magie, ainsi qu’un tempérament plus adapté au combat qu’à la méditation silencieuse. J’ai quitté le Cercle en toute légalité et les Gardes des ombres m’ont donné une chance de mettre mes capacités au service de notre patrie. Je ne suis pas une apostate.

Mon ambition première, non, ma seule ambition, est de protéger ce monde des ravages de l’Enclin. Je suis peut-être commandeur-garde d’Orlaïs, mais je ne suis pas Orlésienne de cœur : je suis une Garde des ombres avant tout, et je jure de défendre ces terres contre des horreurs dont vous ne soupçonnez pas l’existence. Mon serment l’emporte sur toutes les ambitions politiques et tous les combats pour les droits des mages, et je sais qu’un jour, il l’emportera aussi sur ma propre survie.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Iarl Teagan, l’expression de mon respect le plus sincère.

Votre dévouée,
Commandeur Garde des ombres Clarel de Chanson

Haut de page


Corypheus

Laissez-moi vous raconter ce que je sais sur "les Sept", ces magisters tévintides qui auraient jadis pénétré dans la Cité d'Or.

Chacun d'entre eux était un grand prêtre de l'un des anciens dieux. Chacun se rendit au rituel dans le plus grand secret, sans même dévoiler son véritable nom aux autres. Ils étaient concurrents, voyez-vous. Les anciens dieux leur avaient dit qu'ils s'introduiraient dans la Cité d'Or pour usurper le trône du Créateur... mais qu'un seul d'entre eux pourrait s'y assoir.
Chacun prit un titre lié à son rôle dans le rituel. Certains textes prétendent qu'ils avaient un chef : le grand prêtre de Dumat, nommé "Corypheus". Il ne dirigeait pas vraiment le groupe, mais coordonnait plutôt les efforts afin d'accomplir une prouesse magique qui n'a depuis jamais été reproduite. Ils taillèrent une brèche dans l'Immatériel, parcoururent physiquement les rêves et changèrent notre monde pour toujours.

Ces Sept étaient peut-être les premières engeances, maudites par le Créateur comme nous l'indique le Cantique de la lumière. Ou peut-être pas. On pourrait croire que ces magisters sont morts depuis longtemps... mais certaines rumeurs disent qu'il n'en est rien. Imaginez ce qu'il pourrait advenir de l'esprit de tels êtres : corrompus par l'Enclin, rabaissés dans leur folie orgueilleuse, rongés par le ressentiment et les ténèbres pendant plus de mille ans. Où de tels hommes vivraient-ils ? Qui a entendu parler d'eux ? Quelqu'un doit les connaître, puisque les rumeurs persistent. Quels secrets détiennent-ils encore, et que ferions-nous si l'un d'entre eux revenait à la lumière ? Avec un peu de chance, ces questions n'auront jamais besoin de réponses.

- Extrait de Critique du Cantique du magister Vibius Agorian

Haut de page


Cullen

Quoi que vous ayez pu apprendre sur la rébellion de Kirkwall, la réalité est pire encore ; je préfère vous l'épargner. Ce qui reste des templiers de Kirkwall est sous mon commandement depuis quelques années. Nous avons fait ce que nous pouvions pour aider la cité à se remettre, pour restaurer un semblant d'ordre, mais j'en ai terminé avec cet endroit.

La chercheuse Pentaghast m'a contacté. elle souhaite mettre un terme à la guerre entre les mages et les templiers. Elle recrute des hommes et des femmes dans ce but, et voudrait que je supervise les aspects militaires. Si le Conclave se passe bien, alors il n'y aura pas besoin de nous. Dans le cas contraire, nous serons prêts.

J'ai décidé d'accepter la proposition de la chercheuse Pentaghast. Les Cercles sont tombés. Je n'ai rien à offrir à l'Ordre des templiers, ni rien à en tirer. Le Créateur me montre une nouvelle voie, je dois la suivre.

- Extrait d'une lettre envoyée aux Marches du sud par le commandant Cullen.
________________________________________________

"Chère Mia, je suis toujours en vie. Ton frère qui t'aime, Cullen"

Franchement, c'est si difficile que ça ? Nous te croyions mort. Encore, si l'Inquisition n'était pas sur toutes les lèvres, nous n'aurions jamais appris que leur brave commandant avait survécu à Darse.

Nous entendons d'étranges nouvelles au sujet des templiers, ces derniers temps. Je ne suis pas mécontente que tu les aies quittés. Je croyais que ta démission allait de soi quand tu as rejoint l'Inquisition, mais ce n'était pas tout, n'est-ce pas ?

C'est bien sûr inutile de te demander de faire attention à toi, mais essaie tout de même.

Ta soeur qui t'aime, (tu vois comme c'est facile ?)
Mia

Si romancé :

Cullen,

J'ai été ravie de recevoir ta dernière lettre. Tu as l'air heureux. Ça fait… Non, rien. J'espère que tu vas bien, c'est tout. Ce qui me fait penser…

(Prénom du personnage) ? Pas l'Inquisitrice ? Pas Sa Grâce, la Messagère d'Andrasté ? Ta dernière lettre était beaucoup trop courte.

Je t'embrasse,
Mia


Mia,

Je t'écrirai plus longuement quand j'aurai le temps. Inutile d'être curieuse.

Cullen

Haut de page


Des nouvelles d'Iron Bull

Si Iron Bull est un Tal-Vashoff :

"Merci d'avoir envoyé la Charge s'occuper des démons qui ont attaqué Montfort. Leur aide a été extrêmement appréciée, et de nombreuses vies ont été sauvées."

"Iron Bull et sa Charge ont empêché une nouvelle guerre civile de ravager Orlaïs grâce à leurs efforts à Perendale. Iron Bull a personnellement éliminé l'usurpateur."

"Nous devons protester contre les agissements de la Charge du Taureau dans les Marches du Sud. Si la présence de démons et templiers corrompus par le lyrium rouge est indiscutable, l'effondrement forcé de la montagne par vos nains mineurs sur les forces ennemies n'était guère nécessaire."

"La Charge du Taureau a été d'une aide précieuse pour repousser les démons qui attaquaient les rives du Lac Calenhad. L'elfe qui se fait appeler "Dalatienne" s'est montrée particulièrement utile, et il me tarde de savoir comment les techniques Dalatiennes de combat à distance peuvent créer des murs de glace ou dissiper les barrières magiques. Elle a promis qu'elle me l'expliquerait."

- Extrait de lettres de remerciements suite à des opérations conduites par la Charge du Taureau au cours des deux dernières années (9:42 à 9:44).

Si Iron Bull est resté avec les Ben-Hassrath :

"Merci pour l'information. Nous nous sommes débarrassés de l'informateur Venatori. Ansburg devrait être plus sûre pour les agents de l'Inquisition et des Ben-Hassrath."

"Ci-joint l'emplacement des ruines que Tallis a découvertes au nord d'Halamshiral. L'activité magique évidente laisse penser que les forces de l'Inquisition sont plus aptes à déterminer la nature et l'ampleur de la menace que nos hommes."

"Bien que l'aggravation des conflits internes à Tévinter serve à la fois les Qunari et l'Inquisition, nous vous recommandons de ne pas baisser votre garde. Les deux camps sont susceptibles de former des alliances, et des informations obtenues par les Ben-Hassrath indiquent que le Névarra serait déjà dans une position fragile."

- Extrait de rapports des Ben-Hassrath

Si romancé :

"Désolés, mes Seigneurs et mes Dames ! D'après notre source à Fort Céleste, ce Taureau n'a qu'une seule et unique cavalière : l'Inquisitrice en personne ! Celles et ceux qui rêvaient d'enfourcher la bête à cornes devront hélas aller paître ailleurs, car notre mercenaire Qunari préféré a déjà trouvé fer à son sabot !"

- L'extrait le moins pitoyable de la page des potins de Masques et Murmures Magazines.

Haut de page


Des nouvelles de "Blackwall"

Si Blackwall a été gracié :

Inquisitrice/eur,

J'espère que cette lettre vous parviendra. Je vous présente mes excuses pour mon absence prolongée. J'ai pu retrouver la trace d'un autre de mes anciens camarades et je vous écris de Kirkwall, où il réside à présent.

Quand je l'ai connu, il était le soldat Nicolaus Lory. À présent, il se fait appeler Klaus. Contrairement à la plupart des hommes que j'ai trahis, Klaus a réussi à refaire sa vie sans sombrer dans le crime. Cela n'atténue en rien les abominations que l'ai pu commettre, mais ça m'a fait du bien de voir qu'il y avait au moins une vie que mes actes n'avaient pas complétement détruite.

Klaus a épousé une demoiselle tout à fait charmante. Ils tiennent ensemble une petite boulangerie. Il ne lui a pas fallu très longtemps pour me reconnaître, et il m'a aussitôt balancé deux tourtes à la viande à la figure. Deux tourtes bien brûlantes, évidemment. Je suis content de les avoir évitées.

Je lui ai présenté mes excuses. Même après tous ces mois passés à les chercher et à faire amende honorable… c'est toujours aussi dur. Mais Klaus m'a fait la faveur d'écouter ce que j'avais à dire, et nous avons fini nos retrouvailles autour de quelques bières à l'Auberge du Pendu.

Je devrais être de retour dans le courant du mois. Merci de m'avoir accordé ce temps si précieux, Inquisitrice.

Votre dévoué
Thom Rainier

Si Blackwall est devenu un Garde des Ombres :

Un extrait de rapport portant le sceau de la Garde des Ombres, trouvé dans les archives de l'Inquisition :

Thom Rainier

- A participé au Grand Tournoi
- A servi comme capitaine dans l'armée Orlésienne
- S'est rendu coupable de meurtre et trahison
- A également usurpé l'identité d'un Garde des Ombres (Garde-Prévôt Blackwall, Val Chevin)
- A rejoint l'Inquisition et joué un rôle crucial dans la défaite de Corypheus

Statut : recruté

Union : réussite

Affectations : Marches Libres, Montagnes de Vimmark, rapport d'enquête sur la prison de Vimmark auprès du Garde Stoudenmire

Si Blackwall n'a pas fait sa quête personnelle :

Correspondance vieille de plus de deux ans trouvée dans les archives de l'Inquisition :

Charter,

J'ai une petite mission à vous confier. Comme vous le savez, le Garde Blackwall ne travaille plus avec l'Inquisition. Joséphine a essayé de le contacter par les voies habituelles, mais les Gardes des Ombres ont dit qu'il était porté disparu, et probablement mort.

Personne ne l'a revu depuis la bataille de la Forteresse Inébranlable.

Quelque chose ne tourne pas rond. Pourriez-vous creuser le sujet ? Si vous en avez le temps, bien entendu.

L.


Rossignol :

Il semblerait que le "Garde Blackwall" que nous connaissions n'était pas du tout Gordon Blackwall, mais un homme répondant au nom de Thomas (ou Thom) Rainier. Cet ancien capitaine de l'armée Orlésienne s'est fait passer pour notre très cher Garde pour des raisons inconnues, et il a réussi à duper tout le monde, Gardes des Ombres y compris.

Environ six mois après la défaite de Corypheus, ce Thom Rainier s'est livré aux autorités Orlésiennes pour des crimes commis quelques années plus tôt. On ne l'a pas revu depuis.

Comme dirait Varric : "Je ne pourrais pas l'inventer même si je le voulais."

Charter

Haut de page


Des nouvelles de Cassandra

Si Cassandra a réhabilité les Chercheurs de la Vérité :

Inquisitrice/eur,

Je vous écris de montagnes de Corn, où j’ai réussi à retrouver la trace de la Chercheuse Emery. Elle a été particulièrement choquée d’apprendre la trahison du Seigneur Chercheur Lucius, qui avait été son mentor lorsqu’elle n’était encore qu’une initiée. Elle est toutefois déterminée à participer à l’effort de reconstruction, et elle a entendu parler de plusieurs autres Chercheurs qui auraient pu être envoyés au Riveïn.

J’ignore toujours combien d’entre nous ont survécu, ni combien Lucius en a tués, mais je sais que nous nous relevons petit à petit, et que l’on ne nous y reprendra pas.

Je vous avoue qu’il me tarde de retourner à Orlaïs le mois prochain. Il fut un temps où cela m’aurait paru impossible. Orlaïs n’était que le théâtre de politiciens frustrés, d’ornementations outrancières et de responsabilités dont je ne voulais pas. Mais maintenant que mes amis m’y attendent, c’est presque devenu une deuxième maison.

Cassandra

Si Cassandra n'a pas réhabilité les Chercheurs de la Vérité :

Inquisitrice/eur,

J'ai terminé l'enquête au port de la cité d'Antiva, et je n'ai trouvé aucune autre trace de démons ou d'énergie de l'Immatériel depuis que vous avez refermé la faille au printemps.

Nos mages pensent que le Voile est stable dans cette région, en tout cas pour l'instant. Rien ne semble pourtant rassurer les princes-marchands. Il faudra peut-être une visite de Créateur en personne pour faire taire leurs lamentations.

Je peine à croire que ce soit possible, mais il semblerait bien que toutes les failles soient enfin closes. Qui sait ce qui nous attend maintenant ?

Yvette Montilyet vous a envoyé une boîte de thé… ou d'épices… ou de je ne sais quelle substance qui sent légèrement le savon. C'est peut-être bien du savon, à vrai dire. Elle y a joint un petit mot disant "Régalez-vous !!!" avec plein de fioritures et le dessin d'une fleur qui sourit. Je demanderai à Joséphine de la déchiffrer pour moi à mon retour.

Cassandra

Si Cassandra est devenue Divine :

Inquisitrice/eur,

Vous n'avez pas besoin que je vous dicte chaque phrase, n'est-ce-pas ? J'ai beau être la Divine, cela ne veut pas dire que je suis douée avec les mots. Devrais-je commencer par une plaisanterie ?
Je ne vois déjà guère comment décrire des heures de réunion avec les Grandes Prêtresses comme une activité un tant soit peu intéressante, alors une blague… Sur leurs chapeaux, peut-être ?
Varric saurait, lui.

Il est important que j'ai l'air rassurante. L'inquisitrice/eur a bien assez à faire et ne devrait pas en plus avoir à s'occuper de l'état de la Chantrie. Vous pourriez parler de la purge du lyrium rouge et des progrès effectués, qu'en dites-vous ? Et peut-être évoquer que les templiers et les mages… Non, oubliez, ce sujet a été suffisamment discuté. Ah, et si vous parliez de la pièce de théâtre sur l'héroïsme de l'Inquisitrice/eur qui se joue actuellement à Val Royeaux ? Voilà qui pourrait plaire.

Oh, je suis en retard pour une réunion avec des révérendes mères Névarrannes. Je vous laisse finir par quelque chose de simple et approprié.

Avec la grâce et la bénédiction du Créateur,
Divine Victoria

Si romancée :

Un addendum a été écrit à la va-vite au bas de la lettre :

P.S. Il me tarde de passer du temps avec vous. Bientôt, j'espère. Même si j'ai mes responsabilités, et je ne peux pas non plus vous arracher aux vôtres. Je veux simplement dire que ce sera un plaisir d'être de nouveau à vos côtés. Ah, comment Varric fait-il pour toujours trouver les mots justes ?

Portez-vous bien et soyez prudent, mon amour.

Haut de page


Des nouvelles de Cole

Si Cole est plus "esprit" :

Inquisitrice/eur,

Je vous envoie cette lettre ne sachant pas s’il s’agit d’une blague, d’un test ou bien d’une forme de magie. Si c’est la troisième éventualité, je veux vous faire part de mon profond malaise, mais au vu des résultats, je ne peux guère me plaindre. Notre travail est une vraie réussite.

Je ne me souviens pas d’avoir écrit ce qui suit, mais je reconnais pourtant mon écriture et quelques marqueurs de langue qui montrent bien que j’ai agi de mon propre gré. Je suppose que cela vous parlera plus qu’à moi.

Bien à vous,
Charter

Envoyé à l’inquisitrice/eur concernant Cole :

Bilan trimestriel :

Personnes secourues : 6 (plus que prévu)

Cibles touchées : 4 (un mort avant interrogatoire, "pas de prison" ?)

Moral des troupes : bon (des larmes "de joie", affirment-ils, des émotions intenses, mais sans rapport avec la mission en cours, liées généralement à des traumatismes passés.)

Particularités : objets étrangement déplacés, souvent en lien avec des révélations émouvantes au sein du groupe. Inquiétudes concernant un mage du sang hostile qui contrôle des démons. Tr. Furieux.

De la cire sur mes doigts, des abeilles bourdonnent derrière moi tandis que le gâteau du miel craque sous mes dents. Elle a toujours été fière de moi.

Pourquoi ai-je écrit cela ?

Si Cole est plus "humain" :

Inquisitrice/eur,

Votre suggestion concernant le jeune homme, Cole, était excellente. Il fait preuve d'une extraordinaire capacité à retrouver les gens disparus. Lorsque des forces ennemies ont retenu nos agents prisonniers et que nous ne pouvions les approcher de peur qu'ils soient exécutés, Cole a réussi à les atteindre sans se faire détecter. S'il s'est révélé moins efficace pour obtenir des renseignements, j'ai appris à faire confiance à son instinct pour déterminer si une cible est bienveillante ou non.

À la suite de votre demande, j'ai limité sa présence sur les opérations de secours et les attaques contre des forces ennemies. Quelle que soit la magie qui vit dans l'esprit du jeune homme, elle serait desservie par les contraintes pénibles de notre travail.

Ses remarques sur ma famille, quoique peu pertinentes pour la mission en cours, ont également été très appréciées.

Bien à vous,
Charter

Haut de page


Des nouvelles de Cullen

Cullen,

Le bruit court à Dénérim que l'Inquisition va participer à un sommet crucial. Au vu des autres représentants qui y ont confirmé leur présence, cela a l'air important.
Suffisamment important pour qu'on ne puisse pas mentionner des détails dans une lettre. J'espère néanmoins pouvoir vous entendre à nouveau faire l'éloge enflammé de ces fêtes Orlésiennes que vous adorez tant.

Si romancé :

Je vous fais confiance pour trouver des dangers à braver loin du sommet. Vous et (prénom du personnage), vous êtes pareils. J'imagine qu'il est inutile de vous dire d'être prudents, tous les deux ?

Branson est à la maison. Son fils insiste pour que j'ajoute "salu Culenn" à cette lettre. Et il veut que ça soit "salu", pas "salut". Ton neveu est une vraie tête de mule. Ça me rappelle quelqu'un.

Tout mon amour,
Mia

Si Cullen prend toujours du Lyrium :

Je n'ai aucune nouvelle des contacts dont vous m'avez parlé, mais j'ai reçu une lettre de votre soeur parmi tous les rapports que le messager de Fort Céleste nous a remis. Je sais que ça ne me regarde pas, mais j'espère que vous lirez celle-là. Elle vous en a déjà envoyé tellement.

Joséphine

Un autre message froissé accompagne la lettre, elle aussi froissée :

Cullen,

Je t'ai envoyé tellement de lettres que je n'attends même plus de réponse de ta part. Je ne suis même pas sûre que tu liras ce message. Mais j'espère que tu le feras, même si ça ne changera probablement rien. Ce n'est pas la première fois que tu ne me donnes plus signe de vie, et je n'ai pas l'intention d'abandonner. Je serai là pour toi quand tu seras prêt à rentrer à la maison.

Tout mon amour,
Mia

Haut de page


Des nouvelles de Dorian

Si Dorian est un ami :

Inquisitrice/eur,

Je me réjouis d'avoir de vos nouvelles, mon ami(e). Des mois durant, je n'ai eu d'autre compagnie que la jeune équipe des Lucerni : des membres juniors du Magisterium tellement zélés et politiquement incompétents que Mae garde un sceau d'eau glacé à portée de main au cas où l'un d'entre eux s'immolerait accidentellement. Mais je ne veux pas vous donner de fausse impression, nous faisons bel et bien des progrès. Il nous faudra toutefois beaucoup de talent pour faire en sorte que les Lucerni survivent aux intriques quotidiennes de Minrathie et deviennent une faction politique digne de ce nom. Heureusement, je suis là.

Je suis navré d'apprendre que la politique vous accable vous aussi. C'est comme un virus qui se répand, une odeur nauséabonde ou une mode Orlésienne. Espérons que Joséphine réussira à apaiser le tollé Féreldien et à convaincre Orlaïs d'arrêter de vouloir vous contrôler. Après tout, elle a toujours aimé les défis.

Je m'arrangerai pour faire un tour dans le Sud dès que possible. Nos retrouvailles n'ont que trop tardé, vous ne croyez pas ?

Dorian

Si Dorian n'est pas un ami :

Inquisitrice/eur,

Malgré tous mes efforts pour éviter cela, je crains que nous ne devions nous revoir d'ici peu. Mes actions politiques ont convaincu quelqu'un au gouvernement de m'envoyer au Palais d'Hiver d'Halamshiral pour un épouvantable conseil international. Je suppose que vous partagez ma joie.

Dorian Pavus

Si romancé :

Amatus,

Je me suis fait une joie de lire votre dernière lettre, tout comme les servants qui l'ont volée dans ma chambre et l'ont lue à haute voix à tout le personnel de cuisine. Ce petit scandale a été le rayon de soleil de mon mois. Minrathie est bien fade sans vous.

Mævaris et moi-même avons rencontré notre jeune équipe de Lucerni : une dizaine de Magisters juniors remplis d'une haine profonde pour la corruption de l'Empire Tévintide, mais bien incapables d'y faire quoi que ce soit mis à part hurler comme des perdus. Nous avons du pain sur la planche si nous voulons faire d'eux de fins politiciens du Magisterium. Sans rire.

Je sais que vous êtes trop occupé par les affaires de l'Inquisition pour vous absenter, mais nous devons trouver un moyen de nous revoir. Ces lettres sont un bien piètre substitut à votre compagnie.

Dorian

Haut de page


Des nouvelles de Joséphine

Si non romancée :

Chère/Cher Inquisitrice/eur (nom du personnage),

Le commandant Cullen a inspecté les soldats. J'échange tant de lettres avec la cour Orlésienne que nos oiseaux voyageurs en finissent presque par cacher le soleil. Nous sommes aussi préparés pour ce Conseil Exalté que nous pouvons l'être. Il est vrai que cette dernière année a été rythmée par d'innombrables réunions formelles, je suis bien placée pour le savoir, mais celle-ci promet de mettre réellement à l'épreuve les alliances et amitiés pour lesquelles nous nous sommes tant battus.

Si je peux vous offrir un conseil, Inquisitrice/eur, c'est de garder le sourire et de ne pas oublier que si nous avons leur attention, c'est parce que nous sommes redoutables.

Respectueusement,
Ambassadrice Montilyet

Si romancée :

Mon cher/Ma chère (prénom du personnage),

Le commandant Cullen a inspecté les soldats. J'échange tant de lettres avec la cour Orlésienne que nos oiseaux voyageurs en finissent presque par cacher le soleil. Nous sommes aussi préparés pour ce Conseil Exalté que nous pouvons l'être. Il est vrai que cette dernière année a été rythmée par d'innombrables réunions formelles, je suis bien placée pour le savoir, mais celle-ci promet de mettre réellement à l'épreuve les alliances et amitiés pour lesquelles nous nous sommes tant battus.

Courage, mon coeur, et tâchez de me rendre visite avant le début du Conseil Exalté. Je serais ravie de vous revoir.

Tendresse,
Joséphine

Haut de page


Des nouvelles de Léliana

Si Léliana n'est pas devenue Divine :

Inquisitrice/eur,

Suite à mon idée d'utiliser des cochards à la place des oiseaux voyageurs, je suis au regret de vous annoncer que mes tentatives dans les tréfonds ont toutes échoué.

Au premier essai, les cochards que j'ai envoyés refusaient d'aller dans la bonne direction, et préféraient tourner en rond ou se cogner contre les murs en essayant de se débarrasser de leur boîte à message.

Après un entraînement intense, la deuxième tentative a eu un peu plus de succès ; seule la moitié des sujets a essayé de défaire son collier, les autres sont tout de même partis dans la bonne direction. Malheureusement, aucun des cochards n'est parvenu à sa destination.

Je vais demander à Charter d'enquêter sur une noble Orlésienne, que je soupçonne d'intercepter mes bêtes. D'après mes informations, elle les habillerait de robes absolument affreuses.

Rossignol

Si Léliana est devenue Divine :

Inquisitrice/eur,

C'est très gentil à vous de prendre de mes nouvelles. Je me porte au mieux, bien que je sois très occupée. Le recrutement du nouveau personnel de mes appartements à la Grande Cathédrale m'a pris beaucoup plus de temps que prévu, et si cela ne vous dérange pas, j'aimerais beaucoup vous emprunter l'éclaireuse Harding quelques semaines pour qu'elle m'aide à trouver quelques cochards supplémentaires.

Je ne peux décemment pas engager quelqu'un à un poste permanent sans l'avoir préalablement vu s'occuper d'une colonie de bébés cochards, et tous ceux que j'ai sous la main sont adultes ou presque. Sur ce, je vous dis à bientôt, à Halamshiral.

Bien à vous,
Léliana.

Haut de page


Des nouvelles de Varric

Inquisitrice/eur,

Bien le bonjour de Kirkwall !

Le soleil brille, les oiseaux chantent, et la plupart de la Hauteville a échappé à une fin express au fond des égouts. La purge du lyrium rouge à la Potence avance mieux que prévu. Le regard angoissant de Mérédith incrustée dans le dallage ne manque à personne. La garde civile a fêté son départ tant attendu par une parade spontanée. Des habitants de la Basseville ont improvisé une chanson dont les paroles (quelque chose comme "Adieu maudite templière cinglée ! Le Créateur soit loué !") ont rapidement été reprises par toute l'assemblée, peut-être parce qu'il s'agissait ni plus ni moins d'un tissu d'injures mélodieuses.

Même avec ce progrès fulgurant, on dirait bien que je suis coincé ici. Les chenaux dans le port ont été complétement altérés il y a quelques années par des chutes de débris, ce qui a endommagé de nombreux navires de passage… et la situation ne s'est pas améliorée avec le temps. Puis des failles se sont ouvertes, et d'étranges rochers brillants de l'Immatériel y sont apparus.

À ce propos, merci d'avoir refermé les failles.

Maintenant, le seul espoir de réhabilitation du port serait d'envoyer des gars avec des pioches dégager ces rochers. Vous avez déjà essayé de recruter des mineurs-plongeurs, Inquisitrice/eur ? Il n'y en a pas beaucoup, et encore moins qui acceptent d'extraire des saloperies brillantes de l'Immatériel. Tout ça va me coûter cher à réparer.

Passez nous voir un de ces quatre. On fera une partie de Grâce Perfide. Pour me faire plaisir ? La vie de Vicomte est sacrément rasoir.

Varric

Haut de page


Des nouvelles de Vivienne

Si Vivienne n'est pas devenue Divine :

Inquisitrice/eur,

Je crains de ne pouvoir me libérer avant le Conseil Exalté d'Halamshiral. Les Collèges et fraternités d'enchanteurs organisent d'énièmes élections dans quelques mois, et je dois être présente pour la préparation si je ne veux pas que les Équitables et les Lucrosiens se laissent entraîner dans des querelles ridicules pour des histoires de nombre d'urnes ou de
disposition des scrutins. Les deux dernières fois où je n'ai pas pu échapper à mes responsabilités à la Cour Impériale, les Isolationnistes se sont barricadés derrière des murs de glace dans la zone de débat pour protester contre l'insulte d'un enchanteur de rang libertaire de Combrelande.

Je n'oublie pas de vous transmettre l'approbation indéfectible de la Cour Orlésienne, même si je me doute que le Duc Cyril vous a déjà couverte des compliments du Conseils des Messagers.

Cordialement,
Vivienne

Si Vivienne est devenue Divine :

Ma chère (ou mon cher) Inquisitrice/eur

J'espère que vous vous portez au mieux. Mes excuses pour le retard de ma lettre. Bien sûr, je suis très occupée, mais cela ne devrait pas m'autoriser à négliger un(e) ami(e) aussi influent(e). J'ai hâte de vous revoir, Trésor, quoique je regrette que cela doive se passer dans un contexte aussi désagréable que le Conseil Exalté. La crise des mages semble à peine derrière nous que le Bannorn Féreldien fait déjà des siennes.

Je laisse Joséphine vous faire part des détails de notre prochaine affaire, et je passe à un sujet bien plus important : nos retrouvailles. Un excellent modiste prévoit de faire le voyage de Dalatie jusqu'à la capitale rien que pour nous rencontrer. Et bien sûr, nous ne pouvons pas passer à côté d'une petite visite aux Bains des jardins impériaux.

Avec toute mon affection,
Divine Victoria

Haut de page


Dorian Pavus

Fils unique et héritier présumé du siège sénatorial du magister Halward Pavus, Dorian est issu d'une prestigieuse lignée de mages tévintides, très en vue dans la cité côtière de Qarinus depuis la fin de l’Ère des exaltés. A cette époque, alors que l'Empire se remettait du quatrième Enclin et de l'échec d'une Marche exaltée, Gidéon Pavus émergea comme la voix de la raison au sein du Magisterium. Ses alliés convainquirent Tévinter de ne pas attaquer le Sud affaibli, et d'oeuvrer à la réconciliation avec ceux qui avaient jadis voulu les détruire. Gidéon fut plus tard jugé pour trahison, mais la maison Pavus résista, preuve de la puissance qu'il avait construite, et exemple parfait, comme le dirait Dorian, de la perversion qui ronge la politique tévintide. Une leçon, selon lui, à ne jamais oublier.

Haut de page


Façonneuse Valta

Ma fille,

J'ai regretté la façon dont nous nous sommes séparés dés que tu as quitté Orzammar. Mes paroles font honte aux ancêtres et à notre maison. Ta mère refuse toujours de me parler.

Hier, je suis passé devant les funérailles d'une légionnaire. Je me suis approché tandis qu'ils lui tatouaient le visage. L'encre semblait particulièrement lourde. En l'espace de quelques instants, elle a vieilli de vingt ans. Je sais que tu ne fais pas partie de la Légion, mais parfois, j'ai, moi aussi, l'impression d'avoir perdu ma fille.

Je me rappelle quand tu étais petite, tu me traînais au Façonnat pour le seul plaisir de sautiller à travers les allées de livres et d'archives. Tu fredonnais doucement et passais tes doigts sur la tranche des tomes que tu dévorerais plus tard. Je m'imagine encore pouvoir te trouver là-bas.

On me dit que le commandant de la Légion que tu accompagnes est l'un des meilleurs et que je n'ai pas à m'inquiéter. Je manque peut-être de courage, mais je ne suis pas prêt à te laisser à la Pierre. Je t'en prie, sois prudente.

- Ton père

Haut de page


Grand duc Gaspard de Chalons

Dame Mantillon,

Je ne saurais excuser l'attitude de mon neveu l'autre soir. Gaspard n'a jamais daigné suivre mes conseils.
Pour être honnête, tout ce qu'il vous a dit à ce dîner, il me l'a dit aussi. L'amertume de ne pouvoir accéder au Trône le ronge depuis un certain temps, et il n'a jamais su accepter la défaite avec Grâce.

Je crains hélas qu'il vous faille prendre ses menaces de guerre au sérieux. Je ne pense pas que que Gaspard sache régler ses problèmes autrement que par la violence ; son expérience au combat parle d'elle-même.
Je ne manquerai pas de renforcer ma garde personnelle également.

Sincères salutations,
Duc Gratien

Haut de page


Grande duchesse Florianne de Chalons

Votre Grâce,

Vous avez exigé le moyen le plus rapide et le plus sûr de faire parvenir un message au grand duc Gaspard, et j’ai donc arrangé une rencontre avec sa sœur, la grande duchesse Florianne de Chalons. Bien qu’elle figue en mauvaise place dans la liste des successeurs de son frère au trône d’Orlaïs, elle est très proche de lui, Gaspard l’écoutera. A vous de faire preuve de persuasion.

M

Haut de page


Impératrice Célène Valmont

Très cher vicomte,

Je tenais à vous féliciter d’avoir obtenu une invitation à la cour, ainsi qu’à vous offrir ces quelques mots d’avertissement : ne sous-estimez pas Célène.

Ne vous laissez pas tromper par sa réputation de diplomate et de conciliatrice, elle n’a rien d’une pacifiste et ses ennemis reposent par dizaines au fond du port de Val Royeaux. Ce ne sont pas des négociations qui les ont conduits là. Elle est aussi impitoyable et ambitieuse que son grand-père, Judicaël Premier, mais contrairement à lui, elle sait manipuler la noblesse. Elle a mené à bien la construction de l’Université d’Orlaïs, pourtant l’un des projets les plus impopulaires de toute l’histoire de la cité, parce qu’elle a su gagner les soutiens dont elle avait besoin pour devancer ses rivaux les plus véhéments. Elle se permet d’employer une apostate comme conseillère personnelle au nez et à la barbe de la Chantrie, car même la Divine est impuissante face à l’étendue de ses pouvoirs.

Je vous souhaite une excellente visite au palais.

Cordialement,
Duc Germain

Haut de page


Iron Bull

M., ma chère amie,

Je comprend parfaitement la difficulté à laquelle vous êtes confrontée. Que des bandits aussi bien équipés attaquent régulièrement les caravanes de votre famille avec une connaissance aussi précise de vos programmes de livraison est effectivement fort malheureux. En pareilles circonstances, il n'y a pas de honte à penser que vos gardes laissent à désirer.

Pour répondre à votre question, lorsque j'ai eu mes propres soucis l'an dernier, j'ai employé la Charge du taureau. Leur chef, Iron Bull, est un Qunari : un homme géant avec des cornes qui a l'air d'un sauvage, mais s'exprime comme un gentilhomme. Bien qu'invincible au combat, il est plus malin qu'un simple épéiste. Ses mercenaires m'ont coûté cher, mais ils étaient à la fois suffisamment forts pour protéger les caravanes de ma famille et assez intelligents pour découvrir comment les bandits avaient autant de "chance" dans leurs attaques. Ils ne nous ont plus jamais dérangés, et un baron que vous connaissez aussi bien que moi m'a promis qu'il serait très surpris qu'ils reviennent nous causer des problèmes.

Si vous souhaitez employer Iron Bull, je peux vous donner ses coordonnées... ainsi que la liste des alcools qu'il apprécie particulièrement. Votre mari sera-t-il présent lors de ces négociations ou ferez-vous la connaissance d'Iron Bull dans un cadre plus intime ? Dans ce cas, nous aurons de quoi discuter la prochaine fois que nos hommes iront à la chasse.

Amicalement,
B.

- Lettre trouvée dans un tiroir secret de la coiffeuse d'une noble et soigneusement recopiée avant d'être remise à sa place.

Haut de page


Joséphine Montilyet

Chercheuse Cassandra,

Joséphine Montilyet est une noble d'origine antivane. Elle a reçu son éducation à Val Royeaux, où elle a noué des liens au sein de la cour. Une fois ses études terminées (à un âge étonnamment jeune), Dame Montilyet est devenue la diplomate officielle pour le roi Fulgeno d'Antiva et l'impératrice Célène d'Orlaïs. Cette vocation lui va comme un gant. Elle a beaucoup voyagé, connaît de nombreuses formes d'étiquette et ses talents de négociatrice ne sont jamais pris en défaut.

Si ces recommandations ne suffisent pas, j'ajoute que Joséphine est une amie proche. J'ai foi en elle. Il nous faut une personne à la fois influente et digne de confiance pour représenter l'Inquisition ; j'aurais du mal à croire que vous vouliez vous attribuer ce poste.

Soeur Léliana

Haut de page


L'éclaireuse Harding

Un campement avancé a été établi dans les marches solitaires de Férelden et des emplacements adaptés à d'autres avant-postes ont été localisés. La progression dans la région a été plus rapide que prévu, grâce à l'aide d'une volontaire autochtone.

Pour plus de détails, veuillez lire la suite:

Sleiter était pris en embuscade par plusieurs bandits; il serait sans doute mort sans l'intervention de Dentelle Harding, qui est arrivée à point nommé et l'a sauvé grâce à deux tirs de lance-pierre bien envoyés. La mabari de sa famille a fait fuir les trois bandits restants. Harding et Contessa (la mabari) ont escorté Sleiter jusqu'au campement avancé, suivies de loin par un petit troupeau de moutons appartenant à un voisin de la famille Harding. à leur arrivée, elle a demandé une carte qu'elle s'est mise à remplir d'informations utiles, principalement des repaires de bandits et des lieux d'embuscades. Dentelle Harding a ensuite rassemblé ses moutons, puis elle est rentrée chez elle.

Nous ne nous attendions pas à la voir revenir le lendemain matin, alors vêtue d'un pourpoint de cuir et armée d'un petit arc, sans son chien ni son troupeau de moutons. "Les cartes, c'est bien, mais rien ne vaut une guide," a-t-elle déclaré.

C'était la semaine dernière. Elle est toujours là. Je me suis permis de lui proposer un poste d'éclaireur.

Bien à vous,
Charter

Haut de page


La Divine Justinia V

Anciennement connue sous le nom de Révérende mère Dorothéa d'Orlaïs, la Divine Justinia V accéda au pouvoir après la mort de la Divine Béatrix III en 9:34 du dragon. Nous connaissons bien peu de la vie de Dorothea avant qu'elle ne rejoigne la Chantrie en tant qu'initiée. Ce qui est certain, c'est qu'en recrutant une ancienne barde et soeur converse, Léliana, comme proche conseillère, elle n'avait pas peur de bousculer les traditions. Un dévouement obstiné pour ses projets personnels et des rumeurs de soutien à la rébellion des mages lui valurent l'aversion des puissants prêtres qui contrôlaient l'accès à la Divine.

En 9:40 du Dragon, la Divine Justinia convoqua un sommet dans le but de négocier une trêve entre la rébellion des mages et les templiers dissidents de la Chantrie. Le Conclave divin fut organisé au Saint temple cinéraire, le lieu le plus sacré de tout Thédas. Mais avant que la moindre résolution ne puisse être adoptée, un cataclysme vint s'abattre sur le Conclave ; une explosion qui consuma le temple, déchira le ciel et anéantit tout espoir de paix à Thédas.

Au lendemain de la mort de la Divine Justinia V, la Chantrie se retrouve sans chef, et son destin est de plus en plus incertain. Si l'ordre n'est pas bientôt rétabli à Thédas, on se souviendra peut-être de Justinia V comme de la dernière Divine de la Chantrie.

Haut de page


La Grande enchanteresse Fiona

La Grande enchanteresse Fiona fait figure d'exception parmi les mages. Elle est notamment le seul membre du Cercle des mages à l'avoir quitté en raison d'un recrutement par les Gardes des ombres... Puis à l'avoir réintégré. Les circonstances de ce retour restent mystérieuses, mais la notoriété ainsi acquise au sein du Cercle lui permit de s'élever rapidement dans la hiérarchie. Elle devint Première enchanteresse de la Tour de Montsimmard, puis fut élue Grande enchanteresse au Collège de Combrelande. Cette décision se fondait sur son plaidoyer pour une plus grande liberté des mages, une opinion qu'elle disait due à son passage chez les Gardes. L'insistance pour un vote sur cette question mena à la dissolution du Collège des mages en 9:40 du Dragon, puis, lors d'une tentative de vote secret, à l'arrestation de Fiona et des autres enchanteurs par le seigneur chercheur Lambert, des chercheurs de la Vérité.

Après s'être réfugiés dans les ruines des Confins d'Andoral, les mages fugitifs finirent par voter pour l'indépendance du Cercle des mages, vote qui marqua le début de la rébellion des mages. Bien que Fiona n'occupe plus officiellement le poste de Grande enchanteresse, la plupart des mages la considèrent toujours comme faisant partie intégrante des chefs de la rébellion.

Haut de page


La Viddasala

Nous ne savons toujours pas grand-chose de leurs méthodes, mais nos agents ont obtenu de précieuses informations sur la hiérarchie et la structure organisationnelle des Ben-Hassrath. À proprement parler, tous leurs membres sont sous la juridiction de l'Ariqun et seraient donc considérés comme des prêtres. Les Qunari divisent toutes les activités des Ben-Hassrath en trois catégories distinctes : "Les intentions dangereuses", les actions dangereuses" et les "questions dangereuses". Trois prêtres forment un mini-triumvirat qui chapeaute toutes leurs opérations, chaque prêtre étant responsable d'une catégorie particulière. L'une de nos missions en cours a pour but d'identifier le chef de la branche des "questions dangereuses", qui semble diriger la grande majorité des opérations Qunari de renseignements et de sabotage. La branche des "actions dangereuses" serait responsable de l'application des lois. Leurs agents ne quittent pratiquement jamais le territoire contrôlé par les Qunari, mis à part pour traquer les déserteurs. La branche avec laquelle nous avons eu le plus de contacts est celle des "intentions dangereuses".

Cette division, dirigée par une prêtresse appelée la Viddasala (littéralement, "transformatrice d'intentions"), gère la conversion d'étrangers, la rééducation de dissidents Qunari ainsi que la collecte et la mise en quarantaine de toute magie. Des tâches qui, selon les Qunari, constituent une menace pour eux-mêmes et pour les autres.

Nos tentatives d'infiltration dans leurs camps de "rééducation" ont toutes échoué, les Ben-Hassrath sont particulièrement doués pour repérer nos agents parmi leurs convertis. La plupart des espions démasqués reçoivent simplement une remarque condescendante avant d'être refoulés. Les rares qui ont réussi à être admis dans l'un de leurs établissement "Viddathlok" n'ont jamais plus donné signe de vie. Nous allons donc redoubler d'efforts pour localiser et infiltrer l'un de leurs sites de quarantaine magique appelé "Darvaarad".

Charter

Haut de page


La reine Anora Mac Tir

Ancienne épouse du roi Cailan, descendant de Calenhad et dernier de la lignée des Theirin à régner sur Férelden, la reine Anora se démarqua au cours du cinquième Enclin. La mort de son mari ayant laissé le trône vacant, son règne en solitaire fut confirmé avec le soutien du Garde des Ombres, et cette confirmation lui permit de rallier sa nation derrière les Gardes et de mener la bataille qui finit par mettre un terme à la guerre contre les engeances avant qu'elle n'ait vraiment commencé.

Si le Garde a épousé la reine Anora :

Après la fin de l'Enclin, Anora épousa le Héros de Férelden. Elle commença à reconstruire son pays dévasté par la corruption de l'Enclin… et l'on considère qu'elle a obtenu d'excellents résultats, du moins jusqu'à la disparition du Héros de Férelden de la cour il y a plusieurs années.

Depuis cette époque, le fait que la reine Anora n'ait toujours pas donné naissance à un héritier reste un sujet d'inquiétudes, qu'elle a jusqu'ici toujours rejetées. Le peuple trouve son règne sage et raisonné, et a soutenu sa décision d'offrir l'asile aux mages rebelles à Golefalois, après son discours passionné à Dénérim il y a six mois. Quand les mages rebelles ont pris à la fois la ville et le château, forçant le Iarl Teagan à fuir et se réfugier dans la capitale, le soutien que lui apportaient les nobles a rapidement diminué. Les conséquences pour son règne dans les années à venir, en particulier avec le regain d'intérêt d'Orlaïs, restent à déterminer.

Haut de page


Lavellan, la/le dalatien(ne)

Les dalatiens sont des elfes qui refusent d'habiter dans les cités humaines, où leur peuple est exploité et spolié de ses droits. Ils préfèrent vivre dans les forêts, tant bien que mal, mais en toute indépendance, en essayant de faire perdurer les derniers vestiges de leur culture ancestrale. (Prénom du personnage) appartient au clan Lavellan, un groupe dalatien qui migre dans les marches libres, territoire constamment en proie aux querelles. Ce peuple longe des frontières de chaque cité-État, là où les dirigeants marchéens sont les moins susceptibles de les attaquer, par crainte de provoquer accidentellement les cités voisines.

(Prénom du personnage) devint chasseuse/chasseur très jeune et se forgea rapidement une réputation de protectrice/eur respecté(e). Suite à l'insurrection des mages, les affrontements gagnèrent la campagne et vinrent perturber le quotidien de son clan. L'archiviste Ellathin Istimaethoriel Lavellan, le chef du clan, envoya (Prénom du personnage) au Saint temple cinéraire pour espionner la rencontre entre la Divine et les factions dissidentes, afin de connaître au plus vite toute décision qui en découlerait.

Suite à l'explosion qui emporta la Divine, (Prénom du personnage) apparut comme la/le seul(e) survivant(e). Certains, qui prétendaient avoir vu la prophétesse Andrasté en personne conduire Lavellan hors de l'Immatériel, commencèrent à raconter que la mystérieuse marque sur sa main était une preuve de la faveur divine.

Haut de page


Le Garde des ombres

Origine Nain paria :

L'héroïne/héros de Férelden naquit parmi les parias des taudis d'Orzammar. Elle/il se fit passer pour un homme de la caste guerrière dans la Lice d'Orzammar, ce qui constitue un crime puni par la peine capitale. Cependant, ses exploits dans l'arène impressionnèrent tant le commandeur Garde des Ombres Duncan qu'il décida de la/le recruter avant qu'elle/il ne soit exécuté(e).

Origine Nain(e) noble :

Deuxième héritier(e) du roi Endrin Aeducan, l'héroïne/héros de Férelden vit le jour au sein de la Noble maison Aeducan d'Orzammar. Après avoir été accusé(e) de fratricide, elle/il fut exilé(e) dans les Tréfonds. C'est là qu'elle/il fit la connaissance du commandeur Garde des Ombres Duncan, qui la/le recruta au sein de son Ordre.

Origine Elfe citadin :

L'héroïne/héros de Férelden grandit dans la pauvreté du bascloître elfe de Dénérim.
Lors de son mariage, une dispute violente éclata avec un noble de Dénérim et se solda par l'arrestation de l'héroïne/héros par les gardes de la cité. Le commandeur Garde des Ombres Duncan la/le recruta alors, lui épargnant ainsi la peine capitale.

Origine Elfe Dalatien :

L'héroïne/héros de Férelden appartenait jadis au clan des elfes Dalatiens. Une malheureuse rencontre avec un miroir magique maléfique corrompit un jour sonâme et la/le mena au seuil de la mort. Seule l'intervention des Gardes des Ombres réussit à la/le guérir. Pour protéger sa vie, son clan la/le confia au commandeur Garde des Ombres et à son Ordre.

Origine Humain(e) noble :

L'héroïne/héros de Férelden était la fille de Bryce Cousland, tiern de Hautecime. Lorsque les forces du Iarl Rendon Howe attaquèrent le château Cousland et décimèrent presque toute sa famille, l'héroïne parvint à s'échapper avec le commandeur Garde des ombres Duncan, qui lui offrit alors de rejoindre son Ordre.

Si l'héroïne a épousé Alistair :
Après avoir vaincu l'archidémon et mis un terme au cinquième Enclin, l'héroïne de Férelden épousa le roi Alistair et fut couronnée Reine de Férelden. Ils régnèrent ensemble sur le pays pendant plusieurs années heureuses et prospères, avant qu'elle disparaisse.

Si le héros a épousé Anora:
Après avoir vaincu l'Archidémon et mis un terme au cinquième Enclin, le héros de Férelden épousa la reine Anora. Il porta le titre de prince consort pendant plusieurs années heureuses et prospères avant de disparaître.

Origine Mage :

Membre du Cercle des Mages de Férelden, l'Héroïne/héros de Férelden avait passé la majeure partie de sa vie dans la Tour du lac Calenhad. Le premier enchanteur Irving la recommanda un jour auprès du commandeur Garde des Ombres Duncan. Peu de temps après avoir réussi sa Confrontation, l'héroïne/héros fut invité(e) par Duncan à rejoindre son Ordre.

Si le Garde a fait le sacrifice ultime :

L'héroïne/héros Garde des Ombres affronta l'Archidémon et parvint à le tuer, mais au sacrifice de sa vie pour sauver Férelden. Sans Archidémon à leur tête, les engeances succombèrent à l'Anarchie et la horde maléfique fur rapidement mise en déroute.

Si le Garde, Alistair ou Loghain a participé au rituel noir de Morrigan :

Après avoir vaincu l'Archidémon et mis un terme au cinquième Enclin, l'héroïne/héros de Férelden assura la charge de Commandeur-Garde et entreprit la restauration de l'Ordre à Férelden. Elle/il remplit cette tâche avec tous les honneurs pendant plusieurs années avant de disparaître.

Si le Garde n'a pas été contacté par l'Inquisition :

Personne ne sait ce qu'elle/il est devenu(e).

Si le Garde a été contacté par l'Inquisition :

L’Inquisition à découvert qu’il/elle était parti(e) vers l’ouest dans l’espoir de trouver un moyen de soigner l’Appel.

Haut de page


Le Héraut de Kirkwall

Si Hawke a soutenu les mages :

J’ai entendu plusieurs personnes prononcer le nom de « Hawke » cette semaine. Beaucoup d’entre nous tiennent le Héraut responsable des événements de Kirkwall, qui ont déclenché une guerre et plongé tout Thédas dans le chaos. Mais pouvons-nous vraiment en vouloir à Hawke pour ce qu’elle a fait ?

Sans un sou en poche, Hawke et sa famille arrivèrent dans les Marches Libres pour fuir l’Enclin.

Issue d’une famille d’apostats, Hawke a dû passer sa vie à se cacher des templiers, par peur des abus auxquels étaient soumis les mages du Cercle.

Et des abus, il y en avait. Nous ne trouverons pas de solution pacifique à ce conflit tant que nous n’admettrons pas notre part de responsabilité.

Imaginez ce que Hawke a dû vivre lorsqu’elle s’est hissée au premier plan en mettant fin à la menace Qunari de 9:34.

Du statut de réfugié à celui de Héraut de Kirkwall.

La position de Hawke lui a donné pouvoir et influence. Rien ne pouvait l’atteindre.

Si Hawke est mage :
Mais si le Héraut de Kirkwall était libre, d'autres mages à la Potence ne pouvaient pas en dire autant.
Cette pensée devait la/le ronger.

Si Hawke n'est pas mage :
Hawke avait toujours eu de la sympathie pour les mages, et voulait certainement les aider.

Les actes du Héraut pendant le soulèvement des mages sont-ils si difficiles à comprendre, quand on prend tout cela en compte ? Suite à la destruction de la chantrie, le chevalier-capitaine Mérédith a invoqué le Droit d’oblitération et appelé à l’exécution de tous les mages de Kirkwall. Devant la liste d’injustices qui ne faisait que s’allonger, Hawke a fini par s’insurger.

Elle/Il s’est interposé(e) entre les Templiers et les mages qu’ils voulaient exterminer, et elle/il est devenu(e) une légende. Bien qu’elle/il ait ensuite fui Kirkwall pour échapper à la justice chantriste, ce qu’il s’est passé à Kirkwall ce jour-là a changé Thédas à jamais.

En défiant Mérédith et notre Ordre, Hawke a uni les mages, leur a redonné espoir, devenant ainsi un symbole de leur rébellion. Ils ont contre-attaqué, et nous voilà aujourd’hui, à la vielle du Conclave divin, en quête désespérée d’une paix qui nous sauvera tous de cette rébellion.

- Chevalier-capitaine Marteu de Montsimmard s’adressant aux templiers du Conclave divin.

Si Hawke a soutenu les templiers :

Je ne peux pas vous dire avec certitude si le Héraut de Kirkwall sera présent au Conclave divin.

Bien qu'elle/il soit actuellement vicomtesse/vicomte de Kirkwall, Hawke a quitté la cité il y a quelque temps, la laissant à la charge du capitaine de la garde et du sénéchal.

Soit aucun des deux ne sait où se trouve leur vicomte, soit ils refusent de divulguer ces informations.

Je comprend que la présence de Hawke soit nécessaire pour certains d'entre vous.

Vous êtes nombreux à penser que, sans ses actions, nous ne serions pas en guerre.

Thédas nous a toujours redoutés, mais la destruction de la Chantrie de Kirkwall a renforcé l'idée que certains mages étaient prêts à tout pour obtenir leur liberté. Et par la suite, le soutien de Hawke pour les templiers et leur massacre aveugle de tous les mages de Kirkwall a confirmé que tous les moyens étaient bons pour restaurer la paix.

Ce qu'a fait Hawke à Kirkwall a réveillé quelque chose chez les templiers. C'était le Héraut qui avait repoussé l'invasion Qunari de Kirkwall,

Si Hawke a combattu l'Arishak :
qui avait tué leur Arishak.

Elle/il était puissant(e), influent(e). Sa parole avait de la valeur.

Les templiers pensaient que les mages étaient allés trop loin, et Hawke était d'accord. Ils ont voulu se venger.

Si Hawke est mage :
Hawke faisait partie des mages, comme nous. Si le Héraut en personne pouvait se retourner contre nous, nous n'avions certainement plus le droit à la rédemption.

Quand les Cercles ont commencé à se rebeller, les templiers ont fait ce qu'ils pensaient être leur devoir : comme Hawke à Kirkwall. Ils nous ont matés, et ont rétabli l'ordre. Même la Chantrie ne pouvait pas les contrôler. Ils agissaient au nom de la justice.

Et nous voilà aujourd'hui, à la veille du Conclave divin, à espérer que tout cela se terminera avant que nous soyons tous morts. Mais demandez-vous : pourquoi chercher Hawke ? À quoi servirait la présence du Héraut ?

Elle/il a déjà joué son rôle.

Cette paix dépend entièrement de nous et des templiers. Nous devons simplement décider de ce que nous sommes prêts à sacrifier pour cela.

- Enchanteur de rang Lorace de Combrelande s'adressant aux mages du Conclave divin.

Haut de page


Le grand-chancelier Roderick

Certains prétendent que les hommes ne sont pas représentés à la Chantrie, à l'exception des frères érudits, le rang le plus bas, et de ceux qui prennent leur place parmi les templiers. C'est faux. C'est une organisation qui s'étend sur sept nations, des plus petites Chantries de village à la Grande cathédrale de Val Royeaux. Il faut plus que des sermons pour la garder en vie. Une armée invisible est là pour s'assurer que les repas sont servis, que les réparations sont effectuées et que les fidèles sont écoutés... Tout cela est l'oeuvre de frères chantristes comme moi. Le poste de grand-chancelier place un homme aux côtés de sa Sainteté ; je contrôle les allées et venues du public, je gère sa correspondance, je transmets sa parole à Thédas et je la conseille sur des sujets qui peuvent paraître banals, mais ne doivent pas être négligés. Si j'ai de l'influence, je l'utilise avec une extrême parcimonie. C'est une tâche à laquelle je me dévoue solennellement. Mes camarades et moi-même portons ce fardeau afin que d'autres puissent librement guider les esprits de Thédas vers le salut.

- Extrait d'une lettre du grand-chancelier Roderick Asignon, 9:38 du Dragon.

Haut de page


Le seigneur chercheur Lucius Corin

Pendant des mois, nous avons tous été convaincus que la mort du seigneur chercheur Lambert était un assassinat fomenté par les mages. Après tout, il avait déclaré le Traité du Névarra nul et non avenu, nous précipitant du même coup dans une guerre contre les rebelles. Pour quelle autre raison aurait-on pu vouloir le tuer, à part en guise de châtiment ? L'Ordre des templiers tout entier s'enflammait, prêt à prendre les armes face aux mages... Et nous étions certains que cela ne durerait que quelques semaines. C'est pourquoi j'ai désespéré en assistant à l'élection de Lucius Corin à ce poste. D'après les quelques chercheurs de la Vérité à qui j'ai parlé, il était modéré. Il soutenait le Conclave divin, et tous les templiers de ma connaissance étaient sûrs qu'il transigerait pour mettre fin à la guerre.

Mais ces derniers temps... il semble différent, n'est-ce pas? Je ne l'ai jamais rencontré avant sa prise de fonctions, mais même pendant cette courte période, son avis sur la guerre a changé. Il ne s'est pas rendu au Conclave qu'il soutenait personnellement. En fait, il semble même regretter ce soutien. Il parle de faire des templiers une puissance à part entière, et nos membres en sont évidemment ravis. Je ne sais pas d'où lui est venu ce changement radical, mais je commence à me demander si la mort de Lambert n'était pas aussi simple que nous l'avions pensé. Quelque chose ne tourne pas rond dans notre Ordre, et tout ce que je sais, c'est que cela me dépasse complètement.

- Extrait d'une lettre écrite par un templier anonyme, découverte dans un fort incendié, 9:41 du Dragon.

Haut de page


Lieutenant Renn

Un échange de notes entre le lieutenant Renn et le légionnaire Bernat :

Lieutenant Renn,

J'ai vérifié notre demande de provisions. En tant que second, je me dois de souligner la quantité absurde de bière listée. A moins que nous prévoyions de noyer les engeances...

Respectueusement,
Légionnaire Bernat
______________________________

Bernat,

Ne soyez pas ridicule. Aucune quantité de bière ne peut être "absurde".

- Renn
______________________________

Lieutenant Renn,

Vous avez commandé plus de fûts que nous n'avons de légionnaires.

Respectueusement,
Légionnaire Bernat

______________________________

Bernat,

Vous ne pouvez même pas laisser un homme condamné se faire un petit plaisir ? Très bien, réduisez le nombre de fûts de moitié. Mais j'attends la qualité de la Barbaude, pas la pisse qu'ils ont envoyée la dernière fois.

- Renn
______________________________

Lieutenant Renn,

Je veillerai à ce que la couronne sache que la bière est destinée à l'honorable Lieutenant Renn, vainqueur des engeances, héros du cinquième Enclin et... J'oublie un titre, non ?

Respectueusement,
Légionnaire Bernat
______________________________

Bernat,

Fournisseur de mains dans votre figure, salroka.

- Renn

Haut de page


Loghain Mac Tir

"J'ai survécu à votre épreuve. Le destin jouit visiblement d'un curieux sens de l'humour."

Loghain naquit fermier, sous le joug de l'occupation étrangère. Dès son plus jeune âge, il rejoignit la résistance et y démontra toute l'étendue de son génie tactique. Il se lia d'une profonde amitié avec le prince Maric, héritier légitime du trône Féreldien. Prenant conjointement la tête des rebelles, tous deux parvinrent à bouter les forces de l'Empire Orlésien hors de Férelden. Anobli par Maric, Loghain devint une légende vivante, le symbole des idéaux Féreldiens de dur labeur et d'indépendance.

Durant la bataille d'Ostagar, il se replia en abandonnant à la mort le roi Cailan et les Gardes des Ombres.

Il s'en retourna ensuite à Dénérim pour s'autoproclamer régent de la reine Anora, sa fille, et exigea au grand dam des Banns que Féreldien se rallie à sa bannière pour affronter les engeances. Ses actes provoquèrent une guerre civile. Les partisans de Loghain se retrouvaient aux prises avec leurs voisins qui reprochaient à Loghain la mort du roi ou cherchaient tout simplement à profiter de ce trône laissé vacant. Il fut vaincu en combat singulier lors du Conclave et condamné à subir la cérémonie de l'Union, à laquelle il survécut.
Devenu de ce fait Garde des Ombres, c'est à ce titre qu'il reprit part au combat.

Si le Garde s'est sacrifié :

L'élimination de l'Archidémon Urthëmiel à la bataille de Dénérim coûta la vie au Garde des Ombres, mais Loghain s'attarda ensuite pour aider à restaurer le royaume et les Gardes qu'il avait failli détruire.

Si le sombre rituel de Morrigan a eu lieu :

Côte à côte, Loghain et le Garde des Ombres combattirent l'Archidémon Urthëmiel qui s'attaquait à la cité de Dénérim. Ils remportèrent la victoire en tuant la créature, mettant ainsi un terme au cinquième Enclin avant qu'il n'ait véritablement pu commencer.

Haut de page


Léliana

Elle a de nombreux noms. La plupart des gens l'appellent "Soeur Léliana" ou "Le Rossignol". Certains refusent de prononcer son nom et se contentent de "la Main gauche de la Divine", cette ombre derrière le Trône du soleil.

La maître-espionne Marjolaine forma Léliana dès son plus jeune âge. Pendant des années, Léliana fut l'instrument de Marjolaine dans le Noble jeu d'Orlaïs. Si Léliana était dévouée à sa maîtresse, ce n'était guère réciproque : Marjolaine la trahit et réussit presque à la tuer, n'eût été la présence de la Révérende mère Dorothea.

Suite à cette trahison, Léliana passa plusieurs années dans un cloître de Férelden, loin de son passé.
Inspirée par la Révérende mère Dorothea, Léliana se consacra à sa foi et s'épanouit dans une vie simple et dévote. Mais lorsque le cinquième Enclin commença, elle reçut ce qu'elle prit pour une vision du Créateur, qui la poussa à quitter son sanctuaire et à prendre les armes contre les engeances.

Plusieurs années après la défaite de l'archidémon, Léliana fut convoquée par Dorothea, devenue la Divine Justinia V. Elle retourna alors à Orlaïs et entra au service du Trône du soleil.

Justinia succomba à l'explosion qui détruisit le Conclave divin, suite à quoi Léliana devint membre fondatrice et maître-espionne de la nouvelle Inquisition.

Si Léliana est devenue Divine :

Après la défaite de Corypheus et la fermeture de la Brèche, la Chantrie choisit Léliana pour succéder à Justinia sur le Trône du soleil. La divine Victoria, de son nouveau nom, aura pour tâche de superviser la naissance de la nouvelle Chantrie, qui aspire à unir tous les peuples de Thédas.

Haut de page


Magister Géréon Alexius

Dames et seigneurs du Magisterium, avant de soumettre au vote le budget de cette nouvelle mesure à l'encontre des Qunari, j'aimerais vous demander de réfléchir quelques instants à l'état de nos institutions d'enseignement supérieur.

Le Cercle de Minrathie a plus de dix mille ans, Darinius le Rêveur lui-même est né entre ces murs, et il reste une source de connaissance et de sagesse pour l’Élite de la jeunesse de l'Empire. Pourtant, il est en proie au délabrement.

La magister Aurarius a maintes fois plaidé pour l'augmentation des fonds alloués aux Cercles, mais ses appels sont restés sans réponse. Inlassablement, le magister Viren nous a mis en garde contre la menace des buffles venus du nord, que nous seuls sommes en mesure de repousser. J'aimerais ajouter ceci : comment allons-nous vaincre les Qunari ?
Comment sommes-nous parvenus à endiguer leur expansion pendant toutes ces années, sans le soutien des autres nations de Thédas ? Vous connaissez la réponse : la magie. C'est notre magie qui protège nos frontières de ces envahisseurs bestiaux, et c'est grâce à notre magie que nous les chasserons à jamais de nos côtes.

Chers amis et confrères, c'est pour ce combat que nous préparons sans relâche nos apprentis, nos fils et nos filles. Ils ont besoin de toutes les ressources nécessaires pour découvrir les nouveaux sorts et les nouvelles techniques qui nous donneront l'avantage dans cette guerre sans fin, et pour cela, ils ont besoin de matériel et d'un toit solide au-dessus de leur tête. Rénovez les Cercles, n'abandonnez pas l'Empire à un lent déclin rythmé par les bruits de bottes des légions en marche.

- Discours du magister Alexius au Magisterium, extrait du compte-rendu officiel de la cession du 9:39 du Dragon.

Haut de page


Magister Erimond

Très cher Démétrius,

J’espère que tu t’es bien remis de tes horribles et interminables réunions sur la réfection des routes, la levée des taxes ou je ne sais quoi encore. Je te félicite sincèrement pour ton patriotisme sans faille et tes efforts pour la sauvegarde des infrastructures de l’Empire tévintide, pendant que les buffles du nord nous livrent une guerre sans merci.

Je te l’ai déjà demandé, mais tu es mon meilleur ami, et maintenant que tu as eu un aperçu de notre mission, j’aimerais que tu revoies ton jugement. Ne me dis pas que l’entretien des routes est une activité à la mesure de tes talents, Métri. Tu es un descendant des rêveurs. Mon maître redonnera à l’empire la grandeur qu’il n’a plus connue depuis que nos ancêtres ont posé les yeux sur la Cité d’Or. Il ne sera pas simplement le roi d’une nation, mais du monde entier ; ceux qui lui seront loyaux aujourd’hui seront récompensés demain, quand Thédas s’inclinera devant les Venatori.

Enfin, l’ampleur de tes ambitions se borne-t-elle peut-être réellement aux routes… Quand mon maître aura rendu à Tévinter sa gloire passée, il sera satisfait d’y trouver des voies carrossables parfaitement pavées.

Réfléchis bien, mon ami.

Magister Livius Erimond de Vyrante

Haut de page


Morrigan

Monsieur,

Je m’inquiète moi aussi de cette nouvelle « conseillère » à la cour impériale. Si Célène s’intéresse vraiment à la magie, pourquoi ne pas s’enquérir auprès de Madame de Fer ? Pourquoi chercher cette apostate brune de Férelden ? Pourquoi la faire venir ici ? Après une surveillance assez poussée, je peux plus ou moins vous rassurer. Je ne crois pas que cette Morrigan ait ensorcelé notre impératrice. Bien qu’il n’y ait aucun moyen d’en avoir la certitude, il est à noter que Célène et la sorcière se disputent souvent. Si Morrigan dit à Célène quelque chose qui lui déplaît, cette dernière évite la sorcière pendant des mois avant que la curiosité ne la pousse à nouveau vers elle. Morrigan s’intéresse aux choses anciennes, à la magie issue d’une époque antérieure à l’existence de la Chantrie, et ce sont ces études qui intriguent Célène. Morrigan a des réponses que Madame de Fer ignore ou refuserait de donner. Je ne peux toutefois pas certifier qu’il s’agisse de magie du sang ou d’autres choses interdites. Le laboratoire de cette femme dans les entrailles du palais est protégé par des sorts, et trois de mes espions ont disparu après avoir tenté de s’y introduire. Je crierais bien au scandale, mais alors, mes agissements seraient révélés… Même si je doute d’être la seule dans cette situation. La cour entière brûle de curiosité, et plus Célène garde Morrigan en coulisses, plus nous voulons savoir ce qu’elle trame.

Notre impératrice joue avec le feu. Comme elle ne s’est toujours pas trouvé de mari pour consolider l’avenir de sa dynastie, ces relations avec l’apostate sont un clou de plus dans son cercueil.

Sincères salutations,
Madame de Carnay

Haut de page


Professeur Frédéric de Sérault

Anton,

Si quelqu’un peut encore répondre à vos questions sur les habitudes sociales de la grande wyverne de Vimmark, c’est bien Frédéric de Sérault, un professeur de draconologie de l’Université d’Orlaïs. Je l’ai rencontré plusieurs fois, et c’est de toute évidence un expert dans son domaine ; en revanche, n’allez pas lui demander où il a mis sa plume et son encre, ou quel jour de la semaine nous sommes. Mais à part cela, c’est un homme brillant.

Cordialement,
Magister Zaldéréon Antonidas

Haut de page


Saarath


Cette lettre a de toute évidence été écrite sur plusieurs jours. L'encre des première lignes a déjà commencé à s'effacer légèrement :

Elfe-qui-est-Tallis,

Il n'est plus de mon ressort d'instruire les autres membres du Qun, mais je partagerai ce que je peux avec vous si cela peut vous apaiser.

Vous n'êtes pas seule à aspirer à la maîtrise de vous-même et de votre dessein.
De nombreux viddathari rejoignent le Qun pleins de peur et de colère. Ces sentiments dressent en vous des murs, brique par brique. Ils vous empêchent de voir les autres autour de vous, d'apprécier le monde tel qu'il est, et ils vous persuadent que vous êtes seule dans votre obscurité. Ces murs sont bien réels.
Mais l'obscurité, la solitude, et le monde qu'ils créent en vous : tout cela n'est qu'illusion. Vous devez lutter pour abattre ces murs si vous voulez voir la vérité, et la vérité est que personne n'est seul… Voilà la leçon de sagesse qui fut révélée à Koslun dans le désert il y a fort longtemps. Ce qui s'apparente à de la solitude est en fait du lien. Ce qui ressemble à de l'obscurité n'est que de l'espace entre les étoiles.

Les lignes suivantes sont légèrement plus récentes, et l'écriture – qui était particulièrement appliquée jusque-là – devient un peu plus relâchée, comme précipitée :

Et il n'y a pas que les viddathari qui souffrent de ces illusions. Le monde altère notre identité, et nous devons trouver l'équilibre face à l'adversité. Lorsque j'étais ashkaari, je passais mes journées à étudier la philosophie du Qun et à chercher cette même lumière que Koslun avait trouvée. Mais mes rêves de démons m'ont entraîné vers un nouveau chemin.

Plusieurs passages sont rayés, et l'écriture devient tremblante. Par endroits, l'encre est encore fraîche :

Et maintenant, avec le chant… passage rayé. Et maintenant, j'étudie le barrage qui retient la magie à sa source. Nous… passage rayé. Notre but est de… passage rayé. Les choses changent, petite Tallis. Le monde évolue. Trouvez votre raison d'être dans les gens qui vous entourent, et votre rôle deviendra clair. Souvenez-vous quand… passage rayé. Il ne sera pas facile de trouver la sagesse dans le chaos ambiant. Le chaos n'est qu'illusion, comme l'obscurité. Mais les murs sont bien réels. Souvenez-vous-en. Commencez par abattre les murs, et vous verrez la vérité.

Saarath

Haut de page


Samson

J'aimerais adresser un message clair et sans équivoque à tous les hommes et femmes de notre armée : personne ne doit affronter seul le chef des templiers rouges, le général Samson.

Vous avez peut-être entendu ce qu'on raconte à son sujet, qu'il était templier à Kirkwall avant d'être expulsé de l'Ordre et de devenir un vagabond, mendiant pour s'acheter du lyrium. Cet homme appartient au passé. Le monstre qui nous a attaqués à Darse avait la force d'une douzaine d'hommes. Samson a l'entraînement d'un templier et tous les pouvoirs que lui confère le lyrium rouge. Pour ceux qui ne l'ont pas vu à l'oeuvre, dites-vous qu'il est aussi dangereux qu'un démon, peut-être même plus encore. Ne faites pas l'erreur de le sous-estimer.

Tout officier ayant omis de communiquer cet avertissement à ses soldats sera tenu pour personnellement responsable.

- Lettre du commandant Cullen adressée aux officiers supérieurs et lue à tous les soldats de l'Inquisition.

Haut de page


Sera

(Ce rapport de Joséphine a été commenté et gribouillé en plusieurs endroits, dans une écriture différente)

Au sujet de Sera, Jenny la rousse et Vélissisima Belatour von Coudelatte

C'est à moi qu'il revient de parler de cette "Jenny la rousse", car en tant que créature de la cour, j'ai surement été témoin des conséquences de ses actes, bien qu'il soit difficile de l'affirmer avec certitude. Est-ce une preuve d'efficacité, ou le contraire ? Ce que je peux dire, c'est que "cette femme" a ridiculisé les gardes civils de toutes les cités de Thédas, et dans la plus grande impunité. Si l'on en croit tous les rapports disponibles, il semblerait que ce nom est été porté par plusieurs personnages, et souvent en même temps, ce qui est particulièrement difficile à vérifier au vu des problèmes de communication que nous rencontrons.

(Dessin explicite d'une garde, le pantalon baissé sur les chevilles.)

La sévérité des crimes varie grandement, allant de la mesquinerie à la malveillance manifeste. Les registres officiels jugent ces actes injustes, mais je connais nombre des victimes, dont plusieurs sont des individus tout à fait suspects, pour ne pas employer un vocabulaire que je laisse à Sera.

Lâche-toi, m'man. Des sombres merdes, tous autant qu'ils sont.

Selon divers témoignages, "Jenny la rousse" s'en serait pris à des criminels, des esclavagistes et même à la guilde des assassins. Cette organisation dispose "d'agents locaux", ce qui leur permet de frapper dans les zones provinciales, bien que cela ne soit pas une règle immuable. Je n'arrive pas à dresser de mode opératoire précis.

Pas besoin d'avoir un titre pour être une ordure et mériter une bonne correction.

Qui est donc cette "Jenny la rousse" ? Elle sévit à Val Royeaux depuis quelques temps maintenant, bien que son accent trahisse ses origines féreldiennes.
Quand je lui ai demandé si elle avait un problème "d'identité elfique" que je pouvais l'aider à régler, elle s'est contentée de me rire au nez. Léliana et moi avons débattu de la menace réelle que représentait ce groupe, et nous avons conclu que cette incarnation de Jenny la rousse constituait une distraction divertissante.

Comme c'est mignon ! La dame de fer a un coeur finalement.


- Addendum : Dénérm
Nous ne pouvons pas vérifier si Sera a réellement vécu à Dénérim, comme elle le prétend, mais cela semble plausible. Le bascloître y était aussi instable que mal défendu, et de nombreux résidents de la cité ont fui la région pendant l’Enclin. Vu ses dispositions, Val Royeaux aurait été la cible idéale. Dénérim ne manquait pas de nobles aux mœurs douteuses, mais la plupart s’étaient unis contre un ennemi commun grâce aux efforts du Garde des ombres.

Contraints et forcés, ouais. Tous des ordures.

- Addendum : Dame Emmald
J'ai essayé de réunir des informations sur cette "Dame Emmald" dont a parlé Sera, tâche rendue difficile par l'hécatombe qui a frappé les familles nobles pendant l'Enclin. Emmald semble être un nom récent, plutôt qu'une maison établie de longue date. Le titre honorifique de "Dame" a-t-il été négocié dans le cadre de tractations commerciales ?

J'ai pas dit qu'elle avait aucun mérite, j'ai juste dit que c'était une garce.

- Addendum : Sera et la haine des engeances
Après la lecture des rapports, je m'attendais à ce que quelqu'un ayant des liens avec Férelden, et plus précisément Dénérim, nourrisse une haine farouche envers les engeances. L'Enclin n'épargnait personne, la menace pesait sur toutes les familles.

Ils sont pas nets. Pas vivants.

- Addendum : cachettes de "Jenny la rousse" dans les zones peuplées
Je m'étonne toujours que cela puisse passer inaperçu mais c'est surement l'art du serviteur expérimenté : la capacité de reconnaitre les endroits qui échappent à l'oeil inattentif. Sera est bien sûr capable de les repérer instantanément. Elle semble donner une nouvelle dimension à la définition du mot "perspicace". Je lui ai demandé s'il y avait un calendrier, ou au moins une sorte d'organisation, mais elle préfère l'improvisation constante. C'est sûrement plus amusant, mais si c'était moi qui devais chercher, je trouverais cela très frustrant.

C'est rouge, tout simplement. Je suis sûre qu'elle le verrait comme le nez au milieu de la figure si c'était sur un chapeau à la mode de la saison dernière.

- Addendum : La fascination de Sera pour les dragons
J'ignore pourquoi Sera est tellement fascinée par les dragons, mais il est évident que les combattre produit sur elle des effets inattendus. En tout cas, c'est ce que je pense. Si vous voulez lui demander son avis sur la question, elle se contentera de dire "C'était génial !" ou quelque chose de ce genre. Elle n'est pas très portée sur l'introspection.
Néanmoins, elle a manifesté son intérêt pour les autres chasses à venir.

(Un dessin grossier de Sera perchée sur un dragon, tirant la langue et faisant des cornes avec ses doigts.)

C'est nul, je sais pas dessiner une selle.


Si romancée :

- Addendum : vie privé
Vu la nature de vos relations avec Sera, j'aimerais porter à votre attention que toutes les informations que j'ai pu glaner jusqu'à maintenant à son sujet ne valent guère mieux que des rumeurs. Loin de moi la prétention de supplanter vos observations personnelles. Tout cela relève de votre intimité et je ne souhaite aucunement m'en mêler.

Interdiction de fourrer son nez là-dedans. Elle est à moi.

Haut de page


Ser Stroud

Fils cadet d’une famille de petits nobles des champs de Ghislain, Jean-Marc Stroud venait à peine de terminer sa formation à l’Académie des berruiers lorsqu’il apprit que sa famille entière avait été tuée, soi-disant par des bandits. En vérité, ils avaient été victimes du Noble jeu Orlésien. Ser Stroud eut renoncé à retrouver les meurtriers de sa famille quand une Garde des ombres du nom de Clarel le recruta sur les conseils des professeurs de l’Académie, qui ne voulaient pas voir un jeune berruier prometteur gâcher sa vie à la poursuite d’une vengeance stérile. Incapable de refuser élégamment une telle proposition, ser Stroud abandonna son ancienne vie pour rejoindre la Garde des Ombres.

Stroud a servi honorablement la Garde des ombres pendant plusieurs décennies. Il est considéré comme l’un des meilleurs épéistes de l’Ordre grâce à sa formation à l’Académie, mais aussi à des années de combat contre les engeances aux côtés des nains dans les Tréfonds. La plupart des jeunes guerriers de l’Ordre lui doivent leur talent, le commandeur-garde Clarel lui ayant confié la tâche de recruter et de former les nouveaux gardes.

Stroud préfère voyager dans les Marches libres plutôt qu’à Orlaïs, car il est conscient que son histoire familiale pourrait l’entraîner dans le Jeu et provoquer des accusations d’ingérence politique parmi les gardes. De plus, il n’a pas d’avis tranché en ce qui concerne les mages et les templiers, même s’il pense que ces deux groupes ont tort de tourner le dos à la Chantrie, qu’il tient en haute estime.

- Rapport de renseignements transmis à Léliana.

Haut de page


Solas

Cassandra,

J'ai bien compris que notre priorité doit être d'enquêter sur cette brèche étrange dans le ciel et de protéger le peuple des démons qui l'assaillent. Pendant que je poursuis mes recherches, je souhaiterais attirer votre attention sur une personne qui vient d'arriver dans notre campement : il s'agit d'un elfe apostat nommé Solas.

Solas est entré dans le campement de son plein gré et a donné son bâton aux forces de la Chantrie sans protester. Il n'est pas Dalatien et dit qu'il n'a jamais fait partie d'un Cercle. il prétend avoir étudié la magie seul de manière pacifique, et en particulier la magie liée à l'Immatériel.

Même si j'imagine votre réticence à accepter l'aide d'un apostat, Solas est venu librement à nous. Des témoins l'ont vu dans un village voisin au moment de l'explosion, donc il n'est probablement pas responsable de ce qu'il s'est passé au Conclave. Cependant, il a décrit les effets de la Brèche de manière assez détaillée pour me convaincre qu'il en sait plus sur l'Immatériel que n'importe qui d'autre ici.

Solas a demandé l'autorisation d'étudier la seule personne ayant survécu et l'une des plus petites failles, dans l'espoir de trouver un moyen de sceller la Brèche. Il a bien deviné qu'elle s'étend et il pense qu'elle détruira le monde si nous ne parvenons pas à l'arrêter. A moins que vous n'y fassiez objection, je vais lui permettre d'étudier, sous surveillance, bien entendu.

Léliana


Inquisitrice/eur,

Malgré tous mes efforts, je n'ai pas réussi à localiser Solas. Lorsqu'on l'a vu pour la dernière fois, il se dirigeait vers l'ouest depuis le lieu de votre combat contre Corypheus, toujours bouleversé par la destruction de l'orbe que portait notre ennemi. Il a ensuite disparu, et vu la facilité avec laquelle il a échappé à mes hommes, je ne peux que me demander tout ce qu'il peut bien savoir sur eux.

Lorsque Solas s'est présenté à l'Inquisition et nous a proposé son aide, je l'ai longuement questionné sur son passé. Ses réponses étaient évasives, mais il m'a tout de même donné le nom du village dans lequel il a grandi, en faisant remarquer qu'il avait peu de chance d'apparaitre sur les cartes du fait de sa petite taille.

Comme je ne suis pas du genre à négliger les détails, j'ai envoyé quelques agents confirmer son histoire. Ils ont récemment trouvé le village… ou ce qu'il en reste. Ce sont des ruines vieilles de plusieurs siècles, dont le nom n'a été préservé que sous une forme modifiée dans de vieux romans tévintides. Quelles que soient la véritable identité et l'origine de Solas, il nous a menti dès le début.

Je m'excuse de ne pas avoir enquêté de manière plus approfondie lorsqu'il était encore ici. Il nous apportait son aide et nous avions d'autres problèmes plus urgents, mais c'est tout de même une erreur de ma part. Sa réticence à nous confier quoi que ce soit aurait dû attirer mes soupçons. On ignore quels sont ses plans, s'il en a, mais je poursuivrai les recherches.

Léliana

Haut de page


Storvaker

C'est la bête sacrée de Rochours. Tous les autres ours de la région ne sont que des imitations.

Storvacker. Par où commencer à parler de Storvacker ?

Storvacker est parfaite.

Elle fait ses griffes sur deux vieux arbres elfiques et possède une gamelle à miel en argent.

J'ai entendu dire qu'à Dénérim, on estime ses griffes à 10 000 souverains.

J'ai entendu dire qu'elle vend la fourrure de sa mue aux maîtres tisserands orlésiens de Val Royeaux.

Son livre préféré est Nuit torride dans la Hauteville.

Une fois, elle a rencontré Alistair Theirin, guerrier légendaire du cinquième enclin, et il lui a dit qu'elle était jolie.

Une fois, elle m'a griffé le visage. C'était incroyable.

- Extrait des Méditations sur les alvars et leurs coutumes de Réginald de Gorge.

Haut de page


Suzeraine Svarah Solmèche

Ça ressemble à une lettre inachevée. L'écriture est simple et beaucoup de phrases sont barrées :

Bas-Terriens, si vous êtes assez courageux pour...

Orlésiens, si vous êtes assez courageux...

Marchands d'Orlaïs, si...

À ceux qui souhaitent commercer avec Rochours, sachez que je suis la suzeraine Svarah Solmèche ...

Je suis la suzeraine Svarah Janesdotten, connue sous le nom de Solmèche. Ma lame a goûté à beaucoup de larmes versées au combat ...

Ma lame a goûté au sang de nombreuses ...

J'ai pris part à de nombreux combats, mais je n'ai aucune envie de conflit entre nous. Au contraire, je suis pour les échanges entre notre village et le vôtre. Nous avons des fourrures et du cuir à faire rougir de honte vos peaux basses-terriennes, et des armes qui ont connu l'hiver d'Hakkon ...

Nous avons des fourrures et du cuir qui donneront une apparence plus forte à vos guerriers et plus souple à vos amants, et des armes ...

Nous avons des fourrures et du cuir d'excellente qualité, et des armes jamais vues dans les basses-terres. Si vous commercez honnêtement, tout le monde y gagnera de l'argent. Si vous vous moquez de nous, votre sang ...

Si vous commercez honnêtement, tout le monde y gagnera de l'argent.

- Suzeraine Svarah Solmèche

C'est une mission idiote. Quel bas-terrien viendra jusqu'ici acheter des fourrures qu'il n'a jamais vues ?

Par Korth, j'ai écrit ça au lieu de le dire. Cette stupide écriture basse-terrienne m'agace.

La suite de la lettre est une série de croquis énervés de haches

Haut de page


Trevelyan, la maison marchéenne

Les Trevelyan sont une famille noble d'Ostwick, une coté-état située sur la côte sud des Marches libres. C'est une vieille famille distinguée, réputée parmi ses pairs, bénéficiant de liens étroits avec la Chantrie. Les puînés de la famille, n'ayant presque aucune chance de devenir héritiers, rejoignent souvent la Chantrie pour devenir templiers ou prêtresses.

Si mage :

Cependant, en tant que mage, Dame/Ser (Prénom du personnage) Trevelyan était censé(e) passer sa vie dans le cercle des mages d'Ostwick.

Ce cercle étant modéré, in ne prit pas parti en faveur des templiers ni des mages, et s'accrocha à sa neutralité pendant la rébellion. (Prénom du personnage) fut choisi(e) pour le représenter au Conclave, dans l'espoir que son statut de noble protègerait ses confrères mages pendant les négociations. Trevelyan fut la seule survivante à l'explosion qui ébranla le Saint temple cinéraire. Certains, qui prétendaient avoir vu la prophétesse Andrasté en personne conduire Dame/Ser (Prénom du personnage) hors de l'Immatériel, commencèrent à raconter que la mystérieuse marque sur sa main était une preuve de la faveur divine.

Si voleur ou guerrier :

En tant que benjamin(e), Ser/Dame (prénom du personnage) Trevelyan devait en faire de même… jusqu'à la catastrophe du Conclave. (Prénom du personnage) se trouvait au Saint Temple Cinéraire pour représenter les intérêts de sa famille, avec d'autres parents lointains appartenant à la Chantrie. Il/elle est le/la seul(e) à avoir survécu à l'explosion du Temple. Certains, qui prétendaient avoir vu la prophétesse Andrasté en personne conduire Ser/Dame (prénom du personnage) hors de l'Immatériel, commencèrent à raconter que la mystérieuse marque sur sa main était une preuve de la faveur divine.

Haut de page


Varric Tethras

"Une histoire, c'est du pouvoir à l'état pur. Il n'y a pas de secret : l'Histoire avec un grand H tourne autour des meilleurs contes. Ceux qui perdurent. Les miens, peut-être."

Varric Tethras de la guilde marchande des nains de Kirkwall est connu (en bien ou en mal) pour deux choses : ses livres et son association avec le Héraut de Kirkwall.

Après que les templiers et les Cercles se séparèrent de la Chantrie, la Divine Justinia V envoya ses agents à Kirkwall, où la guerre était née, à la recherche de réponses. Le Héraut avait disparu depuis longtemps, mais Varric avait écrit un livre sur l'implication de son illustre camarade dans la destruction de la Chantrie de Kirkwall. Étonnamment, la Main gauche et la Main droite de la Divine n'eurent aucun mal à le retrouver. Après l'avoir capturé et interrogé, elles le conduisirent au Conclave afin qu'il livrât à la Divine son témoignage en personne... mais le sort en décida autrement.

Haut de page


Vivienne : Madame de Fer

"La magie, comme le feu, est dangereuse. Fermez les yeux un instant et vous risquez de vous brûler."

Érudite assidue et talentueuse, Vivienne gravit rapidement les échelons du Cercle de Montsimmard. Une fois enchanteresse accomplie, elle choisit de ne pas rejoindre de fraternité, une décision certainement calculée qui choqua ses collègues. Lorsqu'elle fut nommée Enchanteresse de la cour impériale, toutes les fraternités se disputèrent ses faveurs dans l'espoir d'avoir une représentante auprès de l'impératrice. Elle fut ensuite élue Première enchanteresse de Montsimmard, et sa jeunesse fit scandale. aujourd'hui, le Cercle la considère comme la mage la plus rusée et la plus rigoureuse d'Orlaïs.

Haut de page


Xénon l'Antiquaire

J'ai quitté le Palais des Perles noires les mains vides pour deux raisons. Premièrement, la plupart des objets étaient bien au-dessus de mes moyens.
Deuxièmement, j'ai passé le plus clair de mon temps là-bas à essayer de rassasier ma curiosité quant à leur propriétaire. Je ne pouvais pas m’empêcher de lui jeter des coups d'oeil... Derrière une pile de livres, entre deux étagères ou encore derrière un panier de chaussettes dépareillées. Il était assis au centre du Palais, pétrifié, la peau d'un gris lustré, les traits tirés et la voix frêle, sèche et fragile comme une brindille qui se casse après la sècheresse.

Une fillette de douze ans tout au plus s'affairait autour de lui pour satisfaire ses demandes incessantes. Un autre client a remarqué ma fascination et m'a raconté que la fillette, certainement une gamine des rues, était censée répondre à tous les besoins de l'Antiquaire : le nourrir, le laver, et j'en passe. Étant donné son âge, sa peau est si fragile qu'il ne peut supporter que le plus doux des touchers par le plus doux de ses serviteurs.

"Tel est son seul espoir de retrouver un semblant de sa jeunesse perdue", disait-il.

J'étais entouré d'objets de légende, et pourtant, aucun ne me fascinait autant que l'Antiquaire.

- Extrait d'une page de journal retrouvée à Sombrerue (Kirkwall), auteur inconnu.


Haut de pagePersonnagesMatériaux de fabricationCréaturesGroupesHistoireLettres et notesMagieCartesLieuxRécits

Merci à Gaelle et à Florent pour leur contribution :)
Merci aussi à Camille qui nous a permis de copier les codex qui manquaient à partir de son joli pdf :)
vous pouvez vous le procurer ici : Les archives de l'Inquisition.

2 commentaires:

  1. 6. Calpernia


    Je n'avais jamais entendu parler de Calpernia avant de rejoindre les Venatori. Comme les cercles tévintides ne mentionnent dans leurs archives aucun mage de ce nom, j'ai pensé qu'elle était peut-être une magister venue de l'une des maisons anciennes ayant pris un faux titre. Il semblerait toutefois que Calpernia n'a aucun passé et que rien ne permet de reconstituer son histoire. Elle est trop rusée pour se laisser flatter, bien qu'elle n'ait pas passé la moitié de ses heures à s'entraîner, comme devrait le faire l'élève favorite de son maître.

    Je ne peux pas la provoquer ouvertement. Cette femme se montre juste envers ses partisans, et la passion avec laquelle elle cherche à restaurer la gloire de l'empire ne fait que renforcer leur enthousiasme et leur loyauté. En outre, ses sorts regorgent de puissance. Bien fou celui qui chercherait à vaincre Calpernia par la force. Il faudra faire preuve de subtilité.


    - Note de Marconius Pellnix, agent Ben-Hassrath des Qunari, datant de quelques jours avant sa mystérieuse mort dans un incendie.


    18. L'éclaireuse Harding


    Un campement avancé a été établi dans les marches solitaires de Férelden et des emplacements adaptés à d'autres avant-postes ont été localisés. La progression dans la région a été plus rapide que prévu, grâce à l'aide d'une volontaire autochtone.

    Pour plus de détails, veuillez lire la suite:

    Sleiter était pris en embuscade par plusieurs bandits; il serait sans doute mort sans l'intervention de Dentelle Harding, qui est arrivée à point nommé et l'a sauvé grâce à deux tirs de lance-pierre bien envoyés. La mabari de sa famille a fait fuir les trois bandits restants. Hargind et Contessa (la mabari) ont escorté Sleiter jusqu'au campement avancé, suivies de loin par un petit troupeau de moutons appartenant à un voisin de la famille Harding. à leur arrivée, elle a demandé une carte qu'elle s'est mise à remplir d'informations utiles, principalement des repaires de bandits et des lieux d'embuscades. Dentelle Harding a ensuite rassemblé ses moutons, puis elle est rentrée chez elle.

    Nous ne nous attendions pas à la voir revenir le lendemain matin, alors vêtue d'un pourpoint de cuir et armée d'un petit arc, sans son chien ni son troupeau de moutons. "Les cartes, c'est bien, mais rien ne vaut une guid," a-t-elle déclaré.

    C'était la semaine dernière. Elle est toujours là. Je me suis permis de lui proposer une poste d'éclaireur.

    Bien à vous,

    Charter



    Je ne sais pas si c'est le DLC mais en n° 18 dans le codex j'ai l'éclaireur HARDING et non pas la divine justinia qui est le n° 19 elle.


    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci c'est sympa d'avoir recopié ces 2 codex, je les aies mis en place :)

      Ça nous aide bien, il y a déjà Gaelle qui recopie énormément de codex ces derniers temps - j'en profite pour la remercier une nouvelle fois ici ! ;) - il reste quand même des trous vu que ça dépend des choix effectués, comme celui de Calpernia par ex !

      Supprimer