Dragon Age Inquisition : codex Lettres et notes

Dragon Age Inquisition codex Lettres et notes

Une organisation aussi importante que l'Inquisition a tendance à entasser les papiers. Qu'elles contiennent des indices, des informations essentielles ou simplement des anecdotes, les lettres et autres notes valent le coup d'oeil pendant un moment de quiétude.

1 DLC. Anciennes écritures elfiques
2 DLC. ou  1. Bastion des mages apostats
3 DLC. ou  2. Brouillon de lettre aux magisters venatori
4 DLC. ou  3. Calque des portes du temple
5 DLC. ou  4. Campement des templiers
6 DLC. ou  5. Carnet calciné
7 DLC. ou  6. Carnet de notes en lambeaux de Parson
8 DLC. Carnet déchiré des Tréfonds, section I
9 DLC. Carnet déchiré des Tréfonds, section II
10 DLC. Carnet déchiré des Tréfonds, section III
11 DLC. Charges explosives de lyrium
12 DLC. De l'activité au Palais d'hiver
13 DLC. ou  7. Des engeances différentes
14 DLC. ou  8. Documents de Fort Suledin
15 DLC. ou 9. Dogme d'Envie
16 DLC. Dépêche de la couronne de Férelden
17 DLC. Fort sylvestre
18 DLC. Instructions pour les nouveaux ouvriers
19 DLC. ou 10. Journal abîmé
20 DLC. ou 11. Journal d'Ira gardner
21 DLC. ou 12. Journal d'un garde des ombres
22 DLC. ou 13. Journal d'un mineur
23 DLC.
24 DLC. Journal de Gurd Harofsen
25 DLC. Journal de Kolg
26 DLC. Journal de Tog
27 DLC. ou 14. Journal de l'apostate Widris
28 DLC. Journal de la Garde Ailsa
29 DLC. Journal du gardien du Darvaarad
30 DLC. Journal du professeur Arberg
31 DLC. ou 15. Journal du seigneur d'Onterre
32 DLC. ou 16. Journal détrempé
33 DLC. Journal hakkonite à reliure de cuir
34 DLC. ou 17. Journal intime déchiré
35 DLC. Journal moisi
36 DLC. ou 18. Journal venatori maculé de sang
37 DLC. ou 19. Journaux de Maliphant
38 DLC. L'entrée des échos
39 DLC. L'éternelle bataille : les engeances
40 DLC. ou 20. La Mine spirale
41 DLC. La pointe de Nigel
42 DLC. La Porte gelée
43 DLC. La chute
44 DLC. ou 21. La conversion d'Hessarian
45 DLC. ou 22. La guerre vue par un chasseur
46 DLC. ou 23. La rotonde et la fresque
47 DLC. ou 24. Le Guet de Valeska
48 DLC. ou 25. Le Seuil de Daerwin
49 DLC. Le Deuil
50 DLC. ou 26. Le fardeau de la guerre
51 DLC. Le journal absolument privé de Sondal Feddic. NE PAS LIRE !!!
52 DLC. ou 52. Le journal d'une sage-femme
53 DLC. ou 28. Le journal de Troilus Hertubise
54 DLC. ou 29. Le repère
55 DLC. Le retour
56 DLC. Le sanctuaire ensanglanté
57 DLC. Les confins de Razikaal
58 DLC. ou 30. Les démons de la pierre
59 DLC. ou 31. Les peurs des rêveurs
60 DLC. ou 32. Lettre anonyme
61 DLC. ou 33. Lettre anonyme des Marches solitaires
62 DLC. ou 34. Lettre aux maîtres du transport de contrebande
63 DLC. ou 35. Lettre d'apparence officielle
64 DLC. ou 36. Lettre d'aveux
65 DLC. Lettre d'un mineur non envoyée
66 DLC. ou 37. Lettre d'un père
67 DLC. ou 38. Lettre de confirmation
68 DLC. ou 39. Lettre du Carta
69 DLC. ou 40. Lettre du commandeur-Garde
70 DLC. ou 41. Lettre du commandeur-Garde Clarel
71 DLC. ou 42. Lettre froissée
72 DLC. ou 43. Lettre pliée
73 DLC. ou 44. Lettre pour la révérende mère Giselle
74 DLC. ou 45. Lettre sur le lyrium
75 DLC. ou 46. Lettre trouvée à Golefalois
76 DLC. ou 47. Lettre à la lueur de la chandelle
77 DLC. ou 48. Lettre à un esclavagiste
78 DLC. Lettres et réponses
79 DLC. ou 49. Liste de provisions
80 DLC. Livre des papillons
81 DLC. ou 50. Livre mystérieux
82 DLC. ou 51. Message du Quartier silencieux
83 DLC. ou 52. Message recouvert de sable
84 DLC. Mesures d'urgence
85 DLC. ou 53. Missive chiffonnée
86 DLC. ou 54. Morceau de papier
87 DLC. Mystères du Cirque des Dorsales
88 DLC. ou 55. Note pliée
89 DLC. ou 56. Notes d'un guérisseur au croisement
90 DLC. Notes de Colette
91 DLC. Notes de pari
92 DLC. Notes de pari
93 DLC. Notes de pari
94 DLC. ou 57. Notes maculées de sang
95 DLC. Notes sur les invités du Palais
96 DLC. Notes sur les techniques d'enchantement
97 DLC. ou 58. Notes sur les étoiles
98 DLC. ou 59. Notes trouvées dans la hutte d'un mage
99 DLC. ou 60. Notes égarées
100 DLC. ou 61. Notes éparpillées
101 DLC. ou 62. Nouveaux clients
102 DLC. ou 63. Nouveaux ordres
103 DLC. ou 64. Observations d'un(e) patient(e)
104 DLC. Ordres affichés dans la fabrique
105 DLC. ou 65. Ordres de construction
106 DLC. ou 66. Page d'un journal aux bords roussis
107 DLC. Pages près d'un vieux feu de camp
108 DLC. Plan d'attaque
109 DLC. Quand tout est calme
110 DLC. Questions de précision
111 DLC. Ragots scandaleux
112 DLC. ou 67. Rapport mensuel
113 DLC. ou 68. Rapports pour Calpernia
114 DLC. Registre de la dresseuse
115 DLC. ou 69. Règlements de comptes
116 DLC. Règles de conduite pour l'Inquisition
117 DLC. ou 70. Sacrifice
118 DLC. ou 71. Superstitions
119 DLC. Un mariage réussi
120 DLC. Un message à propos d'Orzammar
121 DLC. Une bicoque résistante
122 DLC. Une lettre effacée
123 DLC. Une lettre manuscrite
124 DLC. Vieux document dans un tube à parchemin
125 DLC. ou 72. Vieux journal intime
126 DLC. ou 73. Vir Tanadhal : la Voie de l'arbre triple
127 DLC. ou 74. Épitaphes


Anciennes écritures elfiques

L'écriture est un ancien dialecte elfique. A y regarder de plus près, elle se déforme et les mots apparaissent :

Il n'y a pas de dieux. Il n'y a que le sujet et l'objet, l'acteur et ce sur quoi il agit. Ceux qui ont la volonté de dominer les autres obtiennent leur titre non par la nature, mais par l'action.

Je suis Geldauran et je renie ceux veulent exercer leur volonté sur moi. Que l'arc d'Andruil se brise, que le feu de June se glace. Qu'ils construisent des temples et attirent les fidèles par des promesses. Leur fierté les engloutira et moi, l'oublié, je revendiquerai mon pouvoir, loin d'eux jusqu'à ce que je les frappe de toute ma compétence.

Haut de page

Bastion des mages apostats

Vous en avez assez d’être opprimés par des imbéciles qui se laissent contrôler par leur peur ? Venez au Bois des sorcières. Suivez les panneaux. Nous serons libres de pratiquer notre art, libres de devenir les nouveaux dieux qui sommeillent en nous depuis toujours

- Message non signé écrit en grosses lettres d’une main enthousiaste.

Laissez les imbéciles de Golefalois jouer aux bons mages comme d’habitude. Nous connaissons la vérité. Ce monde sera le nôtre, et chaque maudit paysan qui s’en est pris à nous, chaque templier qui nous a lancé un regard de déception à notre Confrontation méritent de le savoir. Suivez le chemin jusqu’au Bois des sorcières et rejoignez vos frères.

- Message non signé et presque trop mal écrit pour être lisible.

Ils ne voulaient pas que nous rêvions parce qu’ils savaient que nous rêverions de la vérité, du pouvoir, de la faiblesse du monde qui nous permettra de le détruire et de le reconstruire. Nous sommes les élus, ceux qui ont le pouvoir de tout changer et la volonté d’aller jusqu’au bout. Nous avons conquis les Cercles, nous conquerrons les templiers. Rejoignez-nous au Bois des sorcières. Nul ne sera refoulé qui détient entre ses mains le pouvoir de l’Immatériel.

- Message non signé, écrit sur une page aux bords partiellement brûlés.

Haut de page

Brouillon de lettre aux magisters venatori

Chers Magisters,

J’ai honte de voir certains d’entre vous se chamailler de la sorte. Notre tâche est grande. Les reliques naines dans les tombes sont des instructions permettant de répliquer les chefs-d’œuvre de l’un de leurs plus illustres Hauts. Dame Calpernia souhaite que nous les retrouvions rapidement, et vous savez qu’elle parle au nom de l’Ancien. Il se souvient d’une époque où cet endroit n’était pas une terre désolée, et s’Il souhaite faire la lumière sur ses secrets, il est de notre devoir d’obéir… Avec enthousiasme et sans querelle qui risquerait de nous retarder.

Je compte sur vous pour tourner la page de la discorde.

Porion Jullex.

Haut de page

Calque des portes du temple

Une inscription copiée sur les portes du temple de l’Oasis interdite, suivie d’une traduction. L’écriture est tremblante, irrégulière, comme si l’auteur avait éprouvé des difficultés à accomplir cette tâche : [En italique]

Emma solas him var din’an. Tel garas solasan. Melana en athim las enaste.

L’arrogance a provoqué notre perte. Ne venez pas dans un lieu orgueilleux. Laissons maintenant l’humilité nous accorder ses faveurs.

Haut de page

Campement des templiers

Chers frères, entendons l’appel du Créateur, qui nous a confié la tâche d’éliminer ces mages. En se rebellant, ils ont renoncé à leur droit de vivre. Ce sont des monstres, et tout ordre qui nous demande d’interrompre ce combat juste et vertueux est un mensonge, un test envoyé par le Créateur pour séparer les fidèles des imbéciles. Rejoignez-nous près de la Route du ponant et battez-vous pour une cause digne.

- Lettre écrite d’une main propre et instruite.

Quand l’Empire tévintide a déclaré que les mages devaient régner sur les hommes, les justes se sont rebellés contre cette décision inique. Quand le cercle a déclaré que les mages devaient être autorisés à frayer avec les esprits impies sans précaution ni conséquence, les justes se sont rebellés contre cette décision inique. Aujourd’hui le seigneur chercheur nous ordonne de nous replier à Val Royeaux. Mes chers frères, je vous le dis, nous sommes les justes et nous devons nous rebeller contre cette décision inique. Notre combat doit continuer jusqu’à ce que plus aucun mage ne foule cette terre. Affranchissez-vous de la peur qui vous domine et rejoignez-nous au bord de la rivière près de la Route du Ponant.

- Lettre écrite d’une main propre et instruite.

Tenons-nous prêts à combattre non seulement les mages, mais tous leurs sympathisants. Les mages ne peuvent-ils pas manipuler l’esprit des imprudents grâce à la magie du sang ? La plupart des gens ne sont-ils pas de simples moutons, prêts à suivre quiconque leur parlera avec autorité ? Nous devons protéger les gens des mages. C’est notre droit et notre devoir. Mais ceux qui leur fournissent leur Lyrium ? Ceux qui leur offrent confort et nourriture ? Ceux qui manquent à leur mission de nous aider dans notre digne cause ? Ceux-là ne valent pas mieux que les mages : ils fricotent avec les démons et ne peuvent engendrer que des abominations ; ils doivent être exterminés. Nous mènerons notre guerre depuis notre camp près de la Route du Ponant, et n’aurons de cesse que le monde retrouve sa vertu.

- Lettre écrite d’une main propre et instruite.

Haut de page

Carnet calciné

Ce carnet calciné contient pêle-mêledes comptes, des itinéraires de livraison, des détails de chargements et des listes de contacts. Le message suivant est écrit sur la dernière page.

Ne pas oublier que les hommes de C. arrivent demain pour discuter d'une nouvelle livraison. Il faudra parler de dernier intermédiaire qui a été marqué la dernière fois. Pour les faire taire, on doit empiéter sur nos bénéfices. C'est une bonne cliente, mais elle me saigne à blanc. Lui demander compensation.

Penser à trouver une bonne bouteille de rouge de Ghislain pour la rencontre avec l'Inquisitrice/eur. Ça devrait être mémorable.

Haut de page

Carnet de notes en lambeaux de Parson

Au-delà de la clémence d'Andrasté, cent pas pour la révélation :

J'ignore ce que ça signifie. Est-ce une allégorie ? Je ne sais même pas où Père s'est procuré ce... ramassis de divagations. Il a passé toute sa vie à l'étudier, pour comprendre que ça faisait référence aux Tombes Émeraude. Et maintenant, je dois terminer son travail. Cette tâche finira par avoir raison de moi. Pourquoi sa dernière volonté était-elle que j'achève ses recherches ? Quel genre de père demande ça à son fils ?

1. Voici mon âme, piégée dans une cage d'os.
2. Voici mon passé, perdu dans les vents lugubres.
3. Arc au-dessus d'ailes déployées. Même la pierre peut se lever.
4. Mais le ciel est une maîtresse cruelle est en veut à ma vie.
5. Une coupe de mon sang, sur une table couverte de cendres. Où l'oeil se pose-t-il ?
6. Se retourner, affronter les ombres, sans cligner des yeux.
7. Les salles emplies de murmures portent des secrets que même la lune ignore.
8. Des roses et des pâquerettes pour son amour. Là où il se tient, nul ne peut choir.
9. Tueurs de dragons, quatre fois au nord-ouest, deux au nord-est, trois au sud-est.
10. Ils implorent la clémence de la Dame couronnée de grâce et d'étoiles.
11. Des canons pointés sur son front, des montagnes à ses pieds ; Elle est la mère de la Foi.
12. Au-delà de la clémence d'Andrasté, à cent pas de la révélation.
13. Bercez le chat sur une écharpe de soie et dites : "Plus jamais n'appellera la colombe".
14. Un doigt pointé vers les cieux, c'est là que repose votre coeur.
15. Mais la lance transperce l'oeil du tigre et la proie devient le chasseur.
16. Des lames de verre sous mes pieds, je marche parmi les flammes.
17. Sous les pierres du sacrifice, découvrez la vérité.
18. Sur le dos du vent.
19. Dans la paume de la fortune.
20. Au premier soupir.

Haut de page

Carnet déchiré des Tréfonds, section 1

La plupart de ces pages sont couvertes de croquis de statues elfiques semblables à celles trouvées dans la zone, ainsi que de notes et de ce qui ressemble à des tentatives de rédaction en qunlat :

Ebost : vous êtes tous
Ebadim : ils sont tous
Ebsaam : nous sommes tous

Si Fen'Harel a réellement des agents qui travaillent contre nous, alors le loup implacable doit bien se moquer de moi. L'Enclin tue mon clan, je vais à Kirkwall. Kirkwall est détruite, je rejoins le Qun. Maintenant, les Qunari m'envoient dans les profondeurs obscurs, et pourquoi ? Parce que les quelques rimes de mon enfance dont je me souviens font de moi un spécialiste des elfes de jadis.

Ces statues sont très anciennes, et pourtant en meilleur état que tout ce que j'ai pu voir à la surface. Mythal est beaucoup représentée. Et Fen'Harel. Pas comme des idoles, mais comme des gardes, qui veillent.

Mère toute-puissante et toute-protectrice, pourquoi es-tu honorée ici, si loin de la lumière du soleil ? Et pourquoi le loup implacable est-il à tes côtés ?

Haut de page

Carnet des Tréfonds, section 2

La plupart de ces pages sont couvertes de croquis de statues elfiques semblables à celles trouvées dans la zone, ainsi que de notes et de ce qui ressemble à des tentatives de rédaction en qunlat :

Ils disent que l'agent de Fen'Harel a causé des problèmes à la Croisée des chemins. Si seulement j'avais su. Si seulement celui qui se bat au nom du loup d'antan avait été là quand les engeances ont emporté mon clan.

Moi, j'ai fait mon choix : le Qun. Le Qun me protégera.

Rethost : vous protégez tous
Rethadim : Ils protègent tous
Rethsaam : Nous protégeons tous

Ces statues sont plus anciennes que tout ce que j'ai pu voir à mon époque avec le clan. La zone est naine, pourtant. Que faisaient les elfes de jadis par ici ? De l'extraction minière ? Où étaient les nains ? C'est plus simple que ce soit eux qui s'en chargent. Ce n'est pas un comptoir commercial. Nous n'aurions tout de même pas débarqué chez des amis, effacé toute trace de leurs dieux et mis les nôtres à leur place ?

Une guerre ? Je ne me souviens pas de légendes évoquant des affrontements entre notre peuple et les nains. Mon Archiviste nous racontait toutefois que les nains craignaient le soleil à cause du feu d'Elgar'nan. Serait-ce une métaphore insinuant que les elfes d'Arlathann ont poussé les nains à se réfugier sous terre ? Les Qunari aiment les métaphores. Je devrais la partager.

Haut de page

Carnet déchiré des Tréfonds, section 3

La plupart de ces pages sont couvertes de croquis de statues elfiques semblables à celles trouvées dans la zone, ainsi que de notes et de ce qui ressemble à des tentatives de rédaction en qunlat :

J'essaie de me rappeler la vieille berceuse de Mythal. Ma mère me l'a fredonnée la veille du jour où les engeances ont envahi mon clan. C'est la dernière fois que j'ai entendu sa voix.

Ir sa tel'nal,
Mythal las ma thenaras.
Ir san'a emma,
Him solas evanuris.
Da'durgen'lin,
Banal malas elgara.
Bellanaris, bellanaris.

Á côté de chaque ligne en elfique est écrite une phrase s'apparentant à une traduction :

Je suis vide, le rien me remplit (?),
Mythal vous donne des rêves.
Ils vous remplissent, en vous (?),
Font la fierté de nos chefs.
Mes petites pierres,
Jamais ne voient le soleil.
Pour toujours, pour toujours.

Hahren disait que nous avions perdu certains mots anciens. Et s'ils avaient changé ? Durgen'len serait devenu durgen'lin ? Les petits nains jamais ne voient le soleil ? Que faisait Mythal ici ?

Quelque chose cloche. Les lumières aux murs s'éteignent. Je vais chercher de l'aide. C'est dangereux. Sans lumière…

Itwa-ost : vous tombez tous
Itwa-adim : ils tombent tous
Itwasaam : nous tombons tous

Haut de page

Charges explosives de lyrium

L'extraction de lyrium est déconseillée aux âmes sensibles. Il s'agit d'une substance dangereuse à manipuler et difficile à trouver, dont les filons semblent ne parcourir que les roches les plus dures. Si le lyrium n'apporte que des ennuis, il offre heureusement une solution à son propre problème. Enfermez-en une quantité appropriée dans un petit tambour, attachez-y une courte mèche, allumez la mèche et prenez vos jambes à votre cou. L'explosion vous laissera un bourdonnement dans les oreilles pendant plusieurs jours, mais il aura l'avantage d'abattre tous vos obstacles. Les mineurs vétérans ont un dicton : "Il n'est métal si dur que le feu n'amollisse, ni pierre si solide qu'une bonne pétarade ne démolisse".

- Extrait de Leçons de sagesse de la caste des mineurs, quarante-neuvième édition.

Haut de page

De l'activité au Palais d'Hiver

Les notes de Charter sont écrites dans un code qu'elle a développé avec Léliana ces dernières années :

Les intentions de CM semblent sincères. Agent en poste à la soirée ce soir où CM se trouvera.

VP a laissé des notes au point de chute, comme promis.

Serviteur en uniforme vert quitte l'aile des invités à d'étranges heures. Rendez-vous galant ?

"Petit-cousin" de madame LV est barde au service du Duc WM.

Le Seigneur WG entend retrouver Dame GD ce soir. Leurs époux respectifs ne sont pas au courant.

Le Seigneur RW compte retrouver Dame SR ce soir. Leurs époux respectifs sont au courant. La femme du Seigneur RW l'a encouragé à "sortir" avec SR pour avoir un peu de "tranquillité" de son côté.

Haut de page

Des engeances différentes ?

Le journal, rédigé par un inconnu, semble relativement vieux ; L'eau et la poussière ont abimé ses pages. Les passages lisibles datent d'il y a vingt ans environ.

"On a enfin retrouvé Amuk dans le passage. En vie. Je n'arrive toujours pas à le croire. Si j'ai continué de creuser, c'est seulement parce qu'il avait la clé de la cache... mais au bout de deux semaines, je m'attendais à la récupérer sur son cadavre. Et qu'est-ce qu'il nous raconte ? Que c'est une engeance qui l'a trouvé, figurez-vous. Une engeance douée de parole, et polie en plus, qui lui aurait donné de la nourriture et de l'eau ; Il aurait même discuté des surfaciens avec elle. Je ne sais pas s'il se fiche de nous avec cette histoire à dormir debout, mais il a juré sur la Pierre que c'était la stricte vérité. Aussi fou que ça puisse paraître, je connais bien Amuk et il a l'imagination d'un marteau rouillé. Pourquoi est-ce qu'il aurait inventé tout ça ?

Ça me rappelle une histoire que me racontait mon grand-sire à propos de son propre grand-sire. Un jour, il aurait croisé un groupe de trois engeances dans les Bas-Tréfonds, hautes comme deux nains (voire plus grandes qu'un humain) et vêtues comme des rois. Caché dans l'ombre, il les a entendues discuter comme des personnes normales, de choses qu'il ne comprenait pas. Elles parlaient d'une ville noircit, et s'accusaient les unes les autres de choses dont elles se souvenaient à peine. Ça me rappelle maman, elle était toujours fâchée sans trop savoir pourquoi. Ensuite, les engeances se sont sautées dessus ; L'une s'est enfuie tandis que la deuxième étranglait la troisième, avant de la dévorer.

Je ne sais pas si les engeances ont des rois qui parlent, surtout des rois bien éduqués qui vous offrent un casse-croûte et le thé, mais Amuk est peut-être tombé sur l'un d'eux. Il y a des choses bizarres dans les Bas-Tréfonds après tout, des choses dont même les Façonneurs ne se souviennent pas. Comme si la contrebande n'était pas déjà assez dangereuse".

Haut de page

Documents de Fort Suledin

Avons-nous des informations sur cet Imshaël ? D'où vient-il ? Pourquoi devons-nous lui obéir ? Il ne fait pas partie de l'Ordre, pour autant que je sache, et puis il y a quelque chose chez lui qui ne m'inspire pas confiance.

Hayden.
_____________________________________

Hayden,

Personne ne vous inspire confiance. Calmez-vous. Apparemment, Imshaël a été envoyé pour superviser la croissance du lyrium rouge dans la carrière. Il soutient la cause, et c'est tout ce qui compte.

Restez à l'écart, faites votre travail, et tâchez de ne pas le contrarier.

Conall
_____________________________________

Extrait du journal d'un templier rouge :

Il m'est de plus en plus difficile d'écrire. Une douleur me lancine quand je bouge les mains, comme si j'avais des éclats de verre entre les phalanges. Quand je me regarde dans le miroir, je ne me reconnais pas. Je me rappelle quand le lieutenant Erasmus était dans ce même état. Il ressemblait à un cadavre ambulant, son teint dénué de vie. Le lyrium rouge avait pris la place du sang dans ses veines ; il le consumait et le gardait en vie en même temps.

Je n'en veux plus. Il m'a donné de la puissance, mais il va à l'encontre de tout ce qu'on m'a appris. Parfois, la ferveur m'emporte, mais quand je me calme, je me rappelle qui j'étais, et ce en quoi je croyais.

Certains disent qu'Imshaël peut nous guérir, qu'il peut retirer lelyrium rouge de notre corps, si nous lui demandons. Il y a un prix à payer, mais aucun prix n'est trop élevé ; je veux juste redevenir moi.
_____________________________________

Extrait des écrits du chevalier-sous-capitaine Fornier :

Nous sommes arrivés dans les hautes terres dans la nuit. On m'a immédiatement confié la tâche de superviser l'acquisition de la carrière de Sahrnia et le recrutement du personnel. J'ai demandé au général pourquoi nous avions besoin d'une carrière si les cristaux pouvaient pousser n'importe où. Apparemment, l'Ancien pense que la composition de la terre sur ce site lui permettra de se développer plus rapidement et plus abondamment. Je ne lui ai pas demandé ce qui lui faisait dire cela. Le général n'aime pas les questions, et puis il n'en a sûrement aucune idée.

Certains de mes hommes pensent que nous devrions nous emparer de la carrière par la force. Le général n'a pas précisé de mode opératoire, mais je préférerais une approche plus subtile. Si nous éveillons le moindre soupçon, nous risquons une enquête militaire, voire l'intervention de cette nouvelle Inquisition. Nous devons opérer en secret aussi longtemps que possible.

Je suis allé à la carrière hier. C'était le calme total. Avec la guerre qui fait rage, j'imagine que la demande de granit de luxe a considérablement chuté. J'ai une idée : le commerce est un moyen d'obtenir beaucoup de chose. Pourquoi ne pas s'y essayer ?
_____________________________________

Quelqu'un a pris des notes concernant le lyrium rouge à l'Emprise du Lion :

J'étais à Kirkwall quand Mérédith est morte. Elle a puisé du lyrium rouge avec son épée, et y a succombé. Et pourtant, nous nous imprégnons aujourd'hui du lyrium et sommes toujours en vie. Fornier dit qu'au début, beaucoup ont sombré trop vite dans la folie. Il faut en utiliser assez pour qu'il nous renforce, mais pas au point qu'il nous détruise. D'après lui, Imshaël est la clé. Il connaît bien le lyrium rouge ; Avec son aide, nous pourrions éviter la corruption plus longtemps.

Il se dit jardinier. Intéressant, comme visions des choses. Il s'occupe du lyrium rouge, le nourrit, le cultive. Ni trop, ni trop peu.
______________________________________

Mon Seigneur Imshaël,

Il y a un soldat à Sahrnia qui se fait appeler Michel. Il est arrivé hier soir et a posé des questions sur le fort, et sur vous en particulier. Il a dit aux gens que vous étiez un démon. Devrions-nous le faire arrêter ?

Conall

Voici la réponse :

Un démon ? Quelles affreuses accusations !

Non, laissez Michel tranquille. Il a fait son choix ; Voyons ce qu'il va faire ensuite... quoique quelque chose me dit qu'il va trébucher sur ses bonnes intentions et finir au fond d'un puits d'ici la semaine prochaine.

Imshaël

Haut de page

Dogme d'Envie

Un murmure échappé d'un rêve. Un fil de puissance attrayant. Au bout, une silhouette couronnée de rouge impérial, aperçue à travers une brèche dans les aires : l'Ancien, qui exige l'asservissement en échange d'une offre irrésistible.

Chef des Chercheurs. Commandant des chevaliers. Seigneur Chercheur Lucius Corin, maitre des templiers.

Des semaines à étudier, à apprendre, à imiter. Chaque remarque acérée du Seigneur Chercheur révèle sa nature, son identité. Exit Lucius Corin, dissimulé après avoir adopté son visage, son armure, ses templiers. Aussi facile qu'enfiler une nouvelle peau.

Le Messager/La Messagère d'Andrasté s'indigne de voir les templiers quitter la ville. Une misère. Une broutille. Un détail pour le Seigneur Chercheur, mais l'Ancien a donné des ordres.

Incrédulité grandissante. Le Messager/La Messagère à la tête des nobles, des hommes et des femmes rayonnants dont le pouvoir étouffe un pays. L'Inquisition, dont l'ampleur commence à surpasser celle des templiers. Insupportable envie. Qu'est-ce qu'un Seigneur Chercheur, comparé à ce que deviendra Le Messager/La Messagère ?

Fulminant, rongé par la jalousie. Un rêve, un désir, un besoin d'arborer le visage du Messager/de la Messagère d'Andrasté lors de la prochaine rencontre avec l'Ancien.

Haut de page

Dépêche de la couronne de Férelden

Si Alistair et Anora règnent ensemble :

A notre cher ami, le Iarl Teagan :

Merci d'avoir assisté au Conseil Exalté. Nous comptons sur vous pour accomplir la volonté de Férelden et défendre nos frontières. Des messagers seront dépêchés quotidiennement afin que vous ne soyez pas isolé dans cette tâche.

Le Créateur vous garde,
Roi Alistair et reine Anora de Férelden

Au bas de la page, on distingue vaguement en post-scriptum :


Bonne chance, cher oncle ! S'il y a bien quelqu'un que j'aimerais voir là-bas à ma place, c'est bien vous. Ou n'importe qui d'autre, à vrai dire, mais merci de braver le Lion.

Si Alistair règne seul (ou avec la Garde) :

Oncle Teagan,

J'ai bien lu votre première lettre. Comptez sur Orlaïs pour opposer une résistance. Vous êtes déjà passé par là, je ne vous apprends donc rien. Envoyez un messager si vous avez besoin de quoi que ce soit ; J'envoie quelqu'un dès maintenant.

Amicalement,
Roi Alistair de Férelden

Au bas de la page, quelqu'un, possiblement Sa Majesté, a dessiné un bonhomme accablé sous le poids d'une couronne disproportionnée.

Si Anora règne seule :

Cher Iarl Teagan,

Que quiconque lit cette lettre sache que vous parlez au nom du royaume de Férelden. Votre parole vaut autant que la mienne, et vos décisions sont prises avec le soutien de tous ceux qui ont prêté allégeance à la couronne.

Vous avez été un ami loyal, et nous vous accordons notre entière confiance.

Le Créateur vous garde,
Reine Anora de Férelden

Haut de page

Fort sylvestre

Rapport de l'agent Charter reçu par les conseillers de l'Inquisition, accompagné des notes échangées sur le sujet :

Des falaises à Pic et des dénivelés abrupts ralentissent les déplacements dans le Cirque. L'éclaireuse Harding a commencé à fabriquer des échelles de corde et à les installer à des endroits stratégiques, mais ce ne sont que des mesures temporaires. Si nous voulons nous établir dans cette région, une solution permanente est nécessaire. Nous attendons vos instructions.

(Vous pouvez consultez les tableaux et les informations topographiques mis à votre disposition.)

- Charter

Plusieurs commentaires ont été ajoutés à la suite :

Aplanir la zone ? – Cullen

Évidemment, le commandant suggère d'écraser les montagnes jusqu'à ce qu'elles oublient ce qu'elles étaient. – L

Nous pourrions envisager d'ordonner aux soldats de tailler des marches dans les falaises ou de construire des structures verticales. Des échafaudages, peut-être ? – Joséphine

Je plaisantais. Et vous, avez-vous menacé quiconque de lui couper la langue, aujourd'hui ? – Cullen

J'étais justement en train d'y penser. – L

Le couvreur, Bérinole, discutait avec le contremaître de plans qu'il a dessinés pour agrandir Fort Céleste. Des plateformes couvertes reliées à des escaliers en colimaçon et à des passerelles suspendues. Nous pourrions appliquer cette idée au Cirque des Dorsales de Givre. – Joséphine

J'y étais. Bérinole était ivre, non ? - Cullen

Je doute qu'il ait dessiné les plans en état d'ivresse. Nous pourrions demander à un ingénieur ou à Dagna de les examiner, pour évaluer leur validité. - Joséphine

Un ingénieur, d'accord. Dagna, non. On n'a pas besoin d'avant-postes à moitié dans l'Immatériel, ou capables de chanter le Cantique de la Lumière ou je ne sais quoi. – L

Haut de page

Instructions pour les nouveaux ouvriers

Hormis quelques passages en qunlat, cette lettre est principalement rédigée en langue commune, en capitales et d'une main soignée :

Le Souffle du dragon doit continuer malgré les inquiétudes du Palais d'Hiver. Beaucoup viennent juste de rejoindre le Qun et n'ont pas encore appris à faire confiance. Vos préoccupations sont compréhensibles. Le reste du monde vous a trahi.

Tous ceux qui sont allés au Darvaarad connaissent la difficulté de maintenir le spécimen en vie aussi longtemps que nous l'avons fait. Si nous retardons le Souffle du dragon, nous serions forcés de nous débarrasser du spécimen. La création de gaatlok est un processus lent qui demande une exploitation minière approfondie et un travail d'alchimie extrêmement précis. L'extraction de venin constitue le seul moyen de produire le Souffle du dragon rapidement et en grande quantité. Le retarder reviendrait à abandonner tout espoir d'apporter la paix dans le Sud sans souffrance inutiles. Le Qun veut que nous sauvions les ouvriers du Sud d'une guerre sanglante, et que nous leur dispensions nos enseignements avant que la corruption ne s'empare davantage du territoire.

D'autres ont fait part de leur inquiétude concernant le spécimen. Le Qun ne prône en aucun cas la violence sur les êtres vivants, mais chaque créature a une place et un devoir selon le Qun. Le spécimen accomplit sa mission. Au terme du Souffle du dragon, il s'éteindra rapidement et sans douleur, comme lorsque nous tuons des animaux pour nous nourrir.

Laissez vos supérieurs s'occuper des agents de Fen'Harel, et n'oubliez pas votre rôle au sein du Qun.

Haut de page

Journal abîmé

Ce livre semble être un journal, avec des tableaux et des illustrations étranges dessinés à côté de fines colonnes de textes à l'écriture dense.

J'ai d'abord pensé que les pierres luisantes étaient tombées du ciel, mais les esprits murmurent que ces éclats sont là depuis des siècles "tels que vous les voyez". Est-ce la déchirure du Voile qui a révélé ces pierres ? Est-ce pour cela que ces mages étrangement vêtus les veulent ? Hier, ils érigeaient des crânes sur des piliers. Des crânes ! Les esprits m'ont dit de me cacher, et j'ai bien fait de les écouter. J'ai vu l'un des mages ouvrir un homme avec une dague et puiser le pouvoir de son sang. Je ne peux que craindre un homme capable de faire cela à un autre comme si de rien n'était.

Je croyais que les templiers étaient censés arrêter les mages du sang, mais ceux qui sont venus n'ont pas l'air normaux : ils sont rouges et coopèrent avec les mages. Je trouve cela très inquiétant, et les esprits sont du même avis. Ils insistent pour que j'aille plus loin dans le désert, mais je commence à manquer de vivres. Je partirai dans quelques jours, si la chasse est bonne.

Haut de page

Journal d'Ira Gardner

"Propriété d'Ira Gardner" est écrit en pattes de mouche sur cette collection de recettes et remèdes maison. La dernière entrée dit:

Les premiers symptômes de l'épidémie sont la toux et le teint pâle, comme si la peau se vidait de son sang. L'elfidée calme la toux, mais pas la fièvre du lendemain. Pour cela, il faut utiliser de l'herbe en fuseau. Celle que j'ai plantée près de la vieille cabane a bien poussé ; Elle a l'air d'aimer la terre sèche. Demain, j'essaierai d'en faire un onguent.

Haut de page

Journal d'un Garde des Ombres

Nous avons fouillé la zone, mais n'avons rien trouvé. S'il est passé par là, il est parti depuis un moment.

Les pêcheurs de la région sont sympathiques. Contrairement à d'autres, ils n'ont pas oublié que ce sont les Gardes des Ombres qui ont sauvé Férelden du dernier Enclin. Ils n'avaient pas grand-chose, mais ils ont tout de même partagé leur pêche avec nous et nous ont offert notre meilleur dîner depuis des semaines. Ils se sont même soumis à mon autorité quand ils ont vu que je commandais les autres Gardes ; Rares sont ceux, même à Férelden, qui regarderaient un elfe diriger des humains sans broncher.

Voilà des gens bien. Après tout ce que ces terres ont subi ces dernières années, je leur souhaite de trouver enfin la paix.
____________________________________

Toujours aucune trace de lui, mais je sens les engeances sous le sol. Et s'il s'était approché d'elles ? Peut-être pour mourir avec honneur ? J'en doute... Mais c'est la seule piste que nous ayons pour l'instant. J'avoue que cette quête paraît futile parfois, étant donné les enjeux.

Nous avons vu des bandits harceler les pêcheurs, et nous sommes intervenus. Les pêcheurs nous ont remerciés, mais j'ai peur que ces truands ne reviennent en plus grands nombres et que nous ne soyons pas là pour les arrêter. Pour l'instant en tout cas, les pêcheurs sont en sécurité.

Les rêves se poursuivent, chaque nuit, Il nous est difficile de dormir, mais nous devons persévérer. Avec un peu de chance, les autres auront trouvé une solution d'ici notre retour. En attendant, je fredonne la chanson d'Andruil pour me vider l'esprit.
___________________________________

Je suis de plus en plus convaincu que s'il est passé par là, il est parti depuis longtemps. Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons pas risquer de le manquer par paresse, d'autant que c'était l'un de nos plus talentueux guerriers. Si quelqu'un est capable de se cacher ici, c'est bien lui.

L'un des pêcheurs semble manier la lance avec aisance ; Il a des épaules de buffle à force de lever des filets toute la journée. Il a demandé à rejoindre la Garde des Ombres. Dans d'autres circonstances, j'aurais été honoré d'accueillir une recrue aussi digne et volontaire, mais... mes ordres ne précisaient pas si je pouvais accepter de nouveaux membres, même dans ce contexte. Il faut dire aussi qu'il n'est pas désagréable à regarder, ce qui joue plutôt en sa faveur, et il semble sincèrement vouloir en apprendre plus sur les Dalatiens.

Les engeances sont plus bruyantes que je ne le pensais. Le murmure constant dans ma tête m'empêche de sentir leur présence aussi facilement que d'habitude, mais ils sont proches de la surface. Les bandits ne sont peut-être pas le plus grand danger qui menace ces gens, finalement.
__________________________________

Il n'est pas là. Nous avons fouillé partout, et nous allons maintenant reprendre notre route. Combien de jours ai-je perdus ici, dans cette quête folle, avec ces murmures incessants dans ma tête ? Je prie pour que nous ayons plus de chance dans le Sud.

Après avoir consulté les autres Gardes, j'ai parlé aux pêcheurs des engeances que nous avions senties sous la terre. Elles ne surgiront peut-être pas du sol aujourd'hui ni demain, mais cela ne saurait tarder... et nous ne serons plus là pour les protéger. Les pêcheurs ont été attristés par la nouvelle, mais ils ont décidé de rejoindre les Collines Occidentales, qui semblent pour l'instant épargnées.

Quant au pêcheur qui voulait se joindre à nous, je l'ai convaincu que le moment était mal choisi. Tout le monde n'aurait peut-être pas été d'accord, mais il est trop jeune pour faire un tel sacrifice simplement parce qu'il ne veut pas passer sa vie à jeter des filets dans l'eau. Nous avons partagé une dernière soirée près du feu, et il s'en est allé avec le sourire, en fredonnant la chanson d'Andruil.

- Extrait de pages arrachées d'un journal, trouvées sur la Côte Orageuse.

Haut de page

Journal d'un mineur

Extraits du journal d'un mineur inconnu, daté de 9:38 du Dragon :

3 Drakonis

Didot veut savoir ce que ça veut dire. Comme nous tous, après tout. Mais ça l'inquiète. Fais profil bas,
travaille comme les autres, et pense à autre chose. C'est tout ce dont il a besoin.
__________________________________________

13 Drakonis

Il le sent. C'est sûr, tout le monde le voit. Mais il se force à continuer. Je ne veux pas en parler ; Je ne veux pas savoir ce que ça veut dire. On ne plaisante pas avec la magie noire. J'en sais bien assez, mais il pense qu'il y a autre chose. Ça lui monte à la tête et il ne veut pas entendre raison.

Encore du cochard au dîner. Cette journée n'en finit plus.
__________________________________________

4 Touchenuée

Didot est allé sur la corniche derrière le bassin. Qu'est-ce qu'il faisait ? Qu'est-ce qu'il sait ? S'il le dérange...

Nicco refuse de parler à Didot. Il change ses horaires pour ne pas travailler avec lui. Je devrais faire pareil.
__________________________________________

24 Touchenuée

Le chef dit que son supérieur de Val Firmin va envoyer quelqu'un pour contrôler les opérations. Sûrement une inspection de routine. Didot commence à parler bizarrement. Il passe trop de temps à la porte.

Encore du cochard au dîner. Formidable.
__________________________________________

1er Chavandes

Que le Créateur me pardonne, mais la mort de Didot est un soulagement. C'est quand même dommage pour sa femme.

Haut de page

Journal de Gurd Harofsen

Il s'agit apparemment de pages éparpillés tirées d'un vieux journal. L'écriture est à peine lisible et pleine de fautes d'orthographe:

Ils m'ont dit de ne pas y aller, mais j'y suis allé. Je n'aimais pas les montagnes. Lion-Rouge attaquait et volait des chèvres et des poulets. Les combats sont meilleurs dans les Basses-Terres. Je suis grand et fort, et on me voit comme un bon guerrier. Je séduis beaucoup de femmes avec mes histoires. Pourquoi devrais-je repartir ?

Plusieurs pages ont été arrachées ou barrées jusqu'au prochain paragraphe lisible :

Les engeances ont attaqué Lion-Rouge. J'ai appris la nouvelle dans une taverne de Golefalois. L'Enclin s'est emparé du pays. La Dame n'envoie aucun messager aux corps touchés par l'Enclin. Mon peuple ne connaitra pas la paix.

Je maudis la Dame. Je maudis Korth. Je maudis tous les dieux qui ont laissé tomber Lion-Rouge. Les gens ont accompli les rites, chanté les chants. Pourquoi les dieux ont-ils abandonné le village ?

J'ai quitté les mercenaires avec qui je voyageais. Ils ont compris. Beaucoup d'entre eux ont perdu les leurs à cause de l'Enclin.

Plusieurs pages soit illisibles, puis :

J'ai pris les survivants avec moi. J'ai plus l'habitude de voyager qu'eux. Le Suzerain est mort, mais de nombreux guerriers ont survécu. Beaucoup de gens sont morts de la maladie de l'Enclin, dont Harof le Conteur. Les survivants disent qu'ils ont demandé de l'aide aux bas-terriens, mais ils ont laissé mourir les gens de Lion-Rouge.

Nous devons trouver un chemin. Nous n'avons pas besoin de Korth ou de la Dame, pas s'ils abandonnent mon peuple comme l'ont fait les bas-terriens quand les Crocs d'Hakkon l'ont lié à un être vivant.

Le village de Lion-Rouge n'existe plus. Maintenant, nous sommes les Crocs d'Hakkon. Nous ne construirons pas de maisons, car les maisons disparaissent. Au lieu de ça, nous ferons revenir Hakkon et nous apprendrons aux bas-terriens à avoir peur des Alvars.

On dirait des pages assez récentes d'un journal :

Nous avons cherché pendant des mois et des mois, en vain. Les légendes parlent de cette région, mais Rochours, un village de pêcheurs et d'éleveurs de poules, est implanté ici depuis des générations et n'a vu aucun signe. Si nous ne trouvons rien, nous devons continuer. Je ne vais pas abandonner mon village. Nous devons continuer jusqu'à la mort.

Plusieurs pages ont été arrachées, jusqu'à un autre paragraphe lisible :

Nous l'avons trouvé. Hakkon nous a accueillis en personne. C'est une ancienne forteresse Tévintide, abritée par un mur de glace. Les bas-terriens l'ont laissée intacte, car ils n'ont pas trouvé comment franchir l'enceinte. Seuls nos mages, à qui Hakkon le Silencieux avait offert la glace, pouvaient ouvrir le mur quelques instants, le temps que notre peuple passe.

Le mur résiste au feu ordinaire et même les flammes de nos mages n'ont pas réussi à faire fondre la glace magique. Nous sommes en sécurité. Les balises du nord mènent à un sanctuaire qui, d'après nos mages, a des relents de magie. J'ai envoyé des guerriers le garder, de peur qu'il n'abrite un esprit qui pourrait fissurer ce mur avec de la magie basse-terrienne.

Nous avons trouvé Hakkon, réduit au silence, là où le guerrier bas-terrien l'avait piégé pendant d'innombrables siècles. Nos épreuves n'ont pas été vaines, elles nous ont testés.

Hakkon reviendra.

On dirait des pages très récentes tirées d'un journal :

Le guerrier bas-terrien a piégé notre dieu dans une magie étrange que nos mages ne comprennent pas. Ils disent que le temps est entortillé sur lui-même, un noeud dans un noeud. Ils disent que c'est peut-être l'ancienne magie Tévintide du lieu qui a rendu ça possible, que les esprits et l'ancienne puissance Tévintide sont comme le sang et le vin.

L'esprit d'Hakkon reste dans le dragon. Ça, au moins, nous en sommes sûrs. Dans les légendes, les Crocs d'Hakkon l'ont apprivoisé comme une bête sacrée, puis ils l'ont nourri d'herbes à démon et d'autres plantes utilisées par les guérisseurs pour attirer les esprits. Nous ne pouvons pas dénouer la magie qui lie le dragon, mais nous pourrions invoquer Hakkon en personne et le lier à une autre créature qui en serait digne.

La créature de Lion-Rouge est morte avec du sang de genlock sur la mâchoire. C'est une belle mort, mais une mort quand même. Nous, les Crocs d'Hakkon, nous n'avons pas de bête sacrée, mais ces couilles molles de Rochours en ont une déjà apprivoisée.

Les pages suivantes sont illisibles, jusqu'à :

Que l'hiver maudisse l'Inquisition ! Elle est venue, l'ours est libre et notre mur de glace est détruit par la magie Tévintide. Nous n'avons plus de temps, ni de bête.

Je vais manger les herbes moi-même. Les mages disent que je ne suis peut-être pas assez fort pour supporter un esprit aussi puissant que celui d'Hakkon. Je préfère mourir en essayant que ne rien faire. Je n'abandonnerai pas mon peuple. J'apporterai la mort sur les Basses-Terres.

Les Crocs d'Hakkon n'échoueront plus.

Haut de page

Journal de Kolg

Une page de journal déchirée :

"Kolg aveugle à la Pierre", scandaient-ils. Leurs doigts crasseux m'ont enfoncé le visage dans la terre, arraché la peau de l'oreille, saigné à vif. Deux pouces m'ont brouillé la vue. Leurs voix étaient fortes, tellement fortes, mais pas autant qu'elle... la Pierre. Quand ils m'ont laissé dans le calme de l'obscurité, elle est restée avec moi. Sa douce ballade m'a soufflé un moyen de rentrer : un chant à moi.

Empli de l'amour de Mère, j'ai ramassé des pierres qui chantent à la main. Ils disaient que ça m'empoisonnerait, mais Mère ne ferait jamais ça. Pas à son fils. La mélodie renferme des secrets qui me sont destinés, à moi seul.

Une page de journal tachée de sang :

Le chant est doux, mais dur à déchiffrer. J'entends les mots, je peux même les goûter, mais je ne peux pas les prononcer. Mère veut peut-être que j'enlève mes dents.

Une page de journal chiffonnée :

Mère me serre dans ses bras quand je dors. Elle me tient chaud. Son rythme descend dans ma gorge et brûle jusqu'à ce que les mineurs et leurs grosses mains cruelles ne soient plus qu'un lointain souvenir. Kolg est un souvenir. Je suis le fils. Les mots viennent par vagues. Je vais me noyer dedans, pour elle.

La dernière entrée d'un journal couvert de terre, dont plusieurs pages ont disparu :

Le chant de Mère s'échappe de moi. Le feu coule de mes yeux, de ma bouche et de mes oreilles. Je lui donne tout et deviens une parole de son chant. Je suis enfin comblé. Seul le chant, et non les mots, a de l'importance.

Haut de page

Journal de Tog

J'aurais dû écouter Darya... faire profil bas, me concentrer sur la livraison. Elle m'avait dit que Karshol n'aimait pas les questions. Mais j'avais entendu des histoires sur Orzammar toute ma vie, et sans Mère et ses jeux d'argent, c'est là-bas que j'aurais grandi. La fracture qui sépare nos peuples est plus grande que la terre qui sépare Orzammar de la surface. En dessous, ils pensent valoir mieux que nous parce qu'ils ont gardé leur affinité avec la Pierre. Darya m'avait bien dit qu'ils me traiteraient différemment ; Même les gâchiards méprisent les matelumes comme moi.

Je n'ai pas choisi de naître à la surface. Je n'ai jamais eu d'affinité avec la Pierre. Je voulais juste savoir ce que c'était... ce que ça faisait. A la surface, les gens en parlent comme si c'était de la magie. On entend des rumeurs sur cette Pierre qui guiderait ses enfants jusqu'aux filons de lyrium, les protégerait des éboulements ou murmurerait à l'oreille des femmes enceintes l'avenir de leur enfant à naître. D'après Karshol, l'affinité avec la Pierre est en réalité bien plus banale. Si les mineurs peuvent en effet entendre le chant lointain du lyrium, personne ne converse avec la Pierre. Il s'agit plus d'un lien. Ils ressentent la présence d'un passage avant de l'atteindre et peuvent parcourir les Tréfonds sans se perdre.

Ma déception devait être visible. Karshol m'a demandé si j'avais d'autres questions, puis m'a cassé le nez pour mon indiscrétion. Ce voyage est désolant.

Haut de page

Journal de l'apostate Widris

La moitié de cet épais journal est indéchiffrable. Les parties lisibles sont maculées d'encre, comme si l'auteur les avait écrites à la hâte.

Il y avait des années de notes dans ce livre. Des années ! Qui aurait pu le prendre ? Ou le déchiffrer, d'ailleurs ? Quelqu'un m'aurait-il suivi depuis le Cercle ? Je parie que c'est Wernam ou Clarisse ! Ces sales fouineurs ont toujours été jaloux. S'ils ont vu ce que j'ai fait, les démons que j'ai maîtrisés, ça a dû les rendre fous. Qui a peur des esprits, maintenant ? Petites natures !

Mais il faut que je récupère mon livre. Je vais réécrire le code, avant de l'oublier encore une fois. Ces démons sont malins, il ne faudrait pas qu'ils me fassent payer pour déchiffrer mes propres notes. Les préparations que je peux concocter avec ces plantes, en doses raisonnables, me permettront de voir au-delà de l'Immatériel. Les démons prétendent que j'en suis incapable mais c'est simplement parce qu'ils veulent me voir échouer. C'est évident.

Haut de page

Journal de la Garde Ailsa

Je n'avais jamais tenu de journal, jusque-là. La Garde me prenait tout mon temps. Mais je suis mourante maintenant, et je n'ai personne à qui parler. Je suis seule avec la musique dans ma tête, qui se fait de plus en plus forte. Je me suis toujours demandé comment les Gardes savaient qu'ils entendaient l'Appel. J'avais posé la question à Lyam, un soir après quelques verres de trop. "Tu le sauras", m'avait-il dit.

Au début, ce n'était qu'un murmure, un grincement de porte que je pouvais faire disparaître avec un peu d'huile. Mais rapidement, la musique est devenue trop forte. Elle était là quand je maniais mon bâton, quand j'essuyais la sueur de mon front. Elle résonnait dans le rire de Lyam, elle hantait mes rêves. Je ne peux pas expliquer ce son, ce chant, mais je savais. C'est un poison qui grandit dans l'esprit, avant de consumer le corps.

Je suis venue ici pour mourir. "Ne recule devant aucun sacrifice". Mais je ne partirai pas en silence.
_________________________________________

Je me suis frayé un chemin à travers la horde d'engeances. Je pensais en trouver encore davantage en m'enfonçant un peu plus dans les profondeurs, mais j'étais loin du compte. Les "Tréfonds" m'évoquaient les engeances, les ruines naines, les cavernes, la mort…mais c'est tout un monde souterrain que j'ai trouvé. Aujourd'hui même, je suis tombée sur des plantes aux nervures de lyrium. J'ai pris un bain dans un lac d'eau fraîche peuplé d'étranges animaux farouches, petits et grands, que je n'avais jamais vu auparavant. Je ne peux tout de même pas être la première Garde à être témoin de ces merveilles.
_________________________________________

Je me suis laissé distraire, hier. Était-ce hier ? J'ai baissé la garde, j'ai pris mes aises. C'est facile à faire quand on sait que la mort est inévitable. C'est alors que j'ai eu une vision d'horreur. Je l'ai d'ailleurs sentie avant de la voir : des corps. Des hurlocks, des genlocks, des créatures que je ne reconnaissais pas, par centaines, mutilées, torturées et jetées dans des fosses.

J'ai couru, je n'ai pas vu le trou. Je ne peux plus bouger les jambes. Elles devraient me faire mal, mais je ne sens rien. La musique est trop forte, et la faim trop grande.

Je peux encore ramper. Je ne veux pas mourir comme ça.

Haut de page

Journal du gardien du Darvaarad

Les entrées de cet ouvrage ont été rédigées dans plusieurs écritures et même parfois différentes langues. A en juger par les quelques entrées en langue commune, il doit s'agir d'un journal tenu par les différents gardes qui ont surveillé les portes du Darvaarad :

Matin : Artefacts rapportés par Hissra Kith. Provenance absente du manifeste. Demandé à Isskari, reçu pour toute réponse : "Ça vient de ruines". Doit rappeler aux agents de bien cataloguer toutes les reliques. Taarbas très pénible à ce sujet.

Après-midi : Déploiement de trois kiths, dont Hissra Kith avec Isskari. Lui ai dit de noter lieux dans manifeste cette fois-ci.

Soir : Hissra Kith de retour. Isskari rendu manifeste. A seulement écrit : "Extérieur du Darvaarad". Vais me la faire.

Haut de page

Journal du professeur Arberg

Je m'attendais à trouver des livres usés par l'histoire, leur couverture passée et leur tranche effilochée. Mais les mémoires ne sont pas écrites sur des pages fragiles. Ce sont des runes façonnées dans le lyrium. Ces symboles indélébiles brillent comme s'ils étaient vivants et doués de parole. Les façonneurs s'en occupent avec une déférence digne des Grandes prêtresses : l'histoire d'une civilisation tout entière répertoriée et conservée pour les générations à venir.

Enfin, "l'histoire tout entière"…pas tout à fait. Mon guide du façonneur m'a expliqué que je ne trouverais pas le nom des maisons surfaciennes, même les plus importantes. Les parias sont rayés des mémoires, car ils ont tourné le dos à la Pierre et n'ont donc pas leur place dans la société Orzammaroise. C'est un peu exagéré, à mon avis, mais il semble que les nains ne fassent jamais les choses à moitié.

On ne m'a pas donné accès à toutes les archives du Façonnat, mais je crois que ma connaissance de la généalogie naine les a impressionnés.

Haut de page

Journal du Seigneur d'Onterre

Ce journal est daté de 9:27 du Dragon.

Ce templier du Cercle exige un nouveau paiement. Le sale rapace. Profiter de nous de la sorte depuis toutes ces années, tout cela parce que nous voulions préserver le nom de notre bonne famille. Il a promis de faire taire le mage une fois rentré au Cercle... mais cela ne nous protège pas du templier.

Toutefois, je m'interroge. Était-ce suffisant ? Non. Le mage avait de la force. Même moi, je pouvais le sentir. C'était terrifiant. Cette petite n'a pas les épaules pour forcer le passage. Elle n'a même pas d'entraînement. Tant qu'elle reste à l'intérieur, tout ira bien.

Personne ne saura jamais.

Haut de page

Journal détrempé

Un journal imbibé d'eau trouvé au Bourbier délaissé. Une entrée datée d'il y a dix jours est encore lisible.

Ce fichu toit fuit, et je mange des racines bouillies depuis une semaine. Je crèche dans une tourbière qui n'a vu personne depuis au moins dix ans. Heureusement, c'est toujours mieux que le bascloître. C'est la dernière fois que je mets les pieds dans cette cité avant un moment.

Je m'inquiète pour les Gardner. Ils n'étaient pas malades avant que je parte, mais maintenant, ils ont tous de la fièvre, et leur petit est entre la vie et la mort. Nigel Marsh, ce sale grincheux, dit qu'il faudrait les enfermer chez eux. Je pourrai peut-être trouver quelque chose pour les aider. C'est la viveracine qui agit contre la fièvre, ou l'elfidée ? Ça ne peut pas être la viveracine, si ?

Demander à Ira.

Haut de page

Journal hakkonite à reliure de cuir

Le Suzerain Harofsen pense que lui seul peut comprendre les paroles des bas-terriens, comme si les augures n'avaient pas appris les runes conteuses pour étudier la magie ancienne. Il est aveugle, mais sans lui, les Crocs d'Hakkon ne seraient pas là. Parfois, un village a besoin d'hommes aveugles dotés de grandes lames.

Autrefois, les premiers Crocs d'Hakkon parlaient avec le grand esprit en personne. Il leur ouvrit les yeux pour qu'ils voient les pierres d'elfes cachés dans le monde ; Ils entrèrent dans l'ancienne caverne et apprirent les mystères de l'hiver. Leur travail du froid leur permit de traverser le mur de glace qui protège la forteresse basse-terrienne, et nous devons en faire de même si nous voulons nous en emparer.

Hakkon a gardé le silence pendant toute notre vie. Il ne peut pas nous parler en rêve, ni nous ouvrir les yeux, et nous demeurons aveugles aux pierres d'elfes. Pourtant, les bas-terriens ont trouvé un nouveau moyen de les voir. Le crâne d'un sans-rêve, empreint de la bonne magie, peut nous faire voir les pierres d'elfes.

Nous connaîtrons à nouveau le mystère de l'hiver.

Haut de page

Journal intime déchiré

Une page déchirée d'un journal intime :

Ce n'est pas juste. Je veux sortir. J'entends les invités en bas. Encore une fête. Encore et toujours des fêtes. Mère et père m'ont acheté un cadeau pour me consoler. Pour que j'aille mieux. Ils veulent juste que je ferme mon clapet.

La cuisinière a peur de moi. Elle m'appelle toujours "mon chou", mais elle est terrorisée, bien qu'elle ne l'ait pas encore dit à mes parents. Elle a peur de moi plus qu'elle ne les apprécie. Je ne pense pas qu'elle ait beaucoup d'amour-propre, ces jours-ci.

J'ai une nouvelle amie, désormais.

Elle me comprend.

Elle m'aidera à arranger les choses.

Une page déchirée d'un journal intime :

Ils en ont pris plein les yeux. On s'est tellement, tellement amusés ! On a dansé et ri jusqu'à ce que personne ne tienne plus debout ; C'était grandiose ! La plus belle fête de tous les temps ! A la fin, père et mère ont regagné leur chambre. Mère pleurait tellement elle était heureuse. J'ai sorti le cadeau. Il m'a fait du bien, comme ils l'avaient promis.

Je n'ai pas quitté la maison. J'ai toujours peur de ce qu'il y a derrière la porte. Mais…j'irai peut-être demain.

Une page déchirée d'un journal intime :

J'ai dû préparer mon petit-déjeuner toute seule, ce matin. Ce n'était pas très bon. Quand j'ai vu père et mère, j'ai pleuré sans pouvoir m'arrêter. je ne sais pas quoi faire.

Mon amie raconte qu'il existe un moyen de se sentir moins seule. Elle me dit de ne pas avoir peur. Il y a d'autres jeux à essayer pour que j'aille mieux.

Haut de page

Journal moisi

La moisissure et la pourriture ont ravagé la plupart des pages de ce livre. Le reste est couvert d'une écriture pointue à l'orthographe soit archaïque, soit particulièrement idiosyncrasique, soit les deux :

... vu traverser depuis la Mer d'Volca, celuy quy traîne les âmes jusqu'à son garde-manger dans les profondeurs. Sa bête s'attaque aux bonifaces comme aux nantis, et le gardien de la tour affirme que je puys rester ici si je m'en apaise. L'Elvhen quy m'a grippé jusqu'en ce lyeu prétend être le dernier de sa gent. Je luy ai fait assavoir que des Elvhen vivaient par le sud, mais yl soutient que ce ne serait plus de même ; Je luy ai dit qu'yl en était toujours ainsi, et yl a ri telle l'alouette. Quand la nuit s'en est venue, yl m'a montré un miroir prou étrange, un "eluvian" quy se trouvait dans sa famille depuis...

Haut de page

Journal Venatori maculé de sang

Les paragraphes de ce journal alternent entre une écriture élégante et soignée et un gribouillis légèrement incliné.

Je ne m'attendais pas à trouver une telle tranquillité à la campagne. Pas de bavardages ni de tas d'ordures. C'est ici que j'aurais dû naître. Je suis simplement déçu d'apprendre qu'on ne m'a fait venir ici que pour relire des traductions... un travail de tâcheron. Mais le soir, j'ai du temps pour mes propres recherches, sans distraction ni crainte d'être taxé "d'apostat" pour mes lectures.

Il est temps d'exploiter tout mon potentiel.

L'Ancien a contrôlé des esprits que je pensais incontrôlables. Nous parlons de Lui comme d'un futur dieu, mais Il ne peut déjà plus être considéré comme un mortel.

Quelles mesures un homme doit-il prendre pour accéder à un tel état ?

C'est une excellente question. Sa gloire devrait suffire, et pourtant…je ne peux pas refouler ma curiosité.

L'Ancien tire-t-il sa puissance des démons ? J'ai beaucoup appris sur l'invocation et le contrôle. J'ai été surpris de retrouver autant de gens du Cercle parmi les Venatori, mais ils parlent librement des rites et rituels interdits dans l'Empire Tévintide.

Ils confèrent une telle puissance, pour si peu de sang.

Mais je ne dois pas me précipiter, aussi tentant que cela puisse être.

Car n'ai-je pas gagné en compétence et en mesure ?

Je ne dois pas attirer l'attention. Nous partirons dès que nous aurons découvert des reliques naines, nous ne resterons pas pour pratiquer le contrôle du peuple de l'Immatériel à notre volonté.

Ce serait pourtant facile ici, dans un endroit où le Voile est devenu si fin.

J'en ai assez de cette peur. La peur du mal que je risque de m'infliger. La peur de manquer une occasion en or.

Je dois laisser tout cela derrière moi.

Contrôler un démon au pouvoir supérieur est dangereux…

Pourtant, mes compétences ont évolué.

Mais comment montrer aux autres ce dont je suis capable, ce que je peux apporter ? Je suis un mage Tévintide, et je revendique ce qui m'est dû. Les esprits verront ma puissance à travers le Voile, et ils s'inclineront... de gré ou de force.

Haut de page

Journaux de Maliphant

Maliphant tenait plusieurs journaux. Les lignes qui suivent ont été rédigées lorsqu'il était sergent dans l'armée impériale :

Je pense sans arrêt à la mort de Laura. L'homme qui l'a tuée (un soldat de l'usurpateur) avait un air familier. Ça ne me surprendrait pas qu'on ait déjà pris un verre ensemble. Après tout, n'est-ce pas dans l'air du temps ? Frère contre frère.

Les prêtres m'exhortent à me remémorer la vie de Laura au lieu de m'attarder sur sa mort. Alors je tâche de me rappeler les années passées... et les innombrables fois où elle m'a sauvé. Le jour de notre première rencontre, le jeune soldat que j'étais a failli souiller son pantalon en l'entendant vociférer des ordres. C'est elle qui m'a enseigné la discipline et le contrôle. Elle m'a inculqué un sentiment de fierté pour notre cause. Elle m'a appris à manier l'épée, mais surtout, à la garder au fourreau.

Elle était hardie. Forte. Princière. Et elle a été abattue comme une vulgaire paysanne par quelqu'un que nous connaissions peut-être. Restera-t-elle dans la mémoire de quiconque ? De Célène ?

Quelques pages plus loin :


Notre bataillon compte un nouveau soldat : Gordian. C'est un drôle de bonhomme, avec un accent que j'ai du mal à remettre. Comme s'il avait vécu dans les Marches Libres. Après tout, peu importe. Il m'a apporté du réconfort en m'écoutant parler de nos chers disparus. Lui aussi a perdu des amis dans la guerre de Célène. Et il est fatigué, comme nous tous. Il avait des paroles pleines de bon sens : "Il n'est pas de guerre sans soldats". L'Impératrice ne peut mener sa guerre si nous refusons de combattre.

Orlaïs devrait appartenir aux Orlésiens.
_____________________________________

Maliphant tenait plusieurs journaux. Celui-ci décrit la fondation des Hommes Libres de Dalatie.

Auguste et moi avons établi des avant-postes dans les Tombes Émeraude. Nous faisons circuler le message auprès des deux armées. J'en ai plus qu'assez de voir de braves Orlésiens périr pour la cause de quelqu'un d'autre. C'est terminé, Orlaïs devrait nous revenir à nous, les hommes et femmes qui en défendent les frontières, qui en labourent les champs. Si nous devons combattre et tuer pour une cause, alors ce sera celle-ci.

Quelques pages plus loin :

Des templiers sont venus nous voir. Ils ne font pas partie de l'Ordre que je connais, mais ils nous ont promis des armes et de l'or si nous les aidons à acheminer leur matériel à travers les Tombes Émeraude. Si nous tenons à libérer la Dalatie des griffes de la noblesse, nous aurons besoin de leurs ressources. C'est un pacte avec un démon, mais la cause en vaut la peine.
_____________________________________

Maliphant tenait plusieurs journaux. Celui-ci semble récent.

Je ne sais plus où nous en sommes. Nous avions le coeur pur lorsque nous avons commencé ; je me demande si nous nous sommes égarés en route. Les templiers sont... terrifiants. Á chaque fois que je m'adresse au chevalier-sous-capitaine, je me sens mal à l'aise. Il y a quelque chose de perturbant dans ses yeux et dans sa voix. Ils nous en proposent toujours plus : plus de cargaisons à protéger, plus d'hommes à escorter jusqu'à leur fort... C'est comme si...

Non.

Je dois me ressaisir. Je ne peux pas laisser mes doutes transparaître. J'ai trop d'hommes sous ma responsabilité, ils doivent rester forts. Ça ne va plus durer très longtemps, nous finirons par atteindre notre but. Nous serons libres.

Haut de page

L'Entrée des échos

Les sauvages parlent à leurs dieux dans la caverne. Ils l'appellent l'Entrée des échos. Ils allument des feux, qu'ils alimentent d'épicéa vert, et ils crient leurs questions vers les profondeurs de la grotte. Ils racontent que les réponses leur arrivent avec le dernier écho murmuré. Des superstitions ridicules, avons-nous pensé en riant. Et maintenant, Razikaal s'est tu et la folie s'est abattue. Je ne peux pas m'empêcher d'envisager cette possibilité : et s'il y avait des irrégularités dans le Voile, par ici ? Et si nous pouvions nous emparer de la caverne Alvar et nous en servir à nos propres fins ?

Les esclaves rassemblent des matériaux. Nous allons construire un sanctuaire dédié au dragon du mystère, insérer des objets de concentration dans les parois, graver des motifs sacrés dans la pierre, afin de mieux l'entendre. Nous entendrons à nouveau sa voix ou nous mourrons.

- Note griffonnée à l'encre rouge sang sur un parchemin trouvé dans l'Entrée des échos.

Haut de page

L'éternelle bataille : les engeances

Sauf en période d'Enclin, les surfaciens réservent les engeances aux mises en garde religieuses et aux contes pour enfants. C'est un luxe qu'Orzammar ne peut se permettre. Sans les efforts continuels de la Légion des Morts, nous aurions sans doute perdu notre grand Thaig depuis bien longtemps. Mais la question se pose encore : d'où viennent donc ces monstres ? Les croyances chantristes à propos des origines des engeances sont infondées, c'est évident. Elles ne sont pas descendues d'une cité fabuleuse. Elles ont rampé depuis les profondeurs insondables de la terre. Nous savons à présent que les engeances viennent de mères couveuses. Il est possible qu'au coeur même de notre monde se trouve une reine, la première mère. Au lieu de nous concentrer sur les enfants, nous devrions viser les mères couveuses et faire en sorte que les futures armées ne viennent jamais au monde.

Deux écritures différentes sont visibles dans les marges, probablement l'oeuvre du lieutenant Renn et de la façonneuse Valta :

Les décapiter, ça devrait faire l'affaire.

C'est le sort qui attend ceux qui se permettent d'écrire dans mes livres, lieutenant.

Haut de page

La Mine spirale

Nous nous accordons à dire que l'incident qui a eu lieu à la Mine spirale la semaine dernière n'était qu'un regrettable accident de travail. Nous adressons nos condoléances à la veuve de Didot, ainsi que le traitement qui lui restait dû.

- Déclaration officielle placardée par le superviseur de la mine. Son nom est illisible.

Haut de page

La Pointe de Nigel

Je suis terriblement impatiente d'inspecter et d'explorer la Pointe de Nigel. C'est l'une des ruines que l'explorateur Ser Nigel a visitées en voyageant dans les Dorsales. La plupart de mes connaissances de cette région viennent de ses notes et de ses croquis. Je suis consternée par le peu de reconnaissance qu'il a reçue, par rapport à frère Génitivi ou même à ce colporteur de ragots, Philliam, barde de son état !

Je me demande si je pourrai découvrir le but original de la Pointe de Nigel. Bien sûr, son ancien nom
Tévintide a été perdu, mais je suis certaine qu'il a été construit en l'honneur d'un ancien dieu. Je me demande lequel. Si je pouvais le savoir... Évidemment, Harding me lance un regard noir chaque fois que je suggère d'aller m'y promener un matin. Elle dit que c'est trop dangereux, mais elle s'inquiète tout le temps.

- Extrait du carnet de recherche de Colette.

Haut de page

La Porte gelée

Cette porte est toujours gelée, même en plein été. Un morceau de glace taillé dans la masse n'a pas fondu dans un sceau d'eau chaude ; il a même résisté à la chaleur des braises. Je n'ai jamais vu une telle magie. Notre guide Alvar, Ragnarr, refuse de me parler de ce qui se trouve au-delà du mur gelé. J'ai épuisé toutes les possibilités et je dois me résoudre à l'idée de ne jamais franchir cette porte.

J'ai conservé le morceau de glace pour mon usage personnel. Ses propriétés le rendent idéal pour refroidir mon cidre par une chaude journée. Je dois me contenter de ces plaisirs-là et ne pas me laisser obséder par ma curiosité insatisfaite.

- Extrait des carnets de voyage de Ser Nigel, explorateur et chevalier.

Haut de page

La chute

Un groupe de glyphes de feu voilé sophistiqués apparaît sous la flamme vacillante. Ils laissent percevoir une grande bataille antique. Un esprit protecteur surveille les Alvars de Rochours qui acculent un groupe d'Alvars rivaux dans la forêt. Ils se lancent dans le combat, tandis que l'esprit détourne les lames pour protéger les guerriers de Rochours.

Les flèches et la magie s'abattent. Les Alvars rivaux tombent, mais l'esprit aussi. Les sensations se dissipent.


Haut de page

La conversion d'Hessarian

Bien-aimée Andrasté, repose en paix aux côtés du Créateur et sache ma peine. Mon coeur était faible avant d'entrer au service de Ta gloire.

Parce qu'elle était mon ennemie, j'écoutai la parole du traître et la condamnai à mort. Elle périt sur le bûcher, aux yeux du monde.

Mais tandis que la prophétesse brûlait, un silence s'installa. Les flammes rongeaient sa chair, mais elle ne réagissait pas. Le coeur du peuple s'emplit alors de honte, et on n'entendit plus un mot.

Si j'admirais sa force, mon coeur resta de marbre, car je voyais là une attitude de défi.

Soudain, la prophétesse leva les yeux, son visage enveloppé de flammes sacrées, et c'est alors que je vis sa peine et sa résignation. Je sentis le feu ronger ma propre chair ; j'éprouvais sa lente et douloureuse agonie.

Je bondis parmi les flammes, plantai mon épée en son coeur, et ainsi délivrai Notre Dame la prophétesse. Le Créateur murmura à mon oreille ; j'étais devenu l'instrument de Sa volonté.

- Une interprétation de la conversion d'Hessarian, écrit en 7:34 des Tempêtes. Rien ne confirme qu'elle soit tirée d'un texte écrit par Hessarian en personne.

Haut de page

La guerre vue par un chasseur

Un message bourré de fautes et rédigé d'une main maladroite.

Mère Valérie a di que ce que j'ai vu sortirra pa de ma tête si je le met pas ailleurs mois même. Elle m'a di de le mettre sur papier. Ça fé longtemp que j'ai pas écri, mais je vais essayé.

J'ai vu des réfugié dans les colline. Je chassais là-haut; Je lé ai vus mais pas salué parce que j'été sur la piste. Les réfugiés allait à Golefaloi. Ils avanssaient lentement et courbé comme dé vieux.

Des templiers sont arriver. Ils on parlé aux réfugiés. Ils les ont frappé. Les réfugiés on donner à manger. Ensuite des mage sont arrivés. Les mages ont lancé du feux. Tout le monde a brûler. J'été dans un buisson, ils m'ont pas vu.

Des templiers ont tuer les mages. Les mages ont fui. Les templiers voulé les poursuivre. Un réfugié brûlait encore. Il a tendu le bras ver un templier. Le templier a utilisé son épé. De haut en bas. De haut en bas. Il y avait des morceau noirs.

Il est rester pendant que les autres templiers poursuivaient les mage. Il a pri des chose sur les corps. Un corps bougeait encore. Avec des cheveux long et une robe brûlé. Le templier a commencer à retiré son armure et je li'ai abattu.

Je suis allé voir la dame. Elle a fai de petit bruits et elle m'a regardé. Et puis elle est morte.

Je veux que ça sorte de ma tête je vous en pris Créateur. J'ai été gentil, je veux que ça sorte de ma tête.

Haut de page

La rotonde et la fresque

Soeur Léliana,

Suite à votre demande, j'ai examiné en détail la fresque qui orne la rotonde. J'ai d'abord tenté de clarifier son sens avec l'aide de Messerah Solas. Pardonnez-moi, je sais qu'il ne détient aucun titre au sein de l'Inquisition, mais plus j'en apprends sur son expérience, plus cela me gêne de m'adresser à lui de façon aussi informelle.

A propos de la fresque, il a seulement dit : "Fort Céleste est sa forteresse (celle de l'Inquisitrice/eur). Ces actions sont les siennes". Il a bien sûr raison ; le sujet de chaque ajout est relativement évident.

Quant au matériau employé pour cette fresque grandiose, il s'agit d'un plâtre et d'un pigment elfique. Je l'ai rarement vu appliqué avec autant de minutie. C'est une oeuvre réfléchie, un travail de longue haleine, fabriqué de toutes pièces et avec détermination. Cela en dit long sur la perception des elfes du monde qui les entoure, et sur leurs méthodes particulièrement appliquées.

Je n'en attends pas moins de Messerah Solas, étant donné ses années d'études. Quoi qu'il en soit, c'est un travail brillant. Le produit d'un art que peu pratiquent encore aujourd'hui, même parmi les Dalatiens.

Archiviste Banon

Haut de page

Le Guet de Valeska

J'ai noté les endroits intéressants sur les cartes fournies. J'aimerais attirer votre attention sur le Guet de Valeska, un vieil avant-poste des Gardes des Ombres qui surveille l'une des entrées des Tréfonds, scellés après le troisième Enclin. A cause de la taille de cette entrée, les Gardes craignaient que les engeances puissent trouver le moyen de passer malgré leurs efforts. La Garde de rang Valeska recommanda alors de construire un fort au-dessus du tunnel effondré afin que les Gardes puissent en contrôler l'issue, ce qu'ils firent pendant des siècles. La disparition des Gardes des Ombres signifie que le Guet de Valeska est maintenant sans surveillance. Si le sceau placé sur l'entrée s'est affaibli, les engeances pourraient en profiter. Faites attentions si vous vous rendez là-bas. L'enclin est une mort lente, dont j'aimerais tous vous éviter les affres.

- Courrier de Léliana, à l'attention des agents de l'Inquisition de l'Emprise du Lion.

Haut de page

Le seuil de DÆrwin

Construit dans les falaises de la Côte Orageuse, le port du Seuil de DÆrwin reliait autrefois les Thaigs nains à la Mer d'Écume. Un tel accès direct aux Tréfonds favorisait non seulement le commerce entre les nains et leurs alliés de l'Empire Tévintide, mais permettait également aux diplomates d'Orzammar de se rendre au port sans crainte de perdre leur "affinité avec la Pierre". Le site devint ainsi un lieu de rencontre populaire pour les ambassadeurs des deux nations.

Lorsque les incursions des engeances forcèrent les nains à se replier à Orzammar, l'accès au Seuil de DÆrwin par les Tréfonds fut condamné et le port laissé à l'abandon. Plus exactement, toute activité honorable cessa ; bandits, trafiquants et pirates font aujourd'hui usage des nombreuses grottes qui tapissent la Côte Orageuse, y compris le Seuil de DÆrwin lui-même.

- Extrait de La Côte Orageuse et son histoire de frère Vincent, érudit chantriste.

Haut de page

Le deuil

Le feu voilé illumine un enchevêtrement de glyphes. Il s'en dégage une impression de deuil. Les Alvars de Rochours prient et offrent des sacrifices à l'esprit tombé dans le dernier combat. Puis l'on ressent les mois qui passent. Les prières ne sont pas oubliées. La vision disparaît.

Haut de page

Le fardeau de la guerre

Des croquis détaillant la statue sous des angles différents remplissent plusieurs pages du journal.

J'ai déjà vu cette posture : elle représente généralement le fardeau porté par ceux qui meurent au combat. L'homme, ou la tête de son ennemi, porte souvent une marque permettant de l'identifier, mais je n'en trouve aucune ici. Peut-être cette uniformité fait-elle partie du message ? Il n'y a là aucune démonstration de gloire personnelle, mais plutôt un sentiment de devoir accompli, ce qui unit la Porte aux Gardes des Ombres.

- Extrait du journal d'Henri Ducette, représentant de la Compagnie minière Envers et historien amateur.

Haut de page

Le journal absolument privé de Sondal Feddic, NE PAS LIRE !!!

2 Réalduc, 9:41

Enchantement ? Enchantement.
___________________________

19 Démétra, 9:41

Enchantement ! Enchantement !
___________________________

11 Frimnaire, 9:41

Enchantement... Enchantement ?
___________________________

15 Haring, 9:41

Enchantement !!!... Enchantement ?
___________________________

7 Hiémarche, 9:42

Enchantement.
___________________________

30 Hiémarche, 9:42

Enchantement ?!



Enchantement.
___________________________

5 Gardien, 9:42

Enchantement... Enchantement !
___________________________


21 Drakonis, 9:42

Enchantement?
___________________________

16 Touchenuée, 9:42

Enchantement ! Enchantement. Enchantement ?

Haut de page

Le journal d'une sage-femme

Ce journal usé par le temps a été trouvé parmi des objets de plus grande valeur. Il est relié de cuir et orné d'argent solide, ce qui explique peut-être pourquoi il a été conservé. On peut encore déchiffrer quelques passages.

16 Haring, 9:8

D'aussi loin que mes souvenirs remontent, c'est l'hiver le plus froid que j'ai jamais connu. Même la rivière est gelée. Personne ne devrait sortir dans ce blizzard. Vous imaginez alors ma surprise quand j'ai entendu frapper à ma porte. C'était une jeune femme, qui cherchait la maison Fair Banks. Je suis sortie et je lui ai dit qu'elle était au bon endroit. Quand elle a ouvert sa cape, j'ai vu qu'elle était enceinte, à moins de deux semaines du terme. "S'il vous plaît, aidez-moi". Elle était au bord
des larmes. Je l'ai fait entrer, je lui ai dit de s'asseoir près du feu et je lui ai apporté du thé et des chaussons.

Elle est jeune, vingt ans à peine. Ses mains sont lisses ; elle n'a pas travaillé un seul jour de sa vie. Ses vêtements portent la trace du voyage, mais ils sont élégants. La cape doit valoir au moins cinquante royaux ; elle est d'un beau bleu, bordée de renard.

La jeune femme s'appelle Bérénice, mais elle ne veut pas en dire plus. Les filles qui viennent ici préfèrent généralement taire leur identité. Je les comprends.
____________________________

25 Haring, 9:8

Bérénice a eu son bébé. C'est un garçon en bonne santé, avec une belle tignasse ! Elle l'a appelé Évariste. Elle a voulu me donner un médaillon en or orné d'un faucon en guise de paiement. Je lui ai demandé ce que c'était, car ça avait l'air précieux. Elle m'a répondu qu'il était à son père et qu'elle n'en voulait plus. J'ai répliqué qu'elle ferait mieux de le garder, car son fils voudra peut-être savoir un jour d'où il vient.
____________________________

1 Hiémarche, 9:9

Une nouvelle année. Bérénice devrait avoir la force de partir, mais il fait toujours froid et je ne peux pas la mettre dehors. Je vais lui demander de rester pour m'assister. Ça fait un moment que j'ai besoin d'aide, mes doigts ne sont plus aussi agiles qu'avant. Cette fille est maligne, elle fera une bonne apprentie.

Haut de page

Le journal de Troilus Hertubise

La Grande mission : 1er jour
Je suis arrivé aux Tombes Émeraude et j'ai localisé la première instance de la Menace. J'ai établi une zone d'observation à proximité pour pouvoir étudier ce phénomène sans interruption.

La Grande mission : 2e jour
Ce cas particulier de Menace semble bien moins actif que celui de Lydes. Il bat à un rythme de 427 pulsations par heure. Le son qu'il produit est un bourdonnement persistant, par opposition au sifflement frénétique du premier en ville. Je me souviens que soeur Euphorbe a comparé ce bruit à celui "d'un soufflet percé qui laisserait échapper de l'air".

La Grande mission : 5e jour
J'ai terminé les gâteaux de miel de soeur Euphorbe. Il me reste du fromage, mais j'ai passé la journée d'hier à chercher à manger. J'ai localisé une autre Menace entre les arbres près de la rivière. "Orageuse", c'est la seule chose qui me vient à l'esprit pour la décrire. Il faudra que je l'étudie de façon plus approfondie. Pour la réussite de la mission, je dois en apprendre le plus possible.

La Grande mission : 6e jour
La Menace "orageuse" produit un bruit semblable à celui d'un chat en colère à intervalles de soixante quinze. Elle est entourée par quatre démons tourbillonnants, semblables à des spectres. Je les ai surnommés Primus, Secundus, Tertius et Stupide. Les trois premiers tournent autour de la Menace comme des gardes. Stupide les suit, mais s'arrête souvent pour aller dans une direction différente. En de rares occasions, il tourne sur lui-même, comme désorienté.

La Grande mission : 8e jour
Je dois être prudent. Un cerf qui passait par là a attiré l'attention de Stupide. Pour une fois, il a fait preuve d'une grande détermination. J'étais presque fier de lui, mais ma fierté a rapidement fait place à une grande détresse en observant ce qu'il est advenu ensuite. Je n'ai jamais vu de corps de cerf former un angle aussi étrange.

La Grande mission : 10e jour
J'ai aperçu une nouvelle Menace en descendant le cours de la rivière. Elle semble récente, je n'ai vu aucun démon à ses côtés. Je pense avoir collecté suffisamment d'informations sur le comportement des Menaces pour tenter d'en détruire une. Je m'y emploierai sur la Menace naissante. La prudence est de mise.

Un dernier paragraphe taché de sang et rédigé d'une main tremblante.

La Grande mission : l'Ultime épreuve
J'en ai tellement appris depuis le premier jour sur cette crête. Je pensais en savoir suffisamment pour interagir avec une Menace, la toucher. Ça s'est mal passé. Les instruments n'ont servi à rien. La Menace n'a pas été affectée le moins du monde. Nous sommes tous condamnés.

Je vais m'allonger ici un petit moment.

Haut de page

Le repère

Le sable s'étendait à perte de vue, uniquement ponctué de-ci de-là par un affleurement rocheux. Le paysage était d'une monotonie éprouvante, et plus nous avancions dans le désert, plus je pensais que nous n'en sortirions jamais.

Soudain, ma guide a montré quelque chose du doigt, et j'ai aperçu deux colonnes lointaines. Alors que nous en approchions, la statue d'un homme s'est dessinée peu à peu à travers les ondulations de l'air brûlant. Malgré son expression impitoyable, renforcée par la tête tranchée d'un ennemi vaincu qu'il tenait dans sa main, sa vue était on ne peut plus réconfortante dans cette immensité vide.

L'oasis est nichée au creux d'un canyon. De loin, on ne voit rien de plus que le sable omniprésent, et les collines rocailleuses qui l'entourent ressemblent à toutes les autres. Sans ces colonnes et cette statue, l'endroit passerait totalement inaperçu. Quand j'ai fait part de cette remarque à ma guide, elle a ri de bon coeur en disant qu'elle n'en avait pas besoin pour trouver son chemin. J'ai acquiescé poliment pour ne pas la vexer, mais j'ai remercié en silence le sculpteur oublié qui a érigé ce monument ici.

- Extrait du journal d'Henri Ducette, représentant de la Compagnie minière Envers et historien amateur.

Haut de page

Le retour

Tandis que les derniers glyphes s'illuminent à la lueur du feu voilé, un sentiment d'excitation et d'attente naît. Une fête nocturne se déroule dans un village Alvar, autour d'un autel où s'amoncellent nourriture et boissons. La Suzeraine entame un chant. Les autres habitants le reprennent en choeur. Ils chantent de plus en plus fort, de plus en plus vite, pendant des heures.

Tandis que le soleil se lève, un esprit embrasé apparaît au-dessus de l'autel. Il porte le nom de l'esprit mort au combat. C'est à la fois le même esprit et un autre.

Un rugissement assourdissant s'élève de la foule d'Alvars. Est-ce un triomphe ? Un accueil ? Autre chose ? L'apparition se dissipe.


Haut de page

Le sanctuaire ensanglanté

Nous avons pris des mesures pour éviter les Hakkonites et nous avons globalement réussi. Tout se serait passé sans encombre si Pryce, qui manque encore d'expérience, n'avait pas laissé des traces visibles dans la terre. Les Crocs d'Hakkon s'en sont servis pour nous suivre, et même Falker n'a pas réussi à nous débarrasser d'eux. Ces ordures sont coriaces. Nous avons fini par nous cacher parmi les cadavres en décomposition et les ossements blanchis par le soleil qui jonchaient le sol autour d'un étrange sanctuaire. Il était creusé dans la pierre et surmonté de ce qui ressemblait à un crâne de dragon. Heureusement, quand les Hakkonites sont arrivés au sanctuaire, ils se sont arrêtés net. Ils ont murmuré entre eux, puis leur chef s'est incliné devant le crâne, en signe probable de respect. Ensuite, ils ont cessé de nous suivre.

Nous ignorons toujours pourquoi ce sanctuaire a fait reculer les Hakkonites. D'ailleurs, il vaut peut-être mieux ne pas le savoir.

- Extrait des rapports envoyés à l'éclaireuse Harding

Haut de page

Les Confins de Razikaal

Le brouillard est tombé rapidement, enveloppant le monde dans les ombres et rendant les pierres dangereusement glissantes sous nos pas. Je savais qu'il nous fallait trouver un abri avant de perdre cette dernière lueur. Nous avons continué notre route tant bien que mal en suivant le large dos peint de Ragnarr, pour finalement atteindre un ancien temple Tévintide au moment où la lumière du jour disparaissait. Ragnarr nous a dit d'installer nos abris dans l'entrée et nous a avisés de ne pas nous
aventurer trop loin dans la ruine. En l'entendant murmurer ainsi d'un ton inquiet, j'ai su immédiatement qu'il avait peur. Ne voulant pas alarmer le reste de la troupe, j'ai pris Ragnarr à part pour lui parler. Il m'a expliqué que certains Alvars croient ce temple hanté par de vieux esprits vengeurs. Les Tévintides sont venus ici il y a longtemps ; ils ont construit leurs grands temples puis, un jour, sans prévenir, ils les ont tous abandonnés. Ragnarr était convaincu qu'ils avaient fait quelque chose d'horrible ici, mais il n'a pas pu me dire de quoi il s'agissait. Qu'elle qu'en soit la raison, il était très perturbé par ce temple et ne nous y avait emmenés qu'en désespoir de cause.

Cette nuit-là, j'ai dormi par intermittence. Une fois, en ouvrant les yeux, j'ai vu une lumière ambrée clignoter au-delà d'une deuxième entrée. Quand j'ai cligné des yeux, elle a disparu. Au matin, le brouillard s'était levé, et je ne savais plus si j'avais vraiment vu la lumière ou si j'en avais seulement rêvé.

- Extrait des carnets de voyages de Ser Nigel, explorateur et chevalier.

Haut de page

Les démons de la pierre

Jusqu'à nouvel ordre : ne touchez PAS aux torches ! Des démons sont invoqués quand on les allume dans le désordre. Les inscriptions sur les piliers indiquent l'ordre correct, mais ATTENDEZ que nous ayons confirmé l'exactitude de nos traductions avant de commencer.

J'ai dessiné des cartes des autres tombeaux, où se trouvent des structures similaires. Le même avertissement s'y applique.

Magister Gallus

En dessous, quelqu'un a écrit des formules compliquées et griffonné plusieurs notes.


- Il y a des démons emprisonnés dans la roche ! Comment les nains d'antan ont-ils pu faire ça sans mages ? (Grâce aux runes ? A des propriétés subtiles de la pierre ? Il faut le découvrir !)

- "Gangue" gravé dans les murs. On pourrait traduire ce mot du nain ancien par "déchet de la pierre" ou "esprit de la pierre impur". Une superstition naine qui considérait les démons comme des esprits de pierre "impurs" ?

- Impossible de poursuivre l'étude avec des démons en sommeil. Demandez de l'aide à Sephus et Urathus pour les maîtriser.

Haut de page

Les peurs des rêveurs

"La Pèlerine"

Je suis venue au Saint Temple Cinéraire avec les fidèles, prête à apporter mon aide au Conclave. J'ai prié le Créateur pour la paix, mais les montagnes ont tremblé et m'ont ensevelie sous leurs pierres. Seule dans les ténèbres, les jambes brisées, j'ai hurlé ma peur d'un monde sans Créateur, traînée d'un rêve à l'autre où des monstres rôdent dans le noir.

Éclairez mes dernières heures. Laissez-moi rejoindre le Créateur sans que les ténèbres m'égarent.

"L'agriculteur"

J'ai vu l'Enclin s'emparer de mes terres. Je n'avais nulle part où aller. J'ai continué à m'occuper de champs, malgré mon troupeau mort, malgré ma famille tombée malade. Mon corps parcouru de mille douleurs et frissons, il était trop tard quand j'ai pris conscience du poison qui s'était répandu dans nos contrées. Dans mes rêves enfiévrés, la maladie dévorait le monde entier et je pleurais, ivre de terreur, pour ma famille que j'avais tuée, aveuglé par la fierté.

Montrez-moi que ce monde survit. Montrez-moi que le poison n'emporte pas tout.

"Le Garde des Ombres"

J'ai rejoint la Garde pour servir dans la gloire. Nulle lame ne m'atteindrait, nulle griffe ne percerait mon armure. Toutefois, mon destin parmi eux était de mourir. Seul dans les Tréfonds, l'Appel à l'esprit, je me suis installé au dernier feu de camp de toute ma vie, m'accordant une ultime nuit de terreur, maudissant le sort qui m'avait guidé jusqu'ici.

J'ai servi et je suis mort par choix. Par noblesse, plutôt que par la terrible main du sort. Anéantissez mon destin et considérez que c'était ma propre décision.

"L'érudite"

Quand les Engeances étaient nouvelles, tout juste conviées dans notre monde par le péché des Magisters, j'ai fait partie des premiers à se désigner Garde des Ombres, à jurer de mettre un terme à l'Enclin qui ravageait nos contrées. Nous avions vu l'Archidémon tomber sous des coups fatals, puis revenir à la vie en revêtant la dépouille de l'un de ses serviteurs. Il refusait de mourir. J'ai cherché en vain un moyen de tuer la bête et de sauver mon monde. J'ai dormi dans la peur, sans solution, seulement consciente que l'Enclin causé par les Magisters dévasterait tout, car je n'avais pas été capable de l'arrêter.

Montrez-moi ce qu'il faut faire pour vaincre l'Archidémon. Montrez-moi comment sauver mon monde.

"L'enfant"

Darse a brûlé. Maman pleure quand je ne regarde pas. Il fait froid dans les montagnes et j'ai mal aux pieds, mais maman me dit de me taire, parce qu'on n'est pas les plus à plaindre. Elle dit qu'un monstre qui s'appelle Corypheus est venu à Darse et que si on s'en est sortis, c'est seulement grâce à la bénédiction du Créateur. Je ne vois pas en quoi je suis béni. Les monstres viennent la nuit quand je dors, mais je ne veux pas réveiller maman en me mettant à pleurer.

Ser Groumf me manque. Ser Groumf éloignait toujours les monstres dans mes rêves

Haut de page

Lettre anonyme

Si l'Inquisition n'a pas encore choisi de côté dans le conflit mage-templier :

La présence grandissante des forces de l'Inquisition dans la région commence à menacer nos opérations. Découragez toute tentative d'exploration de la zone, ainsi que toute volonté d'assistance aux réfugiés du croisement. Nous ne voulons pas que quelqu'un vienne s'installer durablement.

Si l'Inquisition a rallié les mages :

Nous ignorons qui sont les templiers rouges, mais leur intérêt pour cette région est devenu évident. Leur apparence suggère une consommation abondante de la substance, et nous ne croyons pas aux coïncidences. Concentrez vos efforts sur leur élimination, si possible de façon à incriminer les forces de l'Inquisition qui sont de plus en plus présentes dans les environs. Avec un peu de chance, les factions vont s'entretuer et nous épargner beaucoup de travail.

Si l'Inquisition a rallié les templiers :

Nous ignorons qui sont les Venatori, mais leur intérêt pour cette région est devenu évident. Qu'ils cherchent des artefacts dans des ruines antiques ou la substance elle-même, ils s'approchent beaucoup trop de nos opérations et ils sont trop dangereux pour tenter de négocier. Concentrez vos efforts sur leur élimination, si possible de façon à incriminer les forces de l'Inquisition qui sont de plus en plus présentes dans les environs. Avec un peu de chance, les deux factions vont s'entretuer et nous épargner beaucoup de travail.

Haut de page

Lettre anonyme des Marches Solitaires

Les fouilles préliminaires ont eu des résultats inespérés, nous n'avions jamais trouvé une telle quantité de substance si près de la surface. Je sais que c'est impossible, mais c'est comme si elle poussait là.

Il y a un avantage évident : sans avoir recours aux vieilles familles d'Orzammar, ou même sans passer par les canaux officiels de la guilde, nous allons gagner une fortune. Mais d'un autre côté, la proximité avec la surface et les zones habitées de Golefalois est un véritable défi. Le conflit entre les mages et les templiers devrait tenir tout ce petit monde à l'écart de nos opérations, mais nous risquons d'être découverts dès que les humains arrêteront de s'entretuer.

Une tranquillité totale étant indispensable à la réussite des opérations, je suggère de créer de toutes pièces un groupe de bandits pour éloigner les importuns. Cette région de Férelden grouille de hors-la-loi et personne ne sera surpris d'apprendre qu'une bande quelconque a pris possession de ce territoire. Le temps que quelqu'un se doute de quelque chose, le filon sera épuisé et nous serons déjà partis, ou l'opération sera tellement fructueuse que nous serons assez riches pour nier en bloc et acheter le pardon du trône.

Allez voir les familles et prenez les dispositions nécessaires, cette opportunité est trop
belle.

Haut de page

Lettres aux maîtres du transport de contrebande

Parmi les papiers pris aux contrebandiers de lyrium rouge en Dalatie se trouvait un message de leur
chef adressé à ses lieutenants.


Méfiez-vous de ce lyrium rouge. Notre mage affirme qu'il est beaucoup plus puissant que le bleu. Il a dit que c'était "comme servir du cognac dans une chope de bière". Deux nuits plus tard, il est devenu fou ; il n'arrêtait pas de hurler, l'écume aux lèvres. On a dû l'enfermer dans l'entrepôt. On dirait la folie du lyrium, mais elle s'est déclarée bien plus vite.

La bonne nouvelle, c'est que notre nouveau client, Samson, envoie ses agents "acheter" tous ceux qui tombent malades... avec de l'or. Quand ils ont acheté le mage, j'ai demandé pourquoi, et les hommes de Samson ont répondu : "Pour l'améliorer". Au prix où ils l'ont payé, il doit leur apporter quelque chose de vraiment spectaculaire.

Dites aux hommes de faire particulièrement attention près des caisses. Prévenez-moi si quelqu'un tombe malade, mais gardez la raison pour vous.

Kells

Haut de page

Lettre d'apparence officielle

Si l'Inquisition a rallié les mages :

A tous les capitaines des templiers rouges :

Nous ne nous arrêterons pas pour nous occuper de ces elfes fanatiques. Poursuivez votre route, postez davantage de gardes et démantelez les embuscades au fur et à mesure. Nous avons pour seule mission de trouver le temple de Mythal. Lorsque je serai devenu l'hôte, notre Maître pourra enfin obtenir le pouvoir qui l'attend : aucun elfe, aucune cité, aucune nation ne seront à la hauteur d'un dieu vivant.

C'est pour ce jour que nous versons notre sang. L'Inquisition et les Orlésiens sont à nos trousses et vous avez sacrifié bien plus que ce que l'on aurait pu raisonnablement vous demander, mais si nous échouons ici, vos frères et vos soeurs seront morts en vain. Je ne le permettrai pas. Je sais que vous non plus.

Pour la gloire de notre Ancien,
Général Samson

Si l'Inquisition a rallié les templiers :

Venatori :

Les elfes que nous combattons ne sont pas Dalatiens. Ils sont bien plus dangereux. Les derniers templiers rouges formeront un rempart contre eux. Rendez-vous au temple de Mythal, mais n'attaquez pas les soldats de l'Inquisition. Une mission autrement plus importante nous attend.

Lorsque notre Maître se trouvait dans le Cité d'Or, il a remarqué une absence nécessitant la main d'un véritable dieu. Je serai l'hôte de son ascension, au nom de notre terre. N'oubliez pas que lorsque l'Ancien s'élèvera, Tévinter s'élèvera également et retrouvera sa gloire gaspillée il y a si longtemps. Voilà pourquoi nous sommes réunis sous la volonté du Maître, nous devons saisir cette occasion maintenant ou la perdre à jamais.

Gardez la tête haute, Venatori. Aujourd'hui, nous sommes l'espoir de l'Empire : nos flammes ravageront cette ère de ténèbres et de sauvagerie.

Dame Calpernia

Haut de page

Lettre d'aveux

Inquisitrice/eur,

Ce ne sont pas les engeances qui ont ouvert le barrage et inondé le Vieux-Boscret, il y a dix ans. C'était moi, en secret, la nuit où elles nous ont pris d'assaut. Les morts-vivants que vous avez affrontés sont des gens que j'ai tués de mes propres mains.

Nous avions accueilli des réfugiés fuyant l'Enclin. Beaucoup étaient malades. Nous avons installé les personnes souffrantes dans la partie inférieure de Boscret et le reste dans les grottes, pour empêcher la maladie de se propager. Peine perdue. L'un d'eux a dit qu'il avait déjà vu la maladie de l'Enclin et qu'elle était irrémédiablement fatale. Quand les engeances ont attaqué, j'ai su que le seul moyen d'assurer la survie du village était de noyer les malades en même temps que les monstres. Je ne peux pas supporter la vue du Vieux-Boscret, maintenant que l'eau s'est retirée. Je ne peux pas rester.

Je suis désolé.
Maire Grégory Dedrick

Haut de pageSuivant

PersonnagesMatériaux de fabricationCréaturesGroupesHistoireLettres et notesMagieCartesLieuxRécits

Merci à Taïhaku pour sa contribution :)
Merci aussi à Camille qui nous a permis de copier les codex qui manquaient à partir de son joli pdf :)
vous pouvez vous le procurer ici : Les archives de l'Inquisition.

7 commentaires:

  1. 1 Bastion des mages apostats
    2 Brouillon de lettre aux magisters venatori
    3 Calque des portes du temple
    4 Campement des templiers
    5 Carnet calciné
    6 Carnet de notes en lambeaux de Parson (ndla ; Qui ouvre sur une énigme à remplir que j'ai solutionné sur le site jv.com)
    7 Des engeances différentes ?
    8 Documents de Fort Suledin
    9 Dogme d'Envie
    10 Journal abîmé
    11
    12 Journal d'un garde des ombres
    13 Journal d'un mineur
    14 Journal de l'apostate Widris
    15 Journal du seigneur d'Onterre
    16 Journal détrempé
    17 Journal intime déchiré
    18 Journal venatori maculé de sang
    19 Journaux de Maliphant
    20 La Mine spirale
    21 La conversion d'Hessarian
    22 La guerre vue par un chasseur
    23 La rotonde et la fresque
    24 Le Guet de Valeska
    25 Le Seuil de Daerwin
    26 Le fardeau de la guerre
    27 Le journal d'une sage-femme
    28 Le journal de Troilus Hertubise
    29 Le repère
    30 Les démons de la pierre
    31 Les peurs des rêveurs
    32 Lettre anonyme
    33 Lettre anonyme des Marches solitaires
    34
    35
    36 Lettre d'aveux
    37 Lettre d'un père
    38 Lettre de confirmation
    39 Lettre du Carta
    40
    41 Lettre du commandeur-Garde Clarel
    42 Lettre froissée
    43 Lettre pliée
    44 Lettre pour la révérende mère Giselle
    45 Lettre sur le lyrium
    46 Lettre trouvée à Golefalois
    47 Lettre à la lueur de la chandelle
    48 Lettre à un esclavagiste
    49 Liste de provisions
    50 Livre mystérieux
    51 Message du Quartier silencieux
    52 Message recouvert de sable
    53 Missive chiffonnée
    54 Morceau de papier
    55 Note pliée
    56 Notes d'un guérisseur au croisement
    57 Notes maculées de sang
    58 Notes sur les étoiles
    59 Notes trouvées dans la hutte d'un mage
    60 Notes égarées
    61 Notes éparpillées
    62
    63
    64 Observations d'un patient
    65 Ordres de construction
    66 Page d'un journal aux bords roussis
    67
    68 Rapports pour Calpernia
    69 Règlements de comptes
    70 Sacrifice
    71 Superstitions
    72 Vieux journal intime
    73 Vir Tanadhal : la Voie de l'arbre triple
    74 Épitaphes

    RépondreSupprimer
  2. Bastion des mages apostats


    Vous en avez assez d’être opprimés par des imbéciles qui se laissent contrôler par leur peur ? Venez au Bois des sorcières. Suivez les panneaux. Nous serons libres de pratiquer notre art, libres de devenir les nouveaux dieux qui sommeillent en nous depuis toujours

    - Message non signé écrit en grosses lettres d’une main enthousiaste.

    Laissez les imbéciles de Golefalois jouer aux bons mages comme d’habitude. Nous connaissons la vérité. Ce monde sera le nôtre, et chaque maudit paysan qui s’en est pris à nous, chaque templier qui nous a lancé un regard de déception à notre Confrontation méritent de le savoir. Suivez le chemin jusqu’au Bois des sorcières et rejoignez vos frères.

    - Message non signé et presque trop mal écrit pour être lisible.

    Ils ne voulaient pas que nous rêvions parce qu’ils savaient que nous rêverions de la vérité, du pouvoir, de la faiblesse du monde qui nous permettra de le détruire et de le reconstruire. Nous sommes les élus, ceux qui ont le pouvoir de tout changer et la volonté d’aller jusqu’au bout. Nous avons conquis les Cercles, nous conquerrons les templiers. Rejoignez-nous au Bois des sorcières. Nul ne sera refoulé qui détient entre ses mains le pouvoir de l’Immatériel.

    - Message non signé, écrit sur une page aux bords partiellement brûlés.

    RépondreSupprimer
  3. Brouillon de lettre aux magisters venatori


    Chers Magisters,

    J’ai honte de voir certains d’entre vous se chamailler de la sorte. Notre tâche est grande. Les reliques naines dans les tombes sont des instructions permettant de répliquer les chefs-d’œuvre de l’un de leurs plus illustres Hauts. Dame Calpernia souhaite que nous les retrouvions rapidement, et vous savez qu’elle parle au nom de l’Ancien. Il se souvient d’une époque où cet endroit n’était pas une terre désolée, et s’Il souhaite faire la lumière sur ses secrets, il est de notre devoir d’obéir… Avec enthousiasme et sans querelle qui risquerait de nous retarder.

    Je compte sur vous pour tourner la page de la discorde.

    Porion Jullex.

    RépondreSupprimer
  4. Calque des portes du temple


    Une inscription copiée sur les portes du temple de l’Oasis interdite, suivie d’une traduction. L’écriture est tremblante, irrégulière, comme si l’auteur avait éprouvé des difficultés à accomplir cette tâche : [En italique]

    Emma solas him var din’an. Tel garas solasan. Melana en athim las enaste.

    L’arrogance a provoqué notre perte. Ne venez pas dans un lieu orgueilleux. Laissons maintenant l’humilité nous accorder ses faveurs.

    RépondreSupprimer
  5. Campement des templiers


    Chers frères, entendons l’appel du Créateur, qui nous a confié la tâche d’éliminer ces mages. En se rebellant, ils ont renoncé à leur droit de vivre. Ce sont des monstres, et tout ordre qui nous demande d’interrompre ce combat juste et vertueux est un mensonge, un test envoyé par le Créateur pour séparer les fidèles des imbéciles. Rejoignez-nous près de la Route du ponant et battez-vous pour une cause digne.

    - Lettre écrite d’une main propre et instruite.

    Quand l’Empire tévintide a déclaré que les mages devaient régner sur les hommes, les justes se sont rebellés contre cette décision inique. Quand le cercle a déclaré que les mages devaient être autorisés à frayer avec les esprits impies sans précaution ni conséquence, les justes se sont rebellés contre cette décision inique. Aujourd’hui le seigneur chercheur nous ordonne de nous replier à Val Royeaux. Mes chers frères, je vous le dis, nous sommes les justes et nous devons nous rebeller contre cette décision inique. Notre combat doit continuer jusqu’à ce que plus aucun mage ne foule cette terre. Affranchissez-vous de la peur qui vous domine et rejoignez-nous au bord de la rivière près de la Route du Ponant.

    - Lettre écrite d’une main propre et instruite.

    Tenons-nous prêts à combattre non seulement les mages, mais tous leurs sympathisants. Les mages ne peuvent-ils pas manipuler l’esprit des imprudents grâce à la magie du sang ? La plupart des gens ne sont-ils pas de simples moutons, prêts à suivre quiconque leur parlera avec autorité ? Nous devons protéger les gens des mages. C’est notre droit et notre devoir. Mais ceux qui leur fournissent leur Lyrium ? Ceux qui leur offrent confort et nourriture ? Ceux qui manquent à leur mission de nous aider dans notre digne cause ? Ceux-là ne valent pas mieux que les mages : ils fricotent avec les démons et ne peuvent engendrer que des abominations ; ils doivent être exterminés. Nous mènerons notre guerre depuis notre camp près de la Route du Ponant, et n’aurons de cesse que le monde retrouve sa vertu.

    - Lettre écrite d’une main propre et instruite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Taïhaku, le mieux si tu veux participer, c'est de nous envoyer les textes par mail à l'adresse :
      dragon.age.univers[at]gmail.com
      Nous noterons les contributeurs.

      Bonne journée et encore merci ;)

      Supprimer