Dragon Age : La Chantrie

Dragon Age La Chantrie


La Chantrie est l'organisation religieuse dominante dans Thédas. Son culte est basé sur les enseignements d'Andrasté, la prophêtesse du Créateur. Ses adeptes sont appelés Andrastiens et Andrastiennes, ou Chantristes. La Chantrie est symbolisée par un soleil, qui représente son objectif fondamental, répandre le Cantique de la lumière afin que toutes les terres sous le soleil élèvent leur voix dans le Chant, et ainsi l'œil du Créateur se tournera à nouveau vers ses Enfants.



Histoire de la Chantrie

Mort d'Andrasté

Alors que l'exécution d'Andrasté devait signifier la défaite du Créateur, son martyre ne fit que sceller le sort des Anciens dieux et ouvrir la voie à la propagation de la parole du Créateur. Un culte dévoué aux enseignements d'Andrasté s'étendit rapidement dans le sud, mais il était peu organisé, chaque clan ayant ses propres rituels et traditions. Ses adeptes étaient opprimés.

Dix ans après la mort d'Andrasté, en -160 des anciens, l'Archonte Hessarian se convertit à l'Andrastianisme. Certains disent qu'il serait devenu un fidèle serviteur du Créateur après avoir vu le sang de la prophêtesse couler, d'autres prétendent qu'il aurait réalisé qu'il ne pouvait pas lutter contre l'influence de ce culte sur son peuple.
Il révéla publiquement la trahison de Maférath, les barbares qui avaient suivi Andrasté l'abandonnèrent rapidement et sa tribu finit par s'effondrer. Finalement, Maferath aurait été tué ainsi que sa cour. Son nom devint synonyme de trahison.

En -130 des Anciens fut créé le Cantique de la Lumière, qui regroupe les enseignements de la prophétesse sous forme de prières, de chants et de paraboles. Ce livre sacré contribua à sa popularité.

Le jeune roi d'Orlaïs Kordillus Drakan devint l'un des plus fervents disciples d'Andrasté. Il disait avoir fait un rêve quand il était enfant dans lequel Andrasté le chargeait de diffuser le Cantique de la Lumière pour racheter le monde aux yeux du Créateur. En l'an -11 des anciens, Il commença la construction d'un grand temple dédié au Créateur à Val Royeaux, sur les fondations d'une ancienne forteresse Ciriane. Il entreprit également une série de guerres saintes et conquit une bonne partie de Férelden et du Nevarra actuels, éradiquant les cultes persistants des Anciens Dieux et d'autres divinités Alamarri et Ciriane.

Après avoir uni plusieurs cités-états voisines et obligé de nombreuses autres à se soumettre à son autorité, Drakan fut couronné empereur à Val Royeaux en l'an -3 des anciens. Orlaïs devint un empire à partir de ce jour. Son premier acte en tant qu'empereur fut de fonder la première Chantrie, une organisation religieuse appelée ainsi en référence au chant d'Andrasté, et de faire de l'andrastianisme la religion officielle. Il envoya des missionnaires dans les autres régions, afin de répandre l'enseignement de la Chantrie.
"Chantez ce Cantique aux quatre coins de Thédas, disait-on, et le monde gagnera enfin l'attention du Créateur".

Le calendrier chantriste fut établi trois ans plus tard, sa première année honora la nomination de la première dirigeante de la Chantrie, la Divine Justinia I, en 1:01 de la Divine.
Cette nomination dérangea grandement les habitants de Tévinter, qui avaient organisé leur propre forme d'andrastianisme bien avant Drakan. Ils acceptèrent néanmoins, pour apaiser les tensions, de réduire le rôle de l'Archonte au sein de la Chantrie et de transférér le pouvoir aux grands prêtres de Tévinter.

L'Empire orlésien devint le siège du pouvoir chantriste, la grande cathédrale de Val Royeaux la source du mouvement dont découle la Chantrie moderne. En l'an 1:20 de la Divine, le Traité du Névarra fut signé : Le Cercle des mages fut créé, les mages pouvaient désormais officiellement exercer la magie sous l'étroite surveillance de la Chantrie. L'Inquisition se divisa en deux nouveaux ordres : l'Ordre des Templiers, chargé de surveiller le Cercle et de chasser les apostats et les maléfiques, et les Chercheurs de Vérité, surveillants des templiers et agents spéciaux de la Divine.

Les tensions entre les Chantries de Tévinter et d'Orlaïs atteignirent leur paroxysme pendant l'âge des Tours en raison d'un désaccord sur la signification du commandement "La magie doit servir l'homme, et non l'asservir".
Leur séparation définitive eut lieu en 3:87 Tours. L'Archonte nomma alors Valhail, un homme et un mage du Cercle, au poste de Divin Impérial.

Au fil du temps, l'influence de la Chantrie grandit sur le peuple et exerça une pression politique considérable sur les classes dirigeantes. La Divine déclara plusieurs Marches Exaltées, la première Marche après la mort d'Andrasté fut dirigée contre les elfes de Dalatie, qui amena la construction des bascloitres et conduisit à effacer de la Chantrie tout art et toute référence aux elfes, à l'exception d'une peinture murale de Shartan avec les oreilles coupées.
Les Marches exaltées suivantes furent contre Tévinter, qui ne réussirent qu'à rendre définitive la séparation entre les deux Chantries. Si les préceptes de la Chantrie impériale sont identiques dans les grandes lignes à ceux de la Chantrie andrastienne, ils répriment moins la magie et cautionnent les prêtres masculins. C'est aujourd'hui le Cercle des mages qui gouverne directement Tévinter.
La dernière Marche exaltée fut contre les Qunari, avec le soutien de la Chantrie impériale.

L'andrastianisme est maintenant la principale religion de l'espèce humaine. Elle occupe une place centrale dans la société.
Les membres de la Chantrie pratiquent souvent leur culte dans des bâtiments appelés chantries, présentes dans presque tous les villages et villes. Elles rendent divers services à la communauté, comme s'occuper des malades, distribuer des aumones aux pauvres ou offrir l'hospitalité aux voyageurs.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


La Chantrie orlésienne

les croyances de la Chantrie d'Orlaïs peuvent être rencontrées dans tout Thédas. C'est la religion dominante en Férelden, au Névarra, en Orlaïs, à Antiva, dans les Marches Libres, les Anderfels, et elle a des adeptes notables à Riveïn. Bien que certaines nations varient dans leurs pratiques spécifiques, elles partagent certaines croyances fondamentales, contrairement à la Chantrie Impériale.

La foi de la Chantrie est basée sur quatre principes fondamentaux :
- La magie exerce une influence corruptrice dans le monde.
- Le péché d'orgueil de l'humanité a détruit la Cité d'Or et a créé les engeances, qui incarnent ce péché.
- Andrasté était l'épouse du Créateur, une prophètesse et une martyre dont le sacrifice ultime doit être commémoré et honoré.
- L'humanité a péché et doit faire pénitence pour gagner le pardon du Créateur.

Les membres de la Chantrie croient que lorsqu'Andrasté a été brûlée par les Magisters de l'Empire Tévintide, le Créateur s'est une nouvelle fois détourné de Ses enfants.
Ils pensent que le Cantique de la Lumière doit être diffusé aux quatre coins du monde et à toutes les races, car ce n'est que lorsque tous les peuples auront accepté le Cantique et pratiqué ses enseignements que le Créateur reviendra et redonnera au monde sa gloire passée.
En attendant Son retour, les fidèles pensent que le Créateur observe silencieusement l'humanité. Ils ne croient pas qu'Il fera des miracles en leur nom, mais qu'il versera une larme pour la souffrance de ceux qui ne la méritent pas.

Statue d'Andrasté
Statue d'Andrasté dans la chapelle de Fort Céleste

Comme il n'existe qu'un monde,
Une vie, une mort, il n'existe
Qu'un dieu, notre Créateur.
Ceux qui consacrent leur amour à de faux dieux,
Ceux-là sont des pécheurs.

La magie doit servir l'homme, et non l'asservir.
Bien méprisables sont ceux
Qui ont retourné Sa manne
Contre Ses enfants.
Ceux-là seront nommés maléficiens et leur nom sera maudit ;
Ils ne connaîtront le repos ni en ce monde,
Ni dans l'au-delà.

Du plus humble des esclaves au plus grand des rois,
Tous les hommes sont nés
Des mains du Créateur.
Qui sème le conflit et nuit
Au moindre de Ses enfants sans y avoir été contraint,
Celui-là est maudit par le Créateur.

Qui de ses actes est parjure, menteur,
Et cherche à duper, qu'il sache ceci :
Il n'est qu'une Vérité.
Notre Créateur est omniscient
Et jugera de leurs mensonges.

--"Transfigurations" 1:1-5.

L'interprétation des enseignements d'Andrasté par la Chantrie orlésienne met l'accent sur la mort, la culpabilité et les différences entre les races et les sexes. La chantrie pense que les elfes, les nains et les qunari se sont éloignés du Créateur, ce qui les rend inaptes à la prêtrise, et que les femmes représentent le sexe le plus pur, tandis que les hommes sont tous porteur de la trahison de Maférath, ils ne peuvent donc pas accéder à un rôle spirituel de haut niveau.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


La Chantrie Impériale

Comme vu plus haut, dix ans jour pour jour après l'exécution d'Andrasté, l'Archonte Hessarian affirma publiquement qu'il avait entendu la voix du Créateur lorsque sa lame avait touché la prophêtesse et se déclara disciple d'Andrasté, décrètant que le Créateur était le seul vrai dieu. Il révèla également que la prophètesse avait été trahie par son mari Maferath.
L'archonte fit de l'Andrastianisme la religion de l'Empire, il offrit aux prêtres des Sept Temples un seul choix : se convertir ou mourir.
La plupart des membres du clergé de haut rang, y compris la quasi-totalité des magisters, les Altus, et de nombreux mages de la classe inférieure, les laetans, refusèrent d'abandonner leurs anciens dieux. Mais le peuple Soporati, les citoyens non-mages, soutint massivement Hessarian et participa avec entrain à la chute de leurs magisters. Un bain de sang s'ensuivit lors d'un violent renversement des magisters, cette période est connue sous le nom de Transfiguration. Pour échapper au massacre, des mages se ravisèrent et se convertirent, clamant qu'ils avaient rencontré Andrasté dans l'Immatériel et que cela les avait changé.
L'Empire devint le premier État andrastien, plus de cent ans avant Orlaïs.

La transfiguration

Après la mort des Grands Prêtres, l'archonte Hessarian réaffecta les temples des Anciens Dieux en centres d'étude et d'éducation pour les mages, les premiers Cercles. Il voulait que les mages de l'Empire soient correctement formés au service public de l'Empire, en suivant le commandement principal du Créateur, "la magie doit servir l'homme et non l'asservir".
Pour la première fois dans l'histoire de l'Empire, les Soporati furent admis dans le clergé. Pendant une centaine d'années, les Prêtres les plus hauts placés dans l'Empire ne furent pas des mages et occupèrent des sièges au Magisterium.
Cette situation a progressivement évolué avec les Altus qui ont survécu à la Transfiguration et qui ont rejoint le nouveau sacerdoce. En quelques générations, l'association entre Altus et autorité spirituelle permit aux mages de retrouver des rôles de premier plan dans la Chantrie.

Le Schisme

En 3:87 des Tours, la Chantrie Impériale se sépara de la Chantrie d'Orlais. Plusieurs évènement ont mené à cette rupture :
  • la nomination de la Divine Justinia Ier à la tête de la Chantrie Orlésienne.
    Cela bouleversa grandement les Tévintides, qui avaient organisé l'Andrastianisme bien avant qu'Orlaïs ne commence sa campagne d'unification religieuse et qui croyaient que leur région était la Terre Sainte, car Andrasté y avait vécu et y était morte. Les relations se tendirent entre les deux empires.
    Hessarian était à la fois le chef de la Chantrie Impériale et le dirigeant de l'Empire Tévintide. Pour apaiser Orlaïs, il accepta de transférer le pouvoir religieux aux Grands Prêtres de Tévinter, et de n'avoir qu'un rôle cérémonial.
    Malgré des demandes répétées, la Chantrie Orlésienne refusa de reconnaître les Grands Prêtres de Tévinter, car selon elle les hommes étaient inaptes à la prêtrise. Elle ignorait alors qu'il y avait aussi des mages dans le clergé tévintide.

  • la Marche Exaltée lancée par la Chantrie orlésienne sur Osterburg en 2:80 des Gloires pour libérer la cité-État marchande de la domination de Tévinter, ce qui empêcha l'Empire de regagner du pouvoir et de l'influence dans cette région.

  • La propagation par la Chantrie orlésienne de sa version des Enclins, qui accuse les anciens magisters tévintides de les avoir causé par leur hérésie, ce qui alimenta un sentiment anti-Tévinter et anti-mage.

  • L'interprétation du verset du Cantique de la Lumière, "la magie doit servir l'homme, et non l'asservir", qui a été la raison ultime du conflit.
    À Tévinter, la magie était depuis longtemps pratiquée et appréciée, la reproduction sélective était courante pour garder la magie dans les familles riches. Les prètres prêchaient que la magie devait servir le plus grand bien et ne pas être utilisée pour contrôler l'esprit des autres. Ils pensaient donc que les mages devaient avoir une place au sein du gouvernement et être autorisés à diriger tant que la magie du sang restait interdite. Ils modifièrent le Cantique dans ce sens.
    Lorsque la Chantrie orlésienne apprit cela en 3:87 Tours, la Divine Joyeuse II exigea qu'ils reviennent à la version orlésienne du Cantique. Les temples Tévintides refusèrent, invoquant la corruption au sein de Val Royeaux. La Divine les déclara alors tous hérétiques, ce qui amena l'Archonte à nommer Valhail, un homme et un mage du Cercle, au poste de Divin Impérial.

  • Les Marches exaltées
    La nouvelle Divine Blanche nomma l'âge suivant "l'âge des Ténèbres" en présage aux représailles de la Chantrie contre l'Empire tévintide. Quatre Marches Exaltées furent organisées entre 4:40 des Ténèbres et 5:10 des Exaltés contre Tévinter, qui résista à toutes les tentatives d'invasion. Les quatre Marches ne parvinrent pas à prendre la capitale de Minrathie ou à forcer la Chantrie impériale à se rendre, car l'Empire, renforcé par les mages étrangers qui cherchaient refuge à Tévinter, déchaîna toute sa puissance magique contre ses envahisseurs, causant des pertes massives parmi leurs forces.
    L'échec de ses Marches Exaltées ne fit que cimenter le fossé entre Val Royeaux et Minrathie.

Les fêtes

Le Divin Impérial déclara un jour férié pour célébrer la mort de la Divine Joyeuse II en 3:99.
Toutes les Chantries de Thédas possèdent une Flamme Eternelle maintenue allumée grâce à la magie. Dans l'Empire tévintide, une fête religieuse a lieu le jour où le sort de renouvelement de la flamme est lancé. La magie est ouvertement pratiquée dans la Chantrie Impériale pendant les offices.
Il existe un jour de fête supplémentaire qui célébre la soi-disant apparition d'Andrasté dans les rêves des mages de Tévinter alors qu'elle traversait l'Immatériel.
L'anniversaire de la mort de l'archonte Hessarian est également une fête religieuse. Il est considéré comme le plus important des disciples d'Andrasté et est vénéré à Tévinter, tout comme Kordillus Drakon I est vénéré à Orlaïs.

Alors que la Chantrie orlésienne s'est largement répandue dans Thédas, La Chantrie Tévintide n'est la religion dominante qu'à Tévinter et n'a qu'une présence mineure à Seheron et dans Thédas.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


Différences entre la Chantrie Impériale et la Chantrie Orlésienne

Dragon Age Andrastianisme

La Magie

L'enseignement principal de la Chantrie Impériale (et celui qui a conduit au schisme avec la Chantrie Orlésienne), est leur interprétation des mots, "la magie doit servir l'homme, et non l'asservir". Les magisters en déduisent que la magie doit servir le plus grand bien. Les prêtres de Tévinter ont modifié le Cantique en ce sens, la magie doit être utilisée au service de toute l'humanité pour sa prospérité. Cela a permis aux magisters de récupérer leur ancienne autorité et de régner à nouveau sur l'Empire.

La Chantrie Orlésienne croit que la magie a une influence corruptrice et que les mages doivent être rigoureusement contrôlés. Les mages doivent donc être enfermés dans des Cercles sous la surveillance des templiers. Chaque Chantrie condamne le point de vue de l'autre sur la magie.

Andrasté

La Chantrie Orlésienne croit qu'Andrasté était divine et qu'elle a été élevée aux côtés du Créateur lorsqu'elle est morte

La Chantrie impériale maintient qu'elle n'était qu'une prophètesse mortelle dotée d'un talent magique considérable. La Chantrie Impériale respecte et honore toujours Andrasté, mais elle interdit le culte qui lui est rendu par la Chantrie Orlésienne et se concentre sur le culte du Créateur.

Le deuxième péché

La Chantrie Orlésienne rend l'orgueil des mortels responsable du Second Péché, la création des engeances et le début des Enclins

La Chantrie Impériale rend les Anciens Dieux responsables de la corruption de l'humanité, plutôt que de l'attribuer à un défaut de la nature humaine. Elle pense que les engeances ont toujours existé et que les Magisters et l'Enclin n'ont aucun lien entre eux.

Le Genre

Dans la Chantrie Orlésienne, seules les femmes peuvent atteindre un rang supérieur à celui de mère, les hommes ne peuvent atteindre que le rang de Frère. On considère en effet que les hommes ne sont pas aptes à occuper des postes de direction et que les femmes sont plus pures qu'eux par nature. Cette croyance est fondée sur la trahison de Maferath, le mari d'Andrasté qui l'a vendue à l'Archonte Tevinter pour qu'elle soit exécutée.
Toutes les prêtresses andrastiennes sont symboliquement mariées au Créateur et ont prêté serment de célibat.

Dans la Chantrie Impériale, les hommes ont accès à tous les niveaux de rang, le Divin Impérial est un homme.
De plus, presque tous les prêtres de l'Empire se marient.

Le Cercle des mages

Dans la Chantrie Orlésienne, les Cercles des Mages sont un peu comme des prisons. Les mages y étudient la magie sous l'œil vigilant de l'Ordre des Templiers. Ils sont amenés dans un Cercle dès qu'ils commencent à montrer des signes de magie et ne sont pas autorisés à maintenir des liens avec leur famille, à hériter de terres ou de titres. Le degré de liberté sexuelle varie d'un Cercle à l'autre, mais tous s'accordent à décourager le mariage entre mages et leur reproduction, car leur progéniture est susceptible de posséder elle-même des capacités magiques. Si un mage a un enfant, il est retiré à ses parents à la naissance et élevé sous la supervision de la Chantrie.
Les mages qui ne vivent pas dans un cercle sont qualifiés "d'apostats" et sont pourchassés par les Templiers.

Dans la Chantrie Impériale, les Cercles de Mages sont des centres d'éducation et de connaissance. Les mages ne sont pas obligés de vivre dans la Tour, ils peuvent hériter de terres et de titres, et sont même encouragés à se marier et à avoir des enfants pour transmettre leur talent magique. Faire partie d'un cercle est un privilège. Contrairement à la Chantrie Orlésienne, la Chantrie Impériale n'a pas de contrôle direct sur les Cercles de Mages de Tévinter, qui sont gouvernés par des Magisters de haut rang.
La Chantrie Impériale possède son propre ordre de templiers, placé sous l'autorité des magisters et donc du Cercle des Mages. Les templiers impériaux agissent principalement comme des soldats chargés de faire respecter la loi de l'Empire, ils ne surveillent pas vraiment les mages car ce sont généralement des membres puissants et de haut rang de la société. Ils n'agissent que contre les mages faibles ou tombés en disgrâce auprès des magisters, et ne consomment pas de lyrium pour contrer la magie. Il n'existe pas d'équivalent des Chercheurs de vérité au sein de la Chantrie impériale.

La Magie du sang

Dans la Chantrie Orlésienne, la magie du sang est rigoureusement interdite et cette tradition est maintenue par l'Ordre des Templiers. Tout mage surpris en train de pratiquer la magie du sang est exécuté ou apaisé. Elle croit que la connaissance de la magie du sang provient des Anciens Dieux, qui l'aurait enseigné aux humains.

Dans la Chantrie impériale, la magie du sang est interdite, mais seulement officiellement. En réalité, Presque tous les mages de haut rang de la société téevintide l'utilisent. Les mages de la Chantrie Impériale pensent que la magie du sang aurait pu être apprise des anciens elfes d'Elvhenan, plutôt que des Anciens Dieux.

Le calendrier

Après le schisme, la Chantrie Impériale rejeta le calendrier de la Chantrie Orlésienne, qui commence avec l'élection de la première Divine, Justinia I, et revint à l'utilisation du calendrier impérial, qui commence avec la fondation de l'Empire Tévintide.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


Organisation de la Chantrie

La hiérarchie est à peu près la même dans la Chantrie Orlésienne et dans la Chantrie Impériale, à quelques différences près.
Le chef de la Chantrie est la Divine, qui réside dans la grande cathédrale, située dans la capitale d'Orlaïs, puis viennent les Grandes Prêtresses, les Mères et enfin les frères et les soeurs. Le clergé de la Chantrie orlésienne est composé exclusivement de femmes, les hommes ne sont autorisés à rejoindre que l'Ordre des Templiers et les frères, le rang le plus bas. Il existe néanmoins le poste de grand-chancelier qui place un homme aux côtés de la Divine.

La Grande Cathédrale d'Orlaïs, image du film d'animation Dawn of the seeker
La grande cathédrale


Dans la Chantrie Impériale Tévintide, c'est le Divin qui dirige, qui est toujours un homme. Il réside dans la Flèche d'argent de Minrathie. Le clergé quant-à lui peut être composé d'hommes ou de femmes.

Minrathie
Dragon Age Minrathie

La Divine / Le Divin

C'est le chef attitré de la Chantrie.

La Divine d'Orlaïs est toujours une femme, elle siège à la Grande Cathédrale de Val Royeaux. Elle est appelée officieusement la Divine blanche.
Elle est élue par les Grandes Prêtresses, généralement dans leurs rangs, et choisie par un vote unanime lors du Grand Consensus. Elle abandonne alors son nom pour un nouveau. D'après Sébastian Vael dans Dragon Age 2, les Grandes Prétresses écrivent les noms les plus sacrés sur des bouts de papier et les placent dans une mitre. Ensuite, la Divine nouvellement élue tire au sort son nouveau nom dans le chapeau. Parmi les noms les plus courants, on retrouve Justinia, Beatrix, Joyeuse... La Divine a le pouvoir de déclarer les Marches Exaltées et de nommer le nouvel âge du Calendrier.
La Divine bénéficie de deux agents personnels qui lui servent de voix lorsqu'elle n'est pas présente, et vont là où la Divine ne pourrait pas aller : la main gauche et la main droite. Si les actions de la Main Droite sont publiques, celles de la Main Gauche sont généralement clandestines.

Depuis le schisme entre Val Royeaux et l'Empire tévintide, il existe également un Divin, un homme qui trône dans la Flèche d'argent de Minrathie. Le Divin impérial est officieusement connu sous le nom de "Divin noir", un nom considéré comme sacrilège à Tévinter, où il est plutôt appelé le "Vrai Divin".
Il est élu par les Grands Prêtres, généralement dans leurs rangs, à la majorité simple. En cas d'égalité, la voix de l'Archonte est prépondérante. Comme les Grands Prêtres, le Divin Impérial occupe un siège au Magisterium.
A l'âge des tempêtes, l'archonte Nomaran a levé les règles interdisant aux mages de participer à la politique, le Divin Impérial a depuis toujours été issu des rangs des Premiers Enchanteurs, et en tant que tel, il exerce également la fonction de Grand Enchanteur.

Qu'il soit un Homme ou une femme, on appelle toujours un Divin ou une Divine "votre Sainteté" ou "votre Perfection".

Les Grandes prêtresses/ Les Grands prêtres

Les Grandes prêtresses / Les Grands prêtres sont les seconds après la Divine ou le Divin dans l'autorité de la Chantrie.

Les Grandes Prêtresses président de nombreuses Chantries orlésiennes et représentent la plus haute autorité religieuse dans un pays ou une région. Elles élisent la nouvelle Divine au Grand Consensus de Val Royeaux, qui est la plupart du temps choisie parmi elles. Elles ont aussi le pouvoir d'invoquer le Droit d'Oblitération pour annihiler un Cercle jugé irrécupérable.
Elles se rendent également à Val Royeaux lorsque le Collège des prêtresses tient assemblée, mais restent la plupart du temps au poste qui leur a été attribué.

Tous les Grands Prêtres de la Chantrie Impériale sont membres de l'un des cercles des mages de Tévinter et ont un siège au Magisterium.

Il convient de s'adresser à une grande prêtresse ou à un Grand Prêtre par "votre Grâce" ou "votre Excellence".

Les mères/ Les pères

Les Mères sont des prêtresses responsables du salut de leurs fidèles. Elles peuvent célébrer des mariage et les légaliser, demander des dons à leur Chantrie locale et exiger des dîmes dans les régions où elles ont une influence politique, écrire et envoyer des lettres pour ceux qui ne savent pas écrire. Elles fournissent également le lyrium à l'Ordre des Templiers.
Si une mère se voit confier une Chantrie locale, elle est appelée "Révérende mère".
Une mère ou une Révérende mère est appelée "votre Révérence".

Dans la Chantrie impériale, ce sont les pères qui exercent ces fonctions.

Les Frères et les soeurs

Frère est le titre le plus élevé attribué aux hommes dans la Chantrie orlésienne. Les Frères et les soeurs sont répartis en trois groupes principaux : les confirmés, les initiés et les prêtres.
  • Les confirmés sont les frères et soeurs convertis de la Chantrie, des gens qui se sont tournés vers la foi pour y trouver le secours. Ce sont souvent des individus qui ont mené une vie difficile ou impie et qui ont choisi de vivre en reclus, voire des orphelins et autres infortunés qui ont été élevés au sein de la Chantrie. Les confirmés s'occupent de la Chantrie en échange d'une vie de méditation et de tranquillité, loin de toute indiscrétion.

  • Les initiés sont ceux qui prononcent leurs voeux. Il s'agit là d'hommes et de femmes qui étudient les sciences de l'esprit ou les disciplines martiales. Tous les initiés reçoivent une éducation académique, mais seuls ceux qui souhaitent devenir templiers apprennent à combattre.

  • Les prêtres sont les érudits de la Chantrie, ils ont voué leur vie à la poursuite du savoir. On les trouve souvent dans les archives, à superviser les bibliothèques et autres dépositaires de savoir ancestral. Les plus âgés de ces prêtres, à qui l'on confie de telles archives, portent le titre de "doyen", bien qu'un tel rang reste inférieur à celui de mère. Tous les autres frères et soeurs sont appelés en antéposant leur titre à leur nom, par exemple "frère Génitivi".
Clergé de la Chantrie Orlésienne
clergé de la Chantrie Orlésienne

Prêtres de la chantrie Impériale
Prêtres de la chantrie Impériale

Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


Textes et codex


Haut de pageL'histoire d'AndrastéRetour aux Mythes et Religions

Aucun commentaire: