Dragon Age : L'histoire d'Andrasté

Dragon Age Le culte d'Andrasté


Andrasté est la prophètesse dont les enseignements sont à l'origine de la religion dominante de Thédas, l'andrastianisme. Beaucoup la considèrent comme l'épouse spirituelle du Créateur.


La vie d'Andrasté

Andrasté serait née en -203 des Anciens (992 TE) dans le petit village de Dénérim, bien que sa date et son lieu de naissance soit contestés, plusieurs autres sites revendiquent l'origine de la prophétesse, notamment Jader en Orlaïs.
Sa mère Brona était Ciriane, une tribu ancienne qui prospérait dans ce qu'on appelait le Croissant Fertile (qui est aujourd'hui le centre d'Orlais). Son père, Elderath, était le chef des tribus Alamarri (les ancêtres des Féreldiens) les plus au nord et détenait de vastes étendues de territoire, bien que les Alamarri ne se souciaient guère des spécificités de leurs frontières. Elle avait une demi-sœur, Halliserre, née d'Elderath et d'une conseillère en alchimie.

Halliserre mourut dans des circonstances mystérieuses : la très jeune Andrasté se réveilla à cause d'un orage et aperçut sa soeur qui suivait des lumières dans un bois. Alors qu'elle la poursuivait, un événement violent se produisit et des incendies se déclenchèrent dans toute la forêt. On retrouva Andrasté, pâle et sans souvenir précis de ce qu'elle avait vu. Les restes d'Halliserre gisaient dans une clairière brûlée, son corps atrocement mutilé. Les Ciriane accusèrent des esprits animistes ou une bête féroce, les Alamarri soupçonnèrent des tribus rivales.

Andrasté fut profondément marquée par cet événement. A cause du froid, elle contracta une maladie des poumons qui persista pendant des années et l'empêcha longtemps d'avoir des enfants. Elle se mit également à faire des rêves troublants. Au fil du temps, elle commença à donner un sens à ces rêves, qu'elle interpréta comme des réponses aux questions qui la tourmentait. Jeune femme, elle restait immobile pendant de longs moments, rien ne pouvait la faire sortir de sa transe.
Quelques années plus tard, elle commença à se souvenir des circonstances de la mort d'Halliserre et parla d'hérésie, suggérant que la mère alchimiste de sa demi-soeur avait chuchoté aux Anciens Dieux.

Mariage et descendance

En -187 des Anciens, Andrasté fut mariée à Maférath, un chef alvar (les Alvars faisaient alors partie des Alamarri) d'une puissante tribu couvrant tout l'est de l'actuel Férelden. Grâce à cette union, Elderath réussit à construire une frontière Alamarri unifiée qui s'étendait du Croissant Fertile (l'actuel Orlais), aux Planacènes (l'actuel Névarra et les Marches Libres) et aux Fiefs bannerets (la vallée de Férelden).

Carte de Thédas

La jeune femme étant trop faible pour avoir des enfants, son époux Maférath prit une concubine, Gilivhan, une pratique courante chez les Alamarri, et engendra trois fils : Isorath, Evrion et Verald. Andrasté les éleva comme ses propres enfants après la mort de Gilivhan.
Elle réussit finalement à avoir deux filles quelques années plus tard, Ebris et Vivial. On les cacha du grand public et on leur interdit de se marier, quoiqu'elles eussent chacune un conjoint. Ebris n'eut qu'une enfant, Alli Vemar, qui périt lors d'un voyage à Dénérim moins de deux mois après que sa mère fut emportée par une épidémie. Vivial tomba amoureuse d'un mage Tévintide, Regulan, ce qui les conduisit en exil. Personne ne sait réellement ce qu'il advint de Vivial et de ses filles. Elles se marièrent, changèrent de nom, et dans le chaos du deuxième Enclin, toute trace d'éventuels survivants fut perdue.

Après leur mariage, Elderath, le père d'Andrasté, fut tué lors d'une attaque de Tévinter sur une colonie Alamarri, Andrasté fut enlevée et réduite en esclavage. Ces évènements galvanisèrent les Alamarri contre l'Empire Tévintide. Maférath récupéra le contrôle de tout le territoire nord d'Alamarri, qui représentait alors la plus grande puissance en dehors de l'Empire Tévintide. Comme la population était en grande partie composée de gens loyaux à Elderath, la plupart prêtèrent allégeance à sa fille. Ils suivraient Maférath à condition qu'il négocia la libération d'Andrasté, ce qu'il fit avec succès.

A son retour, elle priait et chantait pour implorer les cieux d'aider les siens, restés esclaves à Tévinter. Il est dit qu'un Dieu serait venu à elle, charmé par sa voix. Il lui aurait montré tout ce qu'Il avait créé : l'Immatériel, le monde et toutes les créatures qui les peuplaient. Il lui aurait aussi expliqué qu'Il avait abandonné Ses enfants à leur sort, car ceux-ci L'avaient oublié, préférant adoré des idoles muettes et des démons. Il lui aurait ensuite offert une place à Ses côtés, mais Andrasté n'aurait pas pu se résoudre à abandonner son peuple. Le Créateur aurait alors accepté à contrecoeur de donner une seconde chance à Ses enfants.

Dragon Age Le culte d'Andrasté

Andrasté se mit à prêcher la parole de ce nouveau Dieu unique, le Créateur, qui d'après elle lui transmettait Sa vérité et ce qu'Il exigeait pour le salut du peuple. Comme le Premier Enclin avait ébranlé la foi dans les Anciens Dieux, beaucoup se montrèrent réceptifs à l'idée du Créateur, en particulier à son commandement "la magie doit servir l'homme et non l'asservir". Andrasté commença à rassembler de nombreux adeptes, ce qui permit à Maférath de consolider son commandement sur les Alamarri.

La Marche exaltée

Après l'Enclin, l'Empire tévintide commandait toujours la plus grande armée de Thédas, mais celle-ci était fragilisée, ses terres avaient été ravagées par les engeances, des troubles civils avaient éclaté à cause de l'Enclin et du silence des Anciens Dieux. Voyant la faiblesse de leur ennemi, Maférath et Andrasté, prirent le commandement de leur horde barbare et décidèrent d'envahir le sud de Tévinter pour faire tomber leur oppresseur.

Dragon Age Le culte d'Andrasté

Forte de sa foi inébranlable envers "le seul dieu véritable", Andrasté entama vers -180 des ancients la Marche exaltée sur l'Empire moribond. Ils traversèrent la Mer d'Ecume pour commencer leur assaut. Lorsque les armées d'Andrasté se dirigèrent au nord de leurs terres ancestrales, elles furent guidées par la constellation Visus en forme d'Oeil qui devint le regard du Créateur.
Au fur et à mesure de leur avancée, Ils libéraient les elfes asservis depuis des siècles par Tévinter. La pression des barbares s'accompagna de rebellions massives et de soulèvements d'esclaves, ce qui facilita considérablement leur progression. L'Empire subissait également la sècheresse et des glissements de terrain, ces phénomènes furent considérés comme des miracles attribués à Andrasté.

L'annonce de la Marche exaltée d'Andrasté, de ses miracles et de ses succès militaires se répandit aux quatre coins du pays. Les Tévintides qui avaient renié les Anciens dieux buvaient les paroles du Créateur. Peu à peu, Maférath gagna de ses armes le sud de Tévinter ; Andrasté, de ses paroles, les âmes des habitants.

Andrasté rallia également le chef elfe et ancien esclave Shartan et son peuple, et ensemble, ils combattirent lors de la bataille des Champs valériens, en -171 des anciens. Ce fut l'une des plus grandes victoires de la Marche Exaltée. On dit que pendant cet affrontement sanglant, Andrasté et ses guerriers se retrouvèrent encerclés par des murs de glace que Shartan et ses archers firent fondre avec des flèches enflammées. Andrasté l'aurait alors nommé son champion au milieu de la bataille, puis lui aurait donné l'épée de sa mère, que Shartan baptisa Glandivalis (On trouve cette épée longue dans Dragon Age II).

Dragon Age Le culte d'Andrasté

"Sur l'ordre de Shartan, le ciel
Se grêla, noir, de flèches.
Aux côtés de notre Dame, dix mille épées
Quittèrent leur fourreau d'un seul sifflement,
Un hymne immense retentit parmi les Champs valériens qui proclamait :
Tel est libre qui naguère était esclave."

Extrait du Cantique de Shartan.

Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


La Mort d'Andrasté

Les Alamarri furent victorieux, mais ils avaient subi de lourdes pertes, dont la plupart des dirigeants Alamarri. Leurs ressources n'étaient pas suffisantes pour fortifier les avant-postes qu'ils prenaient, et Tévinter avait inversé un certain nombre des premières victoires en réoccupant les conquêtes abandonnées.
Plus Andrasté s'approchait du cœur de l'Empire, plus elle rencontrait de résistance, affrontant l'ennemi sur son propre terrain. L'armée d'Alamarri assiègea Minrathie mais ne parvint pas à conquérir la capitale Tévintide.

Maférath était un tacticien. Certains disent qu'il sut qu'ils allaient perdre tout ce qu'ils avaient gagné et peut-être plus, parce qu'ils n'avaient rien fortifié et qu'ils n'avaient pas envisagé l'échec. D'autres déclarent qu'il était jaloux du succès de sa femme et du Créateur à qui revenaient tous les honneurs.
Quelles que fussent ses raisons, il se rendit à Minrathie en -170 des ancients et proposa à l'archonte Hessarian de lui livrer secrètement son épouse en échange de la fin des hostilités. L'archonte accepta, voulant faire taire la prophétesse qui montait son propre peuple contre lui.

Maférath permit à des forces Tévintides déguisées de pénétrer dans la forteresse où se trouvait Andrasté dans la ville de Névarra. Il aurait alors tendu un piège à sa femme en l'attirant près d'un bassin d'argent, lui disant que la voix des Cieux pouvait y être entendu plus clairement. Lorsque les serviteurs de l'archonte les entourèrent, Andrasté se défendit mais Maférath la désarma. Havard, un fidèle disciple d'Andrasté et ami d'enfance de Maférath, tenta de la défendre. Ne pouvant lever la main sur son seigneur et ami, il s'interposa entre elle et les tévintides. Il fut transpercé de deux lances et laissé pour mort. Maférath lia ensuite les mains d'Andrasté et la livra à Hessarian.

Dragon Age Le culte d'Andrasté

Ils la ramenèrent à Minrathie où elle fut exécutée. Alors que Hessarian voulait offrir une mort rapide à Andrasté, son épouse Dame Vasilia l'obligea à l'exécuter publiquement, aux côtés de ses généraux, afin de faire un exemple pour tous ceux qui osaient se dresser contre l'Empire. Andrasté fut brûlée vive sur un bûcher. Il est dit qu'elle ne poussa pas un seul cri.
L'archonte Hessarian planta finalement son épée dans le coeur de la prophétesse pour abréger ses souffrances, il affirma que le Créateur lui aurait ordonné de le faire. Cette épée sera appelée plus tard Lame de Miséricorde (on trouve une réplique de cette épée à deux mains dans Dragon Age II). Il autorisa ensuite la pratique du culte du Créateur pour racheter ses fautes.

Dragon Age Le culte d'Andrasté

Havard, le disciple d'Andrasté blessé par des soldats Tévintides alors qu'il tentait d'empêcher sa capture, arriva trop tard à Minrathie. En ramassant ses cendres, Andrasté lui serait apparue, vêtue d'un habit d'étoiles, et aurait guérit ses blessures.
Il regagna les terres des tribus Alamarri, plaça les cendres sacrées dans une urne taillée dans un rocher et les conserva dans un endroit secret.
Dans Dragon Age origins, on se lance à la recherche de cette urne cinéraire, on rencontre également l'esprit d'Havard et on trouve son bouclier, l'Egide d'Havard.

Dragon Age Le culte d'Andrasté

Suite à la mort d'Andrasté, l'armée barbare se dispersa. On accorda à Maférath les terres qu'il avait conquises. Il garda la vallée de Férelden pour lui, et partagea les terres restantes entre ses trois fils, les chargeant de construire chacun une nation qui pourrait servir de barrière contre l'Empire Tévintide. A Isorath revint l'Ouest, qu'on appelle aujourd'hui Orlaïs, à Evrion l'Est, les actuelles Marches Libres et à Verald la région centrale de Planacène, aujourd'hui appelée Névarra.

Pour leur participation à la Marche Exaltée et comme promis par Andrasté, Maférath donna aux elfes la Dalatie, une terre située entre la Mer d'écume et les Montagnes de Givre. Les elfes entreprirent la Longue Marche, le voyage de Tévinter vers la Dalatie, principalement à pied, et nombreux furent ceux qui périrent en chemin, de fatigue, de découragement ou assaillis par des bandits humains.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


Statues de Maférath, Hessarian et Havard (de gauche à droite)
Statues de Maférath, Hessarian et Havard

Deux représentations d'Andrasté
Statues d'Andrasté


Notes et codex


Haut de pageLa ChantrieRetour aux Mythes et Religions

Aucun commentaire: