Codex Dragon age : En rapport avec une quête



286 - Une note chiffonnée
287 - Sciences de l'invocation
288 - La caste des morts
289 - Les travers-banquards
290 - L'ombre-gangue
291 - La clé de la cité
292 - La vie du Façonneur
293 - L'honneur du surfacien
294 - La cachette de Jammer
295 - Lettre des partisans d'Adaman
296 - Lettre de conscription d'Adaman
297 - Lettre de condoléances d'Adaman
298 - Une pincée de cendres
299 - Lettre à Jogby
300 - Lettre d'adieu à Jogby
301 - Testament de Rigby
302 - Signes des Chasinds
303 - Le collectif des mages
304 - Brisé
305 - Irrestreint
306 - Une cage de pierre
307 - Sur ordre d'Emer Thorogood
308 - Les parchemins de Banastor
309 - Les amis de Jenny la rousse
310 - Cinq pages, quatre mages
311 - La Sentinelle d'outrevoile
312 - Les regrets d'un maléficien
313 - La supplique de Renold
314 - Le point X
315 - Avis de congédiement

EntréeDétails
301(DLC)
286
Une note chiffonnéeexaminez le parchemin dans le château de Golefalois (Sous-sol)
302(DLC)
287
Sciences de l'invocationramassez les 2 livres arrachés dans le quartier des apprentis de la Tour du Cercle, quête "Sciences de l'invocation"
303(DLC)
288
La caste des mortstrouvez les pièces de l'armure de la Légion des Morts dans les Tranchées des morts aux Tréfonds
304(DLC)
289
Les travers-banquardsexaminez quatre tas de Gravats dans la Croisée de Caridin aux Tréfonds, quête "La cache des travers-banquards"
305(DLC)
290
L'ombre-gangueexaminez une statue dans la Tranchées des Morts aux Tréfonds
306(DLC)
291
La clé de la citéterminez la quête "La clé de la ville" à Orzammar
307(DLC)
292
La vie du FaçonneurExaminez les 3 plaques sculptées à Orzammar: 1 au cornal roturier (près du commandeur), 1 au sud-est dans la croisée de Caridin et 1 dans la pièce centrale à l'ouest dans les Tranchées des Morts. Examinez ensuite le livre "mémoires" dans le Façonnat
308(DLC)
293
L'honneur du surfacientrouvez les pièces de l'épée ainsi que la tombe, quête "L'honneur du surfacien"
309(DLC)
294
La cachette de Jammerexaminez le journal de Jammer, quête "La cachette de Jammer"
310(DLC)
295
Lettre des partisans d'Adamanobtenu à votre première rencontre avec un Partisan d'Adaman
311(DLC)
296
Lettre de conscription d'Adamanacceptez une quête dans le coffre des Partisans d'Adaman
312(DLC)
297
Lettre de condoléances d'Adamanobtenu avec la quête "Avis de décès" du coffre des Partisans d'Adaman à Denerim
313(DLC)
298
Une pincée de cendresramassez les cendres sur le corps du soldat après le pont dans les Terres Sauvages de Korcari
314(DLC)
299
Lettre à Jogbyramassez la lettre sur le corps du missionnaire Jobby dans les Terres Sauvages de Korcari, quête "Le missionnaire"
315(DLC)
300
Lettre d'adieu à Jogbyobtenu dans le coffre de la quête "Le missionnaire"
316(DLC)
301
Testament de Rigbyobtenu sur le corps de Rigby à l'est des Terres Sauvages de Korcari, quête "Testament de Rigby"
317(DLC)
302
Signes des Chasindsramassez le journal de Rigby dans le coffre du campement abandonné au nord-ouest des Terres Sauvages de Korcari, puis suivez les marqueurs sur la carte, quête "Indicateurs chasinds"
318(DLC)
303
Le collectif des magesrencontrez un membre du Collectif des Mages
319(DLC)
304
Brisétrouvez les 3 sacs ensanglantés aux Tréfonds, 2 dans la Croisée de Caridin , 1 dans le Thaig Aéducan puis examinez l'autel au Thaig Ortan, quête "Brisé"
320(DLC)
305
Irrestreinttrouvez les 3 notes de codex, 1 au temple en ruine de Darse, 1 dans les Ruines de Breciliane (niveau inférieur) et 1 dans la taverne d'Orzammar, puis rendez vous au "Taudis Pittoresque" dans la Ruelle pouilleuse de Denerim, quête "Irrestreint"
321(DLC)
306
Une cage de pierreobservez le Trône du Palais Royal au Cornal Adamant d'Orzammar
322(DLC)
307
Sur ordre d'Emer Thorogoodobtenu sur le corps du chef des mercenaire après avoir tiré une flèche dans la forêt de Breciliane Ouest, au cours de la quête "Sans ambages" (Grâces octroyées à certains partis)
323(DLC)
308
Les parchemins de Banastortrouvez les 5 parchemins de Banastor, 2 à la Tour du Cercle, 2 au Temple en ruines de Darse, 1 dans la Tanière des loups garous, quête "Les parchemins de Banastor" (Collectif des Mages)
324(DLC)
309
Les amis de Jenny la roussePrenez la petite boite peinte dans l'étude d'Irving à la Tour du Cercle, ramassez la lettre sur un des corps des voyageurs pendant votre rencontre avec Zevran, quête "Les amis de Jenny la rousse"
325(DLC)
310
Cinq pages, quatre magesExaminez les cinq Pages arrachées sur les pupitres du Grand Hall de la Tour des mages, quête "Cinq pages, quatre mages"
326(DLC)
311
La Sentinelle d'outrevoiletrouvez les 6 notes des apprentis mages à la Tour des mages et terminez la quête "La sentinelle d'Outrevoile"
327(DLC)
312
Les regrets d'un maléficienobtenu sur le corps d'un mage de sang à Lothering
328(DLC)
313
La supplique de Renoldobtenu en ramassant un journal sur le corps de Renold pendant une rencontre sur la carte du monde, quête "Avez-vous vu cet homme ?" (Collectif des Mages)
329(DLC)
314
Le point Xexaminez le placard d'un apprenti dans les dortoirs du quartier des apprentis à la Tour du Cercle, pendant la quête "Le Cercle Brisé"
330(DLC)
315
Avis de congédiementdonnez les 3 lettres au cours de la quête "Avis de congédiement" (Collectif des Mages)


286 - Une note chiffonnée

J'espère que qui trouvera cette note sera en mesure de la lire. Je frémis à l'idée que mes derniers mots servent à allumer quelque feu ou, pire encore, à torcher quelque cul. Mais au-Créateur-vat.

Mon nom est Branan, de Galdée. Il fut un temps où je cultivais des pommes. Lorsque les Orlésiens sont venus exiger que je courbe l'échine devant leur empereur, je les ai envoyés se faire pendre. Ils ont incendié ma pommeraie et ma maison, mais je n'en avais cure, j'ai admiré le brasier. Les arbres finissent par mourir, les maisons par s'écrouler. Mais je ne perdrai mon honneur que si je l'abandonne.

Ils sont revenus la semaine suivante en exigeant que je leur prête allégeance. Cette fois, quand j'ai refusé, ils m'ont mis aux fers. Me voilà condamné à mourir ici. Ma mort doit vous paraître bien sotte, j'imagine ? Un mot de moi et j'aurais pu rebâtir mon foyer, reprendre le cours de ma vie comme si de rien n'était. Mais cent générations de ma famille ont vécu et trépassé sur ces terres ; je ne vais pas vendre l'honneur de ma famille pour quelques pommes.

Qui que vous soyez, quelle que soit la raison de votre présence, si vous sortez d'ici, puissiez-vous aller à Galdée. Ma famille a beau s'éteindre avec moi, vous l'y trouverez quand même, imprégnée dans la terre, insufflée dans le vent qui agite les arbres. Contez ma mort à ma famille et je vous l'assure, elle vous entendra.

--Branan.

Haut de page


287 - Sciences de l'invocation

Exercices simples d'invocation et d'assujettissement - Edition du mentor

Dans l'enceinte protectrice de la bibliothèque, les apprentis peuvent et doivent contraindre à leur volonté un esprit mineur. La disposition des rayonnages favorise en effet, le cas échéant, l'immobilisation passive et le bannissement de toute entité.

Avertissement : cet exercice ne DOIT PAS être effectué en période de maintenance ou autre réagencement de la bibliothèque ! Toute invocation incorrecte, notamment dans le cadre de l'exercice 3, représente un ineffable danger.

Ce livre a été déchiré en deux.

*****

Deuxième partie d'un livre arraché.

L'initiation rituelle se solde par l'allumage du sigil de l'invocation. Si l'ordre est incorrect, le rituel reprendra au début.

Exercice premier
-Faire face à l'autel d'invocation.
-Sélectionner le deuxième passage du Volume des entités spirituelles, deuxième rayonnage.
-Passer les mains ouvertes par-dessus les premières flammes d'invocation (sélectionner les premières flammes).

Exercice deuxième
-Faire face à l'autel d'invocation.
-Réciter l'Appel singulier de Rodercom, première colonne des rayonnages annexes.
-Placer une pièce d'argent au pied de la statue du mage Gorvish.
-Passer les mains ouvertes par-dessus les deuxièmes flammes d'invocation.

Exercice troisième
-Aviser les mages de rang du début de l'exercice.
-Faire face à l'autel d'invocation.
-Réciter le deuxième passage du Bestiaire édifiant d'Elvorn, textes sous scellés, troisième zone.
-Tracer le sigil choisi sur la table commune de la première zone.
-Placer une mèche de cheveux entre les pages du Spiritorum Etherialis, à droite des textes sous scellés.
-Effectuer le Geste de Callum (deux doigts) devant la statue du mage Gorvish.
-Souffler sur la ciguë séchée dans le Phylactère des novices, deuxième colonne des rayonnages annexes.
-Passer les mains ouvertes par-dessus les troisièmes flammes d'invocation.

*****

Haut de page


288 - La caste des morts

Mes amis, nous nous sommes longtemps querellés, mais je vous propose une alternative. Il arrive à l'occasion que l'un des nôtres rejoigne la Légion des morts : les mémoires recensent plus d'une disgrâce cuisante. Ce n'est que par ce volontariat que nous évitons le scandale. Posons-nous donc la question : en sortons-nous grandis ? La Légion est toujours passée pour la rédemption du dernier espoir. Si un noble rejoint leurs rangs, et volontairement là-dessus, des roturiers suivront son exemple et nous n'auront sacrifié pour ce faire qu'un membre bien sot, dernier d'une maison importune. Ses réformes, il est mieux à les crier face aux engeances qu'en cette chambre. Qu'il parte, voilà ce que je propose.

Telle est la décision que nous avons consignée, Durius. Puisses-tu ne pas venir à regretter ton choix, car il est irrévocable.

--Extrait du procès-verbal de l'Assemblée, à propos de la Légion des morts ; addendum inconnu

Très chère Gilly,

Je sais que la vie n'a pas été facile depuis le blâme qu'à encouru notre maison. J'espérais porter seul le fardeau de mes actions, mais si j'avais eu pleinement conscience des conséquences, je n'aurais jamais assassiné au-dessus de ma caste. Il m'en a coûté de te laisser, mais je ne voyais pour seul moyen de t'épargner ma honte que de rejoindre moi-même la Légion. C'est une demi-mesure qui ne saurait me valoir ton réconfort, mais je te supplie de te laisser aller un instant à l'optimisme. On parle d'une nouvelle recrue, un noble ! Ce que j'ai entendu, je n'ose lui jeter le mauvais sort en le répétant, mais peut-être le respect nous est-il encore accessible, aux miens, à toi. S'il nous reste un successeur officiel, peux-tu vérifier qu'il est réel, que la maison Férald a bonne réputation ?

--Lettre de Maïus, non envoyée

Puisse ce rapport parvenir à qui de droit, qui saura en tirer les conséquences tactiques. Nous avons trouvé une enclave d'engeances, une frayère peut-être, mais sans pouvoir nous en approcher. Les engeances étaient nettement plus nombreuses que prévu, aussi ai-je divisé l'escouade pour attirer le gros de la horde. Je ne m'attends pas à survivre, mais j'ai veillé à ce que la majorité de mes troupes en réchappent. Cette décision m'est difficile à prendre car mon rapport ne sera pas entendu et je risque ce faisant de condamner plus de légionnaires que mon effectif, mais je ne peux me résoudre à abandonner des hommes que, chacun, j'ai appelé frère en le regardant dans les yeux. Peut-être ne m'en sauront-ils pas gré, eux qui se croient déjà morts : mais où est vie, est espoir. Je ne serais pas le dernier témoin de leur valeur.

--Tiré d'un rapport de la Légion des morts, signé par le seigneur Durius Férald

Victime : Durius Férald, lieutenant. Trouvé mort avec son escouade. Le cadavre était intact, ce qui indique que les engeances redoutaient sa résolution même dans la mort. La férocité qu'il a mise à défendre ses troupes a été corroborée par les survivants, avant qu'ils ne succombent à la souillure. Il est rare que la mort effective d'un soldat dépasse les honneurs qui lui ont été faits à son recrutement, mais Férald était un cas à part, un agitateur ; ses promesses excentriques nuisaient à la discipline et je crains que sa mort ne démoralise pas seulement ceux qui ont prêté l'oreille à ses divagations. Il a été retourné à la Pierre avec son insigne ; c'était là l'enterrement le plus honorable que nous pouvions lui fournir, talonnés que nous sommes par les engeances, mais la version officielle est qu'il a formé un second front. Mieux vaut que les espoirs qu'il a suscités se dissipent au fil du temps plutôt que de les tuer dans l'oeuf.

--Tiré d'un état des pertes bimensuel rédigé par le sergent Unger

En vertu de son ascendance et du grand sacrifice consenti par son dernier descendant, le Façonnat reconnait l'intérêt d'une union entre la maison Férald et la Légion des morts. Pourvu que la lignée soit intacte et suffisante, les relations de la Légion des morts pourront intégrer la basse noblesse, sous couvert de restrictions. Ladite maison mineure sera aujourd'hui soumise à consignation dans les mémoires. Puissent ses descendants trouver l'honneur.

--Extrait des mémoires

Haut de page


289 - Les travers-banquards

Des sots et des renégats, tous autant qu'ils sont. Il y a certes un temps pour la chasse au trésor rationnelle, mais ce temps n'est pas arrivé. Lequel d'entre eux a fait fortune, lequel a vu sa maison élevée ? Les filons mineurs qu'ils ont retrouvés n'ont satisfait ni cette assemblée, ni la soif de leur instigateur. Leurs actes ne peuvent que gagner en excentricité et en indiscipline ; nul accident n'a été signalé jusqu'ici, mais ils finiront tôt ou tard par saper la stabilité d'un conduit important.

L'assemblée d"clare aujourd'hui toute prospection restreinte jusqu'à ce que nous soyons certains de la stabilité des Tréfonds. Que ces "travers-banquards" trouvent la fortune dans le commerce ; les nains ne doivent miner que par prudentes extractions.

--Extrait d'un procès-verbal de l'Assemblée

Rogan a fait une magnifique percée sur un filon mineur aujourd'hui ; ses étais se contorsionnaient le long du mur comme s'ils étaient sa colonne vertébrale. Il a le génie du garnissage : ses rocages sont quasi cristallins. Si je les frappais, je suis sûr que j'entendrais chanter la Pierre. Le premier inspecteur venu les dirait "anormaux", mais c'est bien l'intérêt, n'est-ce-pas ? Nous laissons la Pierre nous emmener où elle le veut, nous ne sommes pas en train de déblayer une nouvelle grand-voie pour rajouter un cellier au palais. Je parie qu'ils révoqueront nos privilèges dés la prochaine séance de l'Assemblée. Grand bien leur fasse ; là ou nous allons, leurs édits ne nous parviendront jamais. Ils redoutent la voie que nous prenons.

Nous sommes tout près d'une grande découverte, la Pierre nous attire vers quelquechose ; que la surface me prenne si je laisse des nains qui ont renié leur affinité nous en empêcher.

--Tiré du journal de Brunar, fondateur des travers-banquards

Nous ne pouvons plus tolérer votre mépris flagrant de cette Assemblée et des directives d'excavation. Les actes de votre équipe ont potentiellement compromis deux projets futurs, ce qui a entrainé un redéploiement coûteux des plans de forage. Par chance, le développement du puits principal peut continuer, faute de quoi vous auriez été passibles de sanctions supplémentaires. Affirmer comme vous le faites que la Pierre guide vos actes indique non seulement une ignorance de toute procédure d'avant-projet, mais aussi que votre groupe et vous subissez peut-être les premiers signes d'une intoxication au lyrium. Vous êtes en infraction du code minier d'Orzammar et concédez en vertu de la présente tout profit dégagé par votre exercice illégal. L'Assemblée requiert votre réponse sous 30 jours, faute de quoi votre maison et votre équipe tomberez sous le coup d'un blâme supplémentaire.

--Avis de blâme émanant de l'Assemblée

La voici, votre réponse : allez vous faire élargir la galerie.

B.

--Addendum de Brunar, fondateur des travers-banquards

Pour des ennuis, nous avons été servis : le filon de lyrium qu'avait trouvé Rogan nous a menés sur le flanc d'une horde d'engeances. A en juger par leurs travaux, les engeances étaient à une semaine à peine d'accéder à cette maudite voie sous Orzammar, loin derrière les patrouilles. La Pierre le savait et elle a attiré ses élus en insinuant en notre for intérieur la promesse de ses minerais. Si tout se passe bien, sacrifier cette caverne mettra un terme à leurs velléités minières et Orzammar ne saura jamais le risque qu'elle a couru. Nous ne serons qu'une secousse éloignée, une ondulation dans la fontaine royale.

Nous avons posé les charges. Notre plan fonctionnera et nous en connaissons le prix. La Pierre nous a montré le chemin du foyer.

--Tiré du journal de Brunar, fondateur des travers-banquards

Haut de page


290 - L'ombre-gangue

La Pierre est dotée d'une volonté qui nous enveloppe, nous dirige ; elle nous guide alors même que nous refusons de nous soumettre à son influence. Mais elle n'est pas pure. La Pierre est porteuse d'une corruption aussi ancienne que l'équilibre. Pour que les nains prospèrent, la gangue - la roche instable, inutile - doit être retirée. Mais comme la Pierre, la gangue exerce elle aussi une influence. Nous devons tous l'affronter, extraire ce que nous avons de pire, mais la Légion des morts est investie d'une responsabilité à nulle autre pareille. Seule l'élite de la Légion peut affronter la gangue, tailler les ténèbres qui affligent la Pierre nue. Elle nous enveloppe, nous devons la protéger, en ce lieu où les ténèbres rejoignent la lumière.
--Inscription de la Légion des morts, sans date.

Haut de page


291 - La clé de la cité

Vos inquiétudes ne sont pas sans fondement, mais l'Assemblée s'est montrée claire : l'espace occupé par le thaig occasionne un surcoût, mais sa fonction mérite bien ces frais. les statues des Hauts doivent constituer le coeur du Panthéon des Héros. Nul autre placement n'est aussi à même de profiter aux intérêts nains. Ce sera là le premier panorama qu'Orzammar offrira aux ambassadeurs de la surface, un hommage fait à la fois à nos ancêtres vivants, mais aussi à la Pierre dont nous sommes issus. Ils doivent en voir l'oeuvre avant de pouvoir envisager la complexité de sa forme brute.

Le Panthéon doit en outre servir un deuxième rôle, celui de dernière vision s'offrant aux frères qui nous quittent. Ceux qui choisissent de partir doivent le faire sous le regard accusateur de leurs ancêtres, pour leur rappeler qu'ils faillent à leur devoir et qu'ils en paieront le prix. Nous encouragerons ainsi le commerce tout en établissant clairement que qui part trop loin revient étranger de la Pierre.

--Extrait d'un rapport de la commission de zonage de l'Assemblée

Conformément à l'ordonnance 5-la, nul nain de caste indéterminée n'est autorisé à commercer dans le Cornal roturier. L'ordonnance fut ultérieurement amendée pour établir que la possession et l'exploitation d'étal ou d'échoppe est réservée aux membres des maisons recensées et homologuées, issus d'au moins trois générations d'ancêtres attestées. L'achat au détail de biens ou de services auprès d'un étal ou d'une échoppe homologué ne tombe pas sous le coup de cette ordonnance et est laissé à la libre appréciation du commerçant.

Vous comprenez sans nul doute la nécessité d'exercer un contrôle qualitatif strict sur tous les biens et services qui transitent par Orzammar, d'autant que nous nous évertuons à encourager les investissements étrangers. Les critères qualitatifs des Taudis et du marqué-moyen ne sauraient convenir, aussi ne pouvons-nous accéder à votre demande de permis commercial.

--Extrait d'un jugement rendu par le Conseil commercial de l'Assemblée (motif : Aux secondes mains de Midal).

Sachez que vos privilèges n'ont été que suspendus et non abolis, à contrecoeur encore. L'Assemblée a le sentiment que la sainteté de la Lice a été récemment bafouée. Il s'agit là d'un tournoi réservé aux gentilsnains, d'une démonstration du talent de nos futurs généraux et vétérans respectés. Elle a pour vocation d'inspirer, de rappeler aux basses castes que la hiérarchie n'a rien d'arbitraire. Nous reconnaissons l'utilité d'une tribune servant à régler les dettes d'honneur et concédons que la défaite occasionnelle d'un noble peut servir d'apaisement, pourvu que ce soit face à l'un de ses pairs et que la joute fasse l'objet d'un arbitrage idoine. Étendre ses pratiques aux basses castes se révèlerait non seulement dangereux, mais aussi barbare. Nous avons constaté les troubles qu'un combattant non autorisé pouvait suscité (cf. l'irruption de cette marquée), aussi convient-il de décourager à tout prix ce genre d'incidents.

--Tiré d'une notification de blâme à propos de la gestion de la Lice

Il a été convenu qu'aucune règle de procédure n'avait été explicitement enfreinte, mais cinq jours d'obstruction parlementaire encourent néanmoins un blâme. Nous avons envisagé pendant une séance entière la division des propriétés de la maison Gorosmote et jugé nécessaire que son domaine au sud soit saisi. Attendu que la naissance du jeune Keid nécessite son élévation au statut noble et que la famille d'un noble ne saurait vivre dans les Taudis, c'est au père qu'il incombe de loger ladite famille. Or il est impossible de créer une nouvelle propriété dans le Cornal adamant sans compromettre l'intégrité structurelle du thaig.

Nous reconnaissons que le commentaire du seigneur Dace était malvenu selon lequel "si le seigneur Gorosmote ne voulait pas un nouvel héritier, il n'aurait pas dû chercher une concubine dans les Taudis" : mais la procédure idoine de résolution par Lice a été suivie. Chaque partie étant convenue d'accepter sa rétraction, l'affaire est considérée non afférente et classée.

--Extrait d'un jugement rendu par le Conseil commercial de l'Assemblée (motif : placement du clan Duncoat).

Vos efforts ont été exemplaires, mais ces cartels autoproclamés doivent se soumettre à l'Assemblée et mettre un terme à leurs perturbations, leurs revendications sociales étant jugées irrecevables. Nous vous conseillons d'affirmer qu'il serait simple d'effectuer une rafle ou plus simple encore de leur retirer tout accès aux infrastructures. Une brèche du tunnel serait des plus fâcheuses, mais le gouvernement a pour politique de ne jamais traiter avec les activités de type cartel. La répression de certains éléments de notre société a ceci d'utile pour notre économie qu'elle offre un surcroit de main d'oeuvre bon marché. Elle favorise également le recrutement de la Légion des morts, seule perspective de rédemption partielle mais homologuée et élément indispensable de notre défense en berne. Que des criminels créent leur propre hiérarchie et ce modèle en pâtit.

Toute pierre a une face qui ne peut être taillée, un côté qui doit reposer au sol. Ce qu'ils appellent Taudis nous est nécessaire, même si nous vous déconseillons de leur en faire part au cours des négociations. Nous avons une totale foi en vous, capitaine... (Le reste est illisible car taché de sang.)

--Extrait d'une directive confidentielle de l'Assemblée à propos de la prolifération des cartels.

Haut de page


292 - La vie du Façonneur

La bénédiction du Façonnat n'est donnée qu'à ceux qui marchent dans les traces de la Pierre. C'est une voie douloureuse, une voie tout sauf sûre, mais ceux qui désirent oeuvrer aux mémoires doivent tout d'abord les honorer. Apprenez la pierre, protégez-la et présentez une nouvelle histoire aux mémoires. Alors seulement, la bénédiction du Façonnat vous sera acquise.

--Extrait de la "Vie du Façonneur"

Orzammar s'est taillé un héritage dans la Pierre, mais l'Histoire ne se résume pas aux allées et venues en ses artères. Ces cavernes ont été évidées de longue date, bien des pas les ont arpentées ; c'est loin des hauts lieux de la politique et du commerce qu'est révélée la volonté réelle de la Pierre. Le Façonneur doit donc se garder du quotidien et quêter les révélations de la frontière ou les secrets enfouis de boyaux abandonnés. Le Façonneur doit d'abord s'exiler s'il veut revenir.

--"Premiers pas", tiré de la "Vie du Façonneur"

Loin d'être abandonnés, les Tréfonds sont patrouillés par ceux qui protègent Orzammar et la Pierre. Ces défenseurs ont vu se dérouler des évènements tragiques et grandioses, mais ils sont dévoués à l'instant présent, non aux mémoires. C'est donc au Façonneur qu'il incombe d'arpenter cette voie, l'esprit tourné vers l'observation. Il combattra si le besoin s'en fait sentir - tout nain en a le devoir - mais sa vocation est de consigner, non de créer. Pour sombres et profondes qu'elles soient, les anciennes voies sont gorgées de hauts faits ; seul le dévouement du Façonneur peut faire en sorte qu'ils ne soient pas oubliés des mémoires.

--"L'ancienne voie", tiré de la "Vie du Façonneur"

Du temps avant l'engeance, la Pierre jouissait d'un empire fort de thaigs par dizaines, comme autant de fragments de la fierté naine, de communautés séparées mais unies. Tous tombèrent progressivement. Les ruines devinrent pierres tombales, mausolées à une gloire oubliée. Mais la Pierre est une histoire vivante ; son absence peut être plus révélatrice qu'un examen constant. De ses mouvements, la Pierre choisit ce qui reste enfoui et ce qui doit voir la lumière. Les Façonneurs doivent revenir, arpenter la sente perdue, afin que les enfants de la Pierre sachent ce qu'ils ont abandonné et ce qu'ils peuvent regagner.

Tel est le sacrifice du Façonneur.

--"La sente perdue", tiré de la "Vie du Façonneur"

Vous avez suivi la voie du Façonnat pour tailler une nouvelle voie, celle que suivra le Façonneur de demain.

--Tiré de la "Vie du Façonneur"

Haut de page


293 - L'honneur du surfacien

Ce sot nous suit depuis trois jours, mais que puis-je y faire ? Sans doute un garde pourrait-il le mettre au cachot pour fieffée stupidité, mais aucune loi n'empêche d'aller au-devant de la mort dans les Tranchées. Ici, il n'y a aucune loi tout court. Je lui ai dit en le regardant droit dans les yeux que s'il mettait notre patrouille en danger, je l'écartèlerais moi-même ; mais je dois avouer qu'il se tient à carreau. Les surfaciens supposent généralement que la fin d'un Enclin efface les engeances de ce monde. Pourquoi celui-là s'inquiète-t-il que sa victoire les repousse à nos portes ? C'est une chose que de les affronter à la lumière, mais qu'il vienne à les combattre dans les ténèbres de leur tanière et il creusera son propre puits pour sortir d'ici plus vite... si le lyrium ne le foudroie pas avant.

--Extrait d'un rapport du lieutenant Gant, Légion des morts

Je le jure, Mortavold, je n'ai jamais rien vu de tel. Cet... elfe... se battait comme un vrai possédé. Ses frappes étaient légères et ne résonnaient pas contre la Pierre comme celle des plus vaillants d'entre nous, mais il faisait montre d'une précision digne d'un Façonneur qui consigne ses mémoires. Parole, nous lui avons levé notre verre hier soir, et nous avons partagé nos histoires de famille et d'honneur. Avec un surfacien ! Au reflet du lyrium, il n'avait pas l'air moins à sa place que le meilleur d'entre nous. Je me prend à penser au cousin Bern. Je me demande ce qu'il devient à la surface. S'il nous envoie une autre lettre, j'ai bien envie de la lire. Les liens familiaux importent plus que l'endroit où nous commerçons.

--Tiré d'une lettre du caporal Trovid Oreson, date inconnue

Puisse la Pierre accueillir ce surfacien comme s'il était l'un des siens. Il a beau être né à l'air libre, il a servi les Tréfonds mieux qu'un de nos fils. Beaucoup d'entre nous doivent leur survie à cet homme qui s'est battu à leur côtés et qui est tombé à leur place. Nous ne connaissons pas ses rites et je pense que la perte de son épée familiale risque de le contrarier dans son voyage - quel qu'il soit - mais il est pour nous comme un frère de sang et nous lui offrons ce qui nous est sacré. Willem Trialmont, si le chemin vers les tiens est sombre, la Pierre sera honorée de t'accueillir en son sein.

--Épitaphe de Willem Trialmont, 7:5 des tempêtes

Il doit toujours en être un autre capable de prendre les armes contre les ténèbres. Tel est le véritable sens de la famille, le maillon fédérateur qui fera se succéder le jour à la nuit et offrira le repos aux défunts.

--Inscription restaurée, épée familiale Trialmont.

Haut de page


294 - La cachette de Jammer

La saison a été fructueuse, Kanky. Dangereuse, aussi. Je vais emporter ma part en surface histoire d'en tirer un bon prix. La tienne est dans ma cachette, verrouillée par une serrure de Pique. Tu sais comment ça marche : la première chose à faire, c'est de récupérer les trois objets sans valeur de nos coffres communs. On fait confiance à ton oeil de connaisseur pour repérer les mauvaises pièces.

La subtilité, c'est que les belles pièces sont fausses. Et piégées. Prend uniquement l'objet qui a l'air le plus miteux dans chaque coffre, sinon on t'appellera l'éclopé.

Bonne chance,
--Jammer

Haut de page


295 - Lettre des partisans d'Adaman

(Une lettre à l'écriture soignée, qui vous est adressée.)

A l'inimitable Garde des ombres,

Depuis la tragédie d'Ostagar, tout Thédas a eu vent de vos hauts faits. Or en cette heure, j'ai besoin de quelqu'un de votre panache. Mon nom est Raëlnor, capitaine des vénérables Partisans d'Adaman ; j'espère gagner votre confiance.

Depuis la guerre contre Orlaïs, les Partisans ont périclité, mais je me suis battu pour redorer leur blason. Les jours sombres sont bien passés où mon père traitait avec les nobles peu scrupuleux de Dénérim ! Non, j'ai formé une guilde remplie d'hommes d'honneur prêts à se battre pour Férelden, et je suis fier d'avouer que pour ce faire j'ai pris les Gardes des ombres pour modèle.

Nous ne sommes pas parfaits ; mon propre fils milite pour un retour à l'attitude plus lucrative qui était celle de mon père. Mais nous sommes loyaux. c'est dans ce contexte que je sollicite votre aide en vous promettant une récompense à la hauteur de votre engagement.

Si vous y consentez, veuillez trouver des lettres dans cette boite ainsi que d'autres de par la contrée, et effectuez les demandes qu'elles contiennent. Dans ce cadre, traitez les requêtes de mon fils comme si elles émanaient de moi-même.

Merci encore, du fond du coeur, que vous choisissiez ou non de nous prêter main-forte. Garde des ombres, le Créateur guide votre bras et je suis honoré d'oeuvrer pour vous.

--Raëlnor

(Cette lettre porte le sceau des Partisans d'Adaman.)

Haut de page


296 - Lettre de conscription d'Adaman

Camarade :

Vous recevez cette lettre parce que vous-même ou autrui a inscrit votre nom sur un Article de conscription et consacré ce faisant votre vie aux Partisans d'Adaman. Face à la guerre qui menace sur tous les fronts, nous devons renforcer notre effectif et sommes donc forcés de rappeler à leur serment ceux qui ont juré de nous prêter leur bras.

Faites vos adieux à vos amis et votre famille. il est possible que vous les retrouviez, mais vous devez les préparer à l'éventualité inverse.

Nous vous sommes reconnaissants de votre sacrifice.

--Taoran

(La lettre porte le sceau des Partisans d'Adaman.)


Haut de page


297 - Lettre de condoléances d'Adaman

Chère dame,

C'est avec un immense regret que je dois vous annoncer le décès de votre époux. Son vivant fut empreint d'honneur et sa mort tout autant. Soyez assurée que nous allons traquer les responsables de sa mort.

Recevez, ma dame, mes plus sincères condoléances.

--Raëlnor Gerfalc

(Cette lettre porte le sceau des Partisans d'Adaman.)

Haut de page


298 - Une pincée de cendres

(Arraché d'un livre traitant de mythes et légendes du cru :)

Les terres sauvages de Korcari regorgent de mythes et légendes qui ont ébahi et déconcerté les érudits depuis l'époque reculée de la chute d'Ostagar.

Parmi ces mystères, l'histoire d'Astia et Nebbunar, deux jeunes amants qui vivaient à Ostagar. A en croire la légende, Astia grandit en compagnie de Gazarath, un esprit de la terre lié à une saillie rocheuse près d'un lac korcarin. Gazarath s'était entiché d'elle, aussi passaient-ils le plus clair de leurs journées ensemble à converser et rire. Au fil des ans, toutefois, Astia devint femme et entreprit de chercher la compagnie des hommes.

Quand Astia rencontra Nebbunar, tous deux s'éprirent immédiatement l'un de l'autre. Astia souhaitait présenter son amant à Gazarath, mais l'esprit, courroucé et jaloux, lui intima de s'en aller, en ajoutant qu'elle ne le reverrait plus à moins de répandre les cendres de son amant à l'endroit qu'ils avaient partagé.

Astia, horrifiée, quitta l'esprit enragé à toutes jambes. Mais la présence de Gazarath lui manquait ; aussi, le jour où Nebbunar la demanda en mariage, lui trancha-t-elle la gorge avant de le brûler et d'apporter ses cendres à Gazarath, sachant que leur mariage eut coupé à jamais ses liens avec son cher ami spirituel.

Parmi les chasinds, certains affirment que Gazarath hante toujours ce lac et qu'il est possible de l'invoquer en répandant les cendres de sa bien-aimée Astia, Gazarath accordera alors un unique voeu avant de disparaitre pour ne plus jamais se manifester.

(Une main fiévreuse a écrit dans la marge :)

"Marcus, je crois que cette légende dit vrai ! Si tu vas répandre les cendres que je t'ai données sur un tas de rochers en hauteur face à ce dôme tévintide à moitié submergé, peut-être que Gazarath apparaitra-t-il pour t'accorder un voeu ! si le combat t'amène dans les environs, tu serais bien avisé d'essayer !"

Haut de page


299 - Lettre à Jogby

Mon très cher fils,

Je me réjouis que tu souhaites suivre mon exemple et répandre la bonne parole du Créateur auprès des incroyants. Mais pourquoi a-t-il fallu que tu choisisses un endroit aussi dangereux ?

Mes excuses pour mon départ précipité vers les terres sauvages, mais je voulais établir le camp et entamer les préparatifs. Les Chasinds des terres sauvages respectent ceux qui savent survivre, aussi espérais-je leur en démontrer avant ton arrivée pour, peut-être, nous attirer les bonnes grâces d'une tribu locale.

Quand tu arriveras dans les terres sauvages, tu auras sans doute du mal à t'orienter ; j'ai donc recensé ci-dessous certains points de repère. Suis-les et ils te mèneront à un endroit que j'ai sécurisé et garni de provisions. Si tu venais à t'égarer, essaie de retourner à cet endroit et je te retrouverai.

Les repères sont comme suit, à partir de l'entrée des terres sauvages depuis Ostagar :
- Trouve un arbre adossé à un bâtiment en ruines
- Passe sous un "pont" fait d'un arbre abattu
- Passe à droite d'une tour submergée
- Repère une grande arche en ruines et un menhir recouvert de mousse
- Traverse un chemin de racines et de pierres
- Recherche deux grandes statues qui encadrent un coffre.

Tu trouveras alors notre point de rendez-vous.

Jogby, mon fils, tu as toute mon affection. J'espère te retrouver bientôt.

Ton père,

--Rigby

Haut de page


300 - Lettre d'adieu à Jogby

Mon très cher fils, Jogby,

Ceci est, je le crains, la dernière lettre que je t'écrirai.
J'ai eu quelque mal à trouver les Chasinds pour leur transmettre la parole du Créateur ; en revanche, j'ai trouvé des traces de leur passage. Ils semblent avoir quitté les parages en toute hâte, peut-être pour fuir ces prétendues "engeances" qui, dit-on, s'amassent en nombre sans cesse croissant dans les terres sauvages.

Mon fils, je t'ai laissé une arme et tout ce dont je pouvais me défaire. Je tâcherai de te retrouver dès que j'aurai établi un refuge. Je ne peux que prier pour ta sécurité. La fortune aidant, nous nous reverrons.

Si tu vois ta mère, transmets-lui tout mon amour. Et prends bien soin de notre famille.

Ton père qui t'aime,

--Rigby

Haut de page


301 - Testament de Rigby

A qui trouvera cette note :

Ceci est le testament de Rigby le missionnaire, fier colporteur de la bonne parole du Créateur. Je suis venu dans les terres sauvages pour propager le Cantique, mais je crains également d'y rencontrer la mort aux mains des engeances.

Je lègue toutes mes possessions à ma femme Jetta. Si le lecteur de cette note en a le coeur, j'ai enfoui un coffret verrouillé sous notre camp, dans un bâtiment tévintide en ruines à l'extrême ouest des terres sauvages. Ma dernière volonté est que ce coffret parvienne jusqu'à ma femme à Golefalois, sans avoir été forcé entre-temps.

Puissent ma femme et mon fils me pardonner de leur avoir été ravi par mon oeuvre, mais j'ai le réconfort de donner ma vie au service du Créateur.

--Rigby

Haut de page


302 - Signes des Chasinds

Il ne faut jamais sous-estimer la ruse des barbares chasinds. Les pierres et gravats qu'ils disposent en bordure des sentiers sont ainsi des signes et signaux qui leur servent à marquer les pistes, indiquer les endroits notables et même dispenser des avertissements que seuls les membres de la tribu comprendront. Le plus frappant est qu'aux yeux des non-initiés, il est impossible de distinguer lesdits signes d'un tas de pierres quelconque.

Je me suis voué au déchiffrage de ces signes et pense être sur la bonne voie. Les indicateurs de pistes semblent désigner une horde ou un emplacement servant de réserve secrète aux chasinds. Toutefois, je n'ai décrypté qu'une partie du message ; si je parvenais à le compléter, à trouver tous les indicateurs, je pourrais trouver cette cache et découvrir quels sont ces trésors que recèlent les chasinds.

J'ai trouvé l'un des indicateurs près de ce camp, sous un arbre abattu adossé aux ruines. Chacun, semble-t-il, est orienté vers un ou deux de ses pairs.

Des rumeurs parlent d'une horde d'engeances sur le point de déferler. Puissé-je trouver ce trésor chasind avant qu'il ne soit trop tard !

--Extrait du journal de Rigby

Haut de page


303 - Le collectif des mages

Malgré l'assise des Loyalistes dans la communauté politique des mages, bon nombre de Libertaires et d'Egalitaires commencent à voir d'un autre oeil le rôle de la Chantrie dans leur quotidien. De plus en plus, surtout ceux dont les pratiques magiques ne dérogent jamais aux préceptes du Créateur, estiment que la surveillance constante de la Chantrie est un frein à leur créativité ainsi qu'à leur volonté propre, qui les entrave dans leurs recherches.

Ces mages, ainsi que divers rebouteux qui exercent leur art hors de l'influence chantriste, ont formé une sorte de guilde de l'ombre : un collectif de mages dont les membres peuvent soumettre des requêtes qui seront traitées sans fausse pudeur. Ce collectif parvient à oeuvrer dans un secret relatif, ses membres se montrent discrets et ses clients anonymes. Pour l'heure, rien ne laisse penser qu'il pratique les arcanes interdites, aussi les templiers n'ont-ils émis aucune sanction à son encontre.

Néanmoins, la pratique de la magie sans la férule de la Chantrie reste un rêve pour certains et une notion dangereuse pour d'autres. Nombreux sont ceux qui estiment qu'irrémédiablement, le collectif finira par attirer l'attention et recevoir un châtiment aussi expéditif que brutal.

--Extrait de "Magie et politique" du Premier enchanteur Asymbel

Haut de page


304 - Brisé

Le rituel était très spécifique, comme de coutume pour pareilles pratiques. Le torse, la tête et les membres sont placés aux quatre coins des Tréfonds pour empêcher les créatures de revenir. Ils sont semble-t-il morts durant les mutilations, mais nous pouvons terminer l'ouvrage à leur place. Je ne suis pas au fait des rituels elfiques - pourquoi le serais-je ? - mais le reste semble évident.

--Façonneur Axus

(Annotations en marge)
Je n'ai même pas vu ce monstre. Moi je dis un bon coup d'épée et c'est réglé.
Au diable toutes ces bondieuseries.
*****

Le rituel est peut-être humain plutôt qu'elfique. Qu'importe, les indications restent claires. Placer le torse, la tête et les membres en sac puis les disperser. Ma foi, si c'est cela la magie, c'est à la portée du premier venu.

--Façonneur Axus

(Annotations en marge)
Ce n'est pas à un guerrier de s'en charger ! Le sacà qui fait le premier trou !
*****

(Une page arrachée relative a un rituel d'origine indéterminée)
Couper le corps en parties distinctes, largement espacées afin que nulle vie ne se manifeste, que nul pouls ne batte. Ainsi, la bête peut subsister une éternité durant, tandis que le savoir disparait et que ses poursuivants reprennent le cours de leur vie.

(Annotations en marge)
J'avais tord ! Rien d'elfique ! Les chasseurs ne l'ont pas tué. Il s'est laissé découper ?
Garder les morceaux éloignés, certainement. Loin du coeur.
*****

Le texte est logiquement illisible, mais son sens surgit dans votre esprit comme si on vous le murmurait :

Les membres ne sont que chair.
Le torse, un vulgaire réceptacle.
La tête, à peine utile.
Le coeur, séparé, conserve la vie.
Le coeur, loin de la lame, peut revivre.
Le coeur attend, dans l'Immatériel.

--Inscription grossière, auteur inconnu

Haut de page


305 - Irrestreint

Les cavaliers me traquent de bourg en bourg depuis que j'ai réussi par hasard à déchiffrer l'histoire. Ils s'emparent des citadins les plus proches de moi, j'en ai maintenant conscience, pour me priver de sommeil et d'amitié. Je pensais être sur le sentier de la gloire, mes ses griffes sont dardées vers moi à chaque détour. Gaxkang ; maudit soit son nom et le jour où je l'ai entendu.

--Extrait du journal d'un aventurier anonyme mort de longue date
*****

Tu m'as posé la question, je te réponds : ne pars pas. Les récits peuvent bien parler de richesses, ils n'en citent jamais les bénéficiaires, jamais l'endroit où elles ont été dépensées. Jeune homme à Dénérim, j'ai entendu ces mêmes histoires, j'ai ressenti la même attraction ; mais ce ne sont là que mensonges, mon fils. Ce chemin que les récits balisent, où mène-t-il ? Au trésor ? A la bête ? Peut-être ne fait-il que tourner en rond.

--Lettre non signée d'un père à son fils
*****

(Trois parchemins rongés par le temps et trois versions de la même histoire incomplète)

Extrait :
Et quand tomba son royaume, les richesses volées de toute une ère disparurent. La bête, l'irrestreint, tapie dans le sommeil jusqu'à ce qu'un être à l'esprit fort vienne revendiquer son trône. Telle est la quête qui attend le héros de son peuple, celui poussé à chasser le mal ancestral. Tel est le haut fait à sa mesure.

(Ecrit au coin de la page, d'une main tremblante :)
Trois pages, trois âges. La même histoire, mise à jour.
La même que la chason de la taverne, mais plus ancienne !
Signature arrachée volontairement, mais en comparant on obtient "Vilhm Madon".
Tout provient de lui ! Comment ?
*****

Haut de page


306 - Une cage de pierre

(Cette inscription a subi l'érosion du temps, au point de ne ressembler qu'à un simple motif de sculpture.)

La bête est étrangère, mais les besoins sont connus. L'inconnu insuffle émoi et violence en nos foyers ; mieux vaut nous faire des amis de ces "Féreldiens", aussi résistons-nous à leurs côtés, entravons-nous communément l'ennemi de notre Pierre. Ils ne craignent plus leurs cieux et notre commerce avec l'en-haut en sort grandi.

Appâtée de l'en-haut, acculée, encerclée. Trois en position, un quatrième fait signe au trône. La bête reste en stase tant qu'un roidétient le trône, tant qu'un roi l'entrave de sa volonté.

--Inscription, approx. 5:90 des exaltés

Haut de page


307 - Sur ordre d'Emer Thorogood

Nous savons qu'ils sont là, qu'ils passeront à l'action quand leurs confrères d'impiété les appelleront. Attendez le signal et massacrez-les tous. Ils sauront ce qui les attend et sans doute abandonneront-ils cet infortuné messager, mais même ainsi, notre message revêtira une autorité qui dépasse de loin la leur.

--Sur ordre d'Emer Thorogood

Haut de page


308 - Les parchemins de Banastor

L'alignement avec le pouvoir de l'Immatériel n'est que la première étape d'un long processus : il faut ensuite aligner son esprit aux règles de l'Immatériel et distinguer les liens entre le royaume des rêves et celui de la chair. tel est le véritable pouvoir en la magie du sang : chair et esprit inséparables. qui comprend cette dualité trouvera le pouvoir d'influencer et de contrôler l'esprit.

(Le texte est suivi de runes indéchiffrables ainsi que de taches d'encre et de sang)
*****
D'autres évoqueront l'inviolabilité de l'esprit. Pour qui connait le véritable pouvoir du sang, ce m'est là que déraison : l'esprit n'est pas plus inviolable que le genou ou l'orteil, ce n'est rien d'autre que le siège de la raison humaine. Or il n'est raison véritable sans connexion au rythme sanguin, à cet afflux vital inlassable. Qu'il vienne à être interrompu et l'esprit peut être contrôlé.

(Le texte est suivi d'un croquis représentant un rituel de magie du sang, sans légende ni description)
*****
L'Immatériel abrite les plus viles comme les plus belles des créatures, mais toutes assaillent l'homme de désirs et d'envies qui jamais ne seraient nôtres sciemment. Notre pouvoir les attire pour une bonne raison : le seul lien que nous tissons entre chair et rêve permet à ces hôtes de l'au-delà de pénétrer dans la chair. Qui désire prendre la voie du véritable pouvoir doit aller au-devant de ces créatures aussi pitoyables que terrifiantes et les asservir ou s'asservir à elles. Celui-là obtiendra alors un immense pouvoir et le moyen de déchirer le tissu de notre monde.

(Dessinés à la hâte en marge du texte, des symboles ésotériques rouge sang)
*****
Ces démons se laissent corrompre pour un rien. Ils sont naturellement enclins à convoiter le monde de chair et de sang. Car tel est le présent que vous leur faites : un répit dans leur quête éternelle de vie véritable. Mesurez votre volonté à la leur et vous l'emporterez ; dans le cas contraire, le pouvoir restera vôtre, mais votre corps appartiendra au démon. Savourez ce pouvoir infernal tant que vous le pouvez, car une fois abomination, votre alter égo démoniaque ne fera qu'une bouchée de votre esprit.

(En dessous du texte, une succession de lignes écrites dans une langue ésotérique et oubliée, indéchiffrable à moins d'être un linguiste des plus élitistes)
*****
Enfin, lorsque vous vous serez élevé, que vous aurez goûté au doux nectar de la bénédiction démoniaque, relevez-vous en dieu. De par votre connexion, entre terre et ciel, chair et rêve, sang et esprit, vous aurez dépassé les inquiétudes futiles de la Chantrie et de ses sbires, des nobles et de leurs querelles insensées.
De par les rituels inscrits sur ces parchemins, vous aurez maitrisé l'esprit d'autrui, bravé les tentations de l'Immatériel et asservi la terrible volonté des démons. Ne vous laissez démonter ni par le meurtre ni par le vol, car votre volonté est absolue et le monde n'attend que vos ordres.

(Le texte se conclut à nouveau sur des glyphes ésotériques aux implications terrifiantes)

Haut de page


309 - Les amis de Jenny la rousse

Nul n'a jamais dit que la tâche serait facile. Vous avez affirmé être en mesure de vous infiltrer dans la tour du cercle et vous avez reçu carte blanche. Trouvez la petite boite peinte dans le bureau du Premier enchanteur Irving et apportez-la comme convenu jusqu'à la porte désignée à Dénérim, ou préparez-vous à être traqué jusqu'au fin fonds de Férelden.

--Les amis de Jenny la rousse

(Une esquisse de carte représente plusieurs portes. A l'en croire, la boite doit être placée dessus pour bloquer les fausses pistes)

Haut de page


310 - Cinq pages, quatre mages

Tome Deus vi Eternus

In malefectorum, dragos te' ventim. Solariat ven deos mentoris, pluratic ven contrivarian.
De Sa parole, Il donnat naissance à la vie. De votre parole... ascension.
Les réponses se trouvent... (texte illisible)

(Notes de bas de page)
Ainsi commencent mes études, tout en sachant que le Cercle s'en trouvera changé à jamais. Puisse l'Histoire consigner la date où j'ai entamé mon oeuvre : 9:29 du dragon. Ainsi, lorsque les nouveaux calendriers seront imprimés, la date Fonst 0:0 sera-t-elle connue avec précision. la bouche des dieux atteindra enfin mon peuple, par mon intermédiaire.

--Enchanteur Fonst
*****
Tome Deus vi Eternus

In malefectorum, dragos te' ventim. Solariat ven deos mentoris, pluratic ven contrivarian.
De Sa parole, Il donnat naissance à la vie. De votre parole... ascension.
Les réponses se trouvent... (texte illisible)

(Notes de bas de page)
479 souverains, sans compter les graissages de pattes.
L'immortalité vaut bien toutes les dépenses.
Les paroles de la création attestent du Créateur.
nul ne doit en avoir vent jusqu'à ce que la traduction soit terminée !
je deviendrai Premier enchanteur... Les rois se disputeront ma présence... Ils s'inclineront devant moi !
Gloire éternelle !

--Enchanteur Modalt
*****
Tome Deus vi Eternus

In malefectorum, dragos te' ventim. Solariat ven deos mentoris, pluratic ven contrivarian.
De Sa parole, Il donnat naissance à la vie. De votre parole... ascension.
Les réponses se trouvent... (texte illisible)

(Notes de bas de page)
Notes à propos d'une fabuleuse découverte :
Etrange graphie. Uniforme, d'une main sure. Oui, c'est bien la marque d'un agent du Créateur. Pour tout dire, toutes mes espérances en la parole du Créateur s'en trouvent comblées. il est parfait. J'ai hâte de le traduire pour prendre la tête de la Chantrie. Jamais je n'ai fait aussi bon investissement.

--Enchanteur Gaïus
*****
Tome Deus vi Eternus

In malefectorum, dragos te' ventim. Solariat ven deos mentoris, pluratic ven contrivarian.
De Sa parole, Il donnat naissance à la vie. De votre parole... ascension.
Les réponses se trouvent... (texte illisible)

(Notes de bas de page)
Le courroux divin soit sur ce vendeur. Contrefaçon ! Copie !
Comment le l'ai-je pas vu plus tôt ? cela crevait les yeux ! "Donnat" ?
O infamie !
Nul ne doit le savoir !
Beyha Joam -- Si je le retrouve, c'est un homme mort !
*****
Tome Deus vi Eternus

In malefectorum, dragos te' ventim. Solariat ven deos mentoris, pluratic ven contrivarian.
De Sa parole, Il donnat naissance à la vie. De votre parole... ascension.
Les réponses se trouvent... (texte illisible)

(Notes de bas de page)
Les paroles m'échappent, mais mon obstination prévaudra. Qu'elles soient l'oeuvre des anciens dieux ou du Créateur Lui-même, je délierai de mes mains leurs secrets. Il me faut l'essence du pouvoir. De la pureté. Je m'engage ainsi sur la voie du sang, mais au bout du chemin, la divinité, les clés de la Cité Noire.

--Enchanteur Rhonnus
*****

Haut de page


311 - La Sentinelle d'outrevoile

Je vous fiche mon billet que tout ça, c'est une épreuve, comme l'invocation. Sinon, pourquoi on annulerait les cours ? Et puis devinez ce qui s'est passé pendant l'altercation avec Uldred dans la bibliothèque : un vieux volume est tombé, ouvert à une page traitant de "l'outrevoile". J'ai recopié ce que j'ai pu avant qu'on se fasse expulser.

Note rituelle :
Une épée abaissée pour fendre et piler.

Ne me dites pas qu'il n'y avait pas une volonté à l'oeuvre là-derrière, je ne crois pas aux coïncidences. j'ai bien l'intention d'y voir plus clair, et vous seriez fort avisés de m'aider.

--Gant
*****
Non, non, non, arrête de me bassiner avec ça ! Je n'ai aucune envie d'avoir encore des ennuis à cause de toi. Je me fiche de ce qu'il y a au sous-sol, et les mages de rang aussi. Tout tourne autour d'Uldred, tu n'as rien à faire en bas. Je ne sais pas ce que tu mijotes, mais ces livres sont beaucoup plus vieux que nos cahiers. Ils n'ont rien à faire entre les mains d'un apprenti !

Note rituelle :
Les fils brulés devant un géant, lance levée.
Solitaire, il n'accorde nul crédit aux murmures.

--Nolan

(Griffonné dans un coin)
Pas besoin de lui. Owain connaissait "l'outrevoile".
*****
Le premier enchanteur Dorval est tombé sans crier gare, victime d'un mal pulmonaire. Il convient de considérer cette interruption malheureuse de la lignée fondatrice comme une opportunité. Le Cercle doit réformer ses coutumes pour mieux s'adapter à notre époque. Bon nombre de rituels restent de rigueur, mais certains - les Deux beffrois, la Lamentation de Garnold, la Sentinelle d'outrevoile, la Jour de Benford - n'ont plus guère de sens dans nos textes.

Nous devons aller de l'avant, comme l'eut souhaité Dorval, et reléguer ces cérémonies à l'ère close. Faute de volontés, ses biens ont été transférés à la bibliothèque pour notre jouissance commune.

--Extrait : "Déclaration du Cercle des mages, place forte de Kinloch", 5:90 des exaltés

(Griffonné dans un coin)
Encore cet "outrevoile" immémorial ! Ils n'ont pas idée ! Tous des idiots ! Les protections faiblissent !
*****
en ce jour, nous avons dépassé toutes les frontières que l'homme avait jamais atteintes. comme de coutume, la Cité Noire luisait de toutes ses ténèbres aux confins de nos sens, sans que nous parvinssions à l'atteindre. Forte est pourtant l'attraction de ce lieu que nul, de mémoire mortelle ou autre, n'a jamais foulé. A n'en pas douter, il abrite quelque grandiose dessein. Et loin de tout cela, toujours à la lisière du sensible, un autre esprit, sans amarre. Demain je tendrai toute ma volonté vers lui pour tenter de lui faire quitter sa dérive. Se pourrait-il qu'autrui soit arrivé aussi loin ? Quelles merveilles nous partagerions.

Note rituelle :
Le réceptacle en main, un pouvoir littéral tombe goutte à goutte des paroles d'un autre temps.

Documents de l'outrevoile du deuxième siècle des anciens (estimation)
Premier enchanteur nommé Sentinelle de l'outrevoile - à conserver secrets

(Griffonné dans un coin)
"L'outrevoile !" Devant le cercle ! Autrui dans l'Immatériel ? Je dois en savoir plus !
*****
Son cordon d'argent est devenu noir. Noir ! Rien d'étonnant alors à ce que sa forme ait été ainsi pervertie. Ce qui est revenu n'était ni mortel, ni proprement immatériel. Peut-on révéler les dieux d'une pensée face à l'inaction séculaire ? Ce monstre est sans objet. Que la force de la tour le dessèche et enfouisse sa souvenance. Seul héritage de l'affaire : l'Immatériel requiert discipline. Toute action irréfléchie n'apporte que tragédie.

Note rituelle :
Une épée brandie pour couper le lien.

Documents de l'outrevoile du deuxième siècle des anciens (estimation)
Premier enchanteur nommé Sentinelle de l'outrevoile - à conserver secrets

(Griffonné dans un coin)
Cordon ? Magie de péquenauds ! Il faut que je sache. Je m'y vois presque. ces murmures !
*****
(Griffonnés à la hâte)

Le grand vestibule, d'après les murmures ? C'était là, au-dessus de nous, depuis tout ce temps !
- Le réceptacle en main, un pouvoir littéral tombe goutte à goutte des paroles d'un autre temps. (Placer le bol !)
- Une épée brandie pour couper le lien. (Couper le cordon !)
- Une épée abaissée pour fendre et piler. (Bile !)
- Les fils brulés devant un géant, lance levée. Protégé de part et d'autre, il n'accorde nul crédit aux murmures. (Où est-ce ? Les murmures parlent d'ordre, mais sans donner son emplacement ! c'est dans ma tête !)
*****
Shah Wyrd
Un agglomérat de pensées puissantes mais sans objet qui ont fusionné dans l'Immatériel. Pareille entité est l'exact contraire de la volonté individuelle : c'est la distraction incarnée. Le ou les esprits qui ont libéré ces actions irréalisées dans l'Immatériel devaient être bien anciens.

Haut de page


312 - Les regrets d'un maléficien

Je ne ferai pas machine arrière. Qu'ils me traquent, qu'ils me trouvent et ils en pâtiront. mais toi, Mélis, tu ne mérites pas ce châtiment. Je mourrais heureux sachant que tu as trouvé ta place à la tour du Cercle. J'y ai laissé divers artefacts, volés pour la plupart aux enchanteurs. Vends-les pour commencer une nouvelle vie. La cache est dans la zone d'étude, alcôve du milieu. Adieu.

--Bel Gruce

Haut de page


313 - La supplique de Renold

A vous qui trouverez cette note, je vous en conjure, daignez achever mon labeur.

Mon nom est Renold ; je suis maitre mage et mentor d'un jeune sot malavisé nommé Heshir. Mon apprenti s'est semble-t-il consacré à une magie innommable ; de ce fait, j'ai prêté serment de le traquer jusqu'aux confins du monde.

Si vous lisez ceci, c'est que mon apprenti m'a fait rendre mon dernier soupir. Je vous en supplie, engouffrez-vous dans cette antique forêt elfe et mettez un terme à l'abomination qu'est devenue mon apprenti bien-aimé.

Si vous y parvenez, gardez donc en gage de remerciement l'anneau de feldspath qu'il porte, et puissiez-vous ne jamais connaitre échec aussi cuisant que le mien.

--Renold

Haut de page


314 - Le point X

Par les vents du Créateur, Daarci, j'avais accepté d'attendre, mais nous n'en sommes plus au stade de la querelle ! Uldred a libéré les abominations ! L'une portait la robe de mon mentor ! Si tu arrives jusqu'ici, il y a quelque chose au "point X" qui pourra peut-être t'aider. Il ne sert plus à rien de le cacher aux mages de rang, pas plus qu'il n'est utile de payer Denri pour déplacer son lit : il est mort.

--Apprenti Mand

Haut de page


315 - Avis de congédiement

Mon cher apprenti :
J'ai envoyé ce courrier et la présente note afin de mettre officiellement un terme à ta période d'apprentissage. Je n'ai aucune rancune envers toi, car malgré ton incompétence crasse, tu n'es parvenu à nuire ni à ma personne, ni à mon travail. Hélas, je n'aurai pas l'occasion de constater tes laborieuses tentatives de progrès.
Ton apprentissage prendra fin dés que tu seras revenu de ta tâche actuelle. Sur ce hâte-toi, j'ai grand besoin de ce que je t'ai envoyé quérir.

Cordialement,
-- Mage Terraster

Haut de page


CreaturesObjetsMagie et religionCulture et histoirePersonnagesLivres et chansonsNotesCombinaisons de sortsCommandesEn rapport avec une quête

Aucun commentaire: