Dragon Age : L'histoire des Evanuris

Dragon age les evanuris


Les elfes d'aujourd'hui ont peu de souvenirs du temps où les dieux elfiques arpentaient la terre et leur apportait savoir et protection dans de magnifiques forêts. Les dalatiens portent toujours les vallaslins, des tatouages symbolisant leurs dieux d'antan, et continuent à invoquer ceux qu'ils appellent les Faiseurs, bien qu'ils ne leur répondent pas. Les elfes expliquent souvent ce silence par la trahison de Fen'Harel, qui dupa les dieux en les exilant dans l'Au-delà, les empêchant ainsi d'interagir avec le monde des mortels et de sauver les elfes de leur déclin.

Avec Dragon Age Inquisition et le DLC Intrus, on en apprend un peu plus sur le Pantheon elfique, où Evanuris en langue elfique, et sur son histoire, en voici les grandes lignes (attention il y a des spoilers !) :


La naissance des Evanuris

Arlathann

Les elfes sont apparus bien avant les autres peuples de Thédas, on ne sait pas précisement quand. Leur capitale, la légendaire Arlathann, fut fondée 3000 ans avant l'arrivée des humains sur le continent mais leur civilisation existait déjà avant cette date. Leur contrée était alors très étendue et se nommait Elvhenan, "les terres de notre peuple". A cette époque, le Voile n'existait pas, l'Immatériel était pour eux le "ciel".
Les elfes ou elvhen vivaient en harmonie avec la nature et étaient immortels, où du moins ils ne changeaient pas. Ils cherchaient à explorer les parties les plus profondes de l'Immatériel et à maîtriser le monde matériel. Ils entretenaient des relations étroites avec les esprits, qui jouaient le rôle de gardiens du savoir et d'enseignants.

Les pages de ce livre (souvenir ?) montrent un groupe d'elfes dans un amphithéâtre fait de bois vivant, où les arbres ont poussé dans les gradins et les escaliers pour servir de dossiers aux spectateurs. Deux autres elfes et un esprit d'apprentissage s'expriment tout à tour sur l'utilisation de sorts pour altérer les propriétés du monde matériel. Á la fin, l'esprit s'avance, tel un vieil universitaire, et s'écrie d'une voix étonnamment grave :

"Le monde immuable est délicat : les sorts de pouvoir appellent le désastre et la destruction. Le monde immuable est têtu : l'attraction de la terre empêche férocement le feu de couler comme l'eau et la pierre de s'élever tel le brouillard. Le monde immuable résonne de sa propre harmonie. Libérez votre coeur de la peur, et écoutez : de grands changements viendront.

Extrait du codex Vir Dirthara : oreilles attentives

Cependant, la Terre était le domaine de ses piliers, les Titans. Elle vibrait de sa propre harmonie, et les elfes espéraient que s'ils l'écoutaient, de grands changements viendraient et qu'ils feraient fleurir la Terre. Mais des tremblements de terre ébranlèrent les cités qu'ils avaient construites. Pensant leur cause juste, les elfes combattirent les titans et gagnèrent, ils extrayèrent ensuite le lyrium de leur corps et peut être autre chose, cela reste à déterminer.

Elgar'nan, Colère et Tonnerre,
Donne-nous la gloire.
Donne-nous la victoire contre la terre qui fait trembler nos villes.
Frappe les usurpateurs de ta foudre.
Brûle le sol de ton regard.
Envoie la mort ailée contre ceux qui détruisent notre oeuvre.
Elgar'nan, aide-nous à dompter la terre.

Extrait du codex Chant pour Elgar'nan

les evanuris

Cette guerre sema la peur, et avec elle un désir de simplicité. Les généraux elfes devinrent des anciens respectés, puis des rois et enfin des dieux, les Evanuris. Ils revendiquèrent la Terre et exilèrent ceux qu'ils nommèrent les Grands proscrits, des esprits qui avaient fui hors d'atteinte de la terre en abandonnant leur forme et en laissant le Peuple en plein désarroi.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


La civilisation elvhen

Les Evanuris utilisaient des orbes pour exploiter leur puissance magique. Leur immense pouvoir leur permis de réduire leur peuple en esclavage, les marquant avec les symboles des dieux, les vallaslins. Ils leur interdirent d'adopter des formes ailées, réservées au divin.
"Il est coupable de haute trahison. Il a revêtu une apparence réservée aux dieux et à leurs élus, il a osé s'envoler tel le divin. Le prêcheur appartient à Dirthamen. Il prétend avoir pris des ailes à la demande de Ghilan'nain et implore la protection de Mythal. Elle ne lui accorde aucune faveur, et entend laisser Elgar'nan le juger."

L'espace d'un instant, une image apparaît, celle d'une masse sombre et mouvante aux yeux embrasés, qui pourrait cacher un ou plusieurs êtres. Puis elle disparaît.

Extrait du codex Anciennes écritures elfiques

Certains, appelés Les Grands Déperdus (ou les Oubliés), refusèrent de se soumettre et se cachèrent dans l'Abîme, en attendant de pouvoir frapper.

Les Evanuris construisirent des temples, de nombreux bâtiments furent érigés autour, comme une cité autour d'un palais. Il y avait des gardes des temples et un nombre considérable de fidèles. Les Evanuris avaient quelques élus parmi les elfes, ils leur accordaient la primeur de leurs grâces et leur imposaient moins de restrictions. Les nobles elfes possédaient des esclaves et vénéraient l'un de ces dieux. Comme dans tout empire, ils commettaient des atrocités sur leurs sujets.
Les anciens "temples" elfiques étaient tout sauf de simples autels. Des fouilles exhaustives ont montré que de nombreux bâtiments étaient érigés autour de l'édifice central, comme une cité bâtie autour d'un palais. De fait, ces vastes complexes religieux devaient être de véritables villes, grouillant de centaines de préposés, commis et ministres du culte. Chaque croyance avait ses propres rituels, absolutions et prières adressés à leur saint protecteur de prédilection, à toute heure du jour ou de la nuit. Le temps et les efforts qui leur étaient consacrés devaient dépasser l'entendement.

Il m'arrive de me réjouir que ces rites païens soient tombés dans l'oubli. Les "divinités" que vénéraient les elfes de jadis, si elles ont jamais existé, étaient de toute évidence des démons se faisant passer pour des forces supérieures. On ne peut que frissonner d'horreur en imaginant les atrocités commises au pied de leurs trônes.

- Extrait du Codex : Le temple de Mythal

Les elvhen se servaient de l'Immatériel et de rituels magiques élaborés pour créer des "lieux intermédiaires" entre le monde et l'Immatériel. Ces endroits avaient leurs propres règles de réalité, ils étaient dédiés à l'un de leurs dieux, facilitaient les voyages ou servaient de stockage de la connaissance. Le Vir Dirthara était l'un de ces lieux de connexion qui abritait les bibliothèques de chaque cité, le savoir vivant de l'empire elfique.
Ces royaumes étaient connectés entre eux par des eluvians, des miroirs magiques servant de portails pour communiquer et voyager sur de grandes distances. Ces éluvians étaient tous reliés, indirectement où directement, à un lieu appelé la Croisée des chemins.

La Croisée des chemins

Lorque les anciens elfes se lassaient de la vie éternelle, ils entraient volontairement dans un état de sommeil appelé Uthenera. Alors que leur esprit allait dans l'Immatériel, leur corps restait dans le royaume des vivants, maintenu en vie grâce à une simple potion faite d'eau, de miel et d'épices que les serviteurs passaient sur les lèvres du rêveur à la pleine lune. Ils sentaient ensuite le poignet du rêveur à la nouvelle lune, si l'odeur était celle des épices, il fallait continuer à le nourrir, mais s'il n'y avait pas d'odeur, c'est que le rêveur avait appris à se nourrir directement à partir de l'Immatériel et qu'il n'avait plus besoin de manger. Ces somniari étaient alors placés dans des lits aux draps d'un blanc pur, pour montrer qu'ils avaient atteint la perfection.
En des temps anciens, le peuple était éternel, insensible à l'âge. En lieu et place de mort, les anciens elfes s'adonnaient à l'uthenera, le "long sommeil", et arpentaient les sentiers tortueux de l'Après aux côtés de Falon'Din et de son frère Dirthamen. Ces doyens apprenaient les secrets des rêves et certains revenaient parmi les leurs, forts d'un savoir neuf.

Extrait du codex Falon'din, chalant des morts, ami des morts

Certains elfes transmettaient leur mémoire dans un puits artificiel à la fin de leurs jours, le Vir'abelasan, ceux qui buvaient dans le puits acquéraient la connaissance collective de tous ceux qui les avaient précédés, mais se liaient à jamais à la volonté d'une divinité.
Haut de pageRetour aux Mythes et Religions


La rébellion

Les Evanuris étaient arrogants et capricieux, ils se querellaient, se vengeaient et se faisaient la guerre. Seule Mythal protégeait son peuple.
Le temps passa, les Evanuris, dans leur soif de pouvoir, découvrirent quelque chose de terrible dans les profondeurs des Tréfonds. Ils furent si effrayés qu'ils scellèrent les tunnels et jurèrent d'oublier l'endroit. Les elfes prirent conscience que ces faux dieux allaient causer leur perte et déclenchèrent une rébellion.
Une nouvelle vision apparaît alors. Celle d'elfes en train de faire effondrer des cavernes pour sceller les Tréfonds autant par la roche que par la magie.
Une terreur indescriptible. Profonde. Glaciale. Le dernier des sorts est lancé.


Une voix murmure :
"La cupidité des Evanuris a bien failli tous nous conduire à notre perte. Ce lieu doit demeurer dans l'oubli. La fureur qu'il abrite ne doit pas se réveiller. Le Peuple doit se soulever avant que ses faux dieux ne les détruisent tous."

Extrait du codex Runes de feu voilées des Tréfonds

Cette rébellion fut menée par un proche de Mythal, qualifié à tort de dieu alors qu'il rejetait la prétendue divinité des Evanuris. Ces derniers l'appelaient Fen'Harel, le Loup implacable, une insulte qu'il prit comme un titre de fierté.
Fen'Harel chercha à libérer son peuple de l'esclavage des dieux, il créa un sanctuaire pour les anciens esclaves et supprima leur vallaslin.
Une vague de puissante magie revêt une sensation de bienvenue. Les images défilent : des esclaves elfiques qui se réfugient ici à une époque lointaine. Ceux qui les accueillent s'empressent de soigner leurs blessures. Les paroles ne sont pas tant entendues que ressenties :

"Fen'Harel vous souhaite la bienvenue. Reposez-vous ; le Loup Implacable vous protège, et ses hommes gardent la vallée. Ici, vous êtes libres. Faites-nous confiance, et vous pourrez à jamais dire adieu à vos chaînes."

- Extrait de la note L'accueil du Loup

Fen'Harel

Les partisans de Fen'Harel combattîrent les Evanuris. La plupart des eluvians furent scellés pour empêcher toute attaque ennemie.
En dernier recours, les Evanuris assassinèrent Mythal. Fen'Harel, ne pouvant les tuer, créa le Voile pour les bannir à jamais et protéger ainsi le peuple elfique, mais le résultat fut catastrophique. Le Voile bloqua la connexion consciente des elfes avec l'Immatériel et provoqua leur vieillissement. Les lieux liés à l'Immatériel s'effondrèrent et les chemins qui les reliaient se brisèrent, détruisant des millénaires de connaissance, de culture et d'art, piégeant de nombreux elfes et fragmentant des esprits. Fen'Harel lui-même fut grandement affaibli et tomba dans un sommeil de plusieurs siècles.

Piégés dans Thédas après la création du Voile, les elfes firent le deuil du passé tandis que les nouvelles générations en perdaient peu à peu la compréhension.
Haut de pageLe Panthéon elfiqueRetour aux Mythes et Religions

Sources : wiki US, The world of Thedas, L'Empire masqué, les codex, les notes, les jeux, Fresques de Nick Thormborrow

Aucun commentaire: