Dragon Age Inquisition : codex Lettres et notes (suite)

Dragon Age Inquisition codex Lettres et notes

Précédent


Lettre d'un mineur non envoyée

Seigneur Forender,

Je ne devrais pas avoir à vous rappeler l'importance de la caste des mineurs pour Orzammar. Pourtant, il semble que même les ancêtres ne se souviennent pas de votre dernière visite aux mémoires. Si notre royaume est encore debout, c'est uniquement grâce au commerce du lyrium, qui remplit les coffres du roi et lui permet de jouer son petit rôle dans les guerres triviales qui font rage à la surface. Toutefois, le lyrium est aussi dangereux qu'il est profitable. C'est pourquoi, lorsque je vous écris pour vous prévenir que des séismes menacent l'une de nos mines les plus lucratives, je m'attends à une plus prompte réponse de votre part.

Il se trame quelque chose de malsain. Les gueules noires sortent de leurs trous en scandant des absurdités. Même les membres de ma propre équipe, avec qui je travaille depuis que je suis enfant, disent entendre quelque chose dans les secousses.

Peu importe les renforts que vous nous envoyez, faites vite.

- Mineur Ordel

Haut de pagePrécédent


Lettre d'un père

Cette lettre n'est jamais parvenue à son destinataire :
Ma chère Fennela,

Comment vas-tu ? Comment se porte ta tante Kaitlen ? Tu ne lui causes pas trop de souci, j'espère ? Comment se passent tes études ? Peut-être pourrais-tu lui lire un passage de cette lettre, pour lui montrer tes progrès. Je suis désolé de ne pas être rentré depuis si longtemps... J'ai un devoir à respecter. Tu te souviens quand ta mère était très malade, et qu'elle t'a demandé d'aller lui chercher de l'eau ? Tu l'as fait parce que tu l'aimais, n'est-ce pas ? C'est un peu pareil. Parfois, on doit faire des choses difficiles pour aider ceux qu'on aime. Notre pays va mal, et je dois lui porter secours. Ne t'inquiète pas, je ne suis pas seul, et nous avons maintenant un médicament spécial qui va nous rendre plus forts et plus efficaces.

Bientôt, les mages auront disparu et nous serons à nouveau en sécurité. Alors, je rentrerai à la maison.

Je t'embrasse et te garde dans mes prières,
Ton père qui t'aime

Haut de pagePrécédent


Lettre de confirmation

Si l'Inquisition a rallié les mages :

Oui, je confirme que j'ai bien entendu les rapports. L'Inquisition prend de l'ampleur, mais une fois que notre Maître en aura fini avec elle, elle sera aussi inoffensive qu'un chien édenté.

Nous nous tenons entre l'ennemi et Corypheus. Il nous a donné ce que la Chantrie nous a toujours refusé : une deuxième chance. Je ne veux pas voir un seul homme le décevoir.

Semez le lyrium. Qu'il nous suive à la trace, qu'il s'enracine là où nous nous établissons. N'oubliez pas que ce sont vos pas, je dis bien les vôtres, qui mèneront Corypheus à la victoire.

Général Samson

Si l'Inquisition a rallié les templiers :

Paxley :

Les Venatori ont livré le matériel dont nous avions besoin. Ce n'est pas trop tôt. Ces petits prétentieux ne sont pas restés à se pavaner bien longtemps, ils ont peur de ce que le lyrium rouge pourrait leur faire s'ils s'approchent du filon brut.

Le lyrium brut "normal" est déjà brutal pour les mages ; j'imagine que le lyrium rouge brut doit leur faire le même effet que s'ils plongeaient la tête dans un nid de guêpes.

Besen

Haut de pagePrécédent


Lettre du Carta

Nous avons fait appel à votre organisation de mercenaires pour faciliter cette affaire, pas pour la compliquer. Afin que le Carta puisse extraire le produit sans attirer l'attention, la zone doit être débarrassée de tout regard indiscret. Si les affrontements entre les mages et les templiers renégats ne suffisaient pas, vous étiez censés dissuader les réfugiés d'explorer les environs et de parasiter notre opération.

Nous allons nous réunir à notre base principale de Valammar pour établir notre prochain plan d'action. Dès que possible, envoyez des représentants à l'endroit indiqué afin d'expliquer la situation et d'obtenir de nouvelles instructions.

- Lettre non signée trouvée dans une villa isolée en montagne.

Haut de pagePrécédent


Lettre du Commandeur-Garde

Á Sa Grâce, l'Inquisitrice/eur (Nom du personnage),

Si le Garde n'est pas resté avec la Garde des Ombres :

J'aimerais pouvoir vous offrir des informations utiles sur Corypheus, mais eu égard à mon entraînement limité pendant l'Enclin, mes connaissances en matière d'engeances anciennes ne sont pas aussi étendues que celles des autres Gardes. Cela étant, j'ai moi aussi entrepris des recherches. Tous les Gardes des Ombres qui ne tombent pas au combat finissent par succomber à "l'Appel", une énergie magique qui se nourrit de notre lien avec l'Enclin et les engeances. Plutôt que d'attendre ainsi que la magie m'emporte, j'ai décidé de trouver un moyen de déjouer cet Appel et de sauver tous les Gardes.

N'ayant que peu d'informations utiles à vous apporter, je vous prie d'accepter les cadeaux que je joins à cette lettre. Si, sur mon chemin, je trouve quoi que ce soit qui puisse vous intéresser dans votre combat contre Corypheus, je vous le ferai parvenir immédiatement.

Si la Garde est devenue la reine de Férelden :

J'aimerais pouvoir aider votre Inquisition plus personnellement, tant la menace que représentent Corypheus et la Brèche s'apparente à celle d'un nouvel Enclin. Malheureusement, j'ai mon propre chemin à suivre, et si je veux un jour revoir mon roi, je dois trouver un remède à l'Appel. Par pitié, protégez son royaume jusqu'à mon retour.

Si le Garde a romancé Morrigan et a franchi l'Eluvian avec elle :

J'ai également inclus un message personnel pour Dame Morrigan et Kieran.

Merci de prendre soin de ma famille. Morrigan est la personne la plus forte et la plus sage que je connaisse, et je ne voudrais pas que votre Inquisition me les enlève après tout le mal que je me suis donné pour échapper à mon Appel.

Si le Garde a romancé Zévran :

J'aimerais pouvoir aider votre Inquisition plus personnellement, tant la menace que représentent Corypheus et la Brèche s'apparente à celle d'un nouvel Enclin. Malheureusement, Zévran et moi avons nos propres combats à mener, et je devrai me contenter de vous dire mon entière confiance en vos capacités.

Si le Garde est resté avec les Gardes des Ombres :

Je vous remercie pour votre avertissement concernant Corypheus. Heureusement, j'ai dû quitter la zone d'activité du soi-disant Magister en raison de mes recherches, et si j'ai tout de même rencontré mon lot de difficultés, mes capacités de Garde des Ombres n'ont pas été affectées.

N'ayant que peu d'informations utiles à vous apporter, je vous prie d'accepter les cadeaux que je joins à cette lettre. Si, sur mon chemin, je trouve quoi que ce soit qui puisse vous intéresser dans votre combat contre Corypheus, je vous le ferai parvenir immédiatement.

Si le Garde a romancé Léliana :

J'ai également inclus un message personnel pour Léliana.

Je n'étais pas là quand la Divine Justinia est morte, mais je sais à quel point elle a dû être touchée. Son savoir-faire et sa présence d'esprit ont beau être remarquables, la plus grande force de Léliana est sa foi, et la disparition de Justinia lui a certainement porté un coup terrible. Je vous en supplie, si elle s'égare, aidez-la à retrouver le chemin de la lumière.

Si le Garde a romancé Alistair, qui est resté avec les Gardes des Ombres :

J'ai également inclus un message pour le Garde Alistair.

Merci de prendre soin de lui. Comme moi, il a beaucoup contribué à mettre un terme au dernier Enclin. J'ai confiance en sa force et en sa compassion, et je ne voudrais pas que votre Inquisition me l'enlève après tout le mal que je me suis donné pour échapper à l'Appel.

Si le Garde et l'Inquisitrice/eur sont des Dalatiens :

Je vous laisse avec mes plus sincères voeux de réussite. Ce monde de shemlens est semé de défis pour notre peuple, et je n'ose même pas imaginer la pression que vous devez subir à la tête de l'Inquisition, une organisation dédiée à la Chantrie, tout en restant fidèle à la Voie de l'arbre triple. Puisse Mythal vous protéger dans votre quête, et Andruil bénir votre chasse.

Si le Garde et l'Inquisitrice/eur sont des Nains :

Je vous laisse avec mes plus sincères voeux de réussite. Je viens d'Orzammar, pas du Carta, mais je sais bien que les humains ont une fâcheuse tendance à nous négliger. Combattez valeureusement, souvenez-vous de la Pierre, et vous serez la fierté de notre peuple.


Sincèrement vôtre,
Commandeur-Garde (Nom du Garde) de Férelden.

Haut de pagePrécédent


Lettre du Commandeur-Garde Clarel

Magister Erimond,

Je ne suis pas une apprentie tout juste arrivée. Les mages de la Garde des Ombres qui ont quitté le Cercle juste après leur Confrontation prennent peut-être vos explications pour argent comptant, mais j'ai été enchanteresse avant de rejoindre la Garde.

Je vous accorde que les sacrifices, les morts, sont nécessaires pour contrôler les démons. Vous êtes plus versé que moi dans ce domaine, je n'émets donc aucun jugement à ce propos. Toutefois, le comportement de mes mages depuis l'invocation des démons reste perturbant. Ils répondent volontiers à mes questions, mais c'est comme s'ils répétaient quelque chose qu'ils auraient appris par coeur, et plusieurs non-mages se sont plaints de voir leurs camarades froids et insensibles depuis le rituel. C'est en partie naturel, je vous l'accorde : on ne peut tuer l'un de ses frères et faire comme si de rien n'était ; mais si cela cache vraiment quelque chose, je préférerais l'apprendre de vous.

L'Inquisition nous pousse à passer à l'action. Poursuivez les rituels. Si nous devons les détruire avant de nous aventurer dans les Tréfonds, qu'il en soit ainsi. Mais ne me mentez pas, Erimond. J'affronte l'Enclin, et aucun homme, aucun(e) Inquisitrice/eur ni aucun Magister ne se mettra sur ma route.

Clarel

Haut de pagePrécédent


Lettre froissée

Une lettre écrite d'une main pressée :

A en juger par tout ce que vous m'avez dit, je vous conseille de quitter Boscret au plus vite. Je sais que c'est dangereux, mais je crains que rester ne le soit encore plus.

Mon père dit qu'en passant par le Défilé du Trépassé, vous pourrez contourner ces affreux Détrousseurs. Et si vous venez à la tombée de la nuit, vous devriez aussi pouvoir éviter les loups.

Faites vite, mon amour.

Cyn

Haut de pagePrécédent


Lettre pliée

Estoris :

Le travail avance bien, mais nous risquons d'être suivis tôt ou tard. J'ai mis en place une garde sur un terrain plus élevé, dans la chaîne des Ombrées (qui n'ont de chaîne de montagnes que le nom).

Si vous cherchez Harmmonum, il est à la recherche du tombeau dans les canyons occidentaux.

Haut de pagePrécédent


Lettre pour la Révérende mère Giselle

Á mon amie et fidèle servante, la Révérende mère Giselle.

Les Grandes prêtresses me disent que vous avez demandé davantage d'aide pour prendre soin des réfugiés qui se rassemblent à Golefalois et aux alentours. J'apprécie grandement vos efforts, mais à l'avenir, lorsque l'on vous demande combien de réfugiés vous comptez aider afin d'effectuer les réquisitions en conséquence, il serait de bon ton de fournir une réponse chiffrée au lieu de la formule, certes admirable mais imprécise, "autant que possible".

Cela me brise le coeur de voir cette guerre ravager les terres du Créateur, Giselle. J'aimerais vous avoir à mes côtés au Saint Temple Cinéraire. Vos paroles ont apaisé bien des esprits échaudés au fil des ans, et nous n'en manquerons pas au Conclave. Mais je suis heureuse que les réfugiés vous aient auprès d'eux. Trop de gens dans les cercles de pouvoir ont oublié nos fidèles. Si qui que ce soit fait pression sur vous, prévenez-moi immédiatement.

Si le Créateur le veut, cette guerre sera bientôt terminée, Giselle. Portez-vous bien, que ma bénédiction vous accompagne.

Au service du Créateur,
Divine Justinia V

Haut de pagePrécédent


Lettre sur le lyrium

Si l'Inquisition a rallié les mages :

Paxley,

J'ai vu les transformations. C'est horrible de voir le visage de vos soldats changer, de se dire qu'ils ne pourront peut-être plus vous reconnaître d'un jour à l'autre. C'est comme si une lame vous transperçait le ventre. Mais ceux qui y survivent deviennent pratiquement invincibles.

Donnez de l'elfidée à volonté aux soldats qui souffrent. En dehors de ça, il n'y a rien d'autre à faire qu'attendre qu'ils ne ressentent plus la douleur. Rappelez-leur qu'ils propagent le lyrium. Il pousse à notre contact ; grâce aux "matériaux" que j'ai envoyés, ils en cultiveront assez pour une dizaine d'armées. C'est la preuve que nous sommes sur la bonne voie, que toutes ces souffrances en valent la peine. Dites-leur de ne pas l'oublier.

Samson

Si l'Inquisition a rallié les templiers :

Chers collègues capitaines :

Vous savez aussi bien que moi que nous ne pouvons pas réduire les rations de lyrium rouge que nous donnons aux soldats. Vu le nombre de chevaliers que nous avons perdus à Thérinfal, nous pouvons nous estimer heureux que le Maître fasse encore appel à nous. S'il veut une petite armée de templiers rouges, nous la lui procurerons.

Les espions Venatori ont vu l'Inquisitrice/eur (Nom du personnage) en personne se diriger vers la Dalatie. Montrez-lui que nous n'avons pas oublié les cadavres de nos frères et nos soeurs qui gisent à Thérinfal.

Capitaine Paxley

Haut de pagePrécédent


Lettre trouvée à Golefalois

Père,

Je pars rejoindre les gens des montagnes. Ce qu'ils font a un sens, contrairement au reste du monde. Nous ne pouvons plus travailler aux champs depuis que maître Dennet et sa femme nous ont congédiés pour notre sécurité, et je refuse de rester les bras croisés en regardant les réfugiés mourir de faim devant chez nous.

Vous devriez venir aussi, mère et toi. Vous seriez en sécurité là-haut. Les mages vivent en paix avec les gens des montagnes, et même les templiers les laissent tranquilles. Aucun autre endroit hors de Golefalois n'est à l'abri de cette maudite guerre ou des démons qui pleuvent du ciel.

Mais tu ne viendras pas, hein ? Tu préfères rester sur notre lopin de terre, parce qu'il est à nous. Comme tu voudras. Il restera à toi jusqu'à ce que tu te retrouves pris dans le combat de ces fous, et ensuite, toi et Mère ne serez plus que deux cadavres carbonisés de plus dans un village réduit en cendres.

Pas question que je reste te regarder mourir comme un imbécile.

Hyndel

Haut de pagePrécédent


Lettre à la lueur de la chandelle

Créateur, donne-moi le courage.

Quand les engeances ont pris d'assaut Dénérim, j'en ai pleuré jusqu'à ne plus rien voir, mais j'ai continué à me battre pour Toi. Quand le ciel a craché des démons là où se tenait le Saint Temple Cinéraire, mes mains ont tremblé si fort que j'avais du mal à manier mon arc, mais j'ai continué à me battre pour Toi. Quand Corypheus et son Archidémon ont anéanti Darse et tué mes amis, j'ai hurlé jusqu'à perdre la voix, mais j'ai continué à me battre pour Toi.

On m'envoie à l'assaut de l'Inébranlable. Il paraît que la forteresse est défendue par une armée de démons et que les perspectives ne sont guère réjouissantes. Nous n'avons aucune chance de l'emporter, mais la diversion que nous créerons, notre sacrifice, permettra peut-être aux personnes importantes de faire le nécessaire. J'ai un noeud dans le ventre et je vois mes amis morts au combat me tendre la main dès que je ferme les yeux.

J'ai tellement peur, Créateur.

Qu'importe, je continuerai à me battre pour Toi.

Auteur inconnu

Haut de pagePrécédent


Lettre à un esclavagiste

Zhager,

Annulez la commande d'ouvriers agricoles supplémentaires. Il me faut des scribes et des esclaves de bibliothèque, les plus intelligents que vous pourrez trouver. Il est indispensable qu'ils sachent lire et écrire. D'anciens fugitifs peuvent faire l'affaire, s'ils ont fait preuve d'astuce. Calpernia, cette dirigeante des Venatori, paie une fortune pour qu'on lui livre personnellement notre meilleur stock, les plus intelligents. Ne me demandez pas pourquoi.

Juste une chose : N'envoyez pas ceux qui sont marqués au fer rouge, ni ceux avec des traces de fouet. On avait quelques esclaves marqués dans la dernière livraison : ses hommes ont renvoyé les intermédiaires après leur avoir brûlé le visage. Ils ont dit que Calpernia n'acceptait pas les produits abîmés. C'est surprenant venant d'une Magister, mais tant qu'elle paie, c'est elle qui décide.

Vicinius

Haut de pagePrécédent


Lettres et réponses

Une lettre frappée du sceau de l'Inquisition est à moitié enfouie sous une pile de notes :

Si l'Inquisition est alliée avec les Qunari :

A l'attention des honorables Salasari, Triumvirat du Qun :

Au nom de l'Inquisition, je dois m'enquérir des agissements de vos agents à Halamshiral. Iron Bull a consulté ses supérieurs directs et contacts au sein des Ben-Hassrath, sans succès. Il nous semblait que l'Inquisition et la nation Qunari étaient alliées. Pourquoi, dans ce cas, nos hommes sont-ils attaqués par des agents Ben-Hassrath ? Et pourquoi avons-nous trouvé du Gaatlok Qunari caché près du Conseil Exalté ? Si, dans votre extrême bonté, vous pouviez nous offrir une explication, nous vous en serions fort reconnaissants. Dans le cas contraire, nous serions dans l'obligation de considérer ces incidents comme des actes de guerre.

Bien respectueusement,
Ambassadrice Joséphine Montilyet

S'ensuivent plusieurs messages incompréhensibles en qunlat. Une lettre écrite en langue commune d'une main élégante a été ouverte et chiffonnée en boule, mais reste lisible :


A l'attention de l'ambassadrice Joséphine Montilyet de l'Inquisition :

Les Salasari n'ont connaissance d'aucune opération menée à Halamshiral, et une enquête a été ouverte concernant l'utilisation présumée de gaatlok dans le Sud. Nous regrettons de ne pouvoir divulguer d'informations sur les activités des Ben-Hassrath pour le moment, mais nous tenons à vous assurer de notre loyauté la plus totale dans notre partenariat avec l'Inquisition.

Si l'Inquisition ne s'est pas alliée avec les Qunari :

A l'attention des honorables Salasari, Triumvirat du Qun :

Au nom de l'Inquisition, je dois m'enquérir des agissements de vos agents à Halamshiral. Nous sommes forcés de considérer les attaques des agents Ben-Hassrath contre nos officiers et le sabotage du Conseil Exalté à Halamshiral comme le prélude d'une déclaration de guerre. Si le peuple Qunari souhaite éviter des représailles de la Chantrie, ces hostilités doivent cesser sur-le-champ.

Bien respectueusement,
Ambassadrice Joséphine Montilyet

S'ensuivent plusieurs messages incompréhensibles en qunlat. Une lettre écrite en langue commune d'une main élégante a été ouverte et chiffonnée en boule, mais reste lisible :

A l'attention de l'ambassadrice Joséphine Montilyet de l'Inquisition :

Le Triumvirat du peuple Qunari tient à vous assurer que, malgré la perte du cuirassé Berethlok et de ses cent membres d'équipage dans une mission organisée avec l'Inquisition il y a deux ans et qui s'est soldée par un échec, Par Vollen n'a approuvé ni n'approuvera aucune action militaire à votre encontre ou à l'encontre du Conseil Exalté.

Nous sommes actuellement à la recherche de la prêtresse Ben-Hassrath qui semble diriger cette opération sans notre accord. Une fois qu'elle sera localisée, soyez sûre que ces hostilités cesseront.

Haut de pagePrécédent


Liste de provisions

Liste soigneusement rédigée trouvée dans le journal d'un passionné d'oiseaux :

Rations
Nouvelles bottes
Corde, plusieurs coudées
Épée (pour intimider)
Serviette
Petit bois et silex
Charbon
Feuilles de papier
Couchage
Elfidée

Il ne manque rien ? Ça devrait aller.

Haut de pagePrécédent


Livre des papillons

Ce "livre" contient de fines lamelles de bois et de verre, à l'intérieur desquelles sont épinglés une foule de papillons colorés, certains aussi petits qu'une pièce de monnaie, d'autres à l'envergure aussi large qu'une main. Sur la couverture sont gravés les mots :

Pour votre vingtième anniversaire, avec mes meilleurs voeux,
Comtesse Lutétia

Haut de pagePrécédent


Livre mystérieux

Page d'un livre roussi :

{I} Vous offrez une gorgée d'eau et eux, un festin. Sachez qu'ils parlent de la même vilenie, mais la placent en vous.

Je les ai entendus parler, et j'ai écouté.
J'entends tous les murmures.

Qu'ils offrent de l'argent et vous, de l'or.
Qu'ils se pensent supérieurs et ne cherchent pas plus loin.

Ne voudriez-vous pas purger ce monde de la vilenie et de ceux qui vous
méprisent ?
Ne feraient-ils pas de même ?

Si nous ne trouvons pas d'accord, alors je partirai.
Quand j'en aurais terminé, nul ne parlera de trahison.
Quand tous auront donné leur parole, alors la paix règnera.

Dans la marge :
A retenir. Il faut placer les matériaux corrects sur la flamme dans le bon ordre. Le sang vient en dernier. Aucune erreur n'est permise, ou le rituel de contrôle ne fonctionnera pas. Mais s'il fonctionne... ah, mes ennemis trembleront.

Haut de pagePrécédent


Message du Quartier silencieux

Sellanis :

Je sens des yeux posés sur moi quand le reste du campement est endormi ou, dans la journée, lorsque les animaux se reposent. Les nains qui vivaient ici autrefois ne pouvaient pas le savoir, car ils étaient sourds au chant de l'Immatériel, mais le Voile devait être plus fin dans les Plaines, même avant que l'Ancien ne déchire le ciel.

C'est pourquoi vous devez surveiller Corix. Votre cousin est devenu étrangement discret depuis notre arrivée. On l'a aussi vu quitter le camp du contremaître en pleine nuit. Ne dites rien, mais suivez-le la prochaine fois qu'il part en promenade et dites-moi ce que vous aurez appris.

Magister Gallus

Haut de pagePrécédent


Message recouvert de sable

Lephus :

Le chariot que nous avons envoyé aux canyons était censé rentrer à la tour de guet d'ici ce soir. Il est midi passé. Tout le monde devrait savoir que le trajet d'un campement à l'autre ne prend pas une demi-journée, mais si personne n'a le bon sens de s'inquiéter, partez à leur recherche dès que vous aurez fini de lire cette lettre.

Prenez des archers avec vous. Les araignées des canyons ne semblent craindre que ce monstre hurlant à l'est. Je serai près des Quatre piliers.

Dévrénix

Haut de pagePrécédent


Mesures d'urgence

L'ordre a été donné : tous les agents doubles connus au sein de l'Inquisition sont en train d'être neutralisés, et tous les suspects vont être mis à l'écart des informations susceptibles d'entrer dans le Palais d'Hiver ou d'en sortir.

Nous avons reçu des réponses par oiseaux voyageurs de plusieurs cités. L'Inquisition n'est pas la seule organisation compromise par les espions Qunari. Á Val Royeaux, des barils de gaatlok ont été installés par des serviteurs dans la grande Cathédrale et au Conseil des Messagers. A Dénérim, des espions Qunari ont été démasqués dans le tout-venant de la garde civile. Osterburg a également trouvé des espions parmi le personnel du Palais.

Au vu de notre manque de vigilance à cet égard, je comprendrai qu'un agent plus compétent pour cette tâche soit promu à ma place.

S'ensuit une réponse écrite de la main de Léliana :

Je suis la seule et unique responsable. Je ne laisserai personne s'en imputer la faute à ma place, que ses intentions soient bonnes ou non. N'oubliez pas les vies que nous avons sauvées en mettant en garde d'autres cités contre ces barils de gaatlok.

Qui plus est, camarade, j'ai suffisamment de ragots scandaleux vous concernant pour m'assurer votre dévouement le plus total. Puis-je en dire autant de beaucoup de vos confrères ?

La ligne suivante est écrite de la première main :

Au moins vingt-trois, ma dame, mais j'en prends bonne note.

Haut de pagePrécédent


Missive chiffonnée

Tu es au courant ? Une recrue de Val Royeaux prétend avoir vu le "célèbre" Thom Rainier prendre un verre à la Hallebarde, à l'est de la capitale. Je me suis dit que ça pourrait t'intéresser, connaissant ton passé. Ceci étant dit, le type l'avait probablement vu qu'en dessin jusque-là. Je doute que le vieux capitaine soit assez fou pour s'approcher à moins de cent lieues de la capitale. Je te laisse te faire ta propre opinion.

Au fait, il paraît que c'est la relève pour toi dans une semaine ou deux. Tu pourrais parler à Proulx, voir s'il t'autoriserait à partir pour suivre la piste. Il comprend. Il t'a bien permis de t'engager dans notre camp, même après l'histoire avec Callier.

Rosselin

Haut de pagePrécédent


Morceau de papier

Une soeur qui venait de Méride
Faisait l'aumône, comme toute fille de la Chantrie.
De l'or, de l'argent,
Ou mêmes des vêtements,
Mais elle cherchait d'abord d...

Le poème s'arrête là.

Haut de pagePrécédent


Mystère du Cirque des Dorsales

Un énorme tas de notes et d'observations. Moitié journal, moitié notes de recherches, ces parchemins semblent ne jamais avoir suivi d'ordre quelconque. Au-dessus, on a écrit : "Observations des Mystères du Cirque des Dorsales de Givre et de leur Lien Caché avec les grands secrets enterrés au fil des Ères".

Le Mystère des Aqueducs

Après de nombreuses lectures, j'ai appris que les murs Tévintides à côté des lacs s'appellent des "Aqueducs". Il s'agit de Routes qui apportaient l'eau jusqu'à leurs Forts de Pierre. Ces aqueducs Puisaient l'eau des régions basses, mais ce n'est pas La Seule Raison pour laquelle les Tévintides changèrent le paysage. Des parties du Cirque ont été Modifiées par le passé, ce que l'on peut voir si l'on adopte le bon état d'esprit. Il y a une seule explication : des chemins de Résonance mystique, ou des Lignes mystiques, ou un "Alignement de sites" traversent la région !

Les mages du village nient l'existence de " l'Alignement de sites", mais ils protègent les Secrets de la Fraternité, ou ignorent les rites cachés des basses-terres. J'en veux pour preuve le tracé des Lignes de Pouvoir qui traversent le Cirque dans le livre du professeur Whalen Vankin : "Ode à l'Ordo Templis Royalis". Un simple lecteur ne le verra pas DIT explicitement dans l'ouvrage, mais certains signes secrets laissés par le professeur pour embrouiller ses Ennemis l'indiquent très Clairement, si on lit le texte huit fois.

Prisonniers secrets de Tévinter

Jadis, cela se trouvait sous l'eau, jusqu'à ce que les Tévintides assèchent une bonne partie du marais de Kuldsdotten pour construire cette prison. Pourquoi établir une prison aussi loin de tout ? Pour les Prisonniers qu'ils voulaient Cacher. Tévinter a mené de nombreuses Guerres contre Orlaïs, mais je crois maintenant qu'il y a également une Guerre Secrète entre eux, que les Gens du Peuple n'ont pas le droit de voir. Cette prison et un Vestige de cette Guerre Secrète qui se déroule encore aujourd'hui.

Je parle des tentatives d'Orlaïs pour lancer les Rois-Serpents de la Terre contre l'alliance des Tévintides avec les Hommes de la Lune.

Cela est expliqué dans les nombreux Tracts de Ser Yoke que j'ai lus, qui expliquent notamment la présence du serpent dans les dessins Tévintides et l'apparition des Rois-Serpents. (C.F. cristaux). Les Hommes de la Lune demandaient-ils à leurs Alliés Tévintides de garder ici les Reptiliens pour pouvoir les interroger à loisir ? Personne ne peut l'affirmer, mais je dirais quand même oui, car cela corrobore mes Théories.

Le Secret de la Langue rocheuse

La Langue rocheuse est une île qui a une Grande Importance. Ses rives sont escarpées, mais sur son sommet plat sont fièrement perchés des piliers et une statue de Dragon, pour que tout le monde puisse les voir. Les Tévintides les auraient-ils placés là sans raison ? Sûrement pas ! Je crois qu'ils devaient être visibles de très haut, car la rivière et l'île étaient faciles à repérer en vue aérienne. Cette île est évidemment l'endroit d'où les Tévintides ont Contacté les Hommes de la Lune pour la première fois.

Cela expliquerait pourquoi la Rivière a clairement été Déviée de son cours original par le passé, comme on peut le voir lorsque l'on suit ses anciennes rives ! Les Tévintides ont-ils utilisé l'Alignement de sites ? Les Hommes de la Lune volaient-ils ? Sont-ils comme nous, mais en plus gris ? Il reste encore beaucoup de choses à Découvrir !

Le Véritable But du Cratère

Le Seigneur l'Rouche de Montsimmard a jadis été Témoin de "secousses qui ont fait tomber une vieille Chantrie et une prairie dans un trou géant et profond". Il a accusé "la Couronne Féreldienne" d'utiliser "de la magie noire pour insulter la supériorité d'Orlaïs". L'Orlésien n'avait qu'à moitié raison, car je sais maintenant qu'en fait, c'était l'oeuvre du Peuple-Serpent.

Si l'on regarde Attentivement, on peut vois que le Cirque des Dorsales de Givre a dû être manipulé par la main d'un Grand Être. Le cratère de la Forteresse basse-terrienne n'était pas la disposition naturelle des montagnes, il est apparu après le déplacement de Quelque Chose Sous la Terre ! Les Rois-Serpents doivent être grands et leurs mouvements puissants pour que la Terre Tremble lorsqu'ils se déplacent. C'est Clair comme de l'eau de roche : les Tévintides antiques et les Hommes de la Lune sont venus ici pour Tenter de tuer un Roi-Serpent enterré sous le cratère ! Il y a trop de Signes et de Présages alignés pour envisager quoi que ce soit d'autre.

Quelqu'un a fait un croquis au verso de l'une des feuilles : un mur Tévintide en ruine dans un marais peu profond, une île au milieu d'une rivière, quelque chose qui ressemble à une prison Tévintide et un petit avant-poste Tévintide avec une terrasse d'un côté, et une sculpture en métal dans la cour.

Haut de pagePrécédent


Note pliée

Capitaine Lowen,

Je ne veux pas entendre les rangs inférieurs rouspéter à propos de notre Seigneur Corypheus qui a choisi des Gardes des Ombres plutôt que Ses templiers pour constituer Sa garde d'honneur. Notre rôle n'est pas de comprendre Sa volonté, seulement d'y obéir.

En outre, notre Maître n'a toujours pas digéré la perte de quasiment tous les Gardes des Ombres contre l'Inquisitrice/eur à l'Inébranlable, à l'exception de quelques poignées. Si vos soldats ont un minimum de jugeote, ils éviteront d'évoquer le sujet.

Lieutenant Keldon

Haut de pagePrécédent


Notes d'un guérisseur au croisement

Manque d'elfidée. Envoyer la fille en chercher demain. Envoyer le garçon du village avec elle. Les combats se rapprochent. Golefalois a fermé ses portes. Les réfugiés restent au croisement désormais.

J'ai soigné des réfugiés. Maladies et maux d'estomac à cause de la nourriture avariée. Brûlures cohérentes avec des attaques magiques. Un réfugié âgé avait une maladie osseuse qui a été empirée par sa fuite lors d'une attaque d'apostats sur son village.

D'autres réfugiés sont arrivés. Manque d'elfidée et d'herbe en fuseau. J'ai soigné entailles, contusions, hémorragies internes. Six soignés, deux envoyés au Créateur. Les templiers les auraient attaqués en les prenant pour des apostats.

J'ai soigné ceux qui toussaient à cause du froid au croisement.J'ai envoyé une lettre à Golefalois pour demander des couvertures. Pas de réponse. La veuve Taine est partie dans son sommeil.

J'ai soigné les tremblements dus à la faim au croisement. Encore des réfugiés. Brûlures et contusions, hémorragies importantes. Pris dans le combat entre apostats et templiers. J'ai amputé une fille d'un bras pour la sauver. Elle mourra de toute façon vu le peu d'elfidée qu'il reste, mais trop dangereux d'aller en chercher.

La fille a beaucoup de fièvre. Des réfugiés ont trouvé un chariot marchand en flamme sur la route du croisement. Correspond à celui du vieux Vinn. Aucun corps, mais toute la cargaison a disparu. Les provisions n'arriveront plus.

Je crois que la fille va s'en sortir.J'ai utilisé ce qui restait d'elfidée. Je fais des cataplasmes avec ce que je trouve. Je dis aux réfugiés de faire bouillir tout ce qu'ils boivent ou mangent. Trop de malades, Giselle est venue, a dit que l'aide de l'Inquisition n'était plus très loin.

Combats à l'extérieur. Au bruit, templiers et mages. Réfugiés dispersés. Quelqu'un crie dehors. Je dois aller l'aider.

- Extrait d'un journal qui appartenait au vieux guérisseur du croisement de Golefalois, sûrement mort au cours des combats.

Haut de pagePrécédent


Notes de Colette

Une série de dessins détaillés de l'inscription, des éclats de verre et des environs suivent une poignée de notes dans une écriture soignée :

"Deux vécurent. Soixante périrent. Un triomphe, notre triomphe.
Une trêve en plein combat en mémoire des bas-terriens, dignes de la faveur de
notre Dame."

Inscription découverte dans une ruine Tévintide du Cirque des Dorsales de Givre, mais pas d'origine Tévintide. Le style de l'écriture et le symbolisme environnant indiquent qu'elle est Alvar. L'écriture n'est pas répandue dans les villages : cet endroit était-il marqué par un chef ou un augure ? A priori, il y avait peu de bas-terriens dans la région à cette époque.

Le verre suggère une présence très ancienne de templiers. Échantillons préparés pour obtenir l'avis du professeur Kenric.

Haut de pagePrécédent


Notes de pari

Des notes transportées par des coursiers, couvertes de plusieurs écritures différentes :

Avez-vous vu l'ambassadrice Montilyet tenter d'apaiser les tensions suite au départ brutal de l'Inquisitrice/eur du Conseil Exalté ?
M.

(Nom du personnage) a un sacré toupet, tout de même !
L.

Avez-vous remarqué les coursiers dans les quartiers de la Divine ? Tout le monde demande à ce que Sa Sainteté s'exprime sur cet affront.
A.

Á vrai dire, les actions de l'Inquisitrice/eur n'ont fait que renforcer la position de Férelden. Le Iarl Teagan est furieux.
M.

Le Seigneur Cyril refuse de le laisser faire pression. L'affaire est dans le sac, mes amis.
M.

Nous verrons bien.
A.

Haut de pagePrécédent


Notes de pari

Des notes transportées par des coursiers, couvertes de plusieurs écritures différentes :

Qu'en dites-vous, messieurs ? Trois jours avant que l'Inquisition n'entende raison et s'aligne sur Orlaïs ? En bonne et due forme, cette fois ?
M.

C'est ridicule, Marcel, Férelden est assoiffé de sang. Un jour avant qu'ils ne l'exigent purement et simplement ou qu'ils ne menacent de nous déclarer la guerre.
L.

La Divine interviendra. Elle n'a pas le choix. Victoria et l'Inquisition sont trop proches aux yeux de tous pour qu'elle reste les bras croisés.
A.

Vous avez grande confiance en la Chantrie, Allain ?
M.

Mille royaux de confiance de chacun de vous si la Divine règle le sort de l'Inquisition.
A.

Marché conclu ! Mille chacun si l'Inquisition accède à la souveraineté d'Orlaïs et du Conseil des Messagers.
M.

Vous allez me ruiner.
L.

Léonard ! Vous renoncez ?
M.

Ne soyez pas ridicule. Mille royaux que les Féreldiens parviennent à leurs fins.
L.

Haut de pagePrécédent


Notes de pari

Des notes transportées par des coursiers, couvertes de plusieurs écritures différentes :

S'il n'y avait pas de royaux en jeu, Léonard, j'aurais bien envie de laisser les berruiers jeter l'Inquisition hors du Palais.
M.

Nous sommes bien d'accord. Ses soldats prétentiards sont partout. L'un d'entre eux m'a arrêté à la porte parce que cet imbécile a confondu le masque de ma maison avec celui d'une maison qui n'était pas invitée ! Pourquoi se prennent-ils pour les chefs alors qu'ils ne maîtrisent même pas les bases de la courtoisie ?
L.

Affligeant. Moi, j'ai surpris un soldat de l'Inquisition en pleine bagarre avec un garde du Palais.
A.

Qu'avez-vous fait ?
M.

J'ai interrompu l'affrontement, bien sûr. Nous n'avons certainement pas besoin que ce Conseil Exalté dégénère encore davantage.
A.

Une terrible pensée me traverse l'esprit. Et si aucune décision n'est prise ? Qu'advient-il alors de notre pari, messieurs ?
L.

Ne parlez pas de malheur ! Si cela arrive, nous pourrons donner notre mise à cette ferme pour les retraités de la Charge dont votre soeur s'occupe, Léonard. Au moins, ces vieux grognards auront un toit.
M.

Haut de pagePrécédent


Notes maculées de sang

Ces notes semblent avoir été écrites par un érudit nommé Erwin Cavy. Le temps en a effacé une grande partie.

... ombien de fois, en cherchant des informations sur les Dalatiens, suis-je tombé sur les récits de "l'Archiviste Gisharel du clan Ralafeïrin" ? Un ancien Archiviste ne peut pas être notre seule source de savoir sur les Dalatiens. Il doit bien y avoir d'autres voix dans leurs clans, d'autres points de vue qui...

Les elfes ne peuvent pas être aussi hostiles que la plupart le... Une trace sombre masque l'écriture. ... conclure que ce sont nos préjugés qui parlent lorsque nous répétons ces dangereux menso...

... à mon retour, l'Université reconnaîtra enfin ma contribution à l'histoire de Thédas. Oust, Ferdinand Génitivi !

... extrêmement difficile à localiser. Je tourne en rond. Allez, Erwin, courage ! C'est pour une bonne cause. Il doit bien y avoir quelqu'un dans cette forêt qui peut me guider jusqu'au Dalatiens. Je demanderai à la prochaine personne que je...

Haut de pagePrécédent


Notes sur les invités du Palais

Une collection de notes de serviteurs sur les invités du Palais d'Hiver :

Comtesse d'Avorrie : souhaite qu'une salle d'apparat avec des fenêtres d'un côté et un balcon de l'autre soit mise à sa disposition de trois à cinq heures pour les sessions de harpe de ses filles. Si elle propose un récital, la rediriger vers le sénéchal.

Duc Pilepain : souhaite divertir sa famille Féreldienne. Un tonneau de whisky et trois meules de fromages doivent être livrés dans ses quartiers ce soir.

Bann Worton : a demandé des draps en lin plutôt qu'en soie.

Dame Pétréclat : se plaint d'une vieille douleur à la jambe gauche. La déplacer au rez-de-chaussée.

Dame Galetée : duelliste, a demandé un partenaire et un terrain d'entraînement.

Seigneur Gilderay : a demandé à être réveillé à huit heures par une bonne les jours pairs et un page les jours impairs (ne me demandez pas pourquoi) qui apportent un pichet d'eau fraîche et douze brins de lavande sur une serviette pêche (ne me demandez pas pourquoi... ), en silence et sans regarder Sa Seigneurie dans les yeux, placent les objets sur le divan, frappent deux fois dans leurs mains, puis quittent la pièce sans dire un mot (ne me demandez pas... ).

Haut de pagePrécédent


Notes sur les techniques d'enchantement

L'écriture sur ces feuilles est difficile à regarder, elle scintille comme si elle était sous l'effet d'un enchantement. Les notes sont écrites à la main, mais toutes les lettres sont aussi informes que si elles avaient été imprimées :

Notes sur la première tentative : Des valences incorrectes dans les éléments tissés par Notes sur la première tentative : Des valences incorrectes dans les éléments tissés par magie ont entraîné un dénouement catastrophique. Le premier lot est perdu, mais je vais faire venir des fournitures de la même réserve pour identifier l'origine de l'imperfection : faire venir des fournisseurs de la même réserve pour identifier l'origine de l'imperfection : les ingrédients ou l'enchantement.

Notes sur la deuxième tentative : L'élégance m'échappe. Le but est d'améliorer la coordination du corps et d'aiguiser la perception du coeur, mais les greffes ne survivent pas assez longtemps pour que nous puissions sonder leur valeur. La procédure en cours est vouée à l'échec. Ce lot est perdu. Recommençons.

Notes sur la troisième tentative : Deux enchantements dont les matrices auraient dû s'accorder ont pris feu. La combustion a causé d'importants dégâts et détruit plusieurs pièces déjà forgées. Il y a toutefois une résonnance entre elles, désormais, et une idée me vient : un enchantement lié en tandem, comme le cou tourne la tête ou le poignet tord la
main...

Notes sur la quatrième tentative : Le tissage magique avance tranquillement. Un lien étroit se forme entre de nombreux éléments, l'insistance sur l'énergie produit de meilleursrésultats qu'un enchantement seul. C'était une bonne idée d'utiliser le reste de la réserve, comme je lui ai gentiment expliqué avant d'entamer l'étape ultime. Les ajustements effectués sur la sous-couche ont été une réussite et vont permettre à la recette d'être réalisée avec des ingrédients issus d'animaux inférieurs, si le besoin s'en fait sentir.

Sous les lettres, au lieu d'une signature, se trouve un tampon représentant une tête de hahl stylisée.

Ensemble, les diagrammes et ratios minutieusement inscrits au bas des dernières notes pourraient être transformés en schéma qui répliquerait la création de ces artefacts.


Haut de pagePrécédent


Notes sur les étoiles

Une collection de notes écrites à la hâte en petites lettres carrées.

- La lune s'est levée quelques minutes plus tard aujourd'hui qu'il y a une semaine. Je ne pense pas qu'elle se déplace comme les étoiles. Serait-ce parce qu'elle est plus proche ?

- Wilton a relevé une autre étoile à peine visible dans le quart sud du ciel, près d'une des constellations Tévintides. Ce garçon a des yeux de lynx, il faudra que je lui demande de participer à mes observations la semaine prochaine.

- Les notes du livre que j'ai trouvé ne sont pas une carte du ciel comme je le pensais. On dirait un autre ciel. Les étoiles au nord seraient-elles différentes d'ici ?

Ce message est écrit en petites lettres carrées d'une main tremblantes :

Wilton,

Je regardais le ciel, quand j'ai entendu des cris provenant du vieux-château. Une fois à la porte, j'ai vu des silhouettes cornues dans la brume. Dites à tous ceux qui ne sont pas malades de partir. Retrouvez-moi sur la route sud, j'ai une cousine à la Croisée du roi que peut nous accueillir.

Ghin

Haut de pagePrécédent


Notes trouvée dans la hutte d'un mage

Extrait d'un manifeste sur les droits des mages. La page est usée et froissée, comme si elle avait été lue de nombreuses fois.


Andrasté fut victime des Magisters, c'est pourquoi Elle craignait l'influence de la magie. Mais si le Créateur tenait la magie pour responsable des agissements des Magisters à la Cité Noire, pourquoi nous en ferait-Il encore don ? L'Oppression des mages découle de la peur des hommes, pas de la volonté du Créateur.

Quelques notes personnelles sont griffonnées plus bas.

La peur des hommes ? S'ils restent loin, il n'y aura plus de peur. Cet endroit est suffisamment isolé.

C'est curieux de n'entendre personne parler dans la pièce d'à côté, de ne sentir aucun regard sur moi. Ça me manque parfois. Mais si tout ça n'était pas la volonté du Créateur, alors peut-être que ça, ça l'est.

Haut de pagePrécédent


Notes égarées

Notes prises par l'un des érudits chargés de restaurer Darse. Elles ont dû s'échapper d'un registre.

... semaines à frotter les taches de sang sur la pierre. De deux chose l'une : soit la pierre est plus poreuse que ce que je pensais, soit, par la barbe du Créateur, il y a avait énormément de sang. Combien sont morts ici ? Heureusement que je n'ai pas eu à m'occuper des autels de sacrifice que les autres ont découverts lors des premières visites. Ils les ont jetés d'une falaise (me semble-t-il), il ne nous reste donc plus qu'à effacer les traces de sang sur les murs et le sol. Si ça ne part pas au bout d'un jour ou deux, je vais réclamer du plâtre frais... Peut-être qu'il est possible de les recouvrir.

Ceci étant dit, il y a de bons côtés. Darse est un endroit magnifique et en travaillant dans les cachots, nous avons trouvé des documents dont l'écriture ressemble à celle de frère Ferdinand Génitivi. Il est resté emprisonné ici pendant des semaines avant que le Garde des Ombres le trouve.

Haut de pagePrécédent


Notes éparpillées

Formidables créatures, les dragons. Chaque spécimen que j'ai rencontré avait une personnalité unique. Celui-ci, par exemple, adore l'eau. Je l'ai vu patauger, c'était un spectacle fantastique. Je me serais précipité pour le rejoindre si Kalev ne m'avait pas retenu. Ah, Kalev. Un porteur doué, mais réservé. Comme je l'ai dit à Kalev et aux autres : les dragons préfèrent largement se nourrir de bêtes sauvages que d'humains.

Malheureusement, le destin m'a donné tort le lendemain ; la créature s'est détournée d'un cabézard pour poursuivre le pauvre Kalev. J'espère que le malheureux aura eu le temps d'admirer le superbe dôme de son palais. Ce doit être comparable à une visite de la Grande Cathédrale.

- Observations de Stéphane d'Éroin.

Haut de pagePrécédent


Nouveaux clients

Á maître Kells :

Le nouveau client veut doubler la quantité de lyrium rouge envoyée la dernière fois. Le contact a dit qu'il était destiné à un certain Samson. Je l'ai rencontré au cours du dernier voyage. Il m'a donné l'impression d'être un templier, même si son armure n'a rien de la Chantrie. Quoi qu'il en soit, il paie bien et ne prêche pas.

Toby

Haut de pagePrécédent


Nouveaux ordres

Á Besen,

Maddox a besoin de deux fois la dose habituelle de lyrium rouge pour modifier correctement mon amure. Elle doit être parfaite pour que je puisse remplir mon rôle d'hôte. Faites en sorte que la quantité nécessaire soit prête dans trois jours, et vous et votre équipe aurez la possibilité de servir dans la garde d'honneur de Corypheus.

De mon côté, je m'améliore. La première fois que j'ai revêtu l'armure, j'ai cru me noyer dans une mer de feu. Si Corypheus ne m'en avait pas empêché, je me serais arraché la peau. Maintenant que je m'y suis habitué, je peux marcher pendant des jours sans me reposer et briser un homme en deux comme une brindille. Je suis enfin prêt à être l'hôte.

Maddox vous demandera peut-être de travailler sur les modifications de mon armure. S'il vous donne des instructions concernant le lyrium, suivez-les à la lettre. Traitez Maddox comme vous me traitez, moi.

Samson

Haut de pagePrécédent


Observations d'une patient(e)

Vain espoir : que quelqu'un de plus doué que moi prenne la relève avant que la/le survivant(e) n'expire. Prise de notes au cas où.

Jour 1

Moite. Respiration superficielle. Pouls trop rapide. Pas de réaction. Pupilles dilatées.
D'après le mage, sa "marque" vibre de magie inconnue. Je préfèrerais qu'on poste un templier devant la porte, on ne sait jamais.

Jour 2

Pouls normal, respiration stable.
Toujours pas de réaction ; doses minimes d'extrait d'elfidée pour favoriser son rétablissement.
Beaucoup d'agitation. Charabia sur des yeux trop nombreux. Quelque chose sur les "ombres". Encourageant ?

Jour 3

Moins d'agitation. Réaction à certains stimuli. Ses signes vitaux semblent stables.
Deux personnes du coin ont tenté de s'introduire dans la Chantrie pour tuer ma/mon patient(e).
Tous ces efforts pour lui sauver la vie, et ils l'exécuteraient, juste comme ça ?
J'informerai Dame Cassandra que son réveil est prévu d'ici demain matin.

Haut de pagePrécédent


Ordres affichés dans la fabrique

La plupart de ces documents sont écrits dans un qunlat incompréhensible, accompagnés de ce qui semble être des formules dans un système algébrique inconnu. Une partie a été traduite pour les viddathari qui travaillent dans la fabrique, puis entourée, soulignée plusieurs fois, et mise en évidence de plusieurs flèches par quelqu'un qui voulait manifestement qu'un la lise :

En ce qui concerne les catalyseurs, ne mélangez PAS PLUS D'UNE MESURE de venin d'ataashi avec une mesure d'auxine de viveracine et TROIS MESURES de poudre d'argentite. Si vous dépassez cette proportion de venin, IL DISSOUDRA L'ENVELOPPE DES CATALYSEURS ICI MÊME ET REMPLIRA LA PIÈCE D'UN GAZ MORTEL Ceux qui se trompent encore dans la formule doivent me voir sur-le-champ ! Nous avons encore beaucoup de catalyseurs à fabriquer dans des délais très courts et nous ne pouvons plus nous permettre d'autres retards causés par des erreurs !

Haut de pagePrécédent


Ordres de construction

Comme vous le savez, suite aux terribles accidents qui ont eu lieu la semaine dernière, de nombreux passages traversant les montagnes sont instables et menacent de s'écrouler à tout moment. Je ne veux pas perdre d'autres frères et soeurs dans la quête de ce "trésor cultiste disparu".

Nous devons condamner tous les tunnels de la montagne. Les templiers ont passé les grottes au peigne fin et récupéré tout ce qui avait de la valeur. Ce qu'il reste des disciples d'Andrasté sera oublié, enseveli sous la terre. Quand ce sera terminé, n'évoquons plus jamais leur existence. Ceci est une nouvelle Darse, revenue à la vie grâce aux efforts de la véritable Chantrie et de Sa Sainteté Justinia V.

Mère Florentine

Haut de pagePrécédent


Page d'un journal aux bords roussis

Les templiers attaquaient les paysans à qui nous avions pris de la nourriture. Ils voulaient s'assurer que tout le monde se battrait jusqu'à la mort plutôt que de nous aider. Nous les avons pris par surprise grâce à la glace et la foudre, et plusieurs d'entre eux sont morts avant même de nous voir venir. Ils peuvent bien vanter leur fameuse discipline ; ils sont livrés à eux-mêmes, tout autant que nous.

Mais ils étaient assez nombreux pour saper notre magie, et les mercenaires n'ont pas fait long feu quand c'est devenu physique. Nous nous sommes repliés dans la maison des paysans. Elle est assez robuste, et on dirait qu'ils ne nous avaient pas donné toutes leurs vivres, finalement. La porte est verrouillée ; un imbécile a bien essayé de la forcer, mais depuis qu'il est mort, les autres n'ont pas fait de nouvelle tentative.

Je les entends dehors, dans les arbres. Je ne sais pas ce qu'ils préparent, mais nous sommes prêts. Pas question de retourner dans un Cercle. Même de véritables templiers n'ont pas pu nous arrêter, et ces misérables bandits ne valent pas mieux que nous.

- Extrait d'une page aux bords roussis, qui semble avoir été arrachée à un journal.

Haut de pagePrécédent


Pages près d'un vieux feu de camp

Il y a des pages d'un vieux livre déchirées près d'un feu de camp ; elles ont probablement servi à l'allumer. La glace a maintenu certaines d'entre elles en assez bon état pour qu'elles soient lisibles :

Haron et Orinna ont repoussé les Alvars, mais lorsque Télana et moi avons brisé la protection de givre Tévintide et sommes entrés dans la forteresse, nous avons découvert, à notre grande tristesse, qu'il s'agissait de leur base principale. Leur maîtrise de la magie de glace leur a permis de traverser la protection sans la faire fondre. Au lieu d'attirer le dragon dans notre piège, nous nous sommes battus violemment dans la demeure même de nos ennemis.

La puissance du dragon est inégalée. Possédé par ce dieu-esprit Alvar, il rivalise de fureur avec le légendaire Archidémon Dumat. Je prie pour que les légendes d'un autre Archidémon qui a mené l'Enclin dans les Anderfels soient juste des fables, mais si elles sont vraies, je comprends pourquoi l'Empereur Drakan m'a demandé de venir ici. Le nouvel "Orlaïs" de Drakan ne peut pas affronter deux dieux-dragons à la fois.

Télana a été blessée dans le dernier combat. Elle dit qu'elle peut encore se battre, mais elle boîte, même après avoir reçu notre magie curative. Lorsque nous serons réchauffés, je la renverrai à la surface. Le sort qui va enfermer le dragon ne nous laisse que peu de chances de nous échapper et, dans son état actuel, elle ne risque pas d'aller plus vite que la magie. Si tout va bien, elle retrouvera Orinna et Haron, ils retourneront à la civilisation et amèneront des renforts.

Je sens à nouveau mes doigts. Il est temps d'y aller.

Haut de pagePrécédent


Plan d'attaque

Cette lettre est écrite en qunlat et en langue commune :

J'ai bien lu vos rapports. Postez vos hommes dans les tours elfiques abandonnées près du lac. On y entre près du miroir qui est relié à Halamshiral, et les lieux permettront d'héberger nos troupes une fois l'infiltration terminée.

Au bas de la lettre, une carte de la Croisée des chemins est traversée d'une flèche allant des ruines elfique à l'Eluvian qui mène au Palais d'Hiver.

Haut de pagePrécédent


Quand tout est calme

Chère Iora,

Cette lettre, comme toutes les autres, ne vous parviendra pas. Je continue toutefois de vous écrire, car cela m'aide à accepter mon engagement dans la Légion. Malgré toute la mort dont j'ai été témoin, il est ici des merveilles que j'aurais aimé partager avec vous. Quand tout est calme, on voit encore les traces de ce qu'étaient les Tréfonds autrefois. Au moment où j'écris, je suis assis sur la statue décrépite d'un Haut. J'ai demandé à Ansa si elle savait de qui il s'agissait, mais son visage a été emporté par le temps. J'aime à penser que c'est Endrin Rocmartel ou Moroc le Maillet, même si je sais que vous préférez Astyth la Grise.

Avant, je ne m'intéressais pas à l'histoire. Vous vous souvenez du vieux Osteg qui nous rebattait les oreilles d'Orzammar et de sa gloire d'antan ? Qui nommait des Thaigs qu'il n'avait rencontrés que dans des livres ? Je me moquais de lui. Mais aujourd'hui, en voyant tout ce que nous avons perdu... Ces routes sont bien plus que cela, Iora. Elles reliaient notre empire, permettaient à notre culture de prospérer. La Pierre nous acceptait, et nous vivions et évoluions en son sein. Aujourd'hui, nous nous raccrochons à elle comme un baigneur à la dérive.

Pardonnez-moi, la fin de mes lettres est toujours la même.

- Légionnaire Greck

Haut de pagePrécédent


Questions de précision

... qui se pressaient contre eux furent interrompus par la lumière qui émanait de ses mains confiantes. C'est alors qu'elle s'en tint à son propre conseil, d'une manière que nous ne détaillerons pas ici, et qu'elle mena l'expédition.

Les yeux d'Améridan cherchèrent-ils les siens dans l'assemblée pendant qu'il racontait les événements qui les avaient amenés ici ? Si elle se tenait parmi nous, je ne le sus pas. Pourtant, la main d'Améridan faisait ce geste que je fais lorsque ma femme se tient près de moi et que je cherche un réconfort muet en touchant ses doigts. Nous avions tous entendu les rumeurs.

A-t-il prononcé son nom en racontant l'histoire ? Aurait-il osé le faire ? C'était une autre époque, mais les choses ont-elles vraiment changé ?

- Extrait des textes du Seigneur Bescond, consignés pour la première fois par écrit en 1:48 des Divines.

Suivi d'une lettre :

Kenric,

Il s'agit d'une copie exacte. Les pages précédentes ont été perdues (ou supprimées) il y a des siècles. Bescond ne fait aucune autre référence à cette femme, mais Améridan apparaît plusieurs fois par la suite. Les écrits de Bescond ne sont pas inconnus, car ils traitent de l'Inquisiteur Améridan, mais vous êtes peu susceptible de les trouver dans les registres de la Chantrie. Leur validité est largement rejetée. Certains émettent l'hypothèse que la "lumière" et le "conseil" puissent être des allusions à la magie ou au divin. Évidemment, Bescond a écrit ses impressions plusieurs années après les faits. La femme de l'auteur elle-même a mis en doute la précision de ses écrits lorsqu'elle a admis que son mari se souvenait de sa jeunesse dans la capitale Orlésienne à travers le prisme de la nostalgie et des souvenirs déformés par l'âge. Je crois que cette déclaration est dans les rapports officiels de la Chantrie.

Bonne chance,
M.

Haut de pagePrécédent


Ragots scandaleux

Ce mot non signé est chiffonné, comme s'il avait été caché au fond d'une poche :

Chère J.,

Je m'étonne également que les Féreldiens soient traités en égaux, mais après tout, le Conseil Exalté se trouve au coeur du sud d'Orlaïs. Nos voisins ne peuvent pas ignorer cela.

Si l'Impératrice et Briala sont réconciliées :

L'impératrice Célène a assisté aux premières cérémonies, avant de se retirer dans ses quartiers pour la suite des négociations. Le lendemain, la marquise Briala s'est présentée en invoquant "d'importantes affaires d''État". Autant dire que nous ne les reverrons certainement pas au Conseil ; Célène et l'oreillarde cabriolent comme si elles avaient vingt ans. Bien entendu, les plus naïfs supposent que l'Impératrice est tellement occupée qu'ils pourront aisément la duper ; une idée encore plus désastreuse que la nouvelle moquette de l'aile nord. (Ce vert citron... Quelle idée !)

Si l'Impératrice est restée sur le trône d'Orlaïs :

L'Impératrice Célène est restée à Val Royeaux pour apaiser une délégation de Névarrans ; c'est en tout cas ce qu'affirment ses Messagers. Il semble toutefois évident qu'elle cherche à esquiver ceux qui lui demandent de rappeler l'Inquisition à l'ordre. Comme si ces plaintes allaient disparaître toutes seules... Quelle naïveté ! Surtout à son âge.

Si Gaspard est monté sur le trône d'Orlaïs :

Gaspard s'est présenté il y a dix jours pour inspecter ses berruiers à la frontière, ainsi que "placer toute sa confiance dans le Conseil Exalté". Même après toutes ces années, la Cour n'a toujours pas accepté le fait que les tactiques de notre Empereur soient aussi prévisibles. Si Férelden l'emporte, il tentera de se décharger de toute responsabilité sans contrarier leur allié. Si l'Inquisition plaide en notre faveur, Gaspard s'enorgueillira d'avoir renforcé son alliance.

S'il est d'humeur, il pourrait même couronner le tout par une ou deux décapitations ; il y a plusieurs Seigneurs qu'il regarde de travers ces derniers temps.

Si Briala tire les ficelles du trône :

La marquise Briala s'est faite discrète, bien sûr, mais ne croyez pas pour autant que l'oreillarde reste les bras croisés. L'inquisition lui a donné ce titre, mais elle aura tôt fait de s'en servir contre eux.

Haut de pagePrécédent


Rapport mensuel

Maître Kells :

Les chiffres sont incroyables. Le commerce explose avec l'apparition de tout ce lyrium. Il a beau être rouge au lieu d'être bleu, les gens l'achètent quand même. Le mage qu'on a récupéré pourra faire des recherches sur la signification de cette couleur, il faut bien qu'il commence à gagner sa croûte.

Et on a beaucoup plus d'argent à disposition. Plus besoin de graisser la patte à des nains crasseux, vu que ce truc rouge ne vient pas des Tréfonds. Ça doit les tuer que quelqu'un ait découvert du lyrium ici et qu'ils n'en récoltent pas une miette.

Vishlan

Haut de pagePrécédent


Rapports pour Calpernia

A première vue, ces papiers ne présentent aucun intérêt : recettes de potions médicinales, listes commerciales, descriptions verbeuses de la faune et de la flore locales. Mais les déchiffreurs de Léliana ont découvert leur véritable but : ce sont des messages codés envoyés par les espions de Calpernia.

J'ai réussi à récupérer un autre ouvrage, à copier la page et à le rapporter avant que le Seigneur Géresque ne s'en rende compte. La tenue de Corypheus correspond bel et bien aux représentations des anciens Magisters Tévintides, ma Dame. Au moins, ses origines semblent réelles.
Veska

Nous avons suivi Corypheus et son escorte de confiance aussi loin que possible, mais une fois encore, les pièges ont eu raison de nous. Il est impossible de pénétrer dans le sanctuaire sans alerter Corypheus, ma Dame. Nous essaierons autre chose.
Sérapin

De la part de celle que vous avez libérée : salutation. Corypheus nous a peut-être vus lors de la dernière mission. Il serait prudent d'envoyer un nouvel agent. Nous avons une recrue provenant du stock de Vicinius qui pourrait se révéler utile.
Rhiannon

Vous aviez raison, Dame Calpernia : sans Samson pour diriger les templiers, Corypheus s'appuie encore plus sur ses Venatori. Vous êtes en bonne position. Je répète : nous ne sommes pas des mages, mais nous resterons à vos côtés si le moment arrive. Vous êtes la preuve de ce que peut devenir une esclave.
Sérapin

Haut de pagePrécédent


Registre de la dresseuse

La première moitié de ce registre est composée de notes sur les soins et l'alimentation des animaux du manoir d'un Seigneur Marchéen, et la deuxième de phrases d'entraînement en qunlat. Enfin, on peut lire ceci :

La bête présente des irritations autour des membres et de la queue, certainement provoquée par le port de chaînes. Si elle a conservé toute sa force naturelle, le confinement a causé un relâchement de ses muscles. Taardathras a dit avoir d'abord essayé de droguer la bête, mais la quantité nécessaire pour la garder sous sédation affectait la qualité de son venin à tel point qu'il en devenait inutilisable pour la production de gaatlok. Elle dit que le feu et les panneaux chauffants la maintiennent sous contrôle, dans un état de somnolence paisible.

Taardathras n'est pas aussi bonne actrice qu'elle le pense. Elle n'aime pas ce que nous faisons à la bête. Elle l'appelle "Ataashi", ce qui veut dire "grandiose", et elle répète des dictons du Qun à voix basse lorsqu'elle extrait le venin.

Je suis d'accord avec elle. J'ai vu suffisamment d'animaux innocents maltraités sous les ordres méprisants de mon Seigneur. La bête, l'Ataashi, mérite mieux que les pinces à levier et autres aiguilles que nous utilisons sur elle chaque fois que nous drainons son venin.

Taardathras dit qu'on a besoin de moi au Palais d'Hiver. Les elfes sont certainement mal vus, depuis les attaques de l'agent de Fen'Harel, mais une humaine pourra peut-être passer inaperçue parmi les serviteurs. Elle dit qu'on me demandera peut-être d'apporter davantage de gaatlok dans d'autres conteneurs, que cela pourrait être dangereux, et que si je ne reviens pas , les autres me considéreront comme morte.

Comme je l'ai dit, Taardathras n'est pas aussi bonne actrice qu'elle le pense.

Mais elle a raison, ce n'est pas pour cela que j'ai rejoint le Qun.

Haut de pagePrécédent


Règlement de compte

Espèce de salopard !

Tu nourrirais les poissons au fond de l'océan si j'avais pas été là. Ce marlin t'aurait empalé et entraîné sous la flotte. Je te sauve la vie et c'est comme ça que tu me remercies ? C'était notre prise ; on s'est donné du mal tous les deux. Tu t'en tireras pas comme ça. Je récupérerai l'or que tu me dois, même si je dois te casser la figure. Et juste pour que tu déguerpisses pas comme une sale petite fiente : je me suis fait ta soeur. Eh ouais.

Alors, si t'en as dans le pantalon, retrouve-moi au vieux campement, qu'on règle ça.

Terrence

Haut de pagePrécédent


Règles de conduite de l'Inquisition

A tous les membres de l'Inquisition :

Il semblerait qu'un rappel soit nécessaire quant au comportement que l'on attend de nous lors de ce Conseil Exalté. Il est normal de vouloir garder la tête haute, mais souvenez-vous que nous sommes les invités de la Cour Impériale. Il nous incombe de faire preuve de grâce, de bienséance et de retenue.

Si vous ne savez pas comment vous adresser à une personne de sang noble, contentez-vous de "mon Seigneur" ou "ma Dame".

Si vous craignez d'avoir outrepassé le protocole, interrogez vos commandants. S'ils ne sont pas disponibles, venez me voir.

L'abus d'alcool est fortement déconseillé en tout temps.

Si vous êtes entraînés dans un débat sur la politique de l'Inquisition, prenez rapidement et poliment congé. Ne participez en aucun cas à ce genre de discussion !

En cas de doute, laissez le bon sens et la courtoisie guider vos actions.

Sincères salutations,
Dame Montilyet

Haut de pagePrécédent


Sacrifice

"Gagne la guerre. Préserve la paix. Ne recule devant aucun sacrifice".

Mes frères et soeurs qui veillez sur la paix,

Boire à ce calice fait de vous des Gardes des Ombres. Vous avez péri, mais votre sang restera toujours mêlé au mien. Je rends grâce à votre sacrifice et votre souvenir m'accompagne au combat.

Méline d'Arlesans, je me souviens de toi.
Léonie de Firmin, je me souviens de toi.
Audwen, je me souviens de toi.

Haut de pagePrécédent


Superstitions

Un livre de superstitions dont plusieurs pages ont été marquées par des signets :

Comment empêcher la formation de magie lors des premiers cycles

Si vous avez des mages dans votre famille, quel que soit votre degré d'éloignement, évitez de concevoir en hiver. Enceinte, dormez en plaçant sous votre oreiller de l'embrium séché, souverain pour la santé.

Les nouveau-nés et la plupart des enfants en bas âge ne montrent aucun signe de magie. Cependant, il est possible de purger leur corps de tout élément indésirable, de manière préventive. Appliquez des sangsues sur chacun des quatre membres de l'enfant, puis brûlez les sangsues en prenant garde à ne pas inhaler la fumée. Enveloppez ensuite les membres dans un drap béni par une soeur de la Chantrie.

Un enfant manifestant des aptitudes magiques peut être plongé la tête sous l'eau jusqu'à ce qu'il soit au bord de la noyade. Si les traces de magie sont faibles, elles mourront avant lui. Si toutefois les troubles persistent, certains talismans peuvent neutraliser le don de l'enfant.

Haut de pagePrécédent


Un mariage réussi

Dans un village au-delà du nôtre, un homme appelé Virmik Torsen devait épouser une femme appelée Sedora Yildsdotten. Ils étaient jeunes, amoureux et avaient fait beaucoup d'offrandes aux dieux en leur demandant de leur accorder le bonheur. La veille de leur mariage, Sedora fit un rêve : la Dame des cieux vint à elle et lui dit de faire des noeuds tellement serrés dans les liens du mariage que Torsen et elle ne resteraient mariés qu'une seule année. Elle se réveilla perturbée, mais fit ce que la Dame avait demandé. Virmik ne dénoua qu'un seul noeud, et ils se marièrent pour un an.

Cette année-là fut difficile. Les arcs manquèrent le gibier et les vents de l'hiver rugirent à travers leurs cabanes. Virmik et Sedora maigrirent. Quand leur mariage prit fin, ils firent de nombreuses offrandes aux dieux, cette fois pour implorer leur pitié. La veille de la fête, la Dame des cieux vint en rêve à Virmik et lui dit de dénouer un seul noeud, de sorte que Sedora et lui ne seraient mariés qu'une seule année. Virmik se réveilla chagriné, mais il fit ce que la Dame avait demandé. Sedora et lui se marièrent encore pour un an.

L'année fut longue. Le temps était mauvais et les récoltes furent mauvaises. Virmik et Sedora maigrirent encore. Lorsque le mariage toucha à sa fin, Sedora et Virmik rêvèrent tous les deux de la Dame des cieux. "Vous avez demandé le bonheur, dit-elle, mais je ne peux vous l'offrir. Vous avez demandé la pitié, mais la terre ne veut pas vous la donner. Réfléchissez bien à ce que vous demanderez demain."

Sedora et Virmik discutèrent longtemps cette nuit-là et, le matin, ils firent une offrande aux dieux. Ils demandèrent la force de chasser et de récolter lorsque la vie était bonne et la patience d'attendre quand elle ne l'était pas. L'année fut parfois bonne, parfois mauvaise, mais ils apprirent à se connaitre et à savoir ce qu'ils pouvaient supporter. Ils devinrent heureux, non par un cadeau des dieux, mais par leurs propres actions, et ils vécurent le reste de leur vie en ne faisant qu'un.

- Extrait des Récits du Sud sauvage : recueil de légendes sur les nations barbares de Férelden de Dame Susanna Ashwell d'Ansburg.

Des remarques ont été écrites en bas de cette page, de mains différentes :

Comment une corde peut déterminer la durée d'un mariage ?

Le marié Alvar dénoue les noeuds que sa femme a noués sur une corde. Il a jusqu'à la fin du chant du mariage. Le nombre de noeuds qu'il dénoue correspond au nombre d'années que durera le mariage.

C'est complétement idiot !

Ça me paraît raisonnable. Tu verras si tu veux toujours vivre avec ton beau mari ou ta belle femme quand il ou elle ne sera plus de première fraîcheur. Peut-être que si tu n'es pas sûr de ton coup, tu ne défais qu'un seul noeud ou tu les serres bien, comme dans cette histoire.

Je trouve ça stupide.

Moi je trouve que vous devriez arrêter d'écrire dans le livre que je dois rendre à la bibliothèque, nigauds !

Haut de pagePrécédent


Un message à propos d'Orzammar

Inquisitrice/eur,

Comme vous le savez déjà, Orzammar requiert nos services de toute urgence. Les séismes souterrains qui frappent les Tréfonds risquent d'ensevelir un nombre considérable de mines de lyrium. Si cela venait à arriver, l'approvisionnement de la surface en lyrium serait sérieusement compromis. Inutile que je vous rappelle le nombre d'anciens templiers de l'Inquisition qui dépendant de cette substance.

Il est essentiel que nous restions dans les bonnes grâces d'Orzammar. Leur politique ne nécessite sans doute pas autant de finesse que le Noble Jeu d'Orlaïs, mais la société naine peut être tout aussi périlleuse. Orzammar est l'un des deux derniers Thaigs qui constituaient autrefois leur emprise, et son peuple est fier, habitué aux difficultés et très attaché à ses traditions. La caste d'un nain est tout ce qui compte.

Vous n'allez pas vous rendre à la capitale proprement dite, mais vous allez avoir affaire à une représentante de son Façonnat. Á ce que l'on m'a dit, elle s'appelle Valta et son père est un membre très respecté de la caste des forgerons. Léliana n'a pas découvert grand-chose de plus à son sujet, ce qui n'est guère étonnant quand on sait le soin avec lequel Orzammar veille sur ses secrets. Je vous conseille de traiter cette représentante avec le plus grand respect. Son peuple est fier et a la mémoire longue. Quand il garde rancune... eh bien, je suis sûre que vous savez ce que l'on dit des rochers et de l'entêtement des nains.

Joséphine

Haut de pagePrécédent


Une bicoque résistante

De nombreux explorateurs des ruines antiques rapportent qu'ils ont découvert des maisons, des meubles, ou même des outils qui semblent vieux de quelques années tout au plus. Avant que les études plus poussées sur les esprits et l'Immatériel soient rendues publiques par les Cercles, les érudits supposaient souvent que de telles structures devaient avoir contaminé un site plus ancien, ce qui faussait les informations et causait des malentendus sur les déplacements des différents peuples de la Tévinter antique, et même avant.

Nos frères et soeurs des Cercles des Mages nous ont donné une réponse plus plausible. Dans les zones où le Voile est fin, les esprits captivés par un événement particulier peuvent oeuvrer pour préserver "l'atmosphère" de l'endroit, en conservant, de leur manière imparfaite, tout ou partie de la zone. La cabane d'un apostat légendaire peut sembler abandonnée depuis quelques décennies, avec de la poussière et des murs en ruines, alors qu'en fait, elle date d'une ou plusieurs ères. Les esprits qui grattent les contours du Voile effraient la vermine qui aurait rongé les poutres et les plantes dont les vrilles auraient serpenté sur les pierres, jusqu'à ce que la forêt les engloutisse.

Le comité recommande que toutes les expéditions historiques autorisées par l'Université incluent un mage, qui puisse être consulté sur de telles questions. C'est la seule manière d'éviter les erreurs embarrassantes de nos ancêtres et d'apporter à Orlaïs les vraies connaissances qu'il mérite.

- Lettre du comité historique de l'Université d'Orlaïs adressée à l'Impératrice Célène pour lui demander son soutien (demande ajournée après le début de la rébellion des mages).

Haut de pagePrécédent


Une lettre effacée

Cette lettre jamais envoyée est datée de 9:41 du Dragon, un mois avant l'ouverture de la Brèche :

Marcelle,

Pardonnez l'absence de mes correspondances. Les attaques des Dalatiens étaient déjà suffisamment inquiétantes, mais ce sont maintenant les berruiers de Gaspard qui traversent mes domaines sans même me demander mon avis ! Ils ont bien choisi leur moment pour brandir leurs épées ! Une cargaison est arrivée l'autre jour et devrait difficilement supporter le voyage : une rare miniature névaranne d'Andrasté, un treillis triptyque en chêne fin de Tévinter et, la pièce maîtresse, un miroir elfique pré-chantriste en parfait état !

Le miroir a été découvert après qu'un séisme aux abords de Vol Dorma a révélé une ruine elfique inexplorée. J'ai acheté toute la collection ; il y avait d'autres artefacts mineurs, mais le miroir est rapidement devenu mon préféré. Ma femme insiste pour que nous partions dès que possible, et je suppose qu'elle a raison, mais je ne supporte pas l'idée de m'en séparer. J'enverrai quelqu'un le chercher quand je serai arrivé à Val Royeaux, et j'organiserai une fête où vous aurez tout le loisir de l'admirer !

Mes amitiés,
Yoan

Haut de pagePrécédent


Une lettre manuscrite

Ma chère Dentelle,

J'espère que cette lettre te trouvera heureuse et en bonne santé. La semaine dernière, j'ai réussi à convaincre Hugin de me troquer des cartes de Férelden et d'Orlaïs. Tu te souviens de lui ? C'est l'ancien soldat qui loue la maison à la ferme de Dame Johann. Un homme discret, qui fume toujours sa pipe assis sur une chaise, devant sa porte. Il n'avait plus besoin de ces cartes, alors je lui ai offert des bocaux de ma confiture et j'ai reprisé son manteau en échange. Maintenant, quand tu me parleras de tes voyages, je pourrai voir où tu es allée. Je suis abasourdie quand je regarde les lignes pointillées qui serpentent déjà sur mes cartes. Tous ces endroits où tu as mis les pieds !

Tu es partie si loin, ma petite Dentelle ! Je suis fière de toi. Quand j'avais ton âge, je n'étais jamais allée plus loin que Lothering. Ma mère n'a jamais quitté Golefalois : c'est là qu'elle a vécu et qu'elle est morte. Tandis que toi, tu voyages tellement loin, avec une telle détermination ! Mon esprit peut à peine le comprendre, mais mon coeur est empli de joie.

Je ne vais pas te faire perdre ton temps, je sais que tu es très occupée. Je regarde les Dorsales de Givre sur la carte tout en t'écrivant, car je sais que tu es probablement à Fort Céleste. Couvre-toi bien, s'il te plaît. Je te joins la recette de ton ragoût préféré à la chèvre et aux navets, un petit souvenir de la maison pour lutter contre le froid des montagnes.

Ton père et moi t'embrassons très fort,
Maman

Haut de pagePrécédent


Vieux document dans un tube à parchemin

Á qui lira ce message,

Faites savoir que son porteur, l'Inquisiteur Améridan, commandant des Chercheurs de la Vérité, se rend au Cirque des Dorsales de Givre sur demande officielle de Sa Majesté divine Kordillus Drakan, Empereur d'Orlaïs, pour une affaire d'une importance vitale pour la sécurité de ce saint Empire, et que lui et ceux qui l'accompagnent doivent recevoir tout service, toute assistance et toute
courtoisie nécessaires pour appuyer leurs efforts visant à protéger les Orlésiens des menaces à la fois magiques et terrestres.

Que le Créateur le protège,
Kordillus Drakan I

Haut de pagePrécédent


Vieux journal intime

Un vieux journal, auquel on tenait visiblement beaucoup :

Les dégâts provoqués par les armées me brisent le coeur. Des tranchées creusent des cicatrices dans le paysage. Il y a des incendies partout ; une odeur de fumée âcre et de sang versé emplit l'air. Je me souviens d'être venu ici, enfant. C'était la fin de l'été et le soleil faisait briller les plaines comme de l'or. La terre était chaude, je me sentais chez moi.

C'en est fini de tout ça.

Ma mère m'a dit que mon père venait d'ici. Elle n'a jamais dit à personne d'autre que moi que c'était un elfe. Peut-être qu'une partie de moi, la partie elfique, ressent ce que les Dalatiens ressentent depuis des siècles. C'est ma terre et je donnerais tout ce que j'ai pour la protéger.

Je vais partir avec les autres, mais lorsque la guerre sera finie, je reviendrai. Et cette terre retrouvera sa beauté.

Haut de pagePrécédent


Vir Tanadhal : la Voie de l'arbre triple

"Vive et silencieuse".

-- Vir Assan : la Voie de la flèche

"Pliez tel l'arbrisseau".

-- Vir Bor'assan : la Voie de l'arc

"Recevez les dons de la chasse avec déférence".

-- Vir Adahlen : la Voie des bois.

Haut de pagePrécédent


Épitaphes

Une épitaphe pour les défunts, écrite en lettres propres et serrées :

Frêle, affaiblie dans la pénombre,
Bien qu'imparfaite, sa voix si douce.
Andrale, Falon'Din enasal enaste.

Sang et chair déchirée,
Mais une mère connaît son enfant.
Soran, Falon'Din enasal enaste.

Une flamme attisée, un coeur
impatient,
Elle resta pourtant de marbre.
Siona, Falon'Din enasal enaste.

Des flèches dans l'échine. L'enfant
pleura,
Protégé par sa forme.
Talim, Falon'Din enasal enaste.
Deux surgirent au petit matin,
Ensemble luttèrent, ensemble
tombèrent.

Rin, Ilan, Falon'Din enasal, enaste.

Haut de pagePrécédent

PersonnagesMatériaux de fabricationCréaturesGroupesHistoireLettres et notesMagieCartesLieuxRécits

Merci à Taïhaku pour sa contribution :)
Merci aussi à Camille qui nous a permis de copier les codex qui manquaient à partir de son joli pdf :)
vous pouvez vous le procurer ici : Les archives de l'Inquisition.

Aucun commentaire: